Italie

“Enough of all this bad news, this is good news. It just takes one small company to make a start and then others will
follow. We are not a big multinational, they are not the ones that will make the change. It is the small companies like us,
together, who will do it and make a big impact.” So proclaimed Lorenzo Fasola-Bologna, a small Italian olive and wine
producer from Umbria.

Le 1er novembre dernier, l’Observatoire sur les victimes des migrations, une organisation italienne, a publié un rapport accablant sur les méthodes employées par l’Italie et la Libye contre les immigrants clandestins. Intitulé Fuite de Tripoli, le rapport mentionne que 8 % des migrants sans papiers qui cherchent à se rendre en Italie passent par la Libye, un pays qui maltraite systématiquement les clandestins par le biais de centres de détentions, dans lesquels se pratiquent la torture et les déportations en plein désert.

Les banlieues parisiennes grondent et Romano Prodi a averti : les nôtres ne sont pas moins dégradées. Forza Italia l’a traité d’incendiaire. Les maires lui ont dit que non, les nôtres sont différentes. Calderoli par contre que oui, et qu’il faut chasser les immigrés. Pisanu ne craint pas les banlieues parce que chez nous le lieu des émeutes est la Val di Susa. L’opposition a objecté "oui, mais". Adriano Sofri écrit des subtilités sur les automobiles. Mais Prodi a raison, seules les dimensions changent, ce qui n’est pas rien.

Le résultat du référendum sur la Constitution européenne, tenu en France le 29 mai, confirmé par le « nee » des Pays-Bas , le premier juin, servira de point de départ au développement de trois ordres de réflexions articulés autour de l’émergence d’un vaste mouvement citoyen mondial.

L’université Rome III a décidé que dorénavant Coca-Cola, Fanta, Sprite et autres sodas seront bannis des distributeurs automatiques installés dans ses locaux.

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca