Moyen-Orient

In order to understand what a conference is about, one usually believes that the main question to be asked concerns who is attending. I think, however, that the real question should always been "who is not invited." A peace meeting dealing with the Israeli-Palestinian conflict in which Hamas is not invited is not a peace meeting, but a war conference against, among others, Hamas and a substantial part of the Palestinian population of the West Bank and Gaza which elected a Hamas majority in the Palestinian Legislative Council. The strategic context of the conference in Annapolis (...)
The Teacher Creativity Centre (TCC) is a Palestinian non-profit non-governmental organization that works to ensure peaceful and secure environments within schools. The TCC’s goal is to eliminate violence from schools by encouraging human rights and civic education. The TCC has been at the forefront of organizations calling for the mainstreaming of civic education and human rights into school curriculum, not only in Palestine but throughout the Arab (...)

A new movement of Iraqi widows is refusing the division of the country on sectarian lines, and rapidly building a broad alliance in favour of social and political reform, with local cease-fires and reconciliation initiatives - outside the control of the Iraqi government and their American backers.

Le 28 août 2007, la Turquie est devenue la première république laïque dirigée par un président islamiste. À cheval sur l’Europe et sur le Moyen-Orient, le pays de 72 millions d’habitants expérimente un étonnant cocktail où se mélange la démocratie, la laïcité et l’islam politique.

The Alternative Information Center (AIC) is a member of the Alternatives International Federation. It is an internationally oriented and progressive joint Palestinian-Israeli activist organization. It engages in information dissemination, as well as political advocacy, grassroots activism and critical analysis on the Palestinian and Israeli societies as well as the Palestinian-Israeli conflict. The AIC strives to promote full individual and collective social, economic, political and gender equality, freedom and democracy and a rejection of the philosophy (ideology and praxis) (...)
Le [Teacher Creativity Centre (TCC) est une organisation non gouvernementale palestinienne à but non-lucratif, qui travaille à assurer un environnement scolaire sécuritaire pour les jeunes palestiniens. Le but du TCC est d’éliminer la violence des écoles en favorisant l’éducation à la défense des droits humains. Le TCC a été l’organisation instigatrice de l’intégration des concepts d’éducation civique et de droits humains dans le curriculum des écoles, non seulement au niveau palestinien mais aussi au niveau plus large du monde arabe. Le Teacher Creativity Centre est un partenaire de la (...)

Les 24 et 25 août, à Montréal, dans le cadre du premier Forum social québécois, les journées d’étude Alternatives recevront une vingtaine d’invités internationaux en provenance de 16 pays. Alternatives a interrogé l’un d’eux, l’économiste israélien Shir Hever, dont les travaux tentent d’évaluer le coût de l’occupation des territoires palestiniens par Israël.

L’Alternative Information Center (AIC) est une organisation pacifique et progressiste israélo-palestinienne située à Jérusalem-Est. Le premier mandat d’AIC est la diffusion d’informations sur les sociétés israéliennes et palestiniennes, de même que sur le conflit qui les oppose.

En juin, à Gaza, les combats entre les deux principaux partis palestiniens, le Hamas et le Fatah, ont fait 146 victimes (dont 36 civils) et plus de 700 blessés. Ce désastre constitue malheureusement le dénouement logique de la politique catastrophique menée par la communauté internationale. Notre correspondante en Palestine fait le point.

L’armée libanaise ressert l’étau sur le camp de réfugiés palestiniens de Nahr Al-Bared au nord du Liban, officiellement pour en éradiquer un groupuscule aux motivations obscures, Fatah-Al Islam. Mais dans les faits, il y a des mois que les protagonistes libanais de la guerre de l’été 2006 s’apprêtaient à en découdre.

On March 29, the Executive Committee of the Canada-Palestine Parliamentary Association met with the Minister of information for the Palestinian National Unity Government, the Honourable Mustapha Barghouti. Mr Barghouti

The centre-piece of the American strategy in Iraq is about to be completed. New legislation in Baghdad could put the exploration, extraction, transformation and sale of oil in the hands of a handful of US and British multinationals.

Une nouvelle loi du gouvernement irakien pourrait bientôt placer l’extraction, le raffinage et la vente du pétrole entre les mains d’une poignée de multinationales américaines ou britanniques. Et la vive opposition des syndicats et des mouvements sociaux en Irak survient peut-être trop tard.

Médecin, militant des droits humains et fondateur de plusieurs organisations humanitaires, Mustafa Barghouti vient d’être nommé ministre de l’Information dans le nouveau gouvernement palestinien d’unité nationale. Entrevue avec celui qui représente la « troisième voie » entre le Fatah et le Hamas.

Ce livre panoramique, rédigé par deux des meilleurs experts français sur le Liban, parcourt les diverses dimensions de la guerre survenue l’été dernier. Pendant 33 jours, en effet, l’armée israélienne s’est efforcée de renvoyer le Liban « 25 ans en arrière », selon l’expression des généraux israéliens qui ont été responsables de l’opération.

Depuis des semaines, Beyrouth vit dans un labyrinthe de tensions et de rumeurs. Des manifestations immenses se succèdent, les unes organisées par les partisans du gouvernement, les autres par l’opposition, dont le pôle dominant demeure le Hezbollah. Devant le siège du Parlement, des milliers de personnes réclament en permanence la constitution d’un gouvernement d’unité nationale.

Avec pour objectif d’imposer le pouvoir de leur Empire et les règles du capitalisme sauvage au niveau planétaire, les États-Unis ont lancé depuis près de deux décennies une guerre globale contre les peuples. De l’Afghanistan à la Somalie, les interventions militaires se sont multipliées au cours des années, qu’elles prennent la forme de frappes aériennes ou d’une véritable invasion par les forces armées des États-Unis, par des coalitions militaires internationales (Afghanistan) ou encore par le biais de forces militaires alliées (Israël, Éthiopie).

The legal arguments used by the U.S.-sponsored Iraqi court to convict Saddam Hussein of crimes against humanity apply even more forcefully to those American leaders who ordered the illegal invasion and occupation of Iraq.

Les drones, les hélicoptères Apaches et les caméras des médias internationaux continuent de tourner autour de la bande de Gaza. Plus d’un an après le retrait unilatéral de l’État israélien, la pression monte sur la ligne de terre bordée par les murs et la Méditerranée. Le traumatisme de Beit Hanoun est grand et la plaie toujours ouverte. Le mois dernier, environ 80 Palestiniens sont morts, dont 18 dans une horrible bavure israélienne qui a tué femmes et enfants. « Nous vivons dans un climat de terreur constante, affirme Mona Elfaraa, une médecin de l’hôpital Al Awda, non loin de Beit Hanoun. (...)
C’était une grand-mère normale de Gaza, une grand-mère moyenne avec neuf enfants et une quarantaine de petits-enfants. Pas plus pieuse que les autres, mais quand même une bonne musulmane et une patriote. Dans le quartier, on respectait cette famille dont deux des enfants avaient été tués lors d’attaques israéliennes sur ce camp de réfugiés. Et puis elle avait un autre fils en prison depuis quelques années. Ce n’étaient pas des terroristes, dans le sens où ils ne faisaient pas partie d’une organisation structurée, mais dans ce camp tout le monde est militant. Alors la semaine dernière la (...)
KANDAHAR - Le 29 mai, à Kaboul, un camion militaire américain a percuté 14 véhicules arrêtés dans un bouchon de circulation, faisant un mort et plusieurs blessés. Selon les témoins, les soldats américains, appuyés par la police afghane, ont alors ouvert le feu pour disperser une foule en colère, tuant au moins quatre autres civils, dont un enfant. Comme une traînée de poudre, la contestation s’est propagée à travers la capitale où quelque 2000 manifestants déambulaient dans les rues en scandant : « Mort à Karzai et mort à l’Amérique », pillant commerces, véhicules et organisations (...)
Le premier ministre israélien vient d’annoncer la constitution d’une commission d’enquête indépendante sur la guerre au Liban. Ce faisant, il reconnaît le bien-fondé de l’exigence populaire d’une enquête sérieuse sur les causes de l’échec flagrant de l’opération militaire menée pendant 33 jours au Liban par l’armée israélienne. Pourtant, les 60,000 manifestants qui, à l’appel de divers groupes de réservistes, se retrouvaient la semaine dernière sur la place Rabin à Tel Aviv ne seront pas satisfaits : ils exigent, et avec eux la grande majorité des citoyens israéliens, une « commission d’enquête (...)
Un génocide en douce est en train de se passer à Gaza. En moyenne, huit Palestiniens par jour sont tués lors d’attaques israéliennes, dont un grand nombre d’enfants. Des centaines d’autres sont estropiés à vie. Le 2 septembre au matin, trois citoyens de Gaza étaient tués, tandis que tous les membres d’une même famille étaient blessés à Beit Hanoun. Le leadership israélien demeure perplexe quant à ce qu’il doit faire avec la bande de Gaza et il a quelques idées vagues sur la Cisjordanie. Le gouvernement actuel considère que la Cisjordanie, contrairement à Gaza, est un espace ouvert, du moins du (...)

La résolution de l’ONU est un prix de consolation pour le régime Olmert dont l’échec au Liban déjoue le plan de match élargi israélo-américain pour la région.

Ce qui avait commencé comme une opération punitive en riposte à l’attaque d’un transporteur de troupes israélien par un commando du Hezbollah risque de dégénérer en un conflit régional dont nul ne peut prédire ni les conséquences prochaines ni le résultat final. Car, ne nous y trompons pas, le cessez-le-feu actuel n’est qu’une pause, et le second round est déjà amorcé. Il est difficile de savoir si une éventuelle régionalisation du conflit sera le résultat d’un plan prémédité, l’opération du Hezbollah n’ayant servi que de prétexte, ou, au contraire, la conséquence d’une dynamique de guerre qui (...)

Libanais d’origine, professeur de science politique et de relations internationales à l’université de Paris-VIII, Gilbert Achcar est un spécialiste de la politique américaine au Moyen-Orient. Auteur de l’essai The Clash of Barbarisms : September 11 and the Making of the New World Disorder et collaborateur régulier au Monde Diplomatique, Alternatives l’a rejoint aux lendemains de l’adoption par le Conseil de sécurité d’une résolution portant sur la crise au Liban.

Alors que l’offensive israélienne dévastait le Liban, la réoccupation de la bande de Gaza, unilatéralement évacuée par les troupes israéliennes l’an dernier, a peu fait la manchette des journaux. Pourtant, durant les 33 jours de l’offensive israélienne au Liban, l’opération « Pluie d’été » a fait plus de 180 morts à Gaza, dont la moitié sont des enfants. Soraida Hussein Sabbah est militante palestinienne. Celle que le Québec avait connue par l’entremise du documentaire Soraida, une femme de Palestine, réalisé par Tahani Rached, était de passage à St-Alphonse-de-Rodriguez le week-end dernier, invitée (...)
Tout le monde en convient, l’armée israélienne a perdu la guerre des 33 jours. Et ce, en dépit de son incroyable supériorité en armements et de ses dizaines de milliers de soldats. Pourtant, les observateurs, israéliens notamment, avaient averti que le Hezbollah disposait d’une infrastructure sophistiquée et de combattants redoutables. On ne les a pas écoutés. Pourquoi ? C’est admis en Israël, le groupe dirigeant actuel autour d’Olmert ne brille pas par son intelligence. La pitoyable prestation du ministre de la Défense et chef du parti Travailliste, Amir Peretz, s’est ajoutée à la médiocre (...)

Quatre jours avant les débuts de l’offensive israélienne, Khadige Awada quitte Montréal pour le Liban. Avec ses deux fils, elle part rejoindre son époux, Ahmed Awada et ses trois autres enfants, en vacances depuis quelques semaines dans le sud du pays. Ce n’est qu’à la suite du massacre de Cana, lors d’une trêve de 48 heures, qu’ils pourront quitter le Liban, amaigris et traumatisés. Alternatives les a rencontrés.

The Israeli war against Lebanon and Palestine, euphemistically depicted as “self-defense” against Hezbollah and Hamas, is simultaneously an Israeli war for domination, and a regional war to “remap” the contemporary Middle East. In this context it is as much a US as an Israeli war. The immediate trigger has its roots in the extraordinarily hypocritical US-led boycott and international sanctions against the Palestinians that started after the democratic election of the Hamas-led Palestinian Authority government in January 2006. And beyond the specific trigger, this new war was set in (...)

Plus d'articles :  1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 19

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca