Moyen-Orient

Il y a 50 ans, en 1955, les principaux chefs d’États des pays d’Asie et d’Afrique ayant reconquis leur indépendance politique se réunissaient pour la première fois, à Bandung. Samin Amin revient sur cet événement de l’histoire des indépendances, sur l’objectif des politiques de développement issue de Bandung et sur ce qui, aujourd’hui, pourrait constinuer une nouvelle alliance des peuples du Sud.

Le Rapport sur le développement humain dans le monde arabe 2002 a examiné les défis les plus graves que doivent relever les pays arabes au seuil du troisième millénaire.

Le 24 mai 2005, les autorités syriennes ont arrêté Mme Nahed Badawieh, activiste de notre mouvement et membre du Forum Jamal Al Attassi pour le Dialogue National, et ont arrêté également tous les membres de la direction du forum en question.Aucune accusation ne leur a encore été adressée.

Cairo — IN last month’s Saudi Arabian municipal elections, the nation’s first experiment in real democracy, many were worried because Islamic activists dominated their secular rivals.

Presqu’un an a passé depuis le jugement du Tribunal international de justice à l’effet que la construction du Mur par le gouvernement israélien était illégale. Dans son jugement, le tribunal réclamait de l’ONU des actions concrètes pour mettre fin à cette situation. Mais en pratique, rien n’a été fait.

La pression monte en Égypte. Il y a quelques semaines, les déclarations du Président Bush à l’effet que les prochaines élections égyptiennes devraient être scrutinées par des observateurs internationaux ont fait des vagues. Depuis longtemps, les élections en Égypte sont manipulées par le Parti démocratique national du Président Hosni Moubarak, qui n’est pas trop enthousiaste à l’idée pour des raisons évidentes.

Médecin, dirigeant de l’ONG Medical Relief, Moustapha Bargouthi a été candidat à la présidentielle palestinienne du 9 janvier dernier. Soutenu par la Nouvelle initiative palestinienne (NIP), le FPLP, des syndicats indépendants... il a obtenu plus de 20 % des suffrages.

Montréal- vendredi 13 mai 2005- Tandis que le gouvernement américain mène une opération de relations publiques pour persuader la planète que la réalité mise au jour par les photographies prises à Abou Ghraib ne constituait qu’un problème mineur qui est désormais réglé, des milliers de personnes détenues par les États-Unis en Irak, en Afghanistan, à Guantánamo Bay et dans d’autres lieux tenus secrets risquent toujours d’être torturées ou maltraitées. Ce samedi à Montréal, 300 policiers et pompiers, urgence Santé, et 40 figurants pour jouer les morts et les blessés, simuleront un attentat terroriste au (...)

The central question we need to answer is this: What were the real reasons for the Bush administration’s invasion and occupation of Iraq?

Quelque temps après l’invasion de l’Irak, le président Bush déclarait que les Etats-Unis allaient ouvrir une nouvelle ère au Moyen-Orient. Cette région du monde affirmait-il, allait enfin connaître la paix, la prospérité, la démocratie. Deux ans plus tard, la situation reste très ambiguë.

At midnight on April 13, ringing church bells and the call to prayer echoed across Beirut. These haunting sounds intermingled over Martyrs’ Square, the unfinished main plaza of old Beirut where thousands of Lebanese have been mixing, day and night, since the assassination of former Prime Minister Rafiq al-Hariri in mid-February.

The Ramallah doctor and activist, general secretary of the Al Mubadara coalition, on struggles against the Israeli Occupation, from the popular movement of the first Intifada to the tactical errors of the second, via the disaster of Oslo. As Abu Mazen is levered into place, what alternatives can combat both IDF stranglehold and the flyblown Palestinian Authority?

As the United States gears up for an attack on Iran, one thing is certain: the Bush administration will never mention oil as a reason for going to war. As in the case of Iraq, weapons of mass destruction (WMD) will be cited as the principal justification for an American assault.

Malgré les messages rassurants de George W. Bush, les actes de résistance militaire se multiplient en Irak. Selon le chef d’état-major de l’armée américaine, le général Richard Myers, on enregistre de 50 à 70 opérations par jour.

Le 24 mars les enquêteurs ont remis leurs conclusions sur l’attentat qui a coûté la vie à l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri. Mais ils ne sont toujours pas prêts de démêler l’écheveau des responsabilités.

Pour les néoconservateurs de l’administration Bush, la présence militaire des États-Unis en Irak, en Afghanistan, en Arabie saoudite et ailleurs se veut la première phase d’une vaste « réingénierie » du Moyen-Orient, dans le but de mettre au pas des pays et des mouvements « récalcitrants », dont la Syrie et l’Iran. Sur le dossier iranien, Washington se trouve en porte-à-faux avec l’Europe. Aussi, le président Bush se fait conciliant en endossant les démarches européennes pour coopter le régime iranien et en ne s’opposant plus à l’intégration de l’Iran à l’Organisation mondiale du commerce. Est-ce que cette « carotte » sera assez alléchante pour faire capituler Téhéran devant la pax musclée ? Peu probable.

De nouveaux pourparlers ont récemment redémarré entre Israéliens et Palestiniens sous le regard intéressé de l’administration Bush. Entre-temps, le retrait annoncé de l’armée et des colons israéliens de Gaza crée des espoirs. Le processus de paix peut-il vraiment redémarrer ?

At the beginning of April 2002, the Israeli army reoccupied a number of cities in the West Bank as part of a wide-scale military operation dubbed "Defensive Shield". The goal of the operation, as stated by the Israeli government, was to, "eliminate the infrastructure of Palestinian terrorism and to prevent suicide bombers from executing their operations in the heart of Israeli cities inside the Green Line."

La Turquie devrait-elle ou non se joindre à l’Union européenne ? Les débats sont ouverts et font couler beaucoup d’encre. Caroline Bongrand nourrit la discussion à sa façon, tout en images, en odeurs et en couleurs. Son roman dévoile et décrit les contradictions de l’Empire ottoman du XVIIe siècle. Istanbul, anciennement Byzance puis Constantinople, construite en territoire européen et sise entre l’Orient et l’Occident, domine le détroit du Bosphore. Depuis sa création en 667 avant J.-C., la métropole a été dominée par les Grecs, les Romains et les Turcs. À la fin du XVe siècle, la ville (...)

Des milliers d’Irakiens sont sortis dans la rue pour brûler l’effigie de Saddam Hussein lors d’une gigantesque manifestation à Bagdad le 6 avril dernier. Mais la même symbolique était fort différente que celle qui fut filmée lors de l’arrivée des troupes américaines dans la capitale irakienne il y a deux ans.

L’émergence d’un gouvernement légitimement élu ouvre la voie de la souveraineté du pays.

Les tractations et les marchandages sur la répartition des postes entre les deux listes gagnantes chiites et kurdes aux élections en Irak suscitent dans la population un sentiment grandissant de déception et de mécontentement.

Conférence sur les effets de l’occupation israelienne et du mur de l’apartheid sur l’environnement (en anglais).

This essay has been adapted from chapter 8 of Michel Warschawski’s Toward an Open Tomb: The Crisis of Israeli Society (Monthly Review Press, 2004), which presents an important dissident Israeli perspective that is rarely given a hearing in the United States.

In what is being called the "cedar revolution," demonstrators in Beirut brought down the pro-Syrian government at the end of February and forced Damascus to announce the withdrawal of its 14,000 troops from Lebanon.

Pour le Président Bush, ils sont plus dangereux qu’Al-Qaeda. Pour l’opinion publique occidentale, ce sont des terroristes. Plus récemment, ils sont présentés comme des larbins de Damas et de Téhéran.

Les États-Unis sont présentement installés militairement en Irak, en Afghanistan, en Arabie saoudite et dans d’autres pays du Proche-Orient et de l’Asie centrale. Selon les stratèges néoconservateurs qui dominent l’administration Bush, une véritable « réingénierie » de la région est envisagée pour mettre au pas des pays et des mouvements « récalcitrants ».

It started off as a joke and has now become vaguely serious: the idea that Bono might be named president of the World Bank. US Treasury Secretary John Snow recently described Bono as “a rock star of the development world,” adding, “He’s somebody I admire.”

The continuing signs of ferment in evidence in the streets of Beirut are being heralded in the US as signs that "another Middle East domino is falling." The Bush Administration has been quick to latch on to the demonstrations as a validation of the President’s democracy campaign.

Quiconque a regardé à la télévision la partie sur l’Irak du Discours sur l’état de l’Union prononcé par George W. Bush devant le Congrès des Etats-Unis, le 3 février, aura été persuadé que les membres des deux chambres, à commencer par Dick Cheney lui-même, se livrent résolument aux exercices physiques requis pour maintenir leur santé cardiaque.

After four years of violence and stagnation, we now begin to take a cautious, hopeful turn on the way back to engagement and the Roadmap.

Plus d'articles :  1 | ... | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | ... | 19

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca