Organisation mondiale du commerce (OMC)

Voir également : "Néolibéralisme", "Libre-échange", "Commerce" et "Économie"

Cette semaine, les pays membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) se réunissent à Genève, dix ans après le cuisant échec de la rencontre de Seattle en 1999. Le parcours en montagnes russes de cette puissante organisation laisse l’observateur perplexe. Le gigantesque projet de libéralisation progressive de tous les marchés porté par l’OMC s’est constamment heurté à une opposition farouche de la part des peuples. Mais la relance des négociations est toujours considérée comme une nécessité par les chefs d’États. À Seattle, l’OMC a soulevé une vive résistance de la part de manifestants (...)

Le Cycle de Doha, c’est la tentative ratée de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de faire croire aux dirigeants du tiers-monde que l’ouverture tous azimuts de leurs marchés aux produits, services et capitaux des pays riches est synonyme de développement. Mais cette fois, ces dirigeants, auparavant si dociles, ont refusé d’avaler la couleuvre.

The World Trade Organization’s inappropriately named Doha “Development” Round was suspended indefinitely following the collapse of minister-level negotiations last month in Geneva. This stalemate is the latest in a round plagued by ministerial conference failures in Cancun 2003 and Geneva in 2006. Developing countries, having seen few signs of the development they were promised at the outset, have scored a halfway victory by not acquiescing to another asymmetrical trade deal. The real challenge, though, remains ahead of developing countries- and social movements all around the (...)

Décortiquer les mots-clés de la globalisation afin de donner les outils du changement au militant, voilà l’ambition du nouveau Dictionnaire critique de la globalisation du sociologue québécois Jacques B. Gélinas.

Au Zimbabwe, la répression contre l’opposition s’est nettement intensifiée au cours des dernières semaines. Apparemment, les ordres viendraient du président Robert Mugabe lui-même. Sauf que cette fois, même ses plus fidèles alliés commencent à s’inquiéter.

À qui appartient l’eau ? Alors que la question se pose un peu partout à travers le monde, la Bolivie a récemment adopté une loi originale sur l’eau, qui pourrait servir d’exemple.

Ce livre constitue un avertissement. Le cri d’alarme d’une figure emblématique de la gauche canadienne-anglaise : le Canada tel que nous le connaissons est menacé. Au rythme où vont les choses, explique Maude Barlow, sa souveraineté ne sera bientôt plus qu’un vain mot. En fait, le pays échappe tout doucement à ses citoyens, laminé par la montée inexorable de la droite religieuse, grignoté par les pressions exercées d’un monde des affaires qui veut gommer les différences avec l’Amérique néoconservatrice de George W. Bush et Cie.

Après avoir analysé les mécanismes macroéconomiques de la crise argentine dans Mémoire d’un saccage, Fernando Solanas se penche sur les histoires de vie et le combat quotidien de ses concitoyens. Dans La dignité du peuple, le cinéaste engagé dresse le portrait d’une société en lutte.

Le succès des différents forums sociaux démontre que la formule répond aux besoins de beaucoup de militants et de mouvements engagés contre le néo-libéralisme et l’impérialisme.

Au terme du Forum de Nairobi, plusieurs agences de presse ont estimé que le mouvement altermondialiste serait en perte de vitesse. Vraiment ? L’heure est aux bilans.

Qu’est-ce donc que ce Cochabamba, demandez-vous ? C’est une ville de Bolivie dans laquelle s’est tenu, en décembre dernier, un notable sommet réunissant présidents et envoyés de 12 pays d’Amérique latine.

Depuis la mi-janvier, une quarantaine de producteurs de cidres, vins et autres hydromels du Québec ont perdu leur droit de vente à la Maison des vins et des boissons artisanales du Québec, située au Marché Jean-Talon. La nouvelle interdiction émise par la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec (RACJ), qui met subitement fin à une pratique autorisée depuis 1998, relance le débat sur le manque de volonté politique de soutenir cette industrie florissante, dans un contexte de mondialisation marchande fort peu favorable.

While a few hours remain for the delegates to come up with a face saving document, the World Trade Organization (WTO) Ministerial in Hong Kong is clearly a failure. The true meaning of development has been gutted for proposals in favor of a rich country market access agenda. This agenda will be imposed on the poorest nations of the world by governments like ours. Led by International Trade Minister Jim Peterson, Canada’s position rests solely on prying open developing country markets for our service multinationals. Minister Peterson and his team were very active in pushing a (...)
Neuf cents altermondialistes, en grande majorité des paysans coréens, ont été arrêtés alors qu’ils faisaient un “ sit in ” devant le centre de Convention où se tiennent les négociations de l’Organisation mondiale du commerce. Ils auraient été conduits dans des centres de détention dont on ignore toujours où ils se situent. Parmi eux figurent Gérard Durand, porte parole de la Confédération paysanne et trente responsables internationaux de Via Campesina, organisation paysanne à l’initiative de la manifestation à laquelle ont notamment participé des militants d’Attac Japon. José Reynes, documentaliste (...)
Le trio inédit constitué par les Etats-Unis, l’Union européenne et Pascal Lamy a réussi à imposer aux pays en voie de développement d’accepter la déclaration ministérielle qui enferme le développement potentiel des pays du sud. Après six jours de négociations acrimonieuses, la rencontre ministérielle de Hong Kong a abouti avec l’adoption d’un texte alambiqué qui ne reflète pas le point de vue des pays en voie de développement. La résistance des G-90, du Venezuela, du Kenya et de Cuba a été marginalisée par l’immense pression des pays développés. Le Venezuela et Cuba ont cependant enregistré leurs (...)
The predicted gains to developing countries from the WTO have proved to be empty promises. During 10 years of its existence, poverty and unemployment have spiraled in developing countries as income and welfare gaps between and within countries have widened further. The hopes raised by the revival of the solidarity of the South with the emergence of the G20 (a group of developing countries led by Brazil, India, China and South Africa) at Cancun in 2003 have been belied since. The 2004 July Framework Agreement proved, once again, that development cannot be pursued within the WTO (...)
Le caractère équitable du commerce est une condition essentielle à l’élimination de la pauvreté. Or, la structure et les règles actuelles du commerce international entretiennent la pauvreté là où elle sévit. Les États membres de l’Organisation mondiale du commerce ont promis de modifier ces règles en faveur des pays en développement. La rencontre ministérielle de l’OMC qui aura lieu à Hong Kong en décembre sera pour eux l’occasion de passer aux actes. Le présent document explique les principales mesures qu’il faut prendre pour lutter sérieusement contre la pauvreté. La campagne Abolissons la (...)
L’Organisation mondiale du commerce (OMC) n’est pas réputée pour sa transparence et son fonctionnement démocratique. Les négociations s’y déroulent en secret ; d’importantes décisions sont prises lors de réunions informelles et mini-ministérielles, alors que les invités sont triés sur le volet ; les bénéfices des grandes entreprises, défendues avec cœur par les pays d’où elles proviennent, l’emportent sur l’intérêt général. Il est difficile de prévoir ce qui adviendra de la prochaine ministérielle de l’OMC à Hong Kong en décembre 2005. Les ministérielles de l’OMC ont déjà une histoire chargée : À (...)
Le Conseil des Canadiens, le plus important groupe de défense des intérêts des citoyens du Canada, sera à Hong Kong cette semaine pour exiger que le gouvernement du Canada s’abstienne de participer aux négociations sur les services à l’OMC avant d’évaluer la menace qu’elles font peser sur les services publics au Canada. « On a toujours dit aux Canadiens que nos services publics étaient exempts de l’Accord général sur le commerce des services (GATS), » explique Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens. « Maintenant le Canada s’est joint à d’autres pays industrialisés pour (...)
Preamble A few days ago, the Minister of National Economy in the Palestinian Authority announced the news about the WTO decision to accept Palestine as an observer at the 6th Ministerial Meeting, which will be held on December 13-18, 2005. Being accepted as an observer in this multilateral trade event implies that Palestine is negotiating the WTO observer membership. This thing was confirmed by the Minister Deputy when he declared that the MNE is preparing the necessary documents and papers that are required to join the WTO membership. At the first glimpse, a Palestinian (...)
The negotiations leading up to the World Trade Organization (WTO) Ministerial in Hong Kong are apparently getting nowhere. The draft ministerial reports on the state of negotiations in agriculture, non-agricultural market access, and services are out, and while all try to put a positive spin that there is a movement toward “convergence” there is very little of that. A close examination of the document shows that there is agreement only, on at the most, 10 per cent on key negotiating points and divergence, indeed, wide divergence on 90 per cent. When the draft ministerial (...)

L’échec de la conférence ministérielle de Cancún (septembre 2003) a été en partie attribué à la mobilisation de la société civile, même si elle a été bien moindre qu’à Seattle en 1999.

Chose du passé, l’ajustement structurel ? Certes le terme, largement discrédité à la suite d’intenses luttes menées au Sud comme au Nord, n’apparaît plus dans le jargon officiel des instances financières internationales. Les politiques, elles, supposément vouées à redresser l’économie et les services publics des États en développement à coups de grands virages néolibéraux, ne cessent pourtant de réapparaître en filigrane des nombreux plans de « réduction de la pauvreté ». Ces derniers sont aujourd’hui mis de l’avant par les bailleurs de fonds, par l’entremise de stratégies « nationales », afin d’en (...)

En se joignant à d’autres organisations commerciales de 15 pays différents qui soutiennent la même cause, le groupe devrait demander aux représentants du commerce à l’OMC de diminuer les barrières commerciales agricoles, notamment les tarifs douaniers. Il voudrait aussi que l’OMC mette des bâtons dans les roues des pays qui soulèveraient des litiges sur la sécurité alimentaire, ce qui pourrait fermer provisoirement les frontières aux produits comme le poulet ou le soja.

As I was scanning the latest documents describing WTO negotiations on its services agreement (the GATS - the General Agreement on Trade in Services) I came across a quote that reinforced for me how much corporations have come to dominate our political life.

Il faisait 40 degrés Celsius, il y avait 100 000 personnes, il était minuit, ça ne faisait que commencer, et Luck Mervil et ses musiciens chantaient devant le public brésilien et étranger rassemblé pour le Forum social mondial (FSM). C’était le 26 janvier.

Le document cadre proposé par l’O.M.C. le 16 juillet[1], en préparation de la réunion du Conseil Général qui débutera le 27 juillet, représente une menace pour les pauvres en Indonésie, en particulier pour les plus démunis.

Comment enseigner aux enfants palestiniens les valeurs de respect, de démocratie et de justice alors que le peuple vit sous oppression ? Comment encourager les jeunes à continuer leurs études alors qu’un Mur les empêche d’atteindre leurs établissement scolaire ? Comment les éducateurs peuvent-ils arriver à faire la promotion de la paix dans un contexte de violence inouïe ?

The collapse of the Fifth Ministerial of the World Trade Organization (WTO) in Cancun, Mexico, last Sunday, Sept. 14, was an event of historic proportions.

La cinquième conférence de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Cancun a échoué à trouver un compromis sur les deux grands volets qu’elle devait aborder. D’abord l’ouverture de négociations sur l’investissement, la transparence des marchés publics, la concurrence et la facilitation des échanges. Les pays riches se sont heurtés à l’opposition des autres, qui refusaient d’inscrire ces discussions au programme du cycle actuel, qui doit finir en décembre 2004. La proposition de l’Europe de s’en tenir à deux thèmes a été repoussée par les pays les plus mobilisés, l’Inde, la Malaisie et les PMA (pays les moins avancés).

Plus d'articles :  1 | 2

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca