Journal des Alternatives

Partenaires

LIVRE

Affiches des mouvements sociaux au Québec depuis 1966

Stéphan Corriveau, 28 février 2008

Affiches des mouvements sociaux au Québec 1966-2007
Jean-Pierre Boyer, Jean Desjardins, David Widgington, Éditions Lux, 2008, 360 pages.

Si les murs peuvent avoir des oreilles, la maison d’édition Lux vient de publier un ouvrage qui démontre sans l’ombre d’un doute qu’ils peuvent aussi crier. L’équipe qui a travaillé à la compilation des affiches réunies dans l’ouvrage a réussi à illustrer l’essentiel de la parole engagée des quarante dernières années au Québec.

Principale forme de marketing social, du moins jusqu’à l’avènement de l’Internet, l’affiche est un outil d’information et de mobilisation que bien des causes essaient de mettre à leur service. Sous prétexte de publier un livre d’affiches, c’est en fait un livre sur l’histoire des luttes pour la justice et les droits que Boyer, Desjardins et Widgington ont commis.

Moyen accessible même aux bourses des organisations les plus dépourvues, l’affiche constitue souvent le premier geste public d’un groupe de pression, d’une association, d’un groupe de citoyens ou d’un artiste engagé. Ici, les auteurs ont eu l’intelligence de ne pas céder à une tentation esthétisante - une dérive que l’objet du livre aurait facilement pu provoquer - et ont plutôt fait le choix de couvrir l’ensemble de l’éventail des productions.

Des campagnes pour des garderies populaires en passant par les revendications des locataires et du mouvement antiguerre jusqu’au mouvement étudiant, chacune des neuf sections du volume permet de constater la diversité et l’évolution d’un volet du mouvement social tout en mesurant la cohérence et l’unité qui s’en dégagent, malgré une cacophonie apparente pour qui ne prend pas la peine de voir l’ensemble.

Page après page, les 659 affiches invitent les lecteurs autant à la réflexion qu’aux souvenirs et aux débats. L’œuvre n’est pas pour autant réservée aux nostalgiques et aux « dinosaures » du mouvement. Des affiches produites il y a à peine quelques mois s’y trouvent et côtoient les « classiques », comme celui du boycottage de Cadbury et ceux des campagnes de solidarité contre le coup d’État de Pinochet au Chili en 1973.

Ces illustrations sont entrecoupées de textes brefs et pertinents de différents auteurs, qui accompagnent et stimulent la réflexion. Feuilleter ces pages permet de mesurer le chemin parcouru (lutte des femmes, fin de l’apartheid, etc.), mais aussi la route qui s’étend encore devant nous.

Toute personne qui s’intéresse un tant soit peu à l’histoire sociale du Québec des 40 dernières années, et à son avenir, y trouvera son compte.