Société civile

Voir également : "Mouvements sociaux", "ONG", "Participation citoyenne" et "Initiatives citoyennes"

CANCUN, MEXICO, September 14, 2003 - The Council of Canadians praised international civil society and the leaders of developing and least-developed countries for calling Canada, the United States and the European Union’s bluff, which led to the collapse of the WTO 5th Ministerial Meeting in Cancun.

CANCÚN (MEXIQUE), le 14 septembre 2003 - Le Conseil des Canadiens a félicité la société civile internationale ainsi que les dirigeants des pays en voie de développement et des pays les moins développés pour avoir mis le Canada, les États-Unis et l’Union européenne au pied du mur, et ainsi causé l’échec de la 5e Conférence ministérielle de l’OMC qui se déroulait à Cancún.

Le Forum social mondial de Porto Alegre au Brésil n’aura pas que le mérite d’unir des délégués de plus de 50 pays dans le monde et d’encourager la mise en commun des forces civiles pour lutter contre des politiques économiques néo-libérales dont on sait les effets pervers. Il a aussi le mérite de faire des petits : les Caraïbes viennent de se mettre au parfum du FSM en tenant, du 20 au 24 août dernier, leur premier Forum social caribéen.

Il y a quelques semaines en France, sur le plateau dénudé du Larzac, littéralement brûlé par une canicule insoutenable, 250 000 personnes se sont réunies durant trois jours pour mesurer les progrès faits depuis les débuts du mouvement altermondialiste et évaluer des pistes futures. Durant cette grande messe alternative et solidaire, quelques jeunes radicaux en ont profité pour démanteler le stand du Parti socialiste français, accusé de composer avec le néolibéralisme. À peu près au même moment, à l’autre bout de la planète, en Californie, l’acteur Arnold Schwarzenegger annonçait qu’il serait (...)

Quatre mois après l’arrivée au pouvoir à Québec du nouveau gouvernement libéral de Jean Charest, les milieux de l’économie sociale sont inquiets. Des dossiers sont en attente, vivotant parfois même entre deux ministères, alors que d’autres ont déjà reçu un refus qui semble sans appel.

Je me suis retrouvé cet été dans le petit village de Glover, dans le nord du Vermont, pas loin du poste frontalier de Stanstead. Pourquoi Glover, ce village parmi les collines vertes ? Parce qu’avec ses quelques centaines d’âmes, le village est devenu le quartier général du Bread and Puppet Theater, une des institutions de la dissidence américaine depuis quasiment 40 ans.

Les mouvements sociaux et les mouvements progressistes en ce début de siècle s’interrogent sur les stratégies et les orientations à donner à leurs actions sur le terrain. Le débat est ouvert, car les certitudes et les formules cannées d’antan ne sont plus à l’ordre du jour, ce qui est certes positif. En même temps, le défi est énorme : on parle d’un travail qui concerne des millions de gens, qui pourrait avoir un grand impact sur la réalité sociale, économique, politique. Grâce essentiellement au processus enclenché par le Forum social mondial (FSM), à travers les délibérations de Porto Alegre et aussi des dizaines de rassemblements qui se font dans divers pays et régions, cette discussion est bien amorcée. Mais il reste beaucoup à faire.

Table des matières 1. Introduction 2. La bulle dégonflée 3. États en crise 4. Forces et faiblesses d’un mouvement populaire en quête d’identité 5. Dossier d’appoint

The Bush administration has found its next target for pre-emptive war, but it’s not Iran, Syria or North Korea — not yet, anyway. Before launching any new foreign adventures, the Bush gang has some homeland housekeeping to take care of: It is going to sweep up those pesky non-governmental organizations that are helping to turn world opinion against U.S. bombs and brands.

Les attentats suicides qui ont frappé Casablanca, dans la nuit du 16 au 17 mai, ont ébranlé les fragiles fondations de la nouvelle société marocaine, en voie de démocratisation. Si les cibles ont de toute évidence été choisies pour leur résonance occidentale ou juive, les victimes sont, elles, majoritairement marocaines. Le mercredi suivant les attentats, le gouvernement marocain a répondu à l’affront par rien de moins que la proposition d’une loi antiterroriste.

The suicide bombings that rocked Casablanca Friday night also shook the foundations of Moroccan society. Although the targets seem to have been chosen for their Western and Jewish links, the victims were mostly Moroccan.

Contexte : Les développements rapides des sciences naturelles et sociales et de la technologie permettent d’imaginer un monde sans pauvreté offrant à tous et chacun des occasions égales de développement dans le respect des diversités et de l’environnement. Un monde plaçant au centre de ses préoccupations l’être humain et son développement maximal. Paradoxalement toutefois, la tendance actuelle du développement économique semble entraîner avec elle l’accroissement de l’exclusion, de la misère, des inégalités sociales, ethniques, de genre. Les hauts niveaux de consommation se font au détriment de (...)
Alternatives a soutenu l’organisation du Forum social panamazonien qui s’est déroulé dans la ville de Belém en Amazonie brésilienne en janvier 2003. Ce Forum thématique, qui s’inscrit dans la mouvance du Forum social mondial (FSM) a permis à des représentants de la Bolivie, du Pérou, de l’Équateur, de la Colombie, du Venezuela, des Guyannes, du Surinam et du Brésil de partager leur analyse des enjeux entourant l’Amazonie, une des plus grandes réserves de ressources naturelles au (...)
Alternatives appuie L’Espace associatif au Maroc depuis sa création en 1996. L’Espace associatif est un regroupement d’associations qui lutte pour les droits humains, les droits des femmes, la démocratie, la culture tamazight, etc. Il s’agit d’une stratégie associative qui a pour but l’établissement d’une société démocratique, l’érection de l’État de Droit, la promotion des valeurs de la citoyenneté et de la mise en place des mécanismes d’un développement durable. L’Espace associatif se veut le catalyseur de la constitution de noyaux forts d’associations, capables de fédérer l’ensemble du tissu (...)
Contexte : Les habitants des territoires palestiniens occupés vivent depuis 1947 dans des conditions économiques et sociales déplorables. Mais à cela, s’ajoute aussi un climat d’insécurité et de violence permanent. Au conflit militarisé entre Israël et les territoires qui entraîne souvent répression et violation des droits humains de la part de l’État d’Israël, il faut additionner une répression et une violation des droits humains des Palestiniens commises par les autorités palestiniennes. Ce climat de tension a aussi pour conséquence de susciter des comportements sociaux tendus et violents (...)
Quelques uns des sites Internet, dont la construction a été initiée par de jeunes stagiaires d’Alternatives, sont devenus très renommés non seulement en Inde et en Asie du Sud, mais à travers le monde. Economic and Political Weekly Sabrang Communications Akhbar

Les politiques néolibérales ont porté un dur coup à l’Argentine, qui s’est brutalement réveillée avec la misère, le chômage forcé et la faim en guise de quotidien. Aujourd’hui, près de 60 % des Argentins vivent sous le seuil de la pauvreté, dont la moitié n’arrive même pas à se nourrir convenablement. À l’approche des élections présidentielles du 27 avril 2003, le mouvement populaire né de cette crise fait face à une répression policière accrue et doit composer avec de nouveaux défis.

Le 14 avril dernier, le Pentagone a annoncé que « les combats majeurs en Irak étaient terminés ». Le même jour, dans la petite ville irakienne de Nasiriya, au moins 6 000 personnes sont descendues dans la rue pour protester contre leur exclusion de la rencontre organisée par les États-Unis pour encadrer la formation d’un nouveau gouvernement en Irak. La population irakienne semble déterminée à lutter contre l’occupation de son pays et se tourne maintenant vers le Kurdistan irakien à la recherche de modèles démocratiques.

Le printemps marocain est enfin arrivé et le soleil est bon. Pourtant, cette sortie de l’hiver, qui fut le plus froid des 30 dernières années, se vit dans la morosité. Depuis près d’un mois, la vie en pays musulman bat à coups de questionnements et d’incompréhension. Lors du matin du 20 mars, dans les heures suivant les premières frappes sur l’Irak, les habitants de Rabat, généralement gais et insouciants, s’étaient transformés en fantômes. Les mines souriantes avaient laissé place à des visages blêmes, aux yeux rougis d’avoir passé la nuit devant leur téléviseur. Tant de questions, si peu de (...)

Officiellement lancé par Alternatives à Kinshasa le 19 mars 2003, le Portail Internet de la société civile en RDC est LE carrefour virtuel de la société civile congolaise. Regroupant initialement une douzaine d’organisations locales, le projet permet maintenant à plus de 450 organisations de partout en République démocratique du Congo de bénéficier d’une visibilité Internet dynamique. Aujourd’hui, plus de 120 000 pages sont lues chaque mois sur cet outil qui est depuis devenu une référence essentielle sur le travail de la société civile en RDC.

Si la société civile congolaise mobilise toute son énergie pour mener le Dialogue intercongolais à bon port, ses leaders n’hésitent pas à se prononcer contre la croisade de Bush. D’autant plus que les frappes américaines sur l’Irak pourraient servir de diversion aux troupes rebelles, qui n’attendent qu’un prétexte pour reprendre les affrontements à l’est du pays.

En Tunisie, les mois se suivent et se ressemblent. La répression dont sont victimes les acteurs de la société civile va crescendo.

En août 2002, le gouvernement américain a distribué 6,6 millions de dollars à différentes organisations non-gouvernementales (ONG) afin de mettre sur pied des projets d’aide humanitaire en l’Irak. Jusqu’à maintenant, aucun travail n’a été réalisé sur le terrain. L’obstacle : le département du Trésor américain.

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca