Démocratie

Du 13 au 14 avril s’est déroulé le 8e Sommet des Amériques, à Lima (Pérou). Malgré l’absence du président des États-Unis, de Cuba, de l’Équateur et du Venezuela, cette rencontre a regroupé 33 chefs d’État du continent américain. Le thème de la corruption a été au cœur des discussions, interrogeant sur l’état des démocraties latino-américaines. La situation préoccupante au Venezuela a également été source de division entre les participants, alors que les élections présidentielles doivent y avoir lieu le 20 mai prochain. Pour nous éclairer, le point de vue de Christophe Ventura, chercheur à l’IRIS.

Le second tour de l’élection présidentielle en Équateur s’est presque conclu le 2 avril dernier lorsque le Conseil national électoral a annoncé une faible avance pour Lenín Moreno, successeur de Rafael Correa comme candidat du parti au pouvoir, Alianza PAIS. Presque conclu puisque, s’appuyant sur un sondage mené à la sortie des bureaux de scrutin, l’opposant de droite et ex-banquier Guillermo Lasso a déclaré qu’on lui avait volé la victoire. Il réclama ensuite un recomptage total, puis l’annulation pure et simple du scrutin, avant de finalement déclarer qu’il ne reconnaitrait jamais la légitimité (...)
On ne peut que déplorer le triste état de la démocratie. Elle était déjà diminuée depuis plusieurs années par le pouvoir des grandes entreprises et leur armée de lobbyistes qui dictent aux gouvernements les politiques à adopter. Et voilà qu’apparaissent maintenant des chefs d’État autoritaires, campés à l’extrême-droite, et qui gouvernent en appliquant fièrement des idées que l’on croyait disparues du spectre politique. La liste est longue et inquiétante : on les retrouve à la tête des plus grandes puissances, comme Donald Trump aux États-Unis, Vladimir Poutine en Russie, Narendra Modi en Inde. Et (...)
Donald Trump entrera donc à la Maison Blanche en janvier 2017. Paradoxe du système électoral états-unien, où c’est la majorité même très courte par Etat qui compte, le candidat républicain l’emporte avec une minorité de voix, 100 000 suffrages de moins qu’Hillary Clinton, sur environ 122 millions de votants. À se demander si Trump, malgré le rejet et les controverses qu’il a suscités, y compris dans son propre camp, ne doit pas d’abord sa victoire à l’impopularité et l’aversion à l’encontre d’Hillary Clinton et du « système » qu’elle incarne. Donald Trump entrera donc à la Maison Blanche en janvier (...)
Le système démocratique est vu comme l’instrument idéal de mobilisation citoyenne, mais surtout comme un outil pour reconnaître l’égalité des droits. Des efforts colossaux sont déployés pour accroître l’exercice de la démocratie politique à l’ensemble de la planète. Malgré toutes les violations des droits, les guerres et la répression, la conquête d’espaces plus démocratiques connaît des avancées remarquables. C’est pourquoi l’exercice du pouvoir du peuple par lui-même est toujours vue par l’ensemble des populations comme un droit fondamental. Des mouvements populaires continuent d’éclater un peu (...)
L’année qui s’achève est celle des vingt ans d’Alternatives. Au cours de son histoire, l’organisation a réalisé systématiquement des dizaines de projets avec des partenaires locaux dans plus de 35 pays. Plus d’un millier de stages ont été réalisés partout dans le monde. Non seulement la solidarité internationale s’est ainsi traduite par de telles réalisations, mais elle s’est aussi exprimée ici, dans des engagements citoyens et des actions concrètes de solidarité, en alliance avec des acteurs sociaux et des partenaires. Les défis d’Alternatives aujourd’hui concernent sa mission et ses moyens d’agir. (...)
À travers la lutte féministe au Québec, les femmes ont réussi à gravir plusieurs échelons de la société, ce qui leur ont permis de se doter d’un plus grand pouvoir et d’améliorer leur posture sociale. En s’autonomisant, elles se sont graduellement détachées de la pression domestique les gardant au foyer et ont accédé à des postes qui étaient auparavant réservés aux hommes. Toutefois, même si ces milieux s’ouvrent graduellement à elles, plusieurs obstacles subsistent. En politique, même si la porte a été ouverte aux femmes, le milieu demeure fortement masculin. Aux dernières élections provinciales (...)
Depuis la sortie des résultats préliminaires de l’élection du 28 juillet, les comités d’observateurs se sont mis en branle pour mettre en lumière les irrégularités rapportées en masse tout au long de période électorale. Contestant la victoire du Parti populaire cambodgien (CPP), le principal parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), réclame qu’une commission d’enquête élucide les allégations de fraude électorales qui pèsent sur le Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 28 ans au Cambodge. Des élections contestées Les résultats préliminaires publiés par le CPP (...)
Le printemps arabe a été et est encore l’objet fertile d’études d’analystes tentant d’expliquer ses tenants et ses aboutissants et de prédire ce qu’il va en advenir. Dans ces analyses, on y trouve une tendance à globaliser les points de vue et à proposer des conclusions décontextualisées. Nombre de ces discours ne relatent ni les spécificités de chaque pays, ni la diversité des tendances islamistes en jeu. Pourtant, la singularité de la destinée marocaine pourrait à elle seule illustrer toute la complexité des enjeux du Maghreb. Dans la vague du printemps arabe, le Maroc a connu lui aussi son (...)
Avec un pourcentage de voix et une différence entre lui et son rival le plus immédiat qu’ auraient bien voulu avoir Obama, Hollande et Rajoy, la victoire écrasante de Rafael Correa donne quelques leçons qu’il est bon de récapituler. D’abord, et le plus évident, la confirmation du mandat populaire, pour continuer sur le chemin tracé mais, comme a dit Correa lors de sa conférence de presse, en avançant plus vite et plus profondément. Le président réélu sait que les quatre années à venir seront cruciales pour assurer l’irréversibilité des réformes, au terme de dix ans de gestion, qui auront abouti à (...)
Dans le cadre du programme législatif du gouvernement Marois pour assurer une intégrité sans faille à l’administration publique, le ministre responsable des Institutions démocratiques, Bernard Drainville, a présenté deux projets de loi modifiant la Loi électorale. Le premier, sur le financement des partis politiques, abaisse de 1000$ à 100$ le plafond des contributions et abolit le crédit d’impôt afférent. L’argent ainsi économisé par le trésor public serait redistribué aux partis sous forme d’une hausse de 85 cents à 1.67$ de l’allocation par vote exprimé. Le deuxième, qui fait l’unanimité sauf (...)
Lorsque la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la République Démocratique du Congo (RDC) a déclaré Joseph Kabila vainqueur de l’élection du 28 novembre 2011, l’Occident s’est montré réticent à l’acceptation des résultats. Pourtant, moins d’un an plus tard, on tente d’oublier la question et de revenir à une situation « normale » vis-à-vis du gouvernement réformé de Kabila. Mais à quel prix ? Résultat controversé Robert Mugabe, un vieil ami des Kabila, fut le seul chef de gouvernement présent à l’inauguration de ce dernier, en décembre 2011. Les pays occidentaux n’envoyèrent que des (...)
L’occident tend-il à disparaître et à s’engouffrer dans un désastre monétaire et écologique menaçant d’une fin inéluctable l’ensemble de sa population ? En admettant que le système financier constitue le seul outil capable de réguler l’humanité tout en favorisant « le bonheur » des individus, il serait légitime de se consacrer exclusivement à pérenniser ce système, sacralisé depuis ces trente dernières années et garant de l’harmonie entre les peuples. Or, la suprématie instaurée du libéralisme, c’est-à-dire imposée dans les années 80 par quelques dirigeants (Reagan et Thatcher) sur la communauté (...)
Les élections approchent, mais les réponses aux problèmes de la société québécoise, semblent s’éloigner. Pour beaucoup, le 4 septembre représente la fin d’un conflit ayant trop duré et un nouveau chapitre pour le Québec. Par contre, il est possible de douter de ces éventuels changements, non pas par cynisme, mais par le constat de problèmes évidents de la politique québécoise, dont le plus ancien est certainement le mode électoral. Représentants de partis politiques et d’organisations se sont aussi penchés sur la question. Une petite mise en contexte En 1792, c’est le grand frère britannique qui a (...)
Jean Charest oppose la démocratie des urnes, celle de l’Assemblée législative, à la démocratie de la rue, celle des manifestations, tandis que la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), qui chapeaute plusieurs associations collégiales et universitaires, oppose la démocratie directe à la démocratie représentative. Malgré ma sympathie et mon admiration pour le mouvement de grève étudiante et pour la Classe qui en est le moteur, prendre le contre-pied de la position du premier ministre me semble théoriquement et stratégiquement erroné. La démocratie des (...)
Construire une maison uniquement à partir de terre et d’eau. Vivre dans une société démocratique où l’écologie est une priorité majeure et où l’égalité des sexes est admise par tous. Est-ce possible ? Alors que le Kurdistan se tourne vers le confédéralisme démocratique, tout porte assurément à y croire. Ces premiers villages de la paix, comme la communauté kurde les surnomme, ont été créés en 2010, dans la province kurde d’Hakkari, qui se trouve à la frontière entre l’Iran et l’Irak, là où le mouvement pour une plus grande autonomie du peuple kurde est le plus vigoureux. Les habitants y vivent en (...)
éditeur e-joussour En arrivant à l’aéroport du Caire en début de semaine, la première fois que je revenais en Égypte depuis la « révolution du 25 janvier », quelque chose m’a fait penser que tout n’était plus comme avant. À la douane, nos sacs ont été ouverts : ils contenaient un grand nombre de documents d’Amnesty International en arabe sur la situation des droits humains en Égypte. Il y avait des rapports, des communiqués de presse et des brochures décrivant de graves violations commises à l’époque de l’ancien gouvernement mais aussi plus récemment, depuis la démission de Moubarak. Autrefois, (...)
Depuis la publication de mon livre Contre Harper , j’ai appelé essentiellement les lecteurs à deux choses. En premier lieu, j’ai voulu souligner l’importance cruciale d’un vote massif contre les conservateurs, et ce en fonction des particularités propres à chaque circonscription. En second lieu, j’ai convié les acteurs de la société civile à penser aujourd’hui même à la mobilisation dont nous aurons besoin au lendemain des élections. En effet, à supposer même – ce dont je doute fort – que les troupes de Stephen Harper perdent ces élections, nous aurons énormément de travail pour reconstruire les (...)
Date : Mercredi, Avril 6, 2011 - 19:00 - 21:00 Lieux : Les bureaux d’Alternatives, 3720 Ave. du Parc, 2e étage (Bus 80 nord du Métro Place-des-Arts) Information : 514 982 6606 x2294 Organisé par : Les coalitions Voices-Voix et Pas de démocratie sans voix ! Mercredi le 6 avril, des Québécois et des Canadiens feront entendre leurs voix pour la démocratie, la liberté d’expression et la transparence dans le cadre de la Journée pour la Démocratie ayant lieu partout à travers le Canada. À Montréal, plusieurs organisations se réuniront dans les bureaux d’Alternatives de 19h à 21h pour discuter de (...)
Une Q&R avec le député Michael Chong : À quoi un Parlement plus civil pourrait-il ressembler ? Comment notre dialogue politique pourrait-il être amélioré ? Pourquoi y a-t-il tant de députés spectateurs qui ne participent pas ? Venez discuter de ces questions avec le député Michael Chong, qui a avancé une motion visant l’amélioration de l’efficacité du débat parlementaire Canadien. Date : Mardi 15 mars Temps : 6:30 pm - 7:30pm Lieu : l’Université McGill, Département de Sciences Politiques, 429 Leacock Accueilli par : Les Canadiens en Appui à la Participation Politique (CAPP) Montréal (...)
Trois événements importants, sans lien apparent, qui se sont déroulés dans des mondes à part, révèlent clairement comme la politique se fait aujourd’hui. C’est-à-dire, dans l’indifférence devant toute réaction des populations. Et avec le sentiment de la part des gouvernants de remplir une mission plus haute : celle de combler les désirs de la classe financière. Au dernier G20 à Séoul, 183 organisations de la société civile de 42 pays, représentant collectivement plus de 200 millions de personnes ont demandé aux dirigeants du G20 de mettre en place une taxe sur les transactions financières qui (...)
À la lumière de la nomination de M. Stéphane Bourgon au poste de directeur des communications, relations gouvernementales et planification stratégique à Droits et Démocratie, nous, organisations de la société civile, qui souhaitons défendre la liberté d’expression et la démocratie, sommes extrêmement préoccupées par la poursuite des nominations partisanes au sein de cet organisme. Rappelons que la crise qui secoue Droits et Démocratie a été initiée par une politisation indue du Conseil d’administration, dont plusieurs membres sont reconnus pour être d’allégeance conservatrice et allianciste. En (...)
Montréal, le 6 mai 2010 Amies et amis, Presque à chaque jour, les média rapportent des positions ou décisions du gouvernement canadien qui ont pour effet de rétrécir dangereusement l’espace pour la dissidence et le débat public, et d’affaiblir sérieusement la capacité ce promouvoir et protéger les droits humains, ici et à l’étranger. Nous invitons vos organisations à vous joindre à nous pour une importante réunion sur l’état des droits humains et de la démocratie au Canada. Cette réunion se tiendra à Montréal, vendredi le 21 mai, de 9h30 à 12h00, à la salle DR-200 du Pavillon Athanase-David (...)
Les idées meurent aussi. Le cimetière des partis politiques regorge de tombeaux où gisent les dépouilles d’organisations qui déclenchaient jadis des passions, mobilisaient des foules, et sont désormais pâture de l’oubli. Qui se souvient en Europe, par exemple, du radicalisme ? Une des forces politiques (de centre-gauche) les plus puissantes de la seconde moitié du XIXe siècle, emportée par les vents de l’histoire... Qu’est devenue l’anarchie ? Et le communisme stalinien ? Où sont-ils ces formidables mouvements populaires capables naguère de battre le rappel de millions de paysans et d’ouvriers (...)
Rares sont les gens capables de tracer un tableau d’ensemble de la situation actuelle de l’humanité. Mais cela ne signifie pas que personne ne voit cette situation. Ceux qui disposent de l’information ont beaucoup plus de chances de voir : le présent, mais aussi une partie souvent non négligeable de l’avenir. Toutefois il est vrai que la majorité de la population, y compris beaucoup de ceux qui prennent des décisions et qui ont du pouvoir, n’a pas ces informations. Pourquoi ? Parce que nous vivons dans un système de communication, et non seulement d’information, qui ne rend absolument pas (...)

Depuis 2003, Alternatives appuie plusieurs organisations de la société civile irakienne et a favorisé la création du principal réseau d’organisations progressistes en Irak appelé : le Iraqi Democratic Future Network -IDFN.

Le gouvernement de l’Arménie a levé l’État d’urgence le 20 mars. Il avait été imposé à la suite de manifestations au début du mois pour dénoncer les fraudes électorales lors des présidentielles de février.

Le président russe Vladimir Poutine place ses pions pour revenir comme président en 2012,

Le Parti de la justice et du développement et le Parti de l’action nationaliste présentent le port du voile à l’université comme un pas vers plus de liberté. Sont-ils réellement motivés par une si noble intention ?

Les élections du 18 février pour choisir les députés au parlement national et aux assemblés de quatre provinces sont sans appel pour le président de Pervez Moucharraf. Les Pakistanais n’ont pas confiance en lui.

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 11

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca