Intégrisme

Au Nigeria, 2015 a commencé avec un massacre, probablement le plus meurtrier jamais perpétré par la secte islamiste Boko Haram. Plus de quinze villages totalement détruits, des centaines de personnes tuées. Le groupe né au début du 21ème siècle dans le nord-est du pays va toujours plus loin dans la violence. Au-delà de la religion, il prospère sur le terreau d’une zone de grande pauvreté, délaissée par le pouvoir central et qui ne profite pas de la manne pétrolière. Face à Boko Haram, les forces de sécurité sont elle-aussi dénoncées pour leur brutalité arbitraire et leurs pratiques de la torture. (...)
Adopté le 28 janvier dernier par l’Assemblée nationale, le projet de loi sur l’égalité femmes-hommes a suscité de nombreuses réactions au sein de la société française. Ce projet de loi vise entre autres à combattre les stéréotypes entre les hommes et les femmes, et ce dès l’école primaire. Manifestations, appels au boycottage, le pays a vécu un mois de débats houleux laissant parfois place à des discours réactionnaires exacerbés par une France qui fait de moins en moins confiance à son gouvernement. La place des femmes dans la société et dans la sphère privée est au centre de la nouvelle politique (...)
Cultiver son « âme celte », se « ré-enraciner » dans les terroirs de « la France éternelle », respirer « l’essence authentique du peuple de France »... L’extrême droite s’empare à sa manière de la transition écologique et d’expériences de relocalisation et de décroissance. En tentant d’implanter dans plusieurs régions des villages prétendument écolos et conviviaux. Ces projets, en apparence sympathiques pour les non avertis, masquent une vision communautariste, voire raciste, de l’écologie. L’une des premières alertes est donnée début 2010 dans un petit village du Morvan, Mouron-sur-Yonne, 99 (...)

A new movement of Iraqi widows is refusing the division of the country on sectarian lines, and rapidly building a broad alliance in favour of social and political reform, with local cease-fires and reconciliation initiatives - outside the control of the Iraqi government and their American backers.

The orchestrated battery of assaults over the past decade mounted on Christians is actually calculated to reduce the entire diverse Indian people of Christian faith to fear and subjugation.

Le Liban, la Palestine, l’Afghanistan sont en flammes dans le sillon des caricatures publiées en Europe et perçues par beaucoup de monde comme des insultes contre l’islam. Certains commentateurs interprètent cela comme une autre preuve à l’effet que le « monde arabo-musulman » est condamné à l’obscurantisme religieux et refuse d’accepter les « valeurs occidentales » comme la liberté de la presse. En réalité, cette explosion est plus complexe qu’elle ne paraît.

Le 16 septembre, devant les Nations unies, le président irakien, Jalal Talabani, avouait avoir désespérément besoin de l’aide de la communauté internationale, affirmant que l’Irak n’était pas à la veille d’une guerre civile, mais en plein dedans. De fait, les attentats se multiplient à l’approche du référendum sur la Constitution, devant avoir lieu le 15 octobre. Pour Gilbert Achcar joint à Berlin, spécialiste du Moyen-Orient, une seule chose pourra réussir à stabiliser l’Irak : le retrait complet des troupes américaines.

En 1999, l’auteur algérien Boualem Sansal nous avait offert le magnifique et troublant Serment des barbares. Voilà qu’il récidive avec Harraga, quatrième roman publié chez Gallimard. Cette fois c’est dans la peau d’une femme, celle de Laima, que se glisse le narrateur. Une femme libre, pédiatre, célibataire vivant seule à Alger et qui a fait de sa solitude son rempart, sa meilleure amie, son antre de quiétude, où les rêves peuvent venir l’habiter. Une femme libre et seule de surcroît, quoi de pire dans ce monde machiste ou règne l’obscurantisme des intégristes religieux ? Harraga est inspiré (...)

Quelque temps après l’invasion de l’Irak, le président Bush déclarait que les Etats-Unis allaient ouvrir une nouvelle ère au Moyen-Orient. Cette région du monde affirmait-il, allait enfin connaître la paix, la prospérité, la démocratie. Deux ans plus tard, la situation reste très ambiguë.

As the United States gears up for an attack on Iran, one thing is certain: the Bush administration will never mention oil as a reason for going to war. As in the case of Iraq, weapons of mass destruction (WMD) will be cited as the principal justification for an American assault.

Les 11 et 12 décembre 2004, le Collège International de Tunis, dans le cadre des Translittéraires, a organisé un colloque autour du thème, oh combien opportun, « A la recherche de la civilité ».

My first run-in with Muqtada al-Sadr’s Mahdi Army came on March 31 in Baghdad. The US occupation chief, Paul Bremer, had just sent armed men to shut down the young cleric’s newspaper, Al Hawza, claiming that its articles comparing Bremer to Saddam Hussein incited violence against Americans.

Ma première rencontre avec l’Armée du Mehdi de Moqtada al-Sadr a eu lieu le 31 mars. À Bagdad Le chef de l’occupation américaine, Paul Bremer, venait d’envoyer des hommes armés pour fermer al-Hawza, en invoquant que les articles qui y paraissaient et comparaient Bremer à Saddam Hussein incitaient à la violence contre les Américains. Sadr répondit en appelant ses partisans à protester pour exiger la réouverture du journal. Quand j’ai entendu parler de la manifestation, j’ai voulu y aller. Je me suis couverte d’un foulard et je m’y suis rendue. Les manifestants avaient imprimé des bannières en (...)

Najaf, une ville irakienne à quelques 100 kilomètres au sud de Bagdad, est la capitale spirituelle des Chiites, qui composent la deuxième plus grande famille de l’Islam et la majorité de la population irakienne. Autour du tombeau d’Ali, un immense cimetière accueille une quantité innombrable de tombeaux.

The suicide bombings that rocked Casablanca on May 16 also shook the foundations of Moroccan society. Although the targets seem to have been chosen for their Western and Jewish links, the victims were mostly Moroccan. On May 21 the Moroccan government responded by pushing its proposed anti-terror law back into Parliament for a hastily organized vote.

Les attentats suicides qui ont frappé Casablanca, dans la nuit du 16 au 17 mai, ont ébranlé les fragiles fondations de la nouvelle société marocaine, en voie de démocratisation. Si les cibles ont de toute évidence été choisies pour leur résonance occidentale ou juive, les victimes sont, elles, majoritairement marocaines. Le mercredi suivant les attentats, le gouvernement marocain a répondu à l’affront par rien de moins que la proposition d’une loi antiterroriste.

L’attentat de Bali le 12 octobre a révélé les profondes fissures politiques et sociales qui traversent l’archipel indonésien actuellement. Les conflits s’accumulent dans plusieurs régions du pays et propulsent des luttes politiques au sein de l’État, de l’armée et du gouvernement, d’où une situation de grande instabilité. Tout cela est aggravé par une situation régionale volatile, liée aux conflits en Asie et au Moyen-Orient.

L’Afghanistan est un pays des plus épuisés par les guerres, les sécheresses répétées et la pauvreté. Les huit ans de combat contre les Soviétiques suivis des 13 années de conflit intérieur ont exténué la population et exacerbé les rivalités ethniques.

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca