Écologie sociale

Lili, Katrina, Rita... Albert Naquin connait tous les ouragans par leur prénom. Et pour cause : par leur faute, le chef de la tribu autochtone de l’Isle de Jean Charles, au sud du delta du Mississippi, règne sur un territoire qui rétrécit. L’île mesurait 5 milles de long par 2 de large il y a une cinquantaine d’années, elle n’en fait plus que 2 par un quart. Les habitants se rappellent l’époque où la route qui la relie au village voisin de Pointe-aux-Chênes, cernée d’eau des deux côtés, se perdait au milieu des champs. Ils parlent de ce temps en français, la langue des (...)
Une ferme, une épicerie, des wagons de train aménagés en dortoirs, des maisons à l’architecture délirante... Bienvenue dans le village alternatif d’Emmaüs Lescar-Pau qui accueille depuis 30 ans des exclus du système et tend à recréer une micro société préservée du « consumérisme et du productivisme ». A l’ouverture des grilles, une centaine de personnes se dirigent au pas de course vers l’entrée d’un grand hangar, tels des accrocs au shopping un jour de soldes. Ils veulent être les premiers à faire leur choix parmi les meubles, vêtements et jouets proposés à la vente dans cet immense bâtiment. (...)
Depuis un certain temps, un nouveau vocable a envahi les médias et les espaces de discussions tant internationaux que nationaux : celui du changement climatique. Quelles sont les conséquences du changement climatique sur l’autonomisation des femmes rurales ? Comment peuvent-elles s’impliquer dans la lutte contre ce fléau ? Quelles alternatives peuvent-elles mettre en œuvre pour mettre fin à ce cataclysme écologique ? Les causes du changement climatique C’est le carbone soit le CO2 - gaz à effet de serre provenant des industries, des véhicules motorisés, des forêts, des savanes brûlées (...)
***A l’occasion du Salon des ressources naturelles au Palais des congrès de Montréal*** ***Coinciding with the : Forum on Natural Resources at the Palais des Congrès in Montreal*** [English below] En avril dernier, les capitalistes de la Chambre de commerce de Montréal organisaient une grande foire à la destruction des territoires nordiques, le Salon du Plan Nord. Sans beaucoup de style, ils remettent ça cette année, sous le slogan « retrouvez le Salon des ressources naturelles ». Les pilleurs se rassemblent. Commandités en grand par les minières (Osisko) et les pétrolières des sables (...)
La diminution du financement des groupes écologistes « est un choix politique ». Ce constat du Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE), rendu public le 25 avril dernier, n’est point exagéré. L’autonomie de ces groupes et leur cri d’indignation autour des projets controversés tels que le Plan Nord, les gaz de schiste et la réfection de Gentilly-2, coûtent à leurs membres l’équivalent de trois à quatre mois de chômage par année. La question de sous-financement a refait surface en octobre 2011, lors d’un colloque soulignant les dix ans de la politique L’action communautaire : une contribution (...)
Lundi, le 30 janvier 2012 au retour de la Conférence « Plan Nord : Impacts économiques, sociaux et environnementaux » à HEC Montréal, j’ai senti un urgent besoin de citoyenne d’écrire cette lettre. Indépendamment d’une organisation, expertise, statut social, origines ethniques, j’écris ce mot avec une réelle préoccupation de l’avenir pour toutes populations et formes de vie ! Premièrement, je remercie nos dirigeants d’avoir imaginé un chantier dans un grand silence pour une seule génération afin de protéger l’avenir pour la jeunesse et créer de l‘emploi. Ma génération, j’en suis convaincue, (...)
À première vue, il ne semble pas y avoir un lien manifeste entre les activistes indigènes au Canada, la performance des artistes au Royaume-Uni et les activistes environnementaux dans ces deux pays. Cependant, la controverse internationale au sujet de l’industrie des sables bitumineux canadienne a uni la population de ces communautés dans leur opposition à son développement. Au cours des dernières années, les groupes environnementaux et les artistes se sont mutuellement influencés, notamment lors d’interventions publiques innovatrices et multiplateformes. Dans un premier temps, les (...)
L’objet de dispute : la proposition de la compagnie touristique Brewster Canada de construire et exploiter « la Promenade de découverte du Glacier », un belvédère vitré sur le site du populaire point de vue Tangle Ridge à l’intérieur du parc Jasper. Les partisans : la compagnie Brewster qui déclare respecter les objectifs de Parcs Canada en bonifiant l’expérience du visiteur tout en préservant l’intégrité environnementale du lieu. Les détracteurs : les organisations environnementales, dont l’Association environnementale de Jasper avec en tête sa présidente Jill Seaton, qui s’inquiète du prétendu (...)
Au Québec, posséder une ferme écologique n’est pas ce qu’il y a de plus simple. Malgré le fait que l’agriculture soit une activité essentielle, le nombre de fermes est constamment en baisse dans la province et les agriculteurs des petites productions se font mettre des bâtons dans les roues, notamment par l’Union des producteurs agricoles (UPA). C’est le cas de Jacques Legros, producteur avicole à la ferme Au goût d’autrefois sur l’Île d’Orléans à Québec. Depuis huit ans, M. Legros s’attèle à élever des canards, des dindes sauvages, des oies, des poules Chanteclerc, des coqs tout en cultivant son (...)
Lazar Konforti travaille présentement au Nicaragua avec une coopérative rurale sur un projet de certification et de commercialisation de café. Cet article, basé sur son expérience, jette un regard sur la certification du point de vue des coopératives et des producteurs qu’elles rassemblent. Il est divisé en deux parties : la première porte sur la pression que subissent les coopératives pour se certifier tandis que la deuxième discute des deux traditions très différentes desquelles sont issues les nouvelles initiatives de certification. Dans la première partie de cet article disponible ici : (...)
Au risque de lasser le lecteur, rappelons les conditions à remplir pour que la hausse de la température de la Terre ne dépasse pas trop 2°C (entre 2 et 2,4°C) : 1°) Réduction absolue de 50 à 85% des émissions globales d’ici 2050, à entamer dès 2015 au plus tard ; 2°) Réduction absolue de 80 à 95% des émissions des pays développés d’ici 2050, et de 25 à 40% d’ici 2020, par rapport à 1990 ; 3°) Réduction des émissions des pays en développement de 15 à 30% par rapport aux projections. Si ces objectifs étaient adoptés, la dilatation thermique des masses d’eau océaniques provoquerait néanmoins, à elle seule, (...)
Le 25 octobre dernier, Louis Gill lançait officiellement son livre La crise financière et monétaire mondiale – Endettement, spéculation, austérité. La première impression étant déjà presque épuisée, l’économiste retraité de l’UQÀM pense à une nouvelle version : « La situation évolue tellement vite qu’il faut déjà mettre les chiffres à jour. » Si les chiffres changent, les mécanismes et rouages du système financier restent les mêmes. Le livre met en lumière toute la dynamique des spéculateurs banquiers. Ces banqsters (mot fusionnant banquier et gangster), comme le célèbre George Soros, disent ouvertement (...)
Plus que 8 jours avant la date finale : c’est le moment d’allier nos forces pour le dernier sprint final. Nous vous invitons à un 8 à 8 le 8 novembre. Que vous ayez une heure ou un avant-midi à partager, joignez-vous à une de nos équipes aux points de rencontre suivants : 8h00 : Au métro Berri-UQAM 12h00 : À l’Agora du pavillon Judith-Jasmin / UQAM 16h00 : À l’extérieur du métro Mont-Royal 18h00 : Dans le hall d’entrée de la Bibliothèque Nationale Pour plus de détails communiquez avec Marie-Ève Julien-Denis au 514-987-3000 poste 1359 Vous avez jusqu’au 10 novembre pour venir déposer vos feuilles (...)
Lazar Konforti travaille présentement au Nicaragua avec une coopérative rurale sur un projet de certification et de commercialisation de café. Cet article, basé sur son expérience, jette un regard sur la certification du point de vue des coopératives et des producteurs qu’elles rassemblent. Il est divisé en deux parties : la première porte sur la pression que subissent les coopératives pour se certifier tandis que la deuxième discute des deux traditions très différentes desquelles sont issues les nouvelles initiatives de certification. Commerce Équitable, Bio, Rainforest Alliance, UTZ, (...)
Au Québec, les enfants issus de familles à faible revenu sont trois fois plus susceptibles de souffrir d’obésité, selon une étude récente publiée dans le BMC Public Health. Ce phénomène n’est pas propre au Québec. À South Los Angeles, l’un des quartiers les plus défavorisés de la métropole, le conseil municipal a décrété en 2008 un moratoire d’un an sur l’ouverture de nouveaux établissements de restauration rapide pour contrer l’épidémie d’obésité qui atteint de plein fouet les enfants et les adolescents. La taxe sur les boissons sucrées, en vigueur en Belgique, au Danemark, en Finlande, au Pays-Bas et, (...)
Des forêts et des hommes par Yann Arthus-Bertrand
Découvrez et partagez gratuitement Des Forêts et des Hommes, le film officiel de l’Année Internationale des Forêts réalisé par Yann Arthus-Bertrand pour les Nations Unies ! Vous aussi, aidez GoodPlanet à préserver les forêts en diffusant ce message. Téléchargez gratuitement le film sur desforetsetdeshommes.org et partagez le sans restrictions avec votre entourage, sur votre site, dans votre école, votre ville, votre entreprise, etc. Plus d’infos sur les actions de GoodPlanet en faveur des forêts sur (...)
Plusieurs sont déçus de savoir que la FTQ a décidé de soutenir la position du gouvernement d’investir dans la centrale nucléaire de Gentilly, surtout à la suite de la demande de fermeture par la Coalition Sortons le Québec du nucléaire à la fin mars. Considérant l’importance des appuis sociaux et politiques de la coalition ainsi que les événements récents du Japon, on comprend mal que la FTQ insiste dans son communiqué pour dire que ce fut une décision unanime prise à un congrès qui s’est tenu quelques mois auparavant ! Pourtant, ailleurs dans le monde, il existe des organisations semblables à la (...)

1. Partners:

A. Southern host organisation

Réseau africain pour le développement (RADI)

RADI’s mission is to fight against poverty, injustice and ignorance by promoting the participation of concerned population and by empowering and educating citizens to promote autonomy and self-sustainability. The RADI is involved in various areas: promotion and integration of women, sustainable agriculture and food security, national language literacy and basic education, peasant management, youth development in urban and semi-urban areas (education, training, integration, employment), and environment.

B. Quebec partner organisation

Head & Hands / À deux mains

Head & Hands’ mission is to work with youth to promote their physical and mental well-being. Its approach is preventative, non-judgmental and holistic, with a fundamental commitment to providing an environment that welcomes youth without discrimination. Head & Hands facilitate social change and the empowerment of youth based on their current needs within its community and society at large.

Head & Hands envisions a society where all youth are participants and are inspired by the endless possibilities available to them.

1. Partenaires :

Réseau africain pour le développement (RADI)

Le RADI s’est fixé pour mission de lutter contre la pauvreté, l’injustice et
l’ignorance à travers le développement de la participation des populations concernées et leur formation, afin de garantir la poursuite des opérations avec une intervention minimale du RADI. Le RADI intervient dans divers domaines : promotion et intégration de la femme, agriculture durable et sécurité alimentaire, alphabétisation en langue nationale et éducation de base, gestion paysanne, promotion de la jeunesse en milieux urbain et semi-urbain (éducation, formation, insertion, emploi), protection de l’environnement.

Partenaire québécois : Head & Hands / À deux mains

À deux mains a pour mission de travailler avec les jeunes pour promouvoir leur bien-être mental et physique. Son approche est sans jugement et holistique. Nous mettons de l’avant la transformation sociale et la validation des jeunes selon leurs besoins réels dans notre communauté et dans la société en général. À deux mains aimerait voir une société dans laquelle tous les jeunes peuevent participer, et dans laquelle ils se sentent inspirés par les possibilités qui s’offrent à eux.

1. Nom partenaire du sud :

Clubs Kayira de l’Association des Radios libres Kayira

Le Réseau des radios libres est une organisation qui regroupe 9 radios communautaires (1 à Bamako, 8 en milieu rural). Autour de ces radios communautaires se sont greffés les Clubs Kayira qui sont composés d’associations féminines, d’associations de personnes vulnérables (handicapés) ou de groupements villageois.

Le Réseau des Radios Libres et des Clubs Kayira se veut une tribune de vigilance démocratique, d’éveil des consciences et d’éducation populaire en :
- Informant en toute indépendance sur tous les aspects de la vie locale, régionale, nationale et internationale
- Contribuant à rassembler, sur les bases d’une démocratie participative le plus grand nombre possible de citoyens et à assurer leur formation civique
- Prenant une part active à l’information sur la santé, l’assainissement et le respect de l’environnement
- Donnant la parole aux associations et à tous les citoyens qui gardent le silence parce qu’ils n’ont aucune possibilité de s’exprimer
- Combattant la diffusion d’idées et de principes fondés sur l’intolérance, le racisme, l’exclusion et la xénophobie
- Ouvrant l’antenne aux expressions culturelles les plus diverses (présentations d’artistes et de leurs oeuvres musicales, théâtrales, cinématographiques...) du Mali et d’ailleurs

L’année 2009 a été marquée par la tenue de la conférence de Copenhague qui visait à établir un consensus international face aux problématiques environnementales annoncées depuis plusieurs décennies déjà par la communauté scientifique internationale.

Le peuple cubain a payé et paie encore très cher l’embargo des États-Unis sur leur pays, notamment à coup de famines. Malgré - ou grâce à - cet embargo, Cuba est devenu un des leaders mondiaux en agriculture urbaine. Portrait de la Fundación Antonio Núñez Jiménez de la Naturaleza y el Hombre (FANJ) de Sancti Spiritus, considérée comme l’instigatrice de ce mouvement sur l’Île.

La moitié des réserves mondiales d’un métal destiné à réduire notre dépendance au pétrole se trouve en Bolivie, sous la croûte salée du salar d’Uyuni, le plus grand désert de sel au monde. Le gouvernement veille sur ce trésor et s’apprête à l’exploiter.

La mine de Kalakan se retrouve tout près de la frontière de la Côte d’Ivoire en sol malien. Située à plusieurs heures au sud de Bamako, cette mine exploitée artisanalement n’a rien de différent des autres petites mines qui se retrouvent ailleurs au Mali.

La ville de Québec a fait un jardin ancestral spécialement pour son 400e et Michelle Obama jardine avec sa famille à la Maison Blanche. Loin de surfer sur la vague, les porteurs de l’agriculture urbaine croient qu’un véritable changement des mentalités s’opère actuellement, et pas seulement dans les pays du Nord.

La survie de certains peuples boliviens est intimement liée au maintien de l’équilibre
terrestre. Pour ceux qui se considèrent comme les gardiens de la Pachamama –Mère Nature – l’échec de la conférence de Copenhague peut avoir l’allure d’un matricide, surtout lorsqu’ils voient leurs terres souffrir d’anhydrie.

In collaboration withe Youth Eco Internship Program of the YMCA Canada, Alternatives is offering an urban agriculture mobilization and education officer position in its Montreal office.

The Rooftop Garden project (a collaboration between Alternatives and the Santropol Roulant) is an unique community initiative who addresses food security, environmental health and urban ecology. Our innovative gardens empowr urban residents to produce their own food, green their neighbourhoods and build healthy communities.

Alternatives is an actor recognized in the field of urban agriculture with its Rooftop garden project, which won a Phénix award in the sustainable development category in 2008, and the Urban Design prize from the Royal Architectural Institute of Canada, Canadian Institute of Planners (CIP) and the Canadian Society of Landscape Architects (CSLA) for its project in collaboration with McGill University. Alternatives develops with many local and international partners innovative models of urban agriculture.

En collaboration avec le programme Éco-stages jeunesse des YMCA du Canada, Alternatives est heureux d’offrir un poste d’agent d’éducation et de mobilisation en agriculture urbaine dans ses bureaux de Montréal.

Le projet des jardins sur les toits (une collaboration entre Alternatives et le Santropol Roulant) est une initiative communautaire unique qui touche la sécurité alimentaire, la santé environnementale et l’écologie urbaine. Nos jardins novateurs incitent les résidents urbains à produire leur propre nourriture, verdir leurs quartiers et créer des communautés saines.

Alternatives est un acteur reconnu dans le domaine de l’agriculture urbaine avec son projet « Les jardins sur les toits », qui a été lauréat du Phénix de l’environnement en 2008 (catégorie développement durable) et qui a remporté le Prix national de design urbain en 2008. Alternatives développe avec plusieurs partenaires locaux et internationaux des modèles novateurs de verdissement urbain.

En collaboration avec le programme Éco-stages jeunesse des YMCA du Canada, Alternatives est heureux d’offrir un poste d’adjoint(e) au programme environnement et agriculture urbaine dans ses bureaux de Montréal.

Le projet des jardins sur les toits (une collaboration entre Alternatives et le Santropol Roulant) est une initiative communautaire unique qui touche la sécurité alimentaire, la santé environnementale et l’écologie urbaine. Nos jardins novateurs incitent les résidents urbains à produire leur propre nourriture, verdir leurs quartiers et créer des communautés saines.

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca