Terrorisme

Voir également : "Conflits", "Violence", "Vente d’armes" et "Militarisation"

Une invasion à grande échelle est en train de se dérouler en Afrique. Les Etats-Unis sont en train de déployer des troupes dans 35 pays africains, en commençant par la Libye, le Soudan, l’Algérie et le Niger. Signalée par l’agence de presse Associated Press le jour de Noël, cette information était absente de la plupart des médias anglo-américains. L’invasion n’a pratiquement rien à voir avec « l’Islamisme », et presque tout à voir avec la mainmise sur les ressources, notamment les minerais, et une rivalité croissante avec la Chine. Contrairement à la Chine, les Etats-Unis et leurs alliés sont (...)
« L’une des tendances les plus répandues dans la culture occidentale au 21e siècle est presque devenue une obsession aux États-Unis : « l’histoire hollywoodienne ». Les studios privés de Los Angeles dépensent des centaines de millions de dollars pour confectionner sur mesure des événements historiques afin qu’ils conviennent au paradigme politique prédominant. » (Patrick Henningsen, Hollywood History : CIA Sponsored “Zero Dark Thirty”, Oscar for “Best Propaganda Picture”) Black Hawk Dawn, Zero Dark Thirty et Argo, ne sont que quelques unes des productions récentes démontrant comment l’industrie (...)
On sent de la trahison dans l’air. Parce que - soyons francs à ce propos - quelque chose va très mal avec le récit de la guerre de Syrie. Nos seigneurs et maîtres occidentaux - aussi indignes de confiance aujourd’hui qu’ils l’étaient, quand ils ont vendu la Pologne à Staline, à Yalta - ont commencé à parler un peu moins de leur désir de faire disparaître Bachar al-Assad et beaucoup plus de leur crainte d’une présence corrosive d’al-Qaïda, au sein des forces rebelles. La tragédie syrienne s’aggravant, notre politique occidentale si morale, à l’égard des damnés de cette guerre atroce, s’est (...)
A l’insu de la vaste majorité de la population canadienne, le gouvernement et les forces armées du Canada sont fortement impliqués dans l’invasion française au Mali et dans l’intervention impérialiste croissante dans l’ouest de l’Afrique, dont le Mali fait partie. Étant conscient qu’il n’y a pas d’enthousiasme dans la population canadienne pour une participation du pays dans une autre guerre impérialiste, le gouvernement conservateur de Stephen Harper s’est donné beaucoup de mal à présenter le rôle de l’armée canadienne dans la guerre au Mali comme limité et inattendu. Mais ce n’est qu’une (...)
On apprend que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a publié des mises en garde au sujet d’une soi-disant menace environnementaliste « extrémiste » au Québec. Le présent article replace cette nouvelle dans le cadre plus large de la Peur verte. La Presse vient de publier des extraits de bulletins d’alerte rédigés en 2011 et 2012 par l’Équipe des renseignements relatifs aux infrastructures essentielles de la GRC. Le journal aurait obtenu ces bulletins via la Loi sur l’accès à l’information. On y mentionne le risque que les compagnies et personnes impliquées dans l’industrie des gaz de schiste, (...)

Les éléments d’un début de solution pour régler la question afghane sont en place en Afghanistan et ailleurs dans le monde, sauf à Washington et à Ottawa.

Le gouvernement israélien a déclenché une guerre contre Gaza en coupant l’électricité, en bloquant les approvisionnements en carburant et en interdisant la livraison de produits essentiels comme de la nourriture et des médicaments.

Les éditions Fides viennent de publier, dans la collection Points chauds, un ouvrage fort intéressant qui fait réfléchir. L’intervention armée peut-elle être juste ? interroge le titre de l’ouvrage. Avis à ceux qui pourraient être tentés de répondre rapidement oui ou non : ces deux réponses sont à la fois vraies et fausses. Cette question et le problème qu’elle pose sont tout sauf simples. Neuf collaborateurs, experts canadiens et européens sur les questions relatives aux interventions armées y proposent huit articles sur les « aspects moraux et éthiques des petites guerres contre le (...)

KABOUL - Quand le président afghan Amid Karzaï accuse le gouvernement du Pakistan de soutenir les talibans, il dit tout haut ce qu’une majorité d’Afghans pensent tout bas. Et ses accusations ne peuvent malheureusement pas être rejetées du revers de la main.

Le Président Bush vient de déclarer à la nation qu’il avait une « stratégie pour gagner » et que l’occupation allait continuer en Irak. Entre-temps, des centaines d’insurgés viennent d’occuper la ville de Ramadi que l’armée américaine avait prétendu « nettoyer » il n’y a pas si longtemps. Et ailleurs dans le pays, le nombre d’opérations militaires dépasse tout ce qu’on a vu auparavant. L’impasse qui s’inscrit en continuité avec ce qui est survenu depuis 12 mois continue et rien n’indique, du côté américain surtout, que les choses vont débloquer rapidement.

Pendant longtemps, la Jordanie a été présentée comme un modèle de stabilité et de sécurité au Moyen-Orient. Une stabilité érigée grâce à un efficace et féroce système géré par un puissant éventail de moukhabarates (services de sécurité), par une monarchie régnant sans partage. En ce sens, les horribles attentats du 9 novembre inquiètent. Que Al-Qaïda soit capable de frapper Amman, la capitale sans doute la plus sécuritaire de la région, n’est pas sans signification.

Le romancier Yasmina Khadra, ex-officier de l’armée algérienne, vit aujourd’hui à Aix-en-Provences et a dévoilé il y a cinq ans sa véritable identité : Mohammed Moulessehoul ; tout en continuant d’écrire sous le nom de sa femme, par respect et reconnaissance, dit-il, envers celle qui l’a toujours soutenu. Soulignant, avec insistance, que ce n’est pas rien pour un Arabe. Son dernier roman, L’attentat, est déjà un best-seller, et vient de remporter le prix Renaudot. Yasmina Khadra était de passage à Montréal dans le cadre du Salon du livre. Alternatives l’a rencontré.

As governments across the world realise that the fear of terrorism can be made to serve a political purpose, the distinction between `ordinary’ crime and terrorism is being deliberately blurred.

In view of the recommendations made at the International "Against Terrorism, For Peace and Justice" Symposium, the undersigned, members of the "In Defense of Humanity" network of networks, have reviewed the denunciations, proposals and reports submitted by the 681 participants from 67 countries who met in Havana on 2, 3 and 4 June 2005, and make a call to create a movement against terrorism that will denounce and condemn the age of terror spawned by the United States in our hemisphere, affecting us since the second half of the 20th century.

As the United States gears up for an attack on Iran, one thing is certain: the Bush administration will never mention oil as a reason for going to war. As in the case of Iraq, weapons of mass destruction (WMD) will be cited as the principal justification for an American assault.

Par La direction de Libération— jeudi 06 janvier 2005— « Libération » est depuis plus de vingt-quatre heures sans nouvelles de Florence Aubenas, notre envoyée spéciale à Bagdad, où elle est arrivée le 16 décembre 2004. Journaliste française permanente à « Libération » depuis 1986, Florence Aubenas était accompagnée de son interprète irakien, Hussein Hanoun Al Saadi, qui collabore avec les envoyés spéciaux de « Libération » depuis presque deux ans. Florence Aubenas et Hussein Hanoun Al Saadi n’ont plus été vus depuis leur sortie de l’hôtel mercredi matin 5 janvier à Bagdad. Grand reporter, Florence (...)

La tragédie de l’école de Beslan a remis le conflit tchétchène sur le devant de la scène de manière dramatique.

Beslan was barbaric - so has been Russia’s reign of terror in Chechnya

Le président russe Poutine excédé d’être interpellé par des journalistes sur sa gestion de la crise à Beslan a répondu par l’ironie : « Invitez Ben Ladden à Bruxelles et à Washington pour discuter avec lui, a-t-il affirmé. Personne ne nous fera la morale sur l’idée de parler à des assassins d’enfants. »

COMMUNIQUÉ DE PRESSE — « Il est vivant, mais il n’est pas ici, et il n’y a aucun moyen d’entrer en contact avec lui. » Suad al Abd al Jalil, mère d’un détenu de Guantanamo La « guerre au terrorisme » menée sans relâche a des conséquences très graves sur les familles de milliers de détenus dans le Golfe et la péninsule arabique, sur la base navale des États-Unis à Guantanamo ou ailleurs, a déclaré Amnistie internationale dans un rapport publié ce mardi 22 juin. Ces familles sont forcées de vivre dans la peur et l’incertitude en raison de la détention prolongée et indéfinie de leurs proches, détenus (...)
16 mai - C’est le premier anniversaire des attentats de Casablanca. Il est 11 heures, place Mohammed V. Déjà, quelques milliers de personnes se sont regroupées. Plus tard dans la journée, ils seront une centaine de milliers et choisiront de prendre la rue pour dire très haut, à l’attention de tous les extrémismes, que le Maroc choisit de construire plutôt que de détruire. L’événement est impressionnant et vient conclure une semaine d’activités de toutes sortes à l’échelle du pays. Mais bien au-delà des manifestations, les signes d’une prise en charge communautaire visant à combler le vide (...)

Thomas Friedman, New York Times’ foreign affairs columnist, wrote about the joys of call-centre work in Bangalore on February 29. These jobs, are giving young people "self-confidence, dignity and optimism" - and that’s not just good for Indians, but for Americans as well. Why? Because happy workers paid to help U.S. tourists locate the luggage they’ve lost on Delta flights are less inclined to strap on dynamite and blow up those same planes.

Photo ©Dominic Morissette J’ai quitté l’Afghanistan pour l’Espagne le 5 mars, à un moment où la situation politique ne semblait que s’envenimer. L’attaque contre les membres d’une de nos organisations partenaires afghanes, qui a fait cinq morts à la fin février, et l’agression contre un collègue et ami quelques jours avant mon départ, réaffirmaient le climat d’incertitude et d’insécurité qui règne actuellement dans l’ensemble du pays. Depuis déjà plusieurs jours, je rêvais aux vacances, à l’Andalousie et au flamenco. Je quittais tout de même avec une pincée de nostalgie ce ciel de Kaboul où (...)

Dans une de ses récentes chroniques, Thomas Friedman, le chroniqueur des affaires étrangères du New York Times, discourait des joies de travailler dans un centre d’appel de Bengalore, en Inde. Ces emplois, qui redonneraient aux jeunes « confiance en soi, dignité et optimisme », seraient bénéfiques non seulement pour les Indiens, mais également pour les Américains. Pourquoi ? Parce que les heureux travailleurs, payés pour aider les touristes américains à retrouver les bagages perdus sur des vols Delta, sont ainsi moins tentés de jouer avec de la dynamite et de poser des bombes dans les avions.

Don’t think and drive. That was the message sent out by the FBI to roughly 18,000 law enforcement agencies on Christmas Eve. The alert urged police pulling over drivers for traffic violations, and conducting other routineinvestigations, to keep their eyes open for people carrying almanacs. Why almanacs? Because they are filled with facts - population figures, weather predictions, diagrams of buildings and landmarks. And according to the FBI Intelligence Bulletin, facts are dangerous weapons in the hands of terrorists, who can use them to "to assist with target selection and pre-operational planning."

Deux ans après l’arrivée des premiers détenus sur la base militaire américaine de Guantánamo Bay à Cuba, les noms de Camp X-Ray et de Camp Delta, son successeur, sont devenus synonymes de poursuite d’une politique gouvernementale caractérisée par un pouvoir exécutif sans limite et le mépris de la primauté du droit. Alors que certains détenus entament leur troisième année de captivité dans des cellules minuscules où ils sont enfermés jusqu’à vingt-quatre heures par jour sans qu’il y ait jamais eu de procédure judiciaire, l’actuelle administration des États-Unis semble considérer la dignité humaine (...)

Fin de Ramadan ensanglantée à Istanbul. Happée à son tour par le « terrorisme international », la Turquie cherche dans les décombres des édifices une piste pouvant mener aux véritables auteurs des attentats des 15 et 20 novembre.

Dans la nuit du 8 au 9 novembre, un attentat suicide fait 17 morts parmi une population arabe, non occidentale, dans les rues de Ryad en Arabie saoudite. En plein mois du ramadan, alors que 2,5 millions de pèlerins déferlent sur la ville sainte du royaume, La Mecque. L’État qui est sans doute le plus obscurantiste de la planète, mais toujours fidèle allié des États-Unis, est pour la première fois touché par le terrorisme islamiste qu’il a lui-même enfanté. Portrait d’un royaume « difficilement classable » par Gilbert Achcar, spécialiste du monde arabe, qui a accepté de répondre à nos questions depuis Berlin.

Propos de M. Yves Tousignant, de la Ligue des droits et libertés, sur la loi C-36, appelée loi anti-terrorisme.

What does it take to become a major news story in the summer of Arnold and Kobe, Ben and Jen? A lot, as a group of young Philippine soldiers discovered recently. On July 27, 300 soldiers rigged a giant Manila shopping mall with C-4 explosives, accused one of Washington’s closest allies of blowing up its own buildings to attract US military dollars-and still barely managed to make the international news.

Plus d'articles :  1 | 2

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca