Conflits

Voir également : "Militarisation", "Armement", "Occupation", "Paix", "Processus de paix" et "Réfugiés"

Après 14 mois de gouvernement de transition et 11mois de présence de la MINUSTAH qui devraient mener le pays vers des élections libres, acceptables et acceptées de tous, la situation sociale et sécuritaire s’est considérablement dégradée.

Six Irakiennes à Montréal et Ottawa. L’affaire a de quoi d’inusité. En tout cas, ce n’est pas habituel. Ce n’est pas souvent qu’on a la chance de rencontrer de ces personnes qui tous les jours vivent le quotidien de la guerre et de l’occupation, de celles qui espèrent encore et toujours un peu de démocratie, un peu de paix, plus de justice et d’équité aussi. Voilà qu’elles étaient six, que des femmes, venues de Bagdad comme du Kurdistan et du Sud de l’Irak. Chiites et sunnites confondues.

Le sida a tué plus ou moins 3 millions de personnes l’an dernier. La plupart des victimes sont pauvres et la majorité d’entre elles vivent en Afrique. À l’heure actuelle, entre 34 et 42 millions de personnes vivent avec le VIH à travers le monde. Un sentiment d’urgence est né et beaucoup de recherches ont été réalisées au cours des dernières années, pour déterminer, entre autres, les impacts et les facteurs aggravants de l’épidémie. Mais saute-t-on trop vite à certaines conclusions ? Au cours des cinq dernières années, des efforts inlassables de lutte contre le sida ont été engagés. Un cadre de (...)
Aux États-Unis et ailleurs dans le monde anglo-saxon, Les cerfs-volants de Kaboul (The Kite Runner, en anglais), a provoqué un véritable tremblement de terre dans le monde de l’édition. La critique, subjuguée, a été unanime, ne tarissant pas d’éloges, et le livre continue de se vendre comme des petits pains chauds en librairie. Isabel Allende elle-même a écrit : « Inoubliable... tout simplement extraordinaire. Un livre si intense qu’il vous poursuit longtemps et rend les autres lectures bien fades. » Que dire de plus, sinon que de fait, voici sans doute l’un des cinq livres les plus importants (...)
Serge Michel est un jeune reporter suisse de 35 ans, qui a déjà parcouru bien des guerres, bien des révolutions. Toujours un peu en décalage, après que les bombes soient tombées, après que les talibans aient pris la fuite, une fois le dictateur déchu, une fois le mur tombé. C’est ainsi qu’il a parcouru l’ex-URSS, l’Europe de l’Est, les Balkans, le Proche-Orient, pour la radio suisse et quelques journaux aussi. Il passe quatre ans en Iran dans les années 1990, puis inévitablement se rend en Afghanistan et en Irak, parcourant l’un et l’autre de ces deux pays meurtris entre 2002 et 2004, en (...)

Presqu’un an a passé depuis le jugement du Tribunal international de justice à l’effet que la construction du Mur par le gouvernement israélien était illégale. Dans son jugement, le tribunal réclamait de l’ONU des actions concrètes pour mettre fin à cette situation. Mais en pratique, rien n’a été fait.

His attack on Yalta shows the U.S. is not interested in cooperative security.

At midnight on April 13, ringing church bells and the call to prayer echoed across Beirut. These haunting sounds intermingled over Martyrs’ Square, the unfinished main plaza of old Beirut where thousands of Lebanese have been mixing, day and night, since the assassination of former Prime Minister Rafiq al-Hariri in mid-February.

The Ramallah doctor and activist, general secretary of the Al Mubadara coalition, on struggles against the Israeli Occupation, from the popular movement of the first Intifada to the tactical errors of the second, via the disaster of Oslo. As Abu Mazen is levered into place, what alternatives can combat both IDF stranglehold and the flyblown Palestinian Authority?

Malgré les messages rassurants de George W. Bush, les actes de résistance militaire se multiplient en Irak. Selon le chef d’état-major de l’armée américaine, le général Richard Myers, on enregistre de 50 à 70 opérations par jour.

Le 24 mars les enquêteurs ont remis leurs conclusions sur l’attentat qui a coûté la vie à l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri. Mais ils ne sont toujours pas prêts de démêler l’écheveau des responsabilités.

Depuis le début de l’année, le Soudan vacille entre la guerre et la paix. D’une part, le conflit au Darfour dans l’est du pays risque de s’envenimer. Le gouvernement soudanais en dépit des pressions d’une partie de la communauté internationale tergiverse face à une situation qui prend la forme d’un massacre organisé.

Pour les néoconservateurs de l’administration Bush, la présence militaire des États-Unis en Irak, en Afghanistan, en Arabie saoudite et ailleurs se veut la première phase d’une vaste « réingénierie » du Moyen-Orient, dans le but de mettre au pas des pays et des mouvements « récalcitrants », dont la Syrie et l’Iran. Sur le dossier iranien, Washington se trouve en porte-à-faux avec l’Europe. Aussi, le président Bush se fait conciliant en endossant les démarches européennes pour coopter le régime iranien et en ne s’opposant plus à l’intégration de l’Iran à l’Organisation mondiale du commerce. Est-ce que cette « carotte » sera assez alléchante pour faire capituler Téhéran devant la pax musclée ? Peu probable.

La prise des édifices gouvernementaux à Bichkek, capitale du Kirghizistan, le 24 mars, a été l’aboutissement d’une période annonciatrice de la révolution. Le groupe de manifestants était composé des membres des partis d’opposition qui avaient dénoncé les irrégularités des dernières élections législatives et exigeaient, depuis, la démission du président. Toutefois, rien ne garantit que cette révolution sera la source de gains démocratiques.

De nouveaux pourparlers ont récemment redémarré entre Israéliens et Palestiniens sous le regard intéressé de l’administration Bush. Entre-temps, le retrait annoncé de l’armée et des colons israéliens de Gaza crée des espoirs. Le processus de paix peut-il vraiment redémarrer ?

En 2000, Gilles Kepel, professeur à Paris Sciences-Po, grand spécialiste du monde arabe et musulman, faisait paraître chez Gallimard un livre qui allait faire sensation, ne laissant personne indifférent : Jihad, Expansion et déclin de l’islamisme. De passage à Montréal en janvier, dans le cadre d’une conférence organisée par l’Institut d’études internationales de Montréal, Gilles Kepel a accordé une entrevue à Alternatives. Il explique comment du déclin est né le 11 septembre, puis la guerre au cœur même de l’islam.

At the beginning of April 2002, the Israeli army reoccupied a number of cities in the West Bank as part of a wide-scale military operation dubbed "Defensive Shield". The goal of the operation, as stated by the Israeli government, was to, "eliminate the infrastructure of Palestinian terrorism and to prevent suicide bombers from executing their operations in the heart of Israeli cities inside the Green Line."

Contrairement à ses oeuvres précédentes, Une sale histoire n’est pas une série de nouvelles de fiction. Dans ce nouvel ouvrage, l’auteur partage avec les lecteurs quelques récits fictifs mais aussi, et surtout, ses critiques de l’actualité politique, des conflits qui colorent certaines régions du monde, des personnages qui ont marqué l’histoire pour de bonnes ou de mauvaises raisons. En toile de fond à une critique acerbe des politiques étasuniennes, on note un certain sentiment perplexe où se côtoient culpabilité et victimisation en lien avec l’histoire de l’Amérique latine, son continent (...)

L’émergence d’un gouvernement légitimement élu ouvre la voie de la souveraineté du pays.

Les tractations et les marchandages sur la répartition des postes entre les deux listes gagnantes chiites et kurdes aux élections en Irak suscitent dans la population un sentiment grandissant de déception et de mécontentement.

A great beginning has been made. For the first time, a
process of reconciliation has been initiated over the
most divisive issue of Kashmir, with the reunion of
divided Kashmiri families after five long decades.

Montréal, le 15 mars 2005 – Deux ans après ce que le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, qualifie toujours d’invasion illégale de l’Irak, une journée mondiale d’action contre la guerre d’occupation qui sévit toujours en Irak aura lieu samedi prochain, le 19 mars 2005. À Montréal, c’est à l’appel du Collectif Échec à la guerre que débutera la manifestation, à 13h, au Carré Dorchester. Au Canada et aux États-Unis, c’est respectivement dans 30 villes et dans 365 villes que se dérouleront des actions. Autour du monde, des mobilisations se préparent à Londres, New York, Rome, Séoul, Madrid, (...)

Conférence sur les effets de l’occupation israelienne et du mur de l’apartheid sur l’environnement (en anglais).

This essay has been adapted from chapter 8 of Michel Warschawski’s Toward an Open Tomb: The Crisis of Israeli Society (Monthly Review Press, 2004), which presents an important dissident Israeli perspective that is rarely given a hearing in the United States.

Pour le Président Bush, ils sont plus dangereux qu’Al-Qaeda. Pour l’opinion publique occidentale, ce sont des terroristes. Plus récemment, ils sont présentés comme des larbins de Damas et de Téhéran.

Le gouvernement russe vient de commettre un pas de plus dans l’horreur tchétchène. Aslan Maskadov, le président indépendantiste élu en 1997 vient d’être assassiné par les forces spéciales russes dans des conditions encore obscures.

Les États-Unis sont présentement installés militairement en Irak, en Afghanistan, en Arabie saoudite et dans d’autres pays du Proche-Orient et de l’Asie centrale. Selon les stratèges néoconservateurs qui dominent l’administration Bush, une véritable « réingénierie » de la région est envisagée pour mettre au pas des pays et des mouvements « récalcitrants ».

The world-wide antiwar movement has called for massive demonstrations against the war on the weekend on March 19-20 — the second anniversary of the invasion of Iraq.

The continuing signs of ferment in evidence in the streets of Beirut are being heralded in the US as signs that "another Middle East domino is falling." The Bush Administration has been quick to latch on to the demonstrations as a validation of the President’s democracy campaign.

Quiconque a regardé à la télévision la partie sur l’Irak du Discours sur l’état de l’Union prononcé par George W. Bush devant le Congrès des Etats-Unis, le 3 février, aura été persuadé que les membres des deux chambres, à commencer par Dick Cheney lui-même, se livrent résolument aux exercices physiques requis pour maintenir leur santé cardiaque.

Le gouvernement fédéral et celui de l’Etat du Pará sont fermement décidés à arrêter ses assassins et les commanditaires de ce crime vil et barbare, qui nous a indignés et plongés dans la consternation et l’affliction.

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 13

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca