Impérialisme

Il y a 50 ans, en 1955, les principaux chefs d’États des pays d’Asie et d’Afrique ayant reconquis leur indépendance politique se réunissaient pour la première fois, à Bandung. Samin Amin revient sur cet événement de l’histoire des indépendances, sur l’objectif des politiques de développement issue de Bandung et sur ce qui, aujourd’hui, pourrait constinuer une nouvelle alliance des peuples du Sud.

The central question we need to answer is this: What were the real reasons for the Bush administration’s invasion and occupation of Iraq?

As the United States gears up for an attack on Iran, one thing is certain: the Bush administration will never mention oil as a reason for going to war. As in the case of Iraq, weapons of mass destruction (WMD) will be cited as the principal justification for an American assault.

Pour les néoconservateurs de l’administration Bush, la présence militaire des États-Unis en Irak, en Afghanistan, en Arabie saoudite et ailleurs se veut la première phase d’une vaste « réingénierie » du Moyen-Orient, dans le but de mettre au pas des pays et des mouvements « récalcitrants », dont la Syrie et l’Iran. Sur le dossier iranien, Washington se trouve en porte-à-faux avec l’Europe. Aussi, le président Bush se fait conciliant en endossant les démarches européennes pour coopter le régime iranien et en ne s’opposant plus à l’intégration de l’Iran à l’Organisation mondiale du commerce. Est-ce que cette « carotte » sera assez alléchante pour faire capituler Téhéran devant la pax musclée ? Peu probable.

Bagdad, en février 1955 : l’Irak, Etat alors client des Britanniques, et la Turquie, alliée des Américains, ont signé un Pacte bientôt élargi à l’Iran (où la CIA avait fait tomber le progressiste Mossadegh), au Pakistan, et à ses architectes, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

Des milliers d’Irakiens sont sortis dans la rue pour brûler l’effigie de Saddam Hussein lors d’une gigantesque manifestation à Bagdad le 6 avril dernier. Mais la même symbolique était fort différente que celle qui fut filmée lors de l’arrivée des troupes américaines dans la capitale irakienne il y a deux ans.

Cuba’s living example of 45 years of successful resistance to US military aggression and economic boycott is extremely damaging to Washington’s goal of world empire for several reasons.

The Karl Polanyi Institute of Political Economy
Presents Bruce Campbell, Executive Director, Canadian Centre for Policy Alternatives, on Of Independence and Faustian Bargains: Going Down the Deep Integration Road with Uncle Sam

Les États-Unis sont présentement installés militairement en Irak, en Afghanistan, en Arabie saoudite et dans d’autres pays du Proche-Orient et de l’Asie centrale. Selon les stratèges néoconservateurs qui dominent l’administration Bush, une véritable « réingénierie » de la région est envisagée pour mettre au pas des pays et des mouvements « récalcitrants ».

It started off as a joke and has now become vaguely serious: the idea that Bono might be named president of the World Bank. US Treasury Secretary John Snow recently described Bono as “a rock star of the development world,” adding, “He’s somebody I admire.”

Quiconque a regardé à la télévision la partie sur l’Irak du Discours sur l’état de l’Union prononcé par George W. Bush devant le Congrès des Etats-Unis, le 3 février, aura été persuadé que les membres des deux chambres, à commencer par Dick Cheney lui-même, se livrent résolument aux exercices physiques requis pour maintenir leur santé cardiaque.

Avec la fin de la Guerre Froide et la chute de l’Union soviétique au début des années 90, les stratèges américains en politique étrangère (les néoconservateurs), ont avancé deux stratégies pour maintenir l’hégémonie des États-Unis à l’approche et durant le 21e siècle.

"The Iraqi people gave America the biggest ’thank you’ in the best way we could have hoped for." Reading this election analysis from Betsy Hart, a columnist for the Scripps Howard News Service, I found myself thinking about my late grandmother.

« Le peuple irakien a exprimé aux États-Unis le plus grand « merci » possible de la meilleure façon que nous pouvions espérer. » En lisant cette analyse de l’élection signée par Betsy Hart, chroniqueuse du Scripps Howard News Service, je me suis mise à penser à ma grand-mère, aujourd’hui décédée. À moitié aveugle, véritable menace au volant de sa Chevrolet, elle refusait catégoriquement de nous remettre les clés de la voiture. Elle était convaincue que partout où elle allait, les gens lui souriaient et lui faisaient des signes de la main. Nous avons dû lui annoncer une mauvaise nouvelle : « (...)

Forget the UN. The US Occupation Regime Helped Itself to $8.8b of Mostly Iraqi Money in Just 14 Months

The Iraqi elections were designed not to preserve the unity of Iraq but to re-establish the unity of the west

Seymour M. Hersh, anciennement du New York Times et maintenant correspondant de l’hebdomadaire The New Yorker vient de publier le 17 janvier un article décapant sur les préparatifs américains en vue d’une éventuelle guerre contre l’Iran.

Cubanow.- Gathered in Caracas, birthplace of Simon Bolivar, intellectuals and artists from fifty-two countries and diverse cultures, all agreed to build a wall of resistance against the project of global domination that is being imposed on the world today.

Pour beaucoup de monde, les États-Unis sont devenus un repoussoir. C’est le pays de Bush, de la militarisation, de la violence.

Depuis le 2 novembre, le monde entier retient son souffle. En effet, les décisions concernant la planète se prennent en grande partie à Washington.

President George W Bush is "reaching out" to Fallujah - the first major foreign policy initiative of the second Bush administration. The name: Operation Phantom Fury.

L’occupation de l’Irak s’inscrit pleinement dans la « grande stratégie » expansionniste inaugurée par les États-Unis au moment où s’achevait la Guerre froide.

Depuis juin, les autorités d’occupation américaines ont formellement passé la main à un gouvernement irakien intérimaire dirigé par Iyad Allawi. À certains égards, cette évolution a semblé positive. Depuis cependant, la situation ne s’améliore pas, au contraire.

L’Afghanistan dut à sa géographie, entre Moyen et Extrême-Orient, et à son histoire, aux confins de deux colonialismes, sinon d’être oublié de l’histoire du moins, laissé à sa marge. Terre de passage obligée entre les grandes régions de l’Asie et ses grands empires, l’Afghanistan fut sans cesse envahi et annexé tout au long des siècles. Mais jamais ses conquérants n’y furent en repos.

Bush’s embrace of Israeli Prime Minister Ariel Sharon’s unilateral plan to annex six major West Bank settlement blocs and reject the internationally-recognized Palestinian right of return as a quid pro quo for Sharon’s pull-out from most Gaza settlements represents a major defeat for Palestinian human rights and international law, and a huge consolidation of the U.S.-Israeli alliance.

April 9, 2003, was the day Baghdad fell to U.S. forces. One year later, it is rising up against them.

The signing of the interim Iraqi "constitution" by the Governing Council represents a significant step in U.S. efforts to legitimize its invasion and occupation of Iraq. By achieving the codification in a U.S.-supervised process of an ostensibly "Iraqi" legal document, the U.S. as occupying power is hoping that its planned June 30th "transfer of power" will be accepted globally as the "restoration of sovereignty to Iraq."

La chronique de samedi dernier de Denise Bombardier (6 mars) reflète bien ce que beaucoup de monde pense en cette ère de désordre et de chaos. Des pays, voire des régions entières, sont ingouvernables, ce sont des « causes perdues ». Les élites locales ont échoué, de par leur propre faute (alors qu’ils ne font que blâmer les autres). Ce ne sont ce que des politologues américains ont défini de « failed states » (les États en faillite). Seule solution, la « communauté internationale » (les pays riches) doit les sauver, même contre leur propre volonté, car sans cela, les gens vont continuer à mourir et à s’entre-tuer.

War profiteers in Iraq pursue quick fixes and high profits by overcharging for shoddy work, while Iraqis protest that they could do the work better and cheaper. Welcome to the reconstruction racket.

La décolonisation devait engendrer un homme nouveau, maître de son devenir. Toutefois, constate Memmi, des potentats à la solde des nantis sont au pouvoir dans la plupart de ces pays, produisant corruption et pauvreté. Habiles dissimulateurs, ils persuadent leur peuple que les responsables d’une telle iniquité sont extérieurs à leur propre régime. L’intégrisme et les particularismes culturels prolifèrent au gré de cette mystification, nourris de ressentiment contre l’Occident, la démocratie, la laïcité et l’émancipation des femmes. Le Maghrébin sert de modèle au portrait de Memmi. Parce que (...)

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca