Journal des Alternatives

Partenaires

Alternatives au Maroc

Michel LAMBERT, 6 février 2006

Depuis le milieu des années 1990, le Maroc vit une ouverture démocratique, qui a permis en 1998 l’élection d’un gouvernement d’alternance, le retour d’exilés politiques ainsi que la libération de plusieurs prisonniers politiques qui avaient survécu aux geôles du roi Hassan II, maintenant décédé.

Cette ouverture démocratique a aussi permis l’émergence de nombreuses associations de défense des droits, de lutte contre la pauvreté et pour une plus grande démocratie. C’est dans ce contexte qu’Alternatives a créé des liens privilégiés avec plusieurs associations de la société civile marocaine, dont l’Espace Associatif, dont elle a appuyé la création au début des années 90. Malheureusement, l’ampleur des problèmes socio-économiques que confronte le Royaume ont pris le pas sur l’effervescence des premières années.

En plus des nombreuses conférences, séminaires et recherche-action qu’elle a mené et organisé conjointement avec différents acteurs de la société civile marocaine et canadienne, Alternatives soutient une multitude d’ONGs et d’associations locales via ses programmes de jeunes stagiaires internationaux dans le domaine de l’environnement et du renforcement des capacités de communication des réseaux et ONGs dans le secteur des TIC et du journalisme.

En 2002, Alternatives appuie le Forum des Alternatives Maroc « FAM » dont l’action s’insère dans une perspective stratégique de planification et d’actions construites en synergie avec tous les mouvements et les acteurs concernés par la démocratie, l’équité et la justice sociale.

Ce partenariat se traduit par exemple, par la participation commune et/ou l’appui financier à des activités de mobilisation telles que des ateliers et conférences se déroulant dans le cadre des Forums sociaux mondiaux, régionaux, thématiques et locaux, des tables rondes, des conférences et des séminaires, afin de réfléchir sur les acteurs socio-politiques et associatifs, les libertés publiques, l’éducation à la citoyenneté, la participation à la gestion des biens publics, la reconnaissance du statut des travailleurs sociaux, le financement des associations, l’éducation aux droits humains et la solidarité, la participation de la jeunesse aux mouvements sociaux, etc.

Récemment, Alternatives a appuyé la création du site du Réseau des associations de quartier de Casablanca : http://www.resaq.org est un site dédié aux associations de quartier nées dans la foulée des attentats de Casablanca du 16 mai 2003. Nous travaillons aussi à FEZ pour mettre en place un site qui fait la promotion de la culture de la tolérance dans un cadre où l’on dénombre une forte présence de radicaux. Au Sud enfin, Alternatives appuie la mise en place d’un outil Internet portant sur la désertification et l’accès à l’eau.

En février 2005, Alternatives a invité des membres du FAM à Kinshasa pour la tenue de son Forum sur le plaidoyer en matière de politiques TIC.