République démocratique du Congo

La lutte pour le contrôle des ressources minières en République démocratique du Congo (RDC) n’est pas étrangère aux nombreux conflits armés qui secouent ce pays d’Afrique centrale depuis la chute du régime Mobutu. Entre 1998 et 2004, le nombre de morts reliés aux conflits et à leurs conséquences est estimé à quatre millions d’individus, essentiellement des civils, d’après une étude récente publiée dans la revue The Lancet. Alors que les premières élections démocratiques sont prévues pour juin prochain, une réflexion sur la gouvernance et le secteur minier congolais s’impose.

The British medical journal Lancet recently took greater notice of the Democratic Republic of the Congo (DRC) than all western media outlets combined. A group of physicians reported that about 4 million people have died since the “official” outbreak of the Congolese war in 1998 (1). The BBC reported the war in Congo has claimed more lives than any armed conflict since World War II (2). However, experts working in the Congo, and Congolese survivors, count over 10 million dead since war began in 1996-not 1998-with the U.S.-backed invasion to overthrow Zaire’s President Joseph (...)

Dans un contexte post-conflit, la stabilisation de la situation en RDC n’est possible que par la mise en place d’un État de droit respectueux des droits humains, notamment des droits des femmes. En 2007, Alternatives a pu mettre en œuve un grand programme se sensibilisation aux droits en collaboration avec des réseaux de la société civile congolaise.

La DMTIC est issue d’une rencontre organisée par Alternatives intitulée « Table ronde multisectorielle sur les technologies de l’information et des communications (TIC) » qui s’est tenue à Kinshasa en janvier 2005.

La République Démocratique du Congo est l’un des plus grands pays d’Afrique avec une superficie de 2.3 millions de km2. Elle compte environ 52 millions d’habitants avec un taux de croissance démographique compris dans la fourchette de 3 à 3.2 % par année. Depuis l’indépendance acquise en juin 1960, le pays fut essentiellement marqué par des désordres politiques se concluant par la mise en place de l’actuelle période de transition en avril 2003. Cette dernière guerre aura cependant eu des conséquences catastrophiques, causant la mort de 4.7 millions de personnes depuis 1998 . Généralement (...)
En Février 2002, Alternatives ouvrait à Kinshasa une antenne avec l’objectif de se rapprocher de ses partenaires. Le bureau compte aujourd’hui sur une équipe de 8 membres. En 1997, Alternatives a organisé différents programmes d’information mettant en vedette des partenaires locaux. À Kinshasa, nous avons depuis appuyé le Collectif de diffusion, d’information et d’appui aux femmes (CODIAF) de même que le Comité national femmes et développement (CONAFED) via différentes contributions ponctuelles axées sur le renforcement institutionnel. En 1998, ce travail s’est accentué et Alternatives a mis (...)

Plus de deux ans de transition en République Démocratique du Congo et le processus de paix est toujours en danger. Chaque jour, on compte encore jusqu’à 1000 décès des suites directes ou indirectes de la guerre - maladies, malnutrition et insécurité. Bien que les principaux dirigeants des belligérants soient inclus dans le Gouvernement de transition, leur corruption et mauvaise gestion menacent le bon déroulement et la stabilité des prochaines élections nationales - désormais reportées de juin 2005 à mars 2006. Il faut que la communauté internationale maintienne sa pression sur plusieurs fronts en exigeant des réformes spécifiques dans les secteurs de la sécurité et de la justice de transition ainsi que de la bonne gouvernance comme préalables à la tenue des élections sans attendre la mise en place d’un nouveau gouvernement.

Un grand nombre d’armes et de munitions en provenance des Balkans et
d’Europe de l’Est affluent dans la région des Grands Lacs, région
d’Afrique déchirée par les conflits. Pourtant, selon de nouvelles
recherches publiées ce mardi 5 juillet 2005, il est établi que ces
armes servent à commettre des violations flagrantes des droits humains.

À une époque où il est de bon ton de larguer des boulets bien sentis aux femmes et aux féministes, il fallait un certain culot pour proposer comme thématique touristique afin de promouvoir la fréquentation du canal de Lachine l’apport exceptionnel d’une quarantaine de figures féminines à la construction de Montréal ! Et comme Montréal c’est bien plus qu’une île mais bien une sorte de cœur-poumon du Québec, ce que ces personnalités ont fait pour Montréal, elles l’ont aussi offert, par ricochet, au Québec tout entier. Les visiteurs québécois et étrangers sont donc conviés cet été à découvrir La (...)

L’Institut d’études internationales de Montréal vous convie à assister à la conférence : Une paix durable au Congo est-elle possible ?

Dans le cadre des 8e Journées Québécoises de la Solidarité Internationale qui se déroulent du 11 au 21 novembre 2004, Alternatives organise à Québec une conférence qui se tiendra le 18 novembre 2004 à 19h30 au 3F du Pavillon Charles De-Konink à l’Université Laval

Nous sommes dans une transition : de l’absence de légitimité de l’Etat vers un Etat légitime. La caractéristique centrale de celui-ci c’est que le peuple congolais dans son ensemble aura confiance dans les institutions et donc dans ses dirigeants.

Prise de la ville de Bukavu par des forces rebelles, émeutes populaires à Kinshasa et Kisangani, redéploiement massif des forces armées congolaises et de la Mission des Nations unies au Congo (Monuc) : les événements du mois de juin font craindre le pire pour la République démocratique du Congo (RDC. Les accusations de « génocide » contre les populations banyamulenge, utilisées par des rebelles alliés au Rwanda, ont été largement réfutées par les observateurs, y compris par des leaders banyamulenge et la Monuc.
Prétexte d’une nouvelle intervention militaire rwandaise en RDC.

Données statistiques de La République démocratique
du Congo : La RDC est située en
Afrique centrale ; sa capitale est
Kinshasa et sa superficie est de
2 348 000 km2.

14 km from Kinshasa, in N’Djili-Brasserie, Alternatives has undertook a program aimed at supporting a community in difficulty. The project aims to: Reinforce the capacities of the hospital complex by training staff and insuring the supply of equipment; Supply the health center with essential drugs; Build and equip two additional houses; Build a doctors quarters, a laboratory and a kitchen; Nourish 2500 vulnerable children Before the arrival of Alternatives badly nourished children were housed in the same installations as sick children with infections, which increased (...)
Kinshasa, hiver 2004 - Je roule machinalement sur le Boulevard du 30 juin, artère principale de la Commune de la Gombe, unique secteur considéré comme « la ville », à Kinshasa la belle. Entre les deux nécessaires tubes du chanteur Koffi Olomide, l’animateur matinal de Radio Okapi fait état des tensions de la transition, des querelles ministérielles et des grèves qui se multiplient maintenant à l’échelle de tout le pays. Enseignants, fonctionnaires, médecins, douaniers : les Congolais de tous les secteurs n’en peuvent plus d’attendre les fruits de cette transition. Pourtant, depuis l’accord (...)

Kinshasa - La prison de Makala est le seul centre pénitencier de la ville de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC), où se retrouvent des centaines de prisonniers hommes, femmes et enfants. Dans la salle du pavillon 9 réservé aux femmes, chacune des détenues est victime d’un système judiciaire non fonctionnel, après avoir été la cible de croyances populaires portant atteinte aux droits de la femme.

Depuis 1998, près d’un million de civils ont été tués pendant les combats qui opposent divers groupes armés supportés par les pays voisins de la RDC. À ces pertes humaines, s’ajoutent les 2,5 millions de personnes qui ont succombé de malnutrition et de maladies, une des conséquences des déplacements forcés d’habitants qui occupent des zones riches en diamants. Malgré la signature d’accords de paix en 2002, les combats persistent entre diverses factions à l’intérieur du pays.

Since May 2002, Alternatives has supported the implementation of the civil society Internet portal in DRC, which is THE virtual meeting place for Congolese civil society. It offers the benefits of a dynamic Internet presence to all civil society networks and organizations and at the same time introduces civil society organizations, their actions and their ideas.

In the Democratic Republic of Congo (DRC), AIDS, the official rate of which is 5%, will in fact affect many more people, with an average of 173 000 new cases every year. Many aggravating factors, particularly the war and displacement of populations, have probably strongly contributed to the spread of HIV and other STDs. Hospitals are currently inundated with people carrying HIV. At the Kisangani hospital, 68% of the sick will die of AIDS, as will 75% of those at Kikwit. A recent study involving apparently healthy families who donate blood revealed that more than one third were already HIV positive. UNAIDS estimates that at least 90% of HIV positive people are not aware of their health status.

Within the framework of a project to renovate a centre for persons with disabilities in Limete, Kinshasa, Alternatives has recently launched a pilot experience (May 2003) aimed at promoting the use of adapted and less expensive construction technologies. Adobe brick (made of clay) is definitely cheaper to produce, but above all offers undeniable weather-resistant qualities.

Alternatives appuie une campagne qui vise une meilleure planification familiale et l’appui dans la lutte contre les MST-VIH/SIDA en faveur des jeunes /adolescents et adultes des populations des quartiers pauvres de KINSHASA.

La dernière vague de massacres ethniques en République démocratique du Congo (RDC) aurait fait plus de 300 morts au cours des dernières semaines à Bunia, chef lieu de l’Ituri. Ces atrocités sont survenues sous les yeux des observateurs de la Mission de l’ONU au Congo (MONUC), qui ne se sont pas interposés.

Dans le cadre d’un projet visant à réhabilitation d’un centre de personnes handicapées à Limete (Kinshasa), Alternatives a récemment entrepris (mai 2003) une expérience pilote visant à promouvir l’utilisation de technologies de construction adaptées et à moindre coûts. La brique Adobe (faite d’argile) est effectivement moins chère à la production, mais surtout, elle présente des qualités indéniables au niveau de sa résistance climatique.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Dans un nouveau rapport publié aujourd’hui, lundi 28 avril, Amnistie internationale exhorte la communauté internationale à assumer de toute urgence ses responsabilités légales et morales : elle doit sans délai mettre fin aux violations des droits humains et du droit international humanitaire commises par les forces qui se livrent au pillage de la République démocratique du Congo (RDC), pays ravagé par la guerre, et faire cesser les souffrances intolérables que cela engendre pour la population congolaise. « Depuis quatre ans et demi, le Rwanda, l’Ouganda et leurs (...)

Officiellement lancé par Alternatives à Kinshasa le 19 mars 2003, le Portail Internet de la société civile en RDC est LE carrefour virtuel de la société civile congolaise. Regroupant initialement une douzaine d’organisations locales, le projet permet maintenant à plus de 450 organisations de partout en République démocratique du Congo de bénéficier d’une visibilité Internet dynamique. Aujourd’hui, plus de 120 000 pages sont lues chaque mois sur cet outil qui est depuis devenu une référence essentielle sur le travail de la société civile en RDC.

À 14 km du centre ville de Kinshasa, à N’Djili-Brasserie plus précisément, Alternatives a entrepris un programme visant à appuyer une communauté en difficulté.

Le six mars dernier, à Pretoria en Afrique du Sud, le gouvernement de Joseph Kabila, le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) et le Mouvement pour la libération du Congo (MLC) ont signé un accord qui devrait permettre le démarrage de la transition démocratique en République démocratique du Congo (RDC). Une étape importante dans le processus de paix, mais plusieurs doutent de la bonne volonté des acteurs du Dialogue intercongolais (DIC).

Si la société civile congolaise mobilise toute son énergie pour mener le Dialogue intercongolais à bon port, ses leaders n’hésitent pas à se prononcer contre la croisade de Bush. D’autant plus que les frappes américaines sur l’Irak pourraient servir de diversion aux troupes rebelles, qui n’attendent qu’un prétexte pour reprendre les affrontements à l’est du pays.

Quelle désolation quand on a connu la ville de Goma la veille du 17 janvier. Comme si le conflit régional qui sévit dans l’Est du Congo depuis maintenant quatre ans n’était pas suffisant, l’année 2002 aura été de toutes les catastrophes naturelles.

Plus d'articles :  1 | 2 | 3

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca