Roumanie

La « forteresse Europe » est menacée par l’arrivée des « barbares », à savoir les réfugiés venus du Proche-Orient, et elle a délégué aux « sauvages » pays de sa périphérie — la Roumanie, la Bulgarie, la Serbie, la Croatie, la Hongrie – la tache de défendre ses frontières extérieures. La logique profonde de Schengen est celle du mur d’enceinte. Récemment, les médias roumains ont massivement relayé l’anecdote selon laquelle deux migrants afghans, passés de Serbie en Roumanie, avaient fondu en larmes en comprenant qu’ils n’étaient pas encore en Hongrie, mais seulement en Roumanie. Pour eux, c’était encore (...)

« Il faut lire Manea, » insistait Miriam Bridenne, attachée de presse chez Actes Sud, mon éditeur français. Et je l’ai bien écouté, car une attachée de presse qui parle en bien d’un livre sorti chez un éditeur concurrent, c’est plutôt rare.

Le 1er janvier 2007, la Roumanie sera l’un des nouveaux pays à intégrer l’Union européenne. Or, la mise en œuvre de la politique agricole commune (PAC), combinée à l’invasion d’organismes génétiquement modifiés (OGM), bouleversera de manière radicale l’organisation du milieu rural fondé majoritairement sur de petites exploitations familiales. Celles-ci risquent de disparaître au bénéfice de l’agro-industrie, caractérisée par un productivisme féroce.

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca