Mouvement pour la justice sociale

Au moment d’écrire ces lignes la conférence d’Annapolis sur le conflit palestino-israélien n’est pas encore terminée, mais malheureusement il ne fait aucun doute qu’elle s’inscrira, avec Madrid et Camp David, dans la lignée des rendez-vous manqués pour une solution durable à ce conflit qui dure maintenant depuis 60 ans.

Dans les quartiers de Johannesburg, en Afrique du sud, se nourrir devient un défi pour la population qui, bien souvent, ne possède pas l’accès à l’eau potable. Une jeune montréalaise, stagiaire d’Alternatives, travaille à créer des liens avec la communauté locale afin de réaliser un projet d’agriculture urbaine.

Dans le cadre de rencontres informelles avec différentes organisations de la société civile haïtienne, Alternatives a rencontré la coalition Plate-forme de plaidoyer pour un développement alternatif (PAPDA), le 5 octobre 2007.

La Communauté anicinape de Kitcisakik est une petite communauté des Premières nations vivant dans la partie nord de la Réserve faunique La Vérendrye dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue au Québec. La communauté renferme environ 400 habitants et se situe à environ 90 kilomètres au sud-est de Val-d’Or. Leurs principales langues parlées sont l’algonquin et français.

Iraq, Afghanistan, Congo, Darfur, Palestine, Pakistan... every day we are confronted with images of violence and destruction from war-torn countries in seemingly desperate conditions. Yet there are men and women in each of these countries who are taking action and working towards putting an end to the cycle of violence that grips their communities. We call on you to take a stand and join them in building a peaceful world.
L’information et la communication sont des paramètres qui ont un impact décisif sur le développement. En mars 2003, Alternatives lançait le Portail Internet de la société civile congolaise qui offre une visibilité dynamique à plus de 400 organisations locales congolaises. En 2005, nous organisions une série d’activités portant sur le thème de l’accessibilité aux technologies des communications qui se concluait par la mise en place d’une nouvelle structure de concertation appelée : Dynamique multisectorielle sur les TIC (DMTIC) Notre programme 2006-09 inclut 3 sous composantes : une recherche (...)

Nous, les mouvements sociaux d’Afrique et du monde entier, nous sommes venus ici à Nairobi, au Forum Social Mondial (FSM) 2007 pour célébrer l’Afrique et ses mouvements sociaux ; l’Afrique et son histoire permanente de lutte contre la domination étrangère, le colonialisme et le néo-colonialisme ; l’Afrique et ses contributions à l’humanité ; l’Afrique et son rôle dans la quête d’un autre monde.

Le 4ème jour du Forum social mondial a été conçu par le Conseil international comme une journée qui devait déboucher sur des actions et une plus grande convergence. Il en a bien été ainsi malgré un programme qui n’était pas construit pour favoriser cela. La journée du 24 janvier a commencé sans problème car les portes du stade du FSM étaient grandes ouvertes : Kenyans et étrangers ont pu entrer sans difficulté. Le comité organisateur a donc fini par comprendre qu’il ne fallait pas empêcher la participation des Kenyans pour une question d’argent. Il est nécessaire de faire une précision : le (...)

Pour plusieurs, le sous-développement de l’Afrique serait dû à son exclusion des échanges économiques mondiaux. Pas assez mondialisée, l’Afrique. Seule une intégration accrue dans le système économique mondial (un processus pourtant amorcé au tournant des années 80), disent les tenants de la thèse libérale, pourrait ainsi sortir les Africains de leur extrême pauvreté.

L’an dernier, plutôt que de tenir un seul événement, le comité organisateur du Forum social mondial avait planifié trois forums sociaux polycentriques simultanés : à Caracas au Venezuela, à Bamako au Mali et à Karachi au Pakistan (ce dernier a été quelque peu reporté en raison de l’important séisme qui a frappé le Cachemire). Le comité organisateur croyait sûrement bien faire. Les forums polycentriques de Caracas et Karachi, forts de dizaines de milliers de participants, ont certes permis une plus grande décentralisation et une meilleure appropriation citoyenne des forums sociaux. Le succès (...)
Il y avait beaucoup de monde au séminaire sur le thème « Labour and Globalisation » à l’initiative de la CGIL, la grande centrale italienne. Pour l’essentiel des syndicalistes venus d’Europe et d’Amérique latine, mais aussi quelques participants originaires d’Afrique du Sud, des Etats-Unis, d’Inde et du Japon. Les questions posées étaient simples : pourquoi les syndicats ont-ils tant de mal à résister à la précarisation de l’emploi et à gagner de nouveaux droits pour les travailleurs ; quelles sont les mutations nécessaires ? Les analyses sont convergentes : la mondialisation est aussi une (...)

Reproduire la société dans laquelle le Forum social est organisé ou bien tenter de la changer en construisant le Forum ?

A la veille du 7ème Forum social mondial qui se déroulera du 20 au 25 janvier à Nairobi au Kenya, tous les yeux sont braqués vers l’Afrique. Si le Forum social mondial polycentrique de Bamako avait déjà permis la convergence des mouvements sociaux régionaux, cette fois, c’est toute l’Afrique qui porte le défi de sensibiliser et de mobiliser les forces anticapitalistes.

Le réseau No-Vox sera présent au 7ème Forum Social Mondial à travers la participation de plusieurs mouvements de lutte des « Sans » de France, de Belgique, du Japon et du Mali : Droit au Logement, Droit Paysan, Agir ensemble contre le Chômage !, Association pour l’Emploi, l’Information et la Solidarité, Droits Devant !!, Association japonaise de soutien aux travailleurs précaires et aux sans-logis, Association Cherche Midi de Bruxelles, Association Malienne des Expulsés.

La réunion du septième Forum social mondial marque une nouvelle étape dans l’internationalisation du mouvement altermondialiste. Il s’agit de renforcer le processus des forums sur le continent africain et l’intégration des mouvements africains aux initiatives mondiales. C’est un nouveau défi, difficile à relever.

Le premier scrutin libre et transparent en République démocratique du Congo s’avère être un casse-tête logistique incroyable. Alors que le pays se relève très mal d’une guerre qui a provoqué près de 5 millions de mort depuis 1998, plus de 25 millions d’électeurs sont appelés aux urnes, dans un pays vaste comme le Québec, mais dépourvu de toute infrastructure. Pourtant, en décembre 2005, la Commission électorale indépendante (CEI) avait réussi à tenir, dans une désorganisation téméraire, un premier référendum pour entériner la nouvelle Constitution. Malgré un recensement de dernière minute et une (...)

Le gouvernement conservateur persiste et signe en Afghanistan, en dépit de l’opposition majoritaire de l’opinion canadienne et de la situation qui s’aggrave sur le terrain. Certes, personne ne peut être contre la vertu. Oui, le peuple afghan a besoin d’aide. Mais laquelle ?

Après six années de crise politique, dont les deux dernières furent marquées par l’occupation militaire étrangère et la mise sous tutelle du pays, Haïti renoue avec un optimisme relatif, à la suite de l’annonce des résultats du second tour législatif. Trois des principaux partis politiques, ayant remporté quelques-uns des 30 postes de sénateurs et 99 députés lors du deuxième tour électoral, semblent vouloir collaborer pour que les deux chambres, qui ont commencé à siéger cette semaine, puissent coopérer avec le président René Préval, élu lors du premier tour le 7 février dernier, et qui sera institué le 14 mai prochain. Mais alors que le pays est sombré dans une crise économique et sociale sans fin, les défis sont nombreux pour le prochain gouvernement Préval.

When I telephoned Huda Al-Jazairy in Baghdad exactly two years ago, a bomb had fallen 12 feet from her house, shattering windows in surrounding houses. At that time, she told me, “There is no security. All the people are afraid to go out.” But that situation, she said last week, was “so much better than now.” As bad as it was in 2004, now it’s “below zero.”

Members of the Ibdaa Health Committee are on tour in the US. They are educating Americans on the devastating health conditions of Palestinians and health care workers in the West Bank, East Jerusalem and Gaza. The facts on the ground are shocking, yet the international community ignores Israel’s widespread violence and warfare against the Palestinians. The violence against health care workers, the health care system and the Palestinian infrastructure are equally appalling. According to the Palestinian Ministry of Health, 36 health care workers have been killed, 447 health (...)
Selon le ministère de la santé palestinien, le bilan depuis 2000 est plutôt catastrophique. 36 travailleurs de la santé ont été tués et 447 blessés. 375 attaques ont été perpétrées contre des centres de santé, 383 contre des ambulances. 129 patients sont morts en étant bloqués par les checkpoints où les soldats israéliens leur bloquaient le passage. La situation est dramatique, spécialement pour les femmes enceintes. Près de 70 femmes ont donné naissance à ces checkpoints. 39 enfants sont morts dans ces conditions inacceptables. Présentement en Cisjordanie, le territoire est paralysé et bloqué par (...)
Ce qui s’est passé à Karachi, du 24 au 28 mars 2006, a démontré la vitalité du processus des forums sociaux. Le fait que ce forum ait pu se tenir est déjà un exploit. Quand le comité pakistanais avait proposé d’organiser un des forums polycentriques à Karachi, les difficultés, liées au régime et à la situation de la Région, paraissaient insurmontables. Le tremblement de terre aurait du avoir raison du forum et peu croyaient que le comité pakistanais arriverait à assurer le forum en le retardant de deux mois. Le forums social n’a pas seulement eu lieu, il s’est aussi très bien passé. Entre trente (...)
Tout au long du XIXe siècle, Haïti a été isolée. Mais au début du siècle suivant, le pays est revenu dans le monde. Haïti a été un membre fondateur de la Société des Nations. Elle a même reçu la première mission d’assistance de l’ONU au début des années 50. Par la suite, la présence haïtienne s’est fait sentir dans le monde, par exemple par la présence de coopérants en Afrique. Entre-temps, le pays a été enfermé dans une dictature qui a été appuyée par les pays occidentaux dans le contexte de la guerre froide. Par la suite dans les années 80, Haïti a été prise en main par la Banque mondiale et les (...)
Depuis longtemps, certains secteurs de la communauté internationale ont adopté un discours cynique sur Haïti. Ce pays serait en faillite permanente. Les Haïtiens n’auraient pas le sens du compromis et ils auraient intégré la violence dans leur culture politique. En fait dit-on, l’avenir d’Haïti ne peut être pensé en dehors d’une tutelle internationale paternaliste. C’est en gros ce qu’on entend souvent. Parallèlement, ladite communauté internationale doit « imposer » la démocratie, du moins dans sa version technique et managériale. On avait des experts en redressement d’entreprises en faillites et (...)
Dans les pages du quotidien pakistanais anglophone Dawn, un journaliste couvrant la récente visite de Georges W. Bush au Pakistan écrivait : « Il est venu, il a joué au cricket, et s’est envolé dans la noirceur de la nuit [...] Well, entre temps, il a rencontré notre président, tenu une conférence de presse et pris part à un dîner. » Le journaliste a néanmoins omis de mentionner que c’est dans l’enceinte de l’ambassade américaine que Bush a joué au cricket, et que c’est à cet endroit qu’il a passé la nuit. La capitale Islamabad était mise en « état de siège » par le personnel de sécurité américain (...)

Après la moins passionnée des campagnes électorales qu’Israël ait connues au cours des trois dernières décades, les Israéliens viennent d’élire le Parlement le moins polarisé que l’on puisse imaginer. Le fort taux d’abstention (plus d’un tiers de l’électorat) confirme à quel point le public israélien n’a pas considéré ce scrutin comme déterminant. Cela tranche avec les élections précédentes, caractérisées par une atmosphère de guerre civile et polarisées autour des questions liées à l’avenir des territoires occupés et les problèmes de sécurité, réels ou imaginaires.

L’ONU a réalisé dans le passé de grandes œuvres pour favoriser la paix et le développement dans le monde. Mais il y a eu aussi des limites, des échecs, des nécessités de réforme. Plus récemment, le ton a changé avec la prédominance des institutions de Bretton Woods sur le discours du développement social et des droits de la personne. Dans le cas haïtien, la situation a été et demeure problématique. Notre pays subit la domination américaine depuis 1915, une intervention qui a tenté de modifier les structures de la société et le système politique et aussi de marginaliser les acteurs nationaux. Sous (...)

On February 25, the five-day blockade by several hundred West Papuan villagers of the sole access road to Freeport’s Grasberg mine was called off. The villagers achieved their modest goal of retaining the right (although formally illegal) to fossick among the mine’s tailings to collect copper and gold remnants.

January 9 marked the first anniversary of the historic “comprehensive peace agreement” (CPA), which ended the devastating 21-year war in the south between the central government in Khartoum and the impoverished people of southern Sudan. Despite the enthusiasm of the anniversary celebrations in the ramshackle southern capital of Juba, there are growing concerns that Sudan’s powerful northern elite is not committed to peace and may again plunge the south into war.* The CPA came about after years of negotiations, which dragged on inconclusively for more than a decade until the (...)

Gaza est coupé du monde extérieur. Israël s’est redéployé, mais exerce son contrôle à 100% sur le territoire. C’est business as usual. Je pense que l’ouverture du point de passage de Kerem Shalom illustre la tendance. À partir de ce lieu, Israël exerce un contrôle économique total sur Gaza...

Plus d'articles :  1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca