Pakistan

The United States is struggling with Pakistan. The problem is manifold, encompassing a resurgent al-Qaeda, a Taliban insurgency in Afghanistan with bases in Pakistan, and Islamist militancy in Pakistan’s tribal areas and North-West Frontier Province.

« Ma sœur a été vendue pour l’équivalent de 150$ par le fils du propriétaire terrien pour qui on travaillait. Le patron nous a dit qu’il retrancherait ce montant de la dette qu’on lui devait. Ça nous a étonnés, et quand on lui a dit que c’était lui qui nous devait des salaires, il a dit “je vous nourris, je vous héberge et vous fournis des vêtements. C’est ça votre salaire. L’argent que je vous ai versé auparavant, vous me le devez.” » raconte Lalli, libérée après 22 ans de captivité sur les terres de son seigneur. Au Pakistan, Lalli ne constitue pas une exception. Son sort est partagé par des (...)

Recently the federal government of Pakistan signed a contract with Nakeel group of Limitless, a UAE based private company for construction of a new Water Front Sugar City off the Karachi coast. According to the plan this proposed new city will be built on 60,000 acres of land. The estimated cost of the mega project has been put at $.68 billion.

Lahore February 19, 2008: The Human Rights Commission of Pakistan applauds the people of Pakistan who overcame several obstacles and despite pre-poll rigging gave a clear verdict in favour of democratic governance. Regrettably, this opportunity was not available to the electorate in Balochistan. Boycott of worthy political leadership from contesting the elections and their call for staying away from the polls; have not reflected a genuine will of the people of Balochistan to the 2008 polls. This will pose a challenge to the federal parliament as well as the future provincial (...)

Les élections du 18 février pour choisir les députés au parlement national et aux assemblés de quatre provinces sont sans appel pour le président de Pervez Moucharraf. Les Pakistanais n’ont pas confiance en lui.

Elections in Pakistan held on February 18, 2008 were seen by some political analysts as a referendum on President Parvez Musharraf. In that case the people of Pakistan have clearly passed a no confidence vote against him.

A multidimensional charade is taking place in Pakistan, and it is not an edifying sight. Pervez Musharraf has discarded his uniform and is trying to cling to power, whatever the cost.

In a joint statement issued to the press Mr. Iqbal Haider, Secretary General, Human Rights Commission of Pakistan (HRCP) and Ms. Zohra Yusuf, Vice Chairperson, HRCP strongly condemned spread of mob violence and lawlessness across the country, just before the general elections in Pakistan. This violence has spiraled completely out of control of the government, and is threatening to plunge the country into a state of total anarchy.

Au Pakistan, ce ne sont pas les islamistes qui choisissent les dirigeants de l’armée ; ce sont plutôt les généraux qui déterminent la marge de manoeuvre dont jouissent les islamistes.

Victimes des changements climatiques toujours plus drastiques, les travailleurs de la pêche du Pakistan font partie de la population la plus pauvre et démunie du pays. Suite à la baisse considérable du débit de la rivière Delta Indus, Alternatives, de concert avec plusieurs organisations locales du secteur de la pêche, soutient l’organisation Pakistan Fisherfolk Forum (PFF), afin de favoriser la concertation face aux enjeux environnementaux et de renforcer les capacités des (...)

Just nine weeks ago, Benazir Bhutto received a tumultuous welcome in Karachi from hundreds of thousands of supporters on her return to Pakistan after a decade in exile. She narrowly escaped death on that occasion when a suicide bomber struck her cavalcade and killed several hundred innocent people. Her assassination at a campaign rally in Rawalpindi on December 27, despite the "hundreds of riot police manning security checkpoints with metal detectors" according to press reports, demonstrates the extent to which self-destructive and, ultimately, self-defeating violence has entered Pakistan’s political processes. No amount of American aid, military, financial, or political, dedicated to "defeating terrorism" seems likely to be able to reverse this downward spiral. In fact, it may, perversely, be tending to accelerate it.

Press Release following a workshop on "Democracy and Tolerance" held in Pakistan with the support of Alternatives, December 27 2007.

Le 3 novembre, le président du Pakistan, le général Pervez Musharraf, a peut-être franchi le point de non-retour en décrétant l’état d’urgence dans tout le pays. La loi d’exception n’a pas suffi à bâillonner l’opposition, et le général-président semble déjà préparer sa sortie de piste.

Gen. Pervez Musharraf seized power in Pakistan eight years ago, claiming that the army had to step in to save the country from corrupt and incompetent politicians. Since then, he has run both the army and the government himself, with the connivance of a rubber-stamp Parliament put in place through rigged elections. His rule has proved to be a dismal failure, creating more problems than those it set out to solve.

Alternatives est très préoccupée par la décision du président Pervez Musharraf d’instaurer l’état d’urgence au Pakistan. C’est avec consternation que nous avons constaté la suppression presque totale de l’opposition, des médias indépendants et de la dissidence, depuis l’instauration de cette mesure d’exception, le samedi 3 novembre 2007.

Statements from Citizens groups

* Lift emergency, restore democracy, demands citizens’
* PFUJ Condemns Curbs, Raids on Media
* Message from Asma Jahangir - 4 November 2007
* Press Statement - Pakistan- India Peoples’ Forum For Peace & Democracy (Maharashtra)
* SAFMA, SAMC condemn clampdown on press
* FOSA Demands the Restoration of Democracy in Pakistan

Le mois dernier, à Kaboul, une assemblée traditionnelle de chefs tribaux de l’Afghanistan et du Pakistan a lancé un appel au dialogue avec les talibans. Cette « Jirga de paix » a même débouché sur la création d’un conseil chargé d’ouvrir les discussions.

Au Pakistan, tous les dictateurs finissent par rencontrer une forte opposition au sein de la population. Le général Pervez Musharraf n’y fait pas exception.

The current pace and frequency of what would have been regarded as “watershed” events in Pakistani politics leaves one second-guessing what is likely to unfold in the immediate future.

Pour la troisième fois en moins d’un an, à la mi-février, des terroristes ont tenté de faire dérailler le processus de paix entre l’Inde et le Pakistan. La pire chose à faire, selon le quotidien indien The Hindu, serait de leur concéder la victoire.

Rape of women, disappearance, illegal detain,threatening at gun point, molestation, loot and terrorising raids by security forces and by unknown gunmen have been a day to day phenomena in Kashmir valley and in border districts of Jammu.

Ce qui s’est passé à Karachi, du 24 au 28 mars 2006, a démontré la vitalité du processus des forums sociaux. Le fait que ce forum ait pu se tenir est déjà un exploit. Quand le comité pakistanais avait proposé d’organiser un des forums polycentriques à Karachi, les difficultés, liées au régime et à la situation de la Région, paraissaient insurmontables. Le tremblement de terre aurait du avoir raison du forum et peu croyaient que le comité pakistanais arriverait à assurer le forum en le retardant de deux mois. Le forums social n’a pas seulement eu lieu, il s’est aussi très bien passé. Entre trente (...)
Dans les pages du quotidien pakistanais anglophone Dawn, un journaliste couvrant la récente visite de Georges W. Bush au Pakistan écrivait : « Il est venu, il a joué au cricket, et s’est envolé dans la noirceur de la nuit [...] Well, entre temps, il a rencontré notre président, tenu une conférence de presse et pris part à un dîner. » Le journaliste a néanmoins omis de mentionner que c’est dans l’enceinte de l’ambassade américaine que Bush a joué au cricket, et que c’est à cet endroit qu’il a passé la nuit. La capitale Islamabad était mise en « état de siège » par le personnel de sécurité américain (...)
Another world is possible. On the mound of the dead I frantically dig out the city which lay peacefully under the quiet banks of the Indus. I scooped out their bedrooms, their streets and private baths with claws of curiosity, lust. The city lay naked in front of me; Vulnerable, fragile, helpless; Proud, majestic, silent. That was a world built on the mound of its dead. I walk away from the five thousand years old immaculately constructed streets with fear of getting buried under its weight, dreaming of a different (...)
Six Pakistani Left parties and groups have united to form Awami Jamhoori Tehreek AJT (Peoples Democratic Movement). The decision to from this united movement was announced in a press conference held at Lahore press Club this afternoon on 12th March. The leaders of AJT met for four hours to discuss the final programme, strategy and organization before announcing it in a press conference. The joining parties are National Workers Party (NWP), Labour Party Pakistan (LPP), Awami Tehreek (AT), Pakistan Mazdoor Kissan Party (PMKP), Pakistan Mazdoor Mehaz (PMM) and Meraj Mohammed Khan (...)

Le 24 mars prochain, des mouvements sociaux du monde entier se réuniront au Pakistan, dans le cadre du Forum social mondial polycentrique. Après Bamako et Caracas, la grande famille altermondialiste s’arrête à Karachi pour faire le point. Pour le comité pakistanais qui organise le FSM, le défi est de taille. Le Pakistan est en effet au cœur d’une crise sans précédent.

Karamat Ali, directeur de PILER et Duarte Baretto directeur de FEDINA partenaires pakistanais et indien de Frères des Hommes nous font partager leurs analyses de la situation de leur pays respectif et de la région sud asiatique, à travers des questions telles que l’instauration de politiques néolibérales et leurs conséquences, la militarisation des Etats et des sociétés civiles, les rapprochements étatiques opérés récemment, le rôle des ONG, le type d’action citoyenne à mener en faveur de la Paix... Quelle est votre analyse de la situation politique, économique et sociale de l’Asie du Sud Est (...)
Tandis que le travail de secours et de réhabilitation post-séisme continue au Cachemire avec l’aide des organisations de la société civile, le Comité d’Organisation pakistanais poursuit ses efforts autour de la re-mobilisation pour le Forum Social Mondial de Karachi. Le 24 janvier dernier, alors que le FSM de Bamako touche à sa fin et que celui de Caracas ouvre ses portes, les pakistanais ont organisé un Forum social pakistanais à Lahore. Un événement qui leur permet de se montrer solidaires avec leurs amis maliens et vénézuéliens, mais aussi de faire savoir que le 3ème volet de l’édition (...)
Une cinquantaine d’associations pakistanaises sont intervenues sur le terrain suite au séisme et ont joué un rôle fondamental auprès des victimes. Des organisations dont le travail a souvent été freiné, voire empêché par le gouvernement, les militaires ou encore les extrémistes islamiques qui ont instrumentalisé cette catastrophe pour leurs intérêts propres. Ces associations n’ont jamais baissé les bras face à l’ampleur de la tâche et quatre mois après le séisme elles continuent de se battre, non seulement pour dénoncer l’exclusion des citoyens dans les projets de réhabilitation et de reconstruction (...)
Dimanche 30 janvier 2006, Lahore, Pakistan : 15 000 personnes, femmes, hommes et enfants soutenus par quelques sympathisants étrangers prennent le départ de la course. Un marathon mixte sous haute surveillance. Depuis l’annonce officielle début janvier, des groupes islamistes ont tout tenté pour interdire cette nouvelle course mixte et intimider les participants, créant un climat de grande tension. Mais toutes les menaces, campagnes de boycott et manifestations n’auront pas eu raison de la volonté de ces milliers de femmes qui, malgré leurs peurs, se sont élancées aux côtés des hommes. (...)

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca