Journal des Alternatives

Partenaires

Communiqué

Arrestation de Moussa Tchangari, directeur du groupe Alternative au Niger

ALTERNATIVES, 10 octobre 2003

Notre camarade Moussa Tchangari, directeur du groupe Alternative de Niamey au Niger a été arrêté hier, jeudi 9 octobre, pour enfin être relâché aujourd’hui 10 octobre. Il a été détenu au commissariat central de la capitale. Il lui est reproché d’avoir poussé les étudiants à poser des actes ayant troublé l’ordre public.

Mercredi, les étudiants de Niamey ont en effet déclenché un mouvement de grève et de manifestations. La circulation dans la capitale a été fortement perturbée et des biens publics et privés endommagés.
Pour les collègues de Moussa Tchangari il est clair que c’est « strictement la faim qui a poussé les étudiants à sortir hors du campus pour crier leur misère ». Pour rappel, les étudiants accusent près de 12 mois d’arriérés dans le versement de leurs bourses, et ne bénéficient pas de transport public.

Rappelons également, que s’est tenu la semaine dernière, du 26 au 29 septembre le Forum social du Niger, dont le groupe Alternative était l’un des organisateurs et auquel ont assisté 500 participants du mouvement social nigérien.

Lors de ce forum, les membres du groupe Alternative ont effectivement accompagné Mariko Oumar du Mali à la cité universitaire. Leur invité y a animé une conférence publique sur la question de la démocratie et la révolution. Il ne fait aucun doute pour Alternative que c’est ce qui a mené à l’arrestation de Moussa Tchangari
Alternative, à Niamey, est un groupe issu du mouvement étudiant et qui a su se recycler dans l’éducation populaire, la communication et la mise en réseau du mouvement social, via la Coordination des organisations démocratiques de la société civile et plus récemment, via le Forum social, où se retrouve un noyau dur d’une vingtaine d’organisations.

Durant la dernière période, Alternative a également investi dans la construction du mouvement anti-impérialiste et antiguerre, également dans les nombreux débats : les partenariats dans le mouvement social, le lien entre le politique et le social, la place des jeunes et des femmes, etc. Alternative est d’autant plus important dans la dynamique du mouvement populaire que c’est une organisation qui met passablement d’emphase sur la formation de cadres, notamment de jeunes.

Le Niger est entré en 2003 dans sa vingtième année de déclin social et économique. Dernier pays au monde sur l’échelle de l’indicateur de développement humain, le Niger est un pays dévasté.

Les causes de cette catastrophe sont multiples. L’héritage de la période coloniale est particulièrement lourd. Au sortir de l’indépendance, les Nigériens se retrouvaient sans infrastructure ni cadres. Par la suite, le Niger a été plus ou moins « géré » par des dictatures. Finalement sous l’ajustement structurel imposé dans les années 1980, les quelques infrastructures qui avaient été mises en place ont peu à peu été démantelées, dont en premier lieu le système de santé et d’éducation. Aujourd’hui, tous les indicateurs sociaux démontrent que le pays est en profonde régression. À la déliquescence des infrastructures s’ajoute la pauvreté extrême, c’est-à-dire la famine permanente, qui frappe un Nigérien sur deux.


- 30-