Jeunesse

Le 12 avril dernier, le Groupe de recherche et d’intervention régionales (GRIR) de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a tenu un des premiers colloques académiques sur les événements du printemps dernier. Des professeurEs de différentes universités et cégeps ont partagés le micro avec les représentantes des trois principales associations étudiantes pour partager leurs réflexions et pour « prendre la mesure de ces événements ». Si les invitéEs étaient réuniEs pour faire un retour sur les luttes étudiantes, plusieurs ont souligné que le bilan véritable appartient aux étudiantEs. Il revient à (...)
Un nouvel engouement pour l’agriculture urbaine est en train de s’enraciner dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce (N.-D.-G.) de Montréal. Huit jeunes issus de la communauté noire iront bientôt au Sénégal partager leurs connaissances quant aux pratiques agricoles durables sous la bannière de Root.ED, un nouveau programme qui a pour mandat d’encourager les jeunes de la diaspora à se joindre au mouvement environnemental. Il y a deux ans, Chris Vaughn est allé au Mali en tant que stagiaire d’Alternatives. Ce jeune homme de 26 ans, diplômé en génie de l’environnement de l’Université McGill, est (...)
Le Y des femmes de Montréal, Edupax et ACMÉ* vous invitent au 2e Colloque SURDOSE MÉDIATIQUE et SANTÉ des JEUNES*, qui se tiendra à Montréal du 4 au 6 mai 2011. Une trentaine de conférencières et conférenciers du Québec, du Canada et des États-Unis ont accepté de venir échanger avec vous sur les dommages causés aux enfants et aux adolescents par des industries qui utilisent les écrans pour les attirer, les divertir et leur vanter des habitudes de vie et des produits souvent malsains. Ce 2e Colloque consacrera une journée à des présentations en anglais, le 4 mai, suivie de deux jours complets (...)

Le rappeur algonquin Samian et le chanteur Raoûl Duguay feront partie du spectacle d’ouverture du Forum social québécois le 23 août. Le premier est âgé de 24 ans. Le second a fêté ses 68 ans. Tous deux se complètent pourtant, au point où l’on ne se sait trop qui est l’Ancien et qui est le Moderne. Portraits croisés.

Six cent quatre-vingt-dix arrestations. Plus de trois millions de dollars de dommages. C’est le bilan de trois journées d’émeutes survenues au début de mois de mars dans les rues de Copenhague, la capitale du Danemark. Trois jours qui ont mis l’Europe à l’envers, à cause de la fermeture d’une maison de jeunes. Mais pas n’importe laquelle.

« La fracture est maintenant profonde, un fossé se creuse de plus en plus entre nous et la gauche. » C’est Liman qui parle ainsi, il a une trentaine d’années, diplômé comme ses copains, ils sont militants et animent une association locale, proche des Verts, à Garges, en banlieue parisienne. Ils et elles sont toutes et tous, né(e)s en France, de parents immigrés, de la deuxième ou de la troisième génération, comme on dit de manière politiquement correcte en France. « Notre association a signé l’appel à manifester, en soulignant que le CPE n’était qu’un aspect de la loi pour l’égalité des (...)
Le Maroc doit poursuivre son engagement dans la voie de la démocratisation tout en s’attaquant aux impératives questions sociales : pauvreté, exclusion, marginalisation, etc... Pour répondre à ces deux problématiques, le projet du FAM au Maroc vise un renforcement du dialogue stratégique entre les Jeunes acteurs sociaux de la société civile et l’État. Ultimement, le projet permettra la création d’un Conseil Consultatif de la Jeunesse permettant la participation des jeunes marocains et marocaines aux débats sur les problématiques auxquelles ils sont confrontés au quotidien. Ce projet (...)
En 2004, les statistiques sur la population marocaine (Ministère de la Prévision et du Plan) annoncent 30 millions d’habitants dont 50,8 % sont des femmes, 52, 4% des citadins et 35% des moins de 15 ans. Cette population de jeunes reste une donnée démographique importante et met le Maroc devant des défis permanents en matière d’emploi, de logement et de satisfaction des besoins essentiels. Le chômage atteint 20% sur l’ensemble du pays avec 30% chez les moins de 25 ans et une incidence plus forte chez les femmes. Davantage, l’héritage économique et social de la mise en place des (...)
Le lieu où se tiendra le Forum social mondial est en soi un geste stratégique et politique. Porto Alegre, au Brésil, fut retenu en 2001 puisqu’on y retrouvait un système politique municipal basé sur des principes de démocratie participative et un budget participatif, dont souhaitait s’inspirer le mouvement. Le Campement Intercontinental de la Jeunesse (CIJ), où peuvent séjourné les participants au Forum, s’est développé en parallèle comme lieu privilégié de mise en pratique des discours et des idéaux véhiculés durant le FSM. Initié au Brésil, le Campement est devenu un espace pour vivre (...)

Je suis à Clichy par intermittence depuis samedi matin pour préparer avec une journaliste de France-Inter une série d’émissions sur la situation à Clichy-sous-Bois. La ville s’est « embrasée » du jeudi 27 octobre au soir au lundi 30 au soir. Je livre ici ce que j’ai vu, entendu, compris, et ce qui m’a été rapporté.

En mars de cette année (2005), un nouveau groupe de lycéens de terminale a annoncé son intention de ne pas aller à l’armée et a manifesté cette intention par la lettre ci-dessous envoyée le 13 mars au chef de l’Etat,
au ministre de la défense, à la ministre de l’éducation et au chef d’état major de l’armée, avec 300 signatures.

Amnistie internationale a révélé ce mardi 26 juillet que des milliers d’enfants au Népal étaient confrontés à des exactions et violences graves dans le conflit en cours au Népal, où rebelles maoïstes et forces de sécurité se livrent à une lutte interne brutale depuis neuf ans.

In the wake of the execution of three persons for crimes committed when they were children (under 18), including one who is still a child, in less than a week, Amnesty International today urges the Iranian government to put a final stop to these executions.

Depuis 1995, de jeunes délinquants québécois d’origine haïtienne sont déportés vers Haïti, après un passage à la prison de Bordeaux où leur est remis un aller simple pour Port-au-Prince. Coupables de certains délits criminels, la loi canadienne favorise leur déportation dans un pays qu’ils ont à peine connu.

Avec la présentation de la rétrospective de l’œuvre du cinéaste bolivien, Jorge Sanjinés, le festival Présence autochtone ne pouvait pas coller davantage à l’actualité effervescente de la Bolivie. Depuis les années 1960, ce sont les luttes, tant quotidiennes que politiques des peuples autochtones que s’efforce de raconter ce cinéaste déjà primé à Cannes. Avec son dernier film, Los hijos del ultimo jardin (Les jeunes du dernier jardin), il dénonce la corruption des dirigeants, questionne une jeunesse désabusée et rend hommage à l’esprit communautaire et combatif du peuple Aymara.

Étonnante découverte historique et troublant témoignage. Pourtant, le journal intime de Nina Lougovskaïa - découvert récemment dans les archives du KGB - ne contient que les confidences d’une adolescente soviétique dans les années 1930. Mais voilà, rien n’est simple. D’intelligence vive, Nina a hérité de son père une forte sensibilité politique. Militant révolutionnaire, celui-ci est emprisonné et interdit de séjour à Moscou avant d’entrer en clandestinité. La famille est surveillée. Les trois cahiers de Nina, si innocents à première vue, la conduisent au Goulag avec sa mère et ses sœurs aînées. Ils (...)
Valérie Zenatti est française, mais a vécu avec ses parents quelque temps en Israël, où à 18 ans, comme tous les autres jeunes gens elle dû faire son service militaire, ce qui lui inspirera son premier livre couronné de prix et traduit dans différentes langues : Quand j’étais soldate, paru en 2002. Aujourd’hui, Valérie Zenatti vit de nouveau en France et consacre son temps à écrire des livres pour les plus petits comme pour les plus grands. Une bouteille dans la mer de Gaza est un récit qui s’adresse aux adolescents âgés de 12 ans et plus. Une jeune israélienne qui habite Jérusalem, prénommée (...)

En Amérique latine, le phénomène des gangs de rue est assez répandu. C’est notamment le cas au Honduras qui, comme plusieurs de ses voisins, est enclin à adopter des mesures de plus en plus répressives, allant à l’encontre des droits humains mais qui, pour autant, ne parviennent pas en enrayer le problème. On assiste plutôt à une inquiétante escalade de la violence opposant les enfants de la rue aux forces de l’ordre, qu’elles soient publiques ou privées, officielles ou officieuses.

Même sous le soleil de plomb et la canicule, l’eau du fleuve Niger s’agite cette semaine. C’est que le propos des 35 jeunes francophones des Amériques, des Caraïbes, d’Europe et d’Afrique réunis à Niamey, ne peut faire autrement que de provoquer une vague.

Quoiqu’on en dise, il fait bon vivre à Montréal. Toutes proportions gardées, notre métropole est l’une des villes les plus sécuritaires d’Amérique du Nord. Aussi vaut-il la peine de le répéter, comme l’ont fait le chef du Service de police Michel Sarrazin et le maire Gérard Tremblay en conférence de presse à la mi-août, à l’heure de cette guerre des gangs de rues qui défraie les manchettes depuis quelques semaines. Sans déconner, à en croire certains reportages des médias écrits ou électroniques, on a l’impression que Montréal se change en ville de frontière du Far West ou en réplique nordique du (...)
Il y a un an exactement, je décrivais dans ces pages la dégradation des conditions d’enseignement au Niger, à la suite de la mise en place des politiques de restructuration du secteur de l’enseignement contenues dans les Documents stratégiques de lutte contre la pauvreté (DSRP). On retiendra, entre autres conséquences désastreuses : la mise à la retraite anticipée de 90 % du corps professoral ; leur remplacement par des « volontaires de l’éducation », gagnant moins du tiers du salaire des professeurs précédant et dont le droit à la syndicalisation leur est interdit ; fermeture de départements (...)

François Margolin est un grand passionné du continent africain. Touché par le phénomène des enfants soldats, il plonge avec sa caméra dans un Libéria dévasté pour leur donner une voix. Son film, Petits Soldats, tourné entre octobre 2003 et janvier 2004, sera présenté dans le cadre du Festival des films du monde de Montréal (FFM). Rencontre avec un réalisateur à l’écoute.

« En tant que leader étudiant et militant, j’ai concentré mes énergies et mon temps pour avertir les gens des dangers de la privatisation. » Ce sont là les mots de Tinashe Chimedza, un jeune Zimbabwéen qui lutte pour une véritable démocratisation de son pays. Le Zimbabwe est passé des mains des colonialistes blancs aux « libérateurs » noirs en 1980, mais depuis, c’est le même parti qui est au pouvoir : le ZANU-PF (Zimbabwe African National Union Patriotic Front). Aussi, au cours des 10 dernières années, ce pays a connu une dégradation importante, tant au plan économique que social, et la situation des droits humains se trouve présentement au centre de dénonciations internationales.

Central Cape Town. Known as Lie de Kaap, the Lovely Cape, in Afrikaans, and from the city centre, one can understand why: tall beautiful buildings, the sea stretching out turquoise blue and Table Mountain looming above the city. Famed for its nightlife and incredible geography, Cape Town, from this vantage point, cannot be mistaken for any other. But if you board the metro train east out of central station, you’ll roll past kilometres of shacks built metres away from the railway lines, right up until the last stop: Khayelitsha. People are shocked at my white skin, wondering out loud if I got on the wrong train

Ils ont moins de 18 ans, sont exploités, maltraités et violés. Des milliers de jeunes marocains souffrent en silence. Leurs souhaits : grandir dans un milieu familial stable, avoir accès à l’éducation et être protégés par des lois effectives. Des revendications légitimes d’enfants marginalisés.

En France, le gouvernement mène une politique conservatrice de criminalisation des catégories les plus démunies : les jeunes, les pauvres, les étrangers.

Fred Fortin c’est... la passion des hivers à -20 C, les joutes de hockey disputées avec son fils, l’amour du bois et des grands espaces. Du brut, du simple et un brin de tendresse, tout à l’image de sa musique. Il est cette année le porte-parole du concours des Francouvertes, qui fait la promotion de la relève musicale. Portrait d’un homme d’instinct.

Emprisonnement des mineurs de 13 ans dans des Centres éducatifs fermés, suspension des allocations familiales pour leurs familles, création du délit d’outrage à enseignant pouvant entraîner 6 mois de prison, renforcement des sanctions en cas d’absentéisme scolaire (qui devient un délit passible pour 4 demi-journées d’absence dans le même mois de 2000 euros d’amende). Autant de mesures des lois Perben (le ministre de la Justice) qui visent clairement la criminalisation des familles les plus pauvres et signifient le désengagement de l’état et de la société envers les plus démunis.

En proposant la tenue d’une grève continentale contre la ZLÉA le 31 octobre prochain, les mouvements étudiants québécois et canadiens revendiquent le droit de dire non à la ZLÉA.

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca