Moyen-Orient

Avec la fin de la Guerre Froide et la chute de l’Union soviétique au début des années 90, les stratèges américains en politique étrangère (les néoconservateurs), ont avancé deux stratégies pour maintenir l’hégémonie des États-Unis à l’approche et durant le 21e siècle.

La tempête politique déclenchée par l’assassinat de l’ancien Premier Ministre Rafik Hariri et qui vient de déboucher sur la démission du gouvernement libanais dirigé par Omar Karameh peut-elle ramener la paix et la démocratie au Liban et en Syrie ?

"The Iraqi people gave America the biggest ’thank you’ in the best way we could have hoped for." Reading this election analysis from Betsy Hart, a columnist for the Scripps Howard News Service, I found myself thinking about my late grandmother.

L’assassinat de l’ex-premier ministre libanais, Rafik Hariri, à Beyrouth, a relancé la tension au Proche-Orient. L’administration américaine, qui avait clairement indiqué son intention d’en découdre avec la Syrie - un pays de l’« axe du mal », selon George W. Bush -, entre à nouveau dans de grandes manœuvres visant à faire basculer le régime syrien. Ce qui pourrait avoir des répercussions majeures au Liban, en Palestine et ailleurs dans la région.

« Le peuple irakien a exprimé aux États-Unis le plus grand « merci » possible de la meilleure façon que nous pouvions espérer. » En lisant cette analyse de l’élection signée par Betsy Hart, chroniqueuse du Scripps Howard News Service, je me suis mise à penser à ma grand-mère, aujourd’hui décédée. À moitié aveugle, véritable menace au volant de sa Chevrolet, elle refusait catégoriquement de nous remettre les clés de la voiture. Elle était convaincue que partout où elle allait, les gens lui souriaient et lui faisaient des signes de la main. Nous avons dû lui annoncer une mauvaise nouvelle : « (...)

Forget the UN. The US Occupation Regime Helped Itself to $8.8b of Mostly Iraqi Money in Just 14 Months

L’assassinat de l’ancien premier ministre libanais, Rafik Harari, risque de relancer la tension au Liban et en Syrie. Avant même que l’on sache qui est responsable, Damas est pointée du doigt par diverses capitales, dont Washington. Depuis sa réélection, le président Bush a averti à plusieurs reprises que la Syrie était dans sa ligne de mire, la qualifiant de pays de l’« axe du mal ».

The Iraqi elections were designed not to preserve the unity of Iraq but to re-establish the unity of the west

Seymour M. Hersh, anciennement du New York Times et maintenant correspondant de l’hebdomadaire The New Yorker vient de publier le 17 janvier un article décapant sur les préparatifs américains en vue d’une éventuelle guerre contre l’Iran.

Mahmood Abbas vient d’être élu par les Palestiniens comme Président d’un pays qui est encore à naître et dans un contexte hautement volatile.

Elle a regardé nos passeports et nous a envoyés, avec un grand sourire, au bungalow un peu plus loin. Elle a la peau brune et les traits fins des Falachas éthiopiens.

The hypocrisy of the Bush administration is limitless: when George W. Bush and his buddies boast about the forthcoming election in Iraq as an achievement of the civilizing mission that they supposedly took upon themselves in bringing democracy to backward Muslims, they sound like a boss boasting about having raised the wages of the workers in his factory as an illustration of his eagerness to improve their living standard, when, in reality, the raise was imposed on him by the workers going on strike.

Saleh Abdul Jawad is a professor of political science at Birzeit University.

Those who advocate “staying the course” or “internationalizing the war” are too busy digging deeper. A real solution to the Iraq War must start with ending the U.S. occupation. Then, and only then, we can talk about internationalizing the peace.

Le comité exécutif de la Fédération des Syndicats irakiens exprime sa profonde affliction face à la perte d’un de ses membres, le dirigeant syndicaliste Hadi Saleh (Abu Furat), secrétaire International, assassiné Mardi soir 4 janvier 2005, par des affidés de Saddam Hussein et leurs soutiens terroristes. Notre fédération pleure un héros de la classe ouvrière qui a joué un rôle éminent dans la reconstruction du mouvement syndical. Pendant plus d’un quart de siècle, il a mené campagne, sur les plans arabe et international, pour faire entendre la voix des travailleurs irakiens et défendre leurs (...)
Par La direction de Libération— jeudi 06 janvier 2005— « Libération » est depuis plus de vingt-quatre heures sans nouvelles de Florence Aubenas, notre envoyée spéciale à Bagdad, où elle est arrivée le 16 décembre 2004. Journaliste française permanente à « Libération » depuis 1986, Florence Aubenas était accompagnée de son interprète irakien, Hussein Hanoun Al Saadi, qui collabore avec les envoyés spéciaux de « Libération » depuis presque deux ans. Florence Aubenas et Hussein Hanoun Al Saadi n’ont plus été vus depuis leur sortie de l’hôtel mercredi matin 5 janvier à Bagdad. Grand reporter, Florence (...)

La récente élection présidentielle en Palestine inaugure une nouvelle période de l’histoire de la lutte pour l’autodétermination des Palestiniens. Le nouveau président, Mahmoud Abbas, a été élu avec la majorité des voix et est déjà à l’œuvre pour trouver des solutions à la terrible crise palestinienne. Cela ne sera pas facile.

Mustafa Barghouti est né dans un petit village près de Ramallah, Hamula il y a 50 ans. Médecin et militant des droits humains, il espère recueillir un pourcentage substantiel des votes lors de l’élection présidentielle palestinienne du 9 janvier prochain. Ses appuis se comptent surtout parmi les jeunes et les intellectuels de gauche.

We start from a position of principle. We support elections as one component of democratization. But not every election is a legitimate instrument of democracy.

La disparition de Yasser Arafat qui a été le leader historique de l’OLP a créé un dangereux vide politique que le peuple palestinien doit combler rapidement.

It’s not every Saturday in downtown Johannesburg that one sees a crowd of kaffiyeh-clad protesters shouting slogans about Palestinian liberation. But then again it’s not every day that South Africa’s government of former freedom fighters plays host to a top official from what many now refer to as an “apartheid state”.

Dr Mustafa Barghouthi, prominent democratic candidate in the upcoming Palestinian presidential election, is tonight receiving medical care in Ramallah’s Sheikh Zayed Hospital after being beaten to the ground by Israeli soldiers at a checkpoint outside Jenin.

Le mercredi 3 novembre 2004, Amnistie internationale a invité les gouvernements du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord à respecter et faire respecter les droits des femmes en retirant leurs réserves à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (ci-après la Convention), traité qui vise à protéger les femmes contre la violence et la discrimination. Dans un rapport qu’elle publie ce jour, Weakening the protection of women from violence in the Middle East and North Africa region (index AI : IOR 51/009/2004), l’organisation de défense des droits (...)

Le décès de Yasser Arafat marquera une date importante de l’histoire du peuple palestinien et de sa lutte pour l’autodétermination. Déjà affaibli par trois ans de « détention à domicile » dans son bunker encerclé par des blindés israéliens, le raïs est disparu au moment où les menaces contre le peuple palestinien s’intensifient à l’ombre d’Ariel Sharon et de Georges Bush. Ce n’est pas la première fois que l’aspiration palestinienne à l’autodétermination se retrouve au pied du mur. Cependant, l’histoire n’a pas dit son dernier mot.

À en croire Kaveh Ehsani et Ali Rezaei, l’avenir politique de l’Iran serait plus sombre que jamais. Les deux membres chevronnés du Mouvement de la réforme iranien prenaient la parole à un colloque organisé par le Comité pour la paix et la résolution des conflits, à l’Université Concordia de Montréal, le 4 novembre.

Jusqu’à il y a deux ans, j’étais, je crois, le seul Israélien de gauche à n’avoir jamais rencontré Yasser Arafat. Non pas par boycott ou en raison d’une quelconque aversion envers le dirigeant du mouvement national palestinien, mais parce que si j’apprécie les discussions politiques et les réunions avec des militants, je fuis les rencontres protocolaires et les accolades avec les grands de ce monde. Il y a deux ans, j’ai décidé de rendre visite à Yasser Arafat, enfermé par mon gouvernement dans ce qu’il restait de son quartier général dévasté. Parce qu’une fois de plus, il symbolisait le sort (...)
1929 : Naissance de Rahman Abdel Raouf Arafat al-Koudwa al Husseini, qui deviendra Yasser Arafat. 1948 : Arafat participe aux combats en Palestine, la même année de son entrée à l’Université du Caire. 1959 : Fondation du Fatah (la Conquête). Premier mouvement de libération de la Palestine, il naît de la fusion de plusieurs groupuscules. Dix ans plus tard, le mouvement prendra les armes et s’affirmera aux yeux du monde comme un mouvement de libération nationale. 1969 : Arafat devient président de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), créée en 1964 par le président égyptien, (...)
Vient de paraître chez Gallimard Carlos Fuentes contre Bush. Carlos Fuentes était un homme en colère depuis l’élection de George W. Bush en 2000. Après la réélection du 2 novembre, il est certainement un homme très en colère. L’ancien ambassadeur du Mexique à Paris termine ainsi son essai : « Il a été dit que, lors des élections présidentielles nord-américaines, tous les citoyens du monde devraient avoir le droit de voter. Les résultats nous concernent tous, que nous soyons Européens, Africains, Asiatiques. Et Latino-Américains... Dans ce sens, la population hispanique des États-Unis votera en (...)

For the last week, I have been thinking of the city of
Fallujah, and thinking about Fallujah has not been easy while one reads The New York Times.

Les armes de destruction massive existent en Irak, mais ce sont les forces armées américaines qui les possèdent.

Plus d'articles :  1 | ... | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | ... | 19

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca