Changements climatiques

Un nouveau texte, pouvant préfigurer ce que pourrait être l’accord de Paris lors de la COP21, a été rendu public par l’ONU. Il est inacceptable. En endossant ce texte, les négociateurs des Etats accepteraient que le chaos climatique devienne l’horizon indépassable de l’humanité. Nous devons le rejeter. Un éventuel sursaut politique et citoyen est à ce prix. Version provisoire au 7 octobre 2015. Le texte est disponible ici en .pdf Les deux présidents et facilitateurs de la négociation, Ahmed Djoghlaf et Dan Reifsnyder, ont rendu public un nouveau texte lundi 5 octobre, à moins de quinze (...)
Présenté par : Alternatives, Élan global et ÉCO (Étudiants contre les oléoducs) TOUT PEUT CHANGER Réalisé par Avi Lewis. Narration par Naomi Klein 89 minutes, V.O. anglaise, Sous-titres français. en présence de Naomi Klein et du réalisateur Avi Lewis. C’est avec grand plaisir qu’Alternatives s’associe à Avi Lewis et Naomi Klein pour la projection en grande première québécoise du film Tout peut changer. Ce documentaire filmé durant 211 jours de tournage étalés pendant des années dans neuf pays et sur cinq continents, illustrera la thèse développée par Naomi Klein dans son essai Tout peut changer (...)
Dénonçant l’accaparement par l’industrie de la Conférence de l’ONU, Le mouvement "La Via Campesina" demande une solution juste à la crise mondiale du climat. Alors que la conférence sur le climat des Nations unies : COP21 est imminente, le mouvement international Via Campesina demande la fin de ce qui est perçu comme la mainmise de l’industrie sur la conférence et préconise de la remplacer par une approche fondée sur la souveraineté alimentaire – une « solution juste à la crise climatique ». La Via Campesina, qui rassemble des organisations mondiales œuvrant à la défense des paysans et (...)
Entrevue avec Julien Rivoire, responsable syndical et animateur de la coalition climat 21 qui coordonne les mobilisations en préparation. Il décrypte les enjeux de cet événement et les défis que pose la question du climat à la gauche et aux mouvements. Du 30 novembre au 11 décembre prochain, le gouvernement français accueillera à Paris la vingt-et-unième Conférence des parties (COP) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 avec pour ambition d’atteindre "un accord universel sur le climat". Comment cet objectif se situe t-il par rapport l’évolution du (...)
"Faire de la COP 21 le mégaphone des luttes environnementales" -NAOMI KLEIN La tenue de la 21ème conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (connue sous le nom de COP 21) à Paris du 30 novembre au 11 décembre prochain a stimulé un vrai branle-bas de combat des mouvements environnementaliste. Tant ici qu’au niveau international les mobilisations se succèderont à un rythme endiablé tout au long de l’automne. Même si les espoirs sont plutôt minces du côté des accords internationaux - à trois mois de l’ouverture de la COP 21, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki (...)
Nous sommes à la croisée des chemins. Nous ne voulons pas nous retrouver contraint.e.s à survivre dans un monde devenu à peine vivable. Des îles du Pacifique Sud à la Louisiane, des Maldives au Sahel, du Groenland aux Alpes, la vie quotidienne de millions d’entre nous est déjà perturbée par les conséquences du changement climatique. Par l’acidification des océans, par la submersion des îles du Pacifique Sud, par le déracinement de réfugiés climatiques en Afrique et dans le sous-continent indien, par la recrudescence des tempêtes et ouragans, l’écocide en cours violente l’ensemble des êtres (...)
Face à l’ampleur des inégalités générées par le capitalisme débridé, face à l’urgence écologique que représente le dérèglement climatique, « tout peut changer », assure Naomi Klein dans son nouveau livre. A condition de ne pas « céder au désespoir », car « trop de vies sont en jeu », et de « se battre pour construire un système économique plus juste ». L’essayiste et militante altermondialiste canadienne est connue pour ses ouvrages critiques du capitalisme : No Logo dénonçait la tyrannie des marques, La stratégie du choc décryptait la brutalité des réformes néo-libérales. Elle pointe désormais l’impunité (...)
Des groupes environnementaux, syndicaux, autochtones, citoyens et étudiants travaillent ensemble pour trouver des solutions communes Québec, dimanche 12 avril 2015 — Aujourd’hui, des groupes syndicaux, environnementaux, citoyens, étudiants et autochtones ont réuni 200 personnes issues de plus de 70 organisations différentes dans le cadre du Forum Action Climat à Québec pour discuter de l’avenir de la lutte contre les changements climatiques et de collaborations autour de cet enjeu. « Les changements climatiques nous concernent tous, que l’on soit jeune ou vieux, travailleur ou chômeur, (...)
Le 1 avril 2015, Philippe Couillard a pris la parole à Londres en tant que coprésident du "Climate Group", une coalition disparate de villes et provinces dont les émissions de gaz à effet de serre (GES) par habitant se révèlent être 60% plus élevées que la moyenne mondiale. Le premier ministre a profité de sa tribune pour inviter les gouvernements à se fixer « des objectifs ambitieux » en matière de lutte au réchauffement climatique car « c’est ce qui est juste, et parce que nous savons que cela est possible » 1. Cette déclaration est des plus surprenantes venant d’un homme qui, au Québec, s’est (...)
Il s’en est passé des choses depuis le 31 mars 2015. D’abord, TransCanada a annoncé qu’elle reportait encore sa décision d’implanter un port pétrolier à Cacouna [1], terminal de son pipeline Énergie Est. Comme on le sait déjà, ce projet a été bloqué à maintes reprises. La pression citoyenne et celle d’organisations environnementales ont démontré l’inacceptabilité du projet situé en plein cœur de la pouponnière des bélugas, espèce menacée et fleuron de l’industrie touristique maritime québécoise. Le 2 avril, TransCanada annonçait qu’elle abandonnait son projet [2], mais qu’elle n’abandonnait pas un site (...)
L’avenir de la planète se précise, bien que nous ne soyons qu’au début de la crise climatique. Cette année, l’Amérique centrale, le Brésil, l’Espagne, le Kenya et la Californie ont perdu des grandes parts de leurs récoltes à cause de sécheresses extrêmes. Le prix des denrées alimentaires a fait un nouveau bond à la hausse. Les forêts australiennes brûlent pour le 2e été consécutif. Un autre typhon meurtrier a dévasté des îles du Pacifique sud. Plusieurs états américains manquent d’eau. Les scénarios de la crise climatique sont connus. Si nous ne parvenons pas à limiter la hausse du réchauffement global (...)
Deux évènements récents ont mis de l’avant la question des inégalités sociales. Oxfam a rappelé, lors de l’ouverture du Forum économique de Davos, que les 1% les plus riches possèderont bientôt plus de 50% de la richesse. Et Barack Obama, dans son dernier discours sur l’état de l’Union, s’est fait le défenseur de la classe moyenne aux États-Unis et le dénonciateur des inégalités. Sommes-nous donc à la veille d’assister à des changements que nous attendons tous ? On aborde de plus en plus les inégalités sociales comme on le fait pour les changements climatiques. Le problème est reconnu aussi bien à (...)
Des mouvements sociaux comme La Via Campesina, OilWatch International, Global Forest Coalition, Migrants Rights International, Indigenous Environmental Network, Grassroots Global Justice Alliance, Attac France et plus de 330 organisations (1), représentant plus de 200 millions de personnes dans le monde, notamment des paysans et des petits agriculteurs, des populations indigènes, des migrant-e-s, des travailleur-se-s, des femmes, des personnes de couleur, des militants pour la justice climatique et environnementale, dénoncent l’emprise du secteur privé et des multinationales sur le (...)
Nous appelons toutes les organisations, tous les mouvements sociaux, tous les groupes et mouvements pour la justice climatique à se joindre à nous pour cet appel à l’action et à signer la déclaration jointe. Le 23 Septembre, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon organise un sommet sur le climat à New York, en présence des chefs d’Etat, des multinationales et de quelques représentants de la société civile triés sur le volet. Ce Sommet, organisé en grande pompe, ne propose que des engagements volontaires en termes de réduction d’émissions et des initiatives basés sur des mécanismes (...)
Sans la moindre hésitation, malgré l’opposition de plusieurs communautés autochtones et celle du gouvernement de la Colombie Britannique, malgré même les sondages qui affirment que 2 électeurs sur 3 de cette province voteront contre les Conservateurs en 2015 (ils sont présentement 21 députés conservateurs en CB) en représailles à l’approbation du projet, Stephen Harper a tout de même finalement approuvé la construction de l’oléoduc « Northern Gateway » de la compagnie Enbridge, la même qui cherche à renverser la ligne 9 vers l’Est du pays. Cette décision est sans surprise. Le pétro-gouvernement (...)
Plus d’une soixantaine de personnes étaient à Montréal le 6 juin dernier pour la première Assemblée des mouvements sociaux sur les changements climatiques prévue dans le cadre du processus du Forum social des peuples d’aout 2014. Cette rencontre préparatoire de la grande Assemblée des mouvements sur les changements climatiques du 23 aout prochain a pu regrouper des représentantEs de groupes écologiques, d’associations citoyennes, de communautés autochtones et, signe clair que l’enjeux climatique traverse dorénavant tous les secteurs, des représentantEs syndicaux, de groupes de femmes et (...)
Les négociations sur le changement climatique sont dominées par des États irresponsables, des pollueurs et des entreprises qui se soucient de leurs propres activités et de la recherche de profits qu’elles peuvent réaliser à partir de nouvelles exploitations de combustibles fossiles et à travers les nouveaux marchés du carbone, détruisant les forêts, les sols, les zones humides, les rivières, les mangroves et les océans, contribuant à la financiarisation et la privatisation des écosystèmes et de la nature dont dépendent nos existences. Ceci a été plus qu’évident lors de la dernière Conférence (...)
VEUILLEZ NOTER QUE LA RENCONTRE EST DÉSORMAIS PRÉVUE AU CENTRE ST-PIERRE, 1212 PANET (METRO BEAUDRY) À 9H00 Avant et au-delà du Forum d’Ottawa Plus de 10 000 personnes sont attendues au Forum social des peuples qui se tiendra à Ottawa du 21 au 24 aout 2014. Ce sera une rencontre historique : la toute première fois où des militants et des organismes progressistes du Québec, Canada anglais et des Premières nations se réuniront pour discuter de l’avenir que nous voulons. La question de la façon dont nous protégeons notre climat est déjà un thème défini du Forum et une Assemblée des mouvements (...)
Depuis leur élection en 2006, les conservateurs de Stephen Harper ont profité de trois mandats successifs pour mettre en œuvre leur agenda néolibéral. Leur programme est fondé sur une vision où la priorité des pouvoirs publics est de s’effacer devant les entreprises et laisser libre cours aux forces du marché. Le gouvernement Harper a notamment réduit les impôts des grandes sociétés, aboli de nombreux programmes sociaux et fait de la lutte au déficit budgétaire une obsession malgré une économie fortement fragilisée par la crise économique de 2008. Plus récemment, il a restreint l’accès aux (...)
Nous partageons totalement les propos de Naomi Klein devant les membres d’UNIFOR l’automne dernier, lutter contre les changements climatiques revient à lutter pour des mesures qui sont des revendications historiques du mouvement syndical et communautaire. Mettre la question climatique au haut de l’ordre du jour implique un réinvestissement dans les services publics, le rétablissement d’une justice fiscale et la renégociation des accords de libre-échange. En ce sens, la lutte aux changements climatiques permet de réinvestir le terrain idéologique et de réaffirmer la nécessité de l’action (...)
Un défi à notre mesure La lutte aux changements climatiques est certes, d’après son ampleur internationale, un défi colossal pour le mouvement syndical, les Premières nations, les groupes communautaires, féministes et écologistes. Cependant, les mouvements de la société civile sont riches d’expériences où des batailles colossales ont été menées et remportées dans l’intérêt de la société dans son ensemble. Depuis longtemps, les groupes sociaux, les travailleurs et les travailleuses ont su voir grand et ont su axer leurs énergies sur les grandes tendances idéologiques et les puissants lobbies qui (...)
La décision concernant le développement du projet Northern Gateway est attendue la première semaine de juin. Le niveau du suspense est nul. Tout le monde le sait, Stephen Harper serait l’unique canadien à soutenir le projet qu’il irait de l’avant malgré les référendums perdus, les oppositions citoyennes et autochtones, en niant les responsabilités canadiennes et les impacts de l’expansion de l’industrie des sables bitumineux sur les changements climatiques. Comme il le disait si bien à Barack Obama récemment sur le pipeline Keystone XL : « Nous n’accepterons PAS un ‘non’ comme réponse ! » (...)
Foussemagne, commune comptant 984 habitants dans le Territoire de Belfort, a déjà atteint les objectifs de 23% du Grenelle de l’environnement en termes de production d’énergie de source renouvelable. En conséquence, la commune n’utilise plus d’énergie fossile pour le chauffage - et ne paiera pas la taxe carbone. Avant d’arriver à ce stade, la petite bourgade de Foussemagne a depuis 2004 présenté et mis en oeuvre des projets diversifiés dans le renouvable et l’efficacité énergétique. Voici le détail avec des chiffres à l’appui. En 2004 : Foussemagne devient la première commune de (...)
Alors que je rédige cet article, aux Philippines le nombre de morts atteint environ 4000 personnes et continue à croitre, douze jours après que le super typhon Haiyan (aussi dénommé Yolanda) ait frappé ce pays avec des vents de 310 km/h et des pointes soutenues de 375 km/h. Il est entré dans la ‘catégorie 5’, la plus haute classe pour les plus hautes tempêtes répertoriées dans la classification habituelle des ouragans. [1] Cependant, avec des vents de cette force, il faudrait ouvrir une catégorie supplémentaire, Haiyan serait certainement de ‘catégorie 6’. Haiyan est reconnue comme une des (...)
La chaleur fait fondre la banquise arctique, ce qui rend envisageable l’exploitation de ses ressources pétrolières. Nouvel objet de convoitise pour les pays riverains, l’océan blanc voit s’affronter les rivalités des nations riveraines. C’est le troisième volet de notre enquête. L’auteur est journaliste pour Reporterre « La combinaison d’un recul rapide de la banquise et de progrès technologiques ouvre de nouvelles perspectives économiques dans la région, notamment pour la navigation, l’industrie minière, la production d’énergie et la pêche. Bien que bénéfiques pour l’économie mondiale, ces (...)
Alors que s’est amorcée la commission parlementaire censée évaluer le projet d’inversion de la ligne 9b d’Enbridge, plusieurs groupes citoyens, sociaux et environnementaux dénoncent que Québec en fasse trop peu, trop tard. Les Citoyens au Courant, la Coalition vigilance oléoducs, les Citoyens contres les sables bitumineux des Basses Laurentides, la Société pour vaincre la pollution, le Collectif en environnement Mercier-Est, le Conseil traditionnel Mohawk, Justice climatique Montréal, le Conseil des Canadiens, ENvironnement JEUnesse, Alternatives, le Regroupement sur le Gaz de Schiste de (...)
Avec des centaines d’autres personnes, j’ai participé le 16 novembre à une mobilisation sans précédent à Kanehsatà:ke (Oka) en territoire Mohawk. 23 années après la terrible crise du même nom, les Mohawks invitaient cette fois les allochtones à les rejoindre pour lutter contre l’expansion des pipelines de pétrole de sables bitumineux. Cette invitation exceptionnelle provint aussi de plusieurs autres communautés autochtones alors que plus de 130 actions de mobilisation contre le projet d’expansion des sables bitumineux furent organisées simultanément à l’échelle canadienne sous la bannière « (...)
Montréal, 13 novembre 2013 - Malgré le fait qu’ils auraient préféré une étude plus approfondie, telle que le BAPE, les groupes écologistes québécois confirment qu’ils participeront à la commission parlementaire sur le projet de renversement du flux de la Ligne 9b de la compagnie Enbridge. Cette décision survient alors que le gouvernement de l’Ontario annonce qu’il tiendra des audiences sur le projet Oléoduc Énergie Est de la compagnie TransCanada et ces dernières « prendront en compte les impacts sur l’environnement global et local ». « Malgré les délais serrés, cette consultation va permettre (...)
Les tragédies locales comme celle de Lac-Mégantic ne doivent pas nous empêcher de prendre la mesure de la tragédie globale dans laquelle nous sommes en train de sombrer. C’est en tant que témoins que nous écrivons cette lettre. Témoins d’une catastrophe écologique et sociale que les mots décrivent bien mal : nous revenons de Fort McMurray en Alberta, centre névralgique de la production des sables bitumineux. Accueillis par la communauté autochtone locale et accompagnés de centaines de citoyens de partout en Amérique du Nord, nous avons marché au coeur du plus grand projet industriel de la (...)
Fort McMurrayLa tragédie de Lac-Mégantic soulève de nouveau la question de notre dépendance au pétrole. Les uns en profitent pour vanter les mérites des oléoducs d’Enbridge et cie, les autres questionnent plus profondément notre pétrodépendance ainsi que les coûts environnementaux et sociaux de l’extraction, du transport et de l’usage massif de formes de plus en plus extrêmes d’hydrocarbures. Le débat est lancé et il engage l’avenir de l’humanité et de la biosphère. Si l’on se fie à ce que nous disent les climatologues, l’essentiel du pétrole « non-conventionnel » – les hydrocarbures extrêmes – doit (...)

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca