Moyen-Orient

"La doctrine de guerre préventive a été explicitement exposée dans le rapport sur la stratégie nationale en matière de sécurité paru en septembre 2002, rappelle Noam Chomsky. Ce rapport a fait frémir le monde entier, y compris l’establishment américain, au sein duquel l’opposition à la guerre est inhabituellement forte."

Fin 2002, le sommet européen de Copenhague a répondu de manière ambiguë à la demande d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne. Depuis l’Union est entrée dans la crise que l’on sait face à la volonté de guerre américaine en Irak et la Turquie s’est trouvée au coeur de la tourmente, notamment en ce qui la concerne, parce qu’elle a été l’objet de la première crise grave de l’OTAN depuis des années.

On April 6, deputy defence secretary Paul Wolfowitz spelled it out: there will be no role for the UN in setting up an interim government in Iraq. The US-run regime will last at least six months, "probably
longer than that". And by the time the Iraqi people have a say in choosing a government, the key economic decisions about their country’s future will have been made by their occupiers. "There has to be an effective administration from day one," Wolfowitz said. "People need water and food and medicine, and the sewers have to
work, the electricity has to work. And that’s coalition
responsibility."

The following are some brief points regarding Iraqi Communist Party position following the dramatic developments and the speedy collapse of Saddam’s regime.

Malgré les déclarations du Président Bush, il est peu probable que l’Irak conquise par l’armée américaine n’entre rapidement dans une ère de paix et de prospérité. Au fur et à mesure que les débats au sein de l’administration Bush sont exposés sur la scène publique, on se rend compte que le plan de match pour l’Irak n’inclut pas vraiment une perspective claire pour démocratiser ce pays. La reconquête de l’Irak est alors vue comme une étape dans une opération de plus grande envergure pour consolider la suprématie totale des États-Unis dans la région.

Montréal, le 12 avril 2003 - En dépit de l’annonce de la chute de Bagdad plus tôt cette semaine, 12 000 personnes ont à nouveau manifesté dans les rues de Montréal, pour protester contre la guerre, car la guerre n’est pas finie. Les manifestations québécoises, à l’appel du Collectif Échec à la Guerre, s’inscrivent dans le cadre d’une journée de protestation à l’échelle internationale contre la guerre en Irak. Ailleurs au Québec, des manifestations ont eu lieu en Outaouais, à Québec, à Rouyn-Noranda, à Sherbrooke, à Granby et à Trois-Rivières.

It is not surprising, and like everyone else we anticipated that some Iraqis would welcome U.S. troops and cheer their arrival. Many have already tempered their welcome with urging the U.S. not to stay in Iraq for long. Most Iraqis are almost certainly relieved and thrilled at the imminent end of a terribly repressive regime and an end to crippling sanctions. But if yesterday was the party — today the hangover begins. There are already reports of Iraqis saying the Ba’athist regime was bad, but that the current lack of authority and its resulting looting and chaos are worse — "at least before we had security," one said.

D’emblée, il ressort que la crise irakienne, au-delà de la guerre qui s’achèvera d’ici quelques jours, est et restera une crise de longue durée, aux dimensions multiples.

Les images spectaculaires de l’armée américaine dans la capitale irakienne sont maintenant projetées des millions de fois par jour par nos médias. Également, celles du peuple irakien dans la rue pour célébrer le départ de Saddam. Au-delà de la propagande cependant, il ne fait aucun doute que c’est une grande victoire pour l’impérialisme américain.

In the wake of 9/11, Americans were in shock, and most wondered why anyone would attack us. President Bush was praised for rallying the nation. What Bush failed to address and what Americans still do not realize is that 9/11, however unjustified, horrible and provocative, was, nevertheless, a comprehensible response to U.S. foreign policy, especially in the Middle East.

Tout en préparant la tuerie du Moyen Orient, Washington, en même temps, organise la guerre sale du « Moyen-Orient » latino-américain : les pays andins. En Colombie ils préparent une opération militaire de type Afghanistan ; au Venezuela ils travaillent à la destruction du gouvernement d’Hugo Chavez ; en Bolivie ils soutiennent le gouvernement sanglant de Sánchez de Losada et en Equateur ils ont installé un bon « ami et allié » à la présidence qui a nommé un général tortionnaire comme comandant de la Police Nationale.

Earlier this week, U.S. military officials came up with a solution to the chaos surrounding the distribution of water to civilians in the Iraqi port of Umm Qasr: They are providing water free to locals with tanker trucks, who are being allowed to sell the precious liquid for a "reasonable" fee. "This provides them with an incentive to hustle and to work," an Army commander told a reporter for the New York Daily News.

Aux confins de l’Irak, de la Turquie, de l’Iran et de la Syrie, une
population kurde de plus de 20 millions d’habitants connaît une sorte de
« no man’s land » politique. La guerre actuelle menée par Washington les
met encore une fois sur la sellette.

Amnistie internationale a condamné l’utilisation de bombes à fragmentation par le gouvernement britannique en Irak, ce jeudi 3 avril. Réagissant à une déclaration du ministre de la défense Geoff Hoon, qui a reconnu que ces armes étaient utilisées en Irak, Amnistie internationale a déclaré : « Nous avions demandé aux gouvernements des Etats-Unis et du Royaume-Uni de confirmer qu’ils n’utiliseraient pas ce type d’armes non-discriminantes parce qu’elles représentent une menace pour les civils. Nous comprenons maintenant pourquoi ces gouvernements sont restés silencieux. » Confrontés aux preuves (...)

In Al-Mussayib, central Iraq - The road to the front in central Iraq is a place of fast-moving vehicles, blazing Iraqi anti-aircraft guns, tanks and trucks hidden in palm groves, a train of armored vehicles bombed from the air and hundreds of artillery positions dug into revetments to defend the capital. Anyone who doubts that the Iraqi Army is prepared to defend its capital should take the highway south of Baghdad.

Samedi dernier,le 29 mars, neuf membres de l’équipe de paix de l’Irak (ÉPI) ont été expulsés d’Irak. Vous trouverez ci-dessous l’histoire de leur long voyage de départ.

On any normal day, the city of Erbil in Iraqi Kurdistan has a population of about 300,000 people. Yesterday, Erbil was eerily silent and empty. South of the city, a solid line of vehicles of every description, from shiny new BMWs to rickety farm wagons pulled by ancient tractors, headed out of the urban areas to the perceived safety of the countryside.

De passage à Montréal, à l’invitation d’Alternatives, Pierre-Jean Luizard, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à Paris, témoigne de la « solitude tragique de la société irakienne » à l’heure des bombardements.

20 mars 2003 - En tant normal, la ville d’Erbil dans le Kurdistan irakien compte 300 000 personnes. Hier, Erbil était tristement silencieuse et déserte. Au sud de la ville, des rangées de véhicules de toutes sortes, allant des BMW flambant neuves aux wagons de fermes tirés par de vieux tracteurs, fuyaient la ville pour les zones rurales, jugées plus sécuritaires. Des deux côtés de la route, des abris improvisés faits de tentes, d’autobus, de voitures, de wagons ou de plastique, se dressent à côté des villages.

The UN Security Council is likely to vote tomorrow (28 March) on a resolution outlining how emergency humanitarian aid will be provided to Iraqis. The U.S.-UK are pushing for a new Security Council resolution that would (1) identify the U.S. as one of the "relevant authorities" in Iraq; (2) call for use of Iraq’s oil-for-food funds to pay for emergency relief and rehabilitation; (3) call on the UN to re-start the oil-for-food program and "endorse" the U.S. aid effort in order to facilitate other countries’ participation in (read: payment for) the aid campaign.

Susan Harvie a passé les dernières semaines dans le nord de l’Irak à travailler à la mise sur pied du programme d’urgence d’Alternatives venant en aide aux personnes déplacées, en appui aux ONG irakiennes, principalement des organisations de femmes, actives dans les camps.

L’Iran est traversé par de profondes contradictions politiques, menacé par le chaos économique, exposé à une corruption généralisée et paralysé par des restrictions sociales qui ne reflètent plus la réalité du pays. Regard de la réalisatrice du documentaire SOS à Téhéran sur l’Iran d’aujourd’hui.

In what follows I shall offer a rapid sketch of the extraordinary panorama presented by today’s America, as seen by someone who is American and has lived comfortably in it for years and years, but who by virtue of his Palestinian origins, still retains his perspective as a comparative outsider, but a kind of insider also. My interest is simply to suggest ways of understanding, intervening in, and if the word isn’t too inappropriate, resisting a country that is far from the monolith it is usually taken to be, specially in the Arab and Muslim worlds. What is there to be seen?

Damas, le 19 mars 2003 - La mission de paix asiatique en Irak dénonce dans les termes les plus forts possibles la décision des Etats Unis de lancer une opération militaire unilatérale contre les peuples d’Irak.

Even the American enemies backed the attack on Afghanistan in 2001 : Iran agreed in principle, Syria even extended military support. But the campaign launched against Iraq (last week) was opposed even by longstanding allies of the US in the Middle East and elsewhere in the world.

At this grim moment, we can do nothing to stop the ongoing invasion. But that does not mean that the task is over for people who have some concern for justice, freedom, and human rights. Far from it.

Irak, 20 mars 2003 - En tant normal, la ville d’Erbil dans le Kurdistan irakien compte 300 000 personnes. Hier, Erbil était tristement silencieuse et déserte. Au sud de la ville, des rangées de véhicules de toutes sortes, allant des BMW flambant neuves aux wagons de fermes tirés par de vieux tracteurs, fuyant la ville pour les zones rurales, jugées plus sécuritaires. Des deux côtés de la route, des abris improvisés faits de tentes, d’autobus, de voitures, de wagons ou de plastique, se dressent à côté des villages.

A new myth has emerged in the pro-war camp’s propaganda arsenal. Iraqi exiles support the war, they claim, and none took part in last month’s march through central London. So if the peaceniks and leftwingers who joined the protest had the honesty to listen to the true voice of the Iraqi people they would never denounce Bush’s plans for war again.

Le Collectif Échec à la guerre dénonce l’ultimatum unilatéral de 48 heures lancé par le président George W. Bush au régime irakien « Le président Bush s’évertue à présenter son acte de guerre comme un acte de libération du peuple irakien et de pacification de toute la région. En fait, cette guerre est une agression en violation flagrante de la Charte des Nations Unies » a lancé Francine Néméh, porte-parole du Collectif Échec à la guerre.

Like most Canadians, we at Alternatives were against the war and are against an occupation. Today thousands of healthy Iraqi civilians have no access to electricity or running water and, if they do get sick, their hospitals are overflowing and lack basic supplies. The UN expects upwards of 2 million displaced children, women and men, who will need water, food, clothing, shelter, medical care, etc. Alternatives is in northern Iraq providing emergency relief aid. But much, much more is needed to save the lives of many innocent civilians. YOUR DONATION IS URGENTLY NEEDED!

Plus d'articles :  1 | ... | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca