Sécurité

Quelque temps après l’invasion de l’Irak, le président Bush déclarait que les Etats-Unis allaient ouvrir une nouvelle ère au Moyen-Orient. Cette région du monde affirmait-il, allait enfin connaître la paix, la prospérité, la démocratie. Deux ans plus tard, la situation reste très ambiguë.

Le 1er février 2005, le roi Gyanendra du Népal a usurpé tous les pouvoirs exécutifs de l’État en proclamant l’état d’urgence. Il justifie sa proclamation par l’échec des partis politiques à adopter une approche unifiée contre le terrorisme, leur incapacité à tenir des élections à temps et leur trahison des aspirations de justice sociale, politique et économique du peuple.

On 1 February 2005, King Gyanendra of Nepal usurped all executive powers of State through a proclamation of Emergency in the country that has been precipitously descending into bloody chaos since his anointment as the king following the inexplicable massacre of the royal clan on 1 June 2001.

Pris en tenaille entre l’armée indonésienne et les séparatistes du GAM, les survivants du tsunami ne rêvent que d’une chose : la sécurité.

(Kathmandu, March 1, 2005) — The Royal Nepalese Army, which assisted King Gyanendra’s February 1 seizure of power, is responsible for a widespread pattern of enforced disappearances, Human Rights Watch said in a new report released today. Human Rights Watch called on the king and the army to immediately end the practice of “disappearances” and to take concrete steps to hold perpetrators accountable.

Le gouvernement fédéral et celui de l’Etat du Pará sont fermement décidés à arrêter ses assassins et les commanditaires de ce crime vil et barbare, qui nous a indignés et plongés dans la consternation et l’affliction.

Bien peu de gens connaissent l’Initiative nord-américaine pour la sécurité et la prospérité. Pourtant, c’est le projet promu par les 150 plus grandes entreprises canadiennes regroupées sous l’égide du Conseil canadien des chefs d’entreprises (CCCE), dont le président, Thomas D’Aquino, a la réputation d’être le plus puissant lobbyiste à Ottawa.

Elle a regardé nos passeports et nous a envoyés, avec un grand sourire, au bungalow un peu plus loin. Elle a la peau brune et les traits fins des Falachas éthiopiens.

Amnistie internationale appelle à suspendre l’utilisation d’armes à décharges électriques — COMMUNIQUÉ DE PRESSE — Plus de 70 personnes sont décédées aux États-Unis et au Canada depuis 2001, après avoir reçu des décharges électriques de pistolets paralysants Taser. Si les coroners (officiers de justice chargés de faire une enquête en cas de mort violente, subite ou suspecte) ont dans l’ensemble attribué ces morts à des causes autres, telles que l’abus de drogue, ils ont établi que dans au moins cinq affaires les pistolets Taser avaient joué un rôle certain. « Des pistolets paralysants ont été (...)
Les inquiétudes d’Amnistie internationale après des décès et mauvais traitements liés à l’utilisation d’armes paralysantes par la police — ANNONCE À L’ATTENTION DES MÉDIAS — Pistolets Taser – De quoi s’agit-il ? Les pistolets Taser sont des armes paralysantes capables d’envoyer des décharges de 50 000 volts qui paralysent instantanément les personnes touchées. Ces armes projettent à distance deux fléchettes qui pénètrent à travers les vêtements ou la peau en envoyant un électrochoc. Ces pistolets paralysants peuvent également être utilisés à bout portant, “ par contact ”. Les pistolets paralysants sont (...)

Ottawa and Washington - The Liberal government welcomes an unpopular American President to the capital today under tight security for a meeting aimed at mending fences even as a nasty trade war looms and critical policy differences remain unsolved.

KEY FINDINGS — A Failed ’Transition’ is the most comprehensive accounting of the mounting costs of the Iraq war on the United States, Iraq, and the world. Among its major findings are stark figures about the escalation of costs in these most recent three months of "transition" to Iraqi rule, a period that the Bush administration claimed would be characterized by falling human and economic costs.

Le 9 octobre, la population afghane connaîtra ses premières élections « démocratiques » de son histoire. Dix-huit candidats sont en lice, dont Hamid Karzai l’actuel président intérimaire, ainsi qu’une femme médecin, Massouda Jalal, dont les chances de l’emporter sont nulles, mais dont la candidature a valeur de symbole. Alors que règne un lourd climat d’insécurité, Karzai est d’ores et déjà proclamé vainqueur.

Mercredi 18 août, 1 300 délégués irakiens réunis au sein de la Conférence nationale irakienne, ont réussi à « s’entendre », non sans mal, pour former le Conseil national intérimaire - composé de 100 membres. Une sorte de Parlement provisoire, aux pouvoirs limités, encadré par l’occupation américaine, jusqu’aux élections prévues pour janvier 2005. Mais il est à craindre qu’à l’été meurtrier, ne succède l’année de tous les dangers.

Lloyd Axworthy a été le ministre des affaires extérieures du Canada entre 1996 et 2000. Avant sa retraite de la vie politique, il a tenté de se positionner pour la succession de Jean Chrétien, avant de réaliser qu’il n’avait aucune chance, n’étant pas vraiment lié aux grands caciques qui orientent le PLC.

Photo : © Catherine Pappas

Pendant que les yeux sont tournés vers Bagdad, l’Afghanistan vit de sombres jours. L’insécurité sévit dans presque toutes les régions du pays. Les droits des citoyens et des citoyennes sont constamment violés par les diverses milices qui prolifèrent et qui ont « restructuré » l’économie afghane vers la production d’opium, alors que le programme de reconstruction du pays mise sur le libre-marché. Bref, les Afghans craignent le pire.

Le nouveau gouvernement de l’après-Aristide est installé depuis maintenant plus de deux semaines. Ce cabinet reflète une nette tendance technocratique avec, en toile de fond, un préjugé favorable pour les secteurs politiques et sociaux qui ont mené la bataille contre Aristide. Le nouveau premier ministre, Gérard Latortue, insiste pour ne pas rater la transition qui s’amorce. Au coeur des problèmes urgents que le nouveau gouvernement devra affronter : rétablir un climat de sécurité et de paix sociale, un préalable à toutes autres démarches en Haïti.

Le mouvement altermondialiste a déplacé une part de son énergie sur un front qui attire moins l’attention des médias : les tribunaux. La répression brutale qui frappe ce mouvement a pour résultat que des milliers de militants et de militantes à travers le monde font aujourd’hui face à des accusations et doivent consacrer du temps et de l’argent pour se défendre devant la « justice ». De Seattle à Québec, ce sont des milliers de personnes qui ont été arrêtées et souvent détenues dans des conditions dénoncées à plusieurs reprises par Amnistie internationale et les ligues des droits et libertés.

Profitant du climat de peur et d’insécurité qui règne depuis le 11 septembre 2001, des États ont adopté de nombreuses dispositions pour lutter contre le terrorisme. Au Canada, l’adoption de certaines dispositions menace les droits des citoyens de manière significative, selon la Ligue des droits et libertés, qui vient de lancer une campagne sous le thème « Nos libertés sont notre sécurité ».

It is midday in Baghdad and there are no women or children to be seen on the streets. Instead of the "new era of freedom" which the US army was supposed to introduce to Iraq, the chaos and insecurity has resulted in an escalation in kidnappings of women and children and the rape of women and girls. No women can walk on the streets and no children can play in the parks during their school vacation.

Quelques jours avant l’attentat qui a fait plusieurs morts à Jérusalem la semaine dernière, les habitants des quartiers orientaux de Jérusalem-Est apprenaient qu’ils allaient être expropriés en raison de la construction du « mur » qui doit séparer Israël des territoires palestiniens. Cinquante mille Palestiniens de Cisjordanie se retrouveront ainsi du côté israélien de la clôture, alors que leurs familles, leurs lieux de travail et les écoles de leurs enfants seront de l’autre côté.

Dans le contexte de crise qui sévit en Argentine, Alternatives travaille actuellement à développer un projet qui permmetra de diminuer le déficit alimentaire des enfants et des jeunes dans deux quartiers défavorisés du Grand Buenos Aires. L’appui d’Alternatives et de ses partenaires permettra aux communautés ciblées d’offrir des repas plus nombreux et de meilleure qualité. En outre, cet aide permettra aux cuisines collectives d’améliorer les installations physiques où elles œuvrent. Cela est particulièrement important compte tenu que des activités des formations tant artistiques que (...)

Il nous faut de toute nécessité revenir rapidement sur ce bref intermède de dix années à peine qui sépare la fin de la IIIe Guerre mondiale du début de la IVe, faute de quoi nous risquons de mésinterpréter la stratégie mise en place de manière parfaitement cohérente et systématique par la Maison blanche depuis l’arrivée au pouvoir de l’équipe du président George W. Bush en janvier 2000. Cette stratégie se déploie sur plusieurs fronts à la fois et l’intime complémentarité entre ses dimensions militaires, sécuritaires, économiques et commerciales, justifiées désormais par suite des attaques terroristes du 11 septembre 2001, nous oblige à élargir la perspective d’analyse pour chercher à y voir plus clair.

It is not surprising, and like everyone else we anticipated that some Iraqis would welcome U.S. troops and cheer their arrival. Many have already tempered their welcome with urging the U.S. not to stay in Iraq for long. Most Iraqis are almost certainly relieved and thrilled at the imminent end of a terribly repressive regime and an end to crippling sanctions. But if yesterday was the party — today the hangover begins. There are already reports of Iraqis saying the Ba’athist regime was bad, but that the current lack of authority and its resulting looting and chaos are worse — "at least before we had security," one said.

When the Canadian Council of Chief Executives (CCCE) published a plan of action for increased Canada-U.S. integration on January 14, it went unnoticed in the mainstream media.

« Les Américains ont créé eux-mêmes les monstres qui se retournent aujourd’hui contre eux », a déclaré l’auteur du récent ouvrage CIA et jihad 1950-2001. Contre l’URSS, une désastreuse alliance, le journaliste John K. Cooley, de passage à la librairie Olivieri le 10 avril dernier.

Plus d'articles :  1 | 2

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca