Paix

Voir également : "Conflits" et "Processus de paix"

Montréal, le 12 avril 2003 - En dépit de l’annonce de la chute de Bagdad plus tôt cette semaine, 12 000 personnes ont à nouveau manifesté dans les rues de Montréal, pour protester contre la guerre, car la guerre n’est pas finie. Les manifestations québécoises, à l’appel du Collectif Échec à la Guerre, s’inscrivent dans le cadre d’une journée de protestation à l’échelle internationale contre la guerre en Irak. Ailleurs au Québec, des manifestations ont eu lieu en Outaouais, à Québec, à Rouyn-Noranda, à Sherbrooke, à Granby et à Trois-Rivières.

L’Assemblée générale des Nations Unies pourrait être sur le point de se réunir d’urgence afin de contester l’intervention en l’Irak. Mais les Etats-Unis font preuve d’une grande résistance. L’ « autre superpuissance » (c’est-à-dire l’opinion publique mondiale s’exprimant au sein du mouvement pour la paix) pourrait renverser la vapeur en exigeant massivement une réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies pour mettre immédiatement fin à la guerre en Irak.

Depuis quelques mois une sensation de dynamisme grandissante, quoique inégale, contre une guerre imminente en Irak s’est répandue à travers le mouvement travailliste aux Etats-Unis et dans le monde.

TOKYO - Opinion polls indicate that the vast majority of Japanese citizens are against a war on Iraq. Despite this, the Japanese government has been giving the United States its steadfast support for the war, first in the UN and now as one of 35 countries in the "coalition of the willing."

Samedi dernier,le 29 mars, neuf membres de l’équipe de paix de l’Irak (ÉPI) ont été expulsés d’Irak. Vous trouverez ci-dessous l’histoire de leur long voyage de départ.

Tous les sondages indiquent que la très grande majorité des Japonais sont contre la guerre en Irak. Mais cela n’a pas empêché le gouvernement japonais d’appuyer les États-Unis dans leur entreprise. D’abord aux Nations unies, ensuite en devenant l’un des 35 pays alignés.

The Lysistrata Project http://www.pecosdesign.com/lys/, one of the many anti-war actions sweeping the globe, reminds us that women’s opposition to war goes back a long way in human history. While I am glad to see a revival of the ancient comedy of women refusing sex to men if they go off to war, I would a prefer a more modern version of women’s resistance.

Alternatives suit depuis toujours la question irakienne en intervenant sur la scène québécoise par l’organisation de conférences , la publication d’articles et une présence active au sein des coalitions québécoises et canadiennes qui ont milité contre l’embargo infligé à l’Irak au cours des 10 dernières années, et bien sûr contre la guerre, aujourd’hui. Alternatives est membre actif de la coalition Échec à la guerre qui a coordonné les grandes manifestations de cet hiver. Ce samedi 22 mars, Alternatives a organisé une grande conférence, en avant-midi, à l’UQAM, intitulée : De Kaboul à Bagdad, (...)

Damas, le 19 mars 2003 - La mission de paix asiatique en Irak dénonce dans les termes les plus forts possibles la décision des Etats Unis de lancer une opération militaire unilatérale contre les peuples d’Irak.

Au moins 200 000 personnes sont à nouveau descendues massivement dans les rues de Montréal pour dire : il faut que la guerre cesse ! Cette manifestation, organisée par le Collectif Échec à la Guerre, s’inscrit dans la foulée des manifestations qui ont lieu au Canada, aux États-Unis et dans le reste du monde depuis le déclenchement de la guerre.

Voici l’information concernant les différentes mobilisations prévues en Belgique, en France et en Suisse.

Le Collectif Échec à la guerre dénonce l’ultimatum unilatéral de 48 heures lancé par le président George W. Bush au régime irakien « Le président Bush s’évertue à présenter son acte de guerre comme un acte de libération du peuple irakien et de pacification de toute la région. En fait, cette guerre est une agression en violation flagrante de la Charte des Nations Unies » a lancé Francine Néméh, porte-parole du Collectif Échec à la guerre.

Plus de 120 militants de 28 pays ont émergé d’une session de stratégie d’un jour entier ici [Londres] ce week-end [1er mars] avec des plans non simplement pour protester contre une guerre éventuelle des Etats-Unis contre l’Irak mais aussi pour l’empêcher de se produire.

Voici des propos d’un député français de droite qui semblent raisonnables et peu belliqueux : « Le veto ne serait pas dans l’intérêt de notre pays et entamerait durablement les relations franco-américaines. » Chez nous, on entend régulièrement que nos relations commerciales et notre longue amitié avec les États-Unis nous interdisent de façon pratique d’exprimer concrètement notre opposition morale à la guerre. La raison proclame que ni l’humain ni le pays ne peuvent proclamer leur dignité sans payer un prix, un prix inacceptable.

The Lysistrata Project, one of the many anti-war actions sweeping the globe, reminds us that women’s opposition to war goes back a long way in human history. While I am glad to see a revival of the ancient comedy of women refusing sex to men if they go off to war, I would a prefer a more modern version of women’s resistance. How about a story where women form a global non-violent army and rise up against the men in power?

Cette guerre, qu’elle se fasse avec ou sans l’approbation des Nations unies, constituera un crime contre l’humanité. Je ne suis pas pacifiste, et, en d’autres temps, j’aurais été dans le camp de ceux qui voulaient attaquer Hitler. Cependant, sauf pour les imbéciles et les manipulateurs de l’opinion publique que sont devenus les gouvernements américain et britannique, Saddam Hussein n’est pas Hitler et ne menace pas la « stabilité » mondiale.

On dit que la guerre contre l’Irak est imminente. Il semble que l’ONU calcule déjà le nombre de morts potentiels et les millions de personnes qui, en Iraq, souffriront terriblement sur le plan physique, humain, moral, des conséquences néfastes de la guerre.

During the last decade, the militant movement in the disputed Indian territory of Kashmir has gone through several phases - what began as a secular movement for democratic self-determination (whether to be part of India, Pakistan, or an independent state) has now taken on militant religious overtones. The silver lining in these dark clouds is the local organizations working for peace, dialogue, and reconciliation - unfortunately, they have their work cut out for them.

Nous soussignées, organisations de femmes arabes, appelons à l’arrêt de l’agression planifiée contre l’Irak et demandons la paix pour notre région. Nous sommes convaincues qu’une attaque militaire contre l’Irak détruira une nation toute entière, y compris ses femmes et ses enfants, et débouchera sur une catastrophe humanitaire épouvantable.

Le 15 février, journée mondiale de manifestations contre la guerre en Irak,
s’annonce comme la plus grande mobilisation contre une guerre dans
l’histoire du monde. Cette date décidée en commun au Forum Social Européen
de Florence (9.11.02) a été endossée par 41 coordinations nationales contre
la guerre. En Europe, des manifestations sont prévues dans les capitales de
25 pays et 16 autres pays du monde, dont les Etats-Unis, ont décidé de s’y
joindre.

Peace movement veterans and historians have never seen anything like it - a huge U.S. antiwar movement to stop a war before it starts. The big demonstrations, of course, constitute the most obvious example of this unprecedented phenomenon. But there are many other evidences as well.

To oppose both Saddam Hussein and the impending war on Iraq, please join in signing this anti-war statement from the Campaign for Peace and Democracy.

Presque chaque jour qui passe amène son nouveau lot de tueries et
d’attaques contre des personnes de toutes les origines au Moyen-Orient.
Au point où beaucoup de gens adopte une attitude presque fataliste,
cynique, « ces gens se battront encore dans 2000 ans » dit-on souvent.

À la fin de septembre 2001, pour marquer le premier anniversaire de la deuxième Intifada, deux photographes montréalaises, Josée Lambert et Shahrzad Arshadi, ont décidé de suivre, pendant un an, la vigile organisée à tous les vendredis midi par l’organisation Palestiniens et Juifs unis (PAJU), l’Alliance juive contre l’occupation (AJCO) et Femmes en noir. Un travail de persévérance.

In the aftermath of September 11, the standoff between Pakistan and India over Kashmir has taken on a new dimension. Today, more than one million Indian and Pakistani soldiers are massed along 120 kilometers of borderline, putting the strategic and political tolerance of both countries to the test. With this new escalation, many fear the potential consequences of a fourth Indo-Pakistani war.

Alternatives will be sending its second fact-finding team to Palestine between May 31 and June 8. Participants include two members of our Board of Directors (Judy Rebick and Monique Simard) and three young Canadians of Palestinian and Israeli origin. They will visit our partners, (organisations working for peace) in both the occupied territories and Israel. The mission aims to create links and build solidarity between Canadian, Israeli and Palestinian youth, thereby contributing to rebuilding the peace-process and trying to create a different world. A parallel goal is (...)

Il ne s’arrête pas au feu rouge. Tel est le nom de la biographie qu’a écrite Uzi Benzimasn sur Sharon, il y a plus de 15 ans.

République démocratique du Congo - Le processus de paix est mal parti

Le simple fait de faire redémarrer le dialogue intercongolais est un pas en avant. Mais qu’en ressortira-t-il de concret ? En fait sur le fonds, personne ne retient son souffle, car chaque camp reste retranché sur ses positions.

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca