Changements climatiques

Foussemagne, commune comptant 984 habitants dans le Territoire de Belfort, a déjà atteint les objectifs de 23% du Grenelle de l’environnement en termes de production d’énergie de source renouvelable. En conséquence, la commune n’utilise plus d’énergie fossile pour le chauffage - et ne paiera pas la taxe carbone. Avant d’arriver à ce stade, la petite bourgade de Foussemagne a depuis 2004 présenté et mis en oeuvre des projets diversifiés dans le renouvable et l’efficacité énergétique. Voici le détail avec des chiffres à l’appui. En 2004 : Foussemagne devient la première commune de (...)
Alors que je rédige cet article, aux Philippines le nombre de morts atteint environ 4000 personnes et continue à croitre, douze jours après que le super typhon Haiyan (aussi dénommé Yolanda) ait frappé ce pays avec des vents de 310 km/h et des pointes soutenues de 375 km/h. Il est entré dans la ‘catégorie 5’, la plus haute classe pour les plus hautes tempêtes répertoriées dans la classification habituelle des ouragans. [1] Cependant, avec des vents de cette force, il faudrait ouvrir une catégorie supplémentaire, Haiyan serait certainement de ‘catégorie 6’. Haiyan est reconnue comme une des (...)
La chaleur fait fondre la banquise arctique, ce qui rend envisageable l’exploitation de ses ressources pétrolières. Nouvel objet de convoitise pour les pays riverains, l’océan blanc voit s’affronter les rivalités des nations riveraines. C’est le troisième volet de notre enquête. L’auteur est journaliste pour Reporterre « La combinaison d’un recul rapide de la banquise et de progrès technologiques ouvre de nouvelles perspectives économiques dans la région, notamment pour la navigation, l’industrie minière, la production d’énergie et la pêche. Bien que bénéfiques pour l’économie mondiale, ces (...)
Alors que s’est amorcée la commission parlementaire censée évaluer le projet d’inversion de la ligne 9b d’Enbridge, plusieurs groupes citoyens, sociaux et environnementaux dénoncent que Québec en fasse trop peu, trop tard. Les Citoyens au Courant, la Coalition vigilance oléoducs, les Citoyens contres les sables bitumineux des Basses Laurentides, la Société pour vaincre la pollution, le Collectif en environnement Mercier-Est, le Conseil traditionnel Mohawk, Justice climatique Montréal, le Conseil des Canadiens, ENvironnement JEUnesse, Alternatives, le Regroupement sur le Gaz de Schiste de (...)
Avec des centaines d’autres personnes, j’ai participé le 16 novembre à une mobilisation sans précédent à Kanehsatà:ke (Oka) en territoire Mohawk. 23 années après la terrible crise du même nom, les Mohawks invitaient cette fois les allochtones à les rejoindre pour lutter contre l’expansion des pipelines de pétrole de sables bitumineux. Cette invitation exceptionnelle provint aussi de plusieurs autres communautés autochtones alors que plus de 130 actions de mobilisation contre le projet d’expansion des sables bitumineux furent organisées simultanément à l’échelle canadienne sous la bannière « (...)
Montréal, 13 novembre 2013 - Malgré le fait qu’ils auraient préféré une étude plus approfondie, telle que le BAPE, les groupes écologistes québécois confirment qu’ils participeront à la commission parlementaire sur le projet de renversement du flux de la Ligne 9b de la compagnie Enbridge. Cette décision survient alors que le gouvernement de l’Ontario annonce qu’il tiendra des audiences sur le projet Oléoduc Énergie Est de la compagnie TransCanada et ces dernières « prendront en compte les impacts sur l’environnement global et local ». « Malgré les délais serrés, cette consultation va permettre (...)
Les tragédies locales comme celle de Lac-Mégantic ne doivent pas nous empêcher de prendre la mesure de la tragédie globale dans laquelle nous sommes en train de sombrer. C’est en tant que témoins que nous écrivons cette lettre. Témoins d’une catastrophe écologique et sociale que les mots décrivent bien mal : nous revenons de Fort McMurray en Alberta, centre névralgique de la production des sables bitumineux. Accueillis par la communauté autochtone locale et accompagnés de centaines de citoyens de partout en Amérique du Nord, nous avons marché au coeur du plus grand projet industriel de la (...)
Fort McMurrayLa tragédie de Lac-Mégantic soulève de nouveau la question de notre dépendance au pétrole. Les uns en profitent pour vanter les mérites des oléoducs d’Enbridge et cie, les autres questionnent plus profondément notre pétrodépendance ainsi que les coûts environnementaux et sociaux de l’extraction, du transport et de l’usage massif de formes de plus en plus extrêmes d’hydrocarbures. Le débat est lancé et il engage l’avenir de l’humanité et de la biosphère. Si l’on se fie à ce que nous disent les climatologues, l’essentiel du pétrole « non-conventionnel » – les hydrocarbures extrêmes – doit (...)
Le titre de cet article emprunte à un autre (titre) désormais fameux. C’est que ça se bouscule aux portes afin de revendiquer et de faire reconnaître une teinte de vert. Il y a bien quelques climato-sceptiques qui errent encore ça et là, mais pour l’essentiel, notre société pense maintenant que le réchauffement de notre planète causé par notre propre activité est un fait bien réel. Tout venant ou presque se dit maintenant motivé par la protection de la nature. On l’a entendu récemment : jusqu’à l’ex-maire de Laval qui se disait le protecteur du territoire vert de sa ville alors même que les (...)
UNE AUTRE BONNE RAISON DE VENIR MANIFESTER CE 21 AVRIL À MONTRÉAL À LA PLACE DES FESTIVALS À 14H. Nous avons appris cette semaine que la lutte contre les changements climatiques sous le gouvernement libéral a été près de 10 fois moins efficace que prévu. Selon les données disponibles dans le 6e bilan de mise en œuvre du Plan d’action de lutte aux changements climatiques 2006-2012 (PACC), Québec a investi près de 1,5 milliard pour réduire les gaz à effet de serre depuis 2006. Ces investissements devaient permettre de réduire les émissions de 14,5 mégatonnes (Mt), mais quelques mois avant la fin (...)
Depuis un certain temps, un nouveau vocable a envahi les médias et les espaces de discussions tant internationaux que nationaux : celui du changement climatique. Quelles sont les conséquences du changement climatique sur l’autonomisation des femmes rurales ? Comment peuvent-elles s’impliquer dans la lutte contre ce fléau ? Quelles alternatives peuvent-elles mettre en œuvre pour mettre fin à ce cataclysme écologique ? Les causes du changement climatique C’est le carbone soit le CO2 - gaz à effet de serre provenant des industries, des véhicules motorisés, des forêts, des savanes brûlées (...)
Sans surprise, rien de nouveau ou presque n’est survenu à Doha pour sauver le climat. Ce qui peut paraître paradoxal alors que les indicateurs sont au rouge et que même la Banque mondiale s’inquiète. En fait, cela s’explique assez bien si l’on considère que le jeu se joue surtout entre un empire déclinant, mais qui tient à conserver son hégémonie, et les pays en développement, principalement la Chine, qui tiennent à se développer, ne serait-ce que pour sortir de la domination occidentale. En effet, tout s’est joué à Copenhague en 2009 avec le retour actif des Américains dans les négociations (...)
Les peuples autochtones soumettent des propositions crédibles en matière d’adaptation aux changements climatiques. En cette troisième journée de la COP18, un panel de discussion regroupant le Amazon Environmental Research Institute et d’autres organismes représentant les communautés autochtones permet de présenter l’ampleur de la volonté de trouver des solutions applicables et crédibles. Rappelons que les communautés autochtones sont des témoins de première ligne des impacts des changements climatiques sur l’environnement. En effet, le mode de vie et les pratiques de ces communautés reposent (...)
La conférence sur le climat qui s’ouvre ce lundi à Doha, au Qatar, marque la fin de la première période d’engagement du protocole de Kyoto, le seul instrument légalement contraignant dans la lutte aux gaz à effet de serre. Il expire à la fin de cette année 2012. Ainsi, la 18e conférence des parties (CdP18) sera celle d’une transition vers de nouveaux instruments légaux qui permettront de mettre en place la deuxième période d’engagements du protocole de Kyoto. « Il s’agit également de permettre l’augmentation des objectifs en cours de route dans cette deuxième période du protocole de Kyoto (...)
La mobilisation québécoise pour le Sommet des Peuples sur la justice sociale et environnementale, tenu à Rio de Janeiro du 15 au 22 juin dernier, a été exceptionnelle à bien des égards. D’abord par le nombre de délégués en provenance du Québec. À la délégation forte de 77 personnes conjointement organisée par Alternatives , les YMCA du Québec et UniAlter, se sont ajoutés des dizaines d’autres participants venus de milieux syndicaux, académiques ou de diverses organisations touchées par les questions environnementales. Plus d’une centaine de québécois provenant des mouvements sociaux et de la (...)
La Conférence des Nations unies pour le développement durable (Rio+20) a été critiquée de toute part, et ce malgré la forte mobilisation de la société civile lors de cet événement et quelques initiatives lancées à cette occasion. Cet échec rappelle celui, retentissant, qu’a connu récemment la conférence sur les changements climatiques de Copenhague en 2009 (COP15). À la différence de cette dernière qui avait connu un dangereux manque de transparence et d’unanimité pendant le processus de négociations, Rio+20 a bénéficié d’un accord général, mais d’un accord que l’on peut qualifier de « mou ». Les (...)
Saint-Léon-de-Standon, le 8 mai 2012- Le commissaire à l’environnement et au développement durable du Canada a publié ce matin un nouveau rapport décriant la volonté du gouvernement Harper de ne pas honorer les engagements du Canada en matière de changements climatiques. Le rapport démontre clairement que le Canada ne respecte pas sa propre Loi de mise en œuvre du Protocole de Kyoto et qu’il ratera sa cible de réduction de gaz à pour 2008-2012 en plus d’être sur la mauvaise voie pour respecter celle pour 2020. Le commissaire mentionne également qu’Environnement Canada n’a pas estimé le coût (...)
Aujourd’hui, à cause de la situation environnementale, nombreux s’accordent pour dire qu’un moyen efficace de lutter contre le réchauffement climatique serait de diminuer la consommation et donc, la production mondiale de viande. On ignore souvent qu’un autre secteur émet encore plus de gaz à effet de serre (GES) que tous les transports réunis. Il s’agit de l’élevage et de la production de produits carnés. Un rapport rédigé par la Food and agriculture organisation (FAO) en 2006 indiquait que « l’élevage intensif des bovins cause davantage de gaz à effet de serre que toute forme de transport : (...)
Le 7 février dernier, l’archipel des Maldives, au sud du Sri Lanka, a été le théâtre d’un brutal changement de pouvoir : le président et chef du Parti démocratique maldivien (PDM) Mohamed Nasheed a été remplacé au profit de son vice-président Mohammed Waheed Hassan. Avant ce point tournant, les Maldives représentaient un exemple positif pour la communauté internationale. L’archipel était souvent présenté comme État précurseur des révolutions arabes. La population jeune, musulmane, frustrée par la conjoncture politico-économique et sous le joug d’un même dictateur durant 30 ans encourageait les (...)
L’appel du mouvement pour la Justice climatique Loin de se laisser abattre par l’échec des négociations internationales sur le climat à Durban, le mouvement pour la justice climatique lance un appel à la mobilisation populaire pour la conférence des Nations Unies sur le développement durable devant avoir lieu à Rio en juin 2012. Dés le 3 décembre dernier, soit six jours avant la conclusion désastreuse de la Conférence de Durban, conférence qui a vu la « mise sur respiration artificielle » du Protocole de Kyoto, les principaux mouvements ont publié un appel intitulé « Mobilisons pour Rio et (...)
Du 24 au 29 janvier 2012, la ville de Porto Alegre (Brésil) était hôtesse d’un Forum social thématique organisé notamment en préparation au Sommet des peuples de Rio + 20, une rencontre de la société civile mondiale qui se tiendra parallèlement à la Conférence des Nations Unies Rio +20 en juin 2012 à Rio de Janeiro au Brésil. Si, après les échecs évidents des négociations des Nations Unies sur les changements climatiques, la rencontre de Rio est attendue avec l’espoir qu’elle permette une nouvelle ouverture, elle est aussi, et peut-être surtout, attendue avec appréhension. En effet, tout indique (...)
Le Québec s’est fixé la cible suivante : une réduction des émissions de GES de 20% sous le niveau de 1990 d’ici 2020 par l’entremise d’un système de plafond échange. En vigueur depuis le 1er janvier, les entreprises participantes ont huit ans pour atteindre cette cible qui est plus ambitieuse que l’engagement pris à Kyoto par le gouvernement libéral canadien de Jean Chrétien, soit une réduction de 6% sous le niveau de 1990 d’ici 2012, souligne Erick Lachapelle, professeur adjoint au département de science politique de l’Université de Montréal. Il rappelle que « les émissions du Canada ont (...)
Même si les éléments à la racine de la crise écologique et sociale actuelle étaient déjà présents dans le contexte de la conférence de Rio en 1992, la conscience d’un monde fini et en partie détruit du fait des irréversibilités de certains phénomènes (climat, biodiversité, épuisement des ressources) restait encore relativement marginale et en partie circonscrite à des cercles d’experts ou captée par ces cercles. Par ailleurs, au début des années 1990, la globalisation économique et financière était encore largement présentée comme « l’horizon indépassable » et la voie du progrès pour l’humanité tout (...)
L’antidote est l’Accord des Peuples de Cochabamba. Durban, Afrique du Sud – Les décisions issues du sommet des Nations-Unies sur le climat à Durban – COP17 – constituent un crime contre l’humanité, selon Climate Justice Now ! coalition de mouvements sociaux et de la société civile. Ici en Afrique du Sud, qui a inspiré le monde entier par les luttes de libération menée par la majorité noire du pays, les nations les plus riches ont créé avec cynisme un nouveau régime d’apartheid climatique. « Retarder toute action réelle après 2020 est un crime aux proportions mondiales », selon Nnimmo Bassey, (...)
Après 9 jours de négociations, il n’y a plus doute, nous avons déjà vu ce film. C’est le troisième remake de Copenhague et Cancun. Les mêmes acteurs. Le même script. Les documents sont produits en dehors des lieux officiels de négociation. Dans des réunions privées, dans des dîners auxquels les 193 Etats membres n’assistent pas. Le résultat de ces rencontres ne sera connu que le dernier jour. A Copenhague, il était à deux heures du matin, le lendemain du jour où la conférence aurait dû se terminer. A Cancun, le projet de décision n’est apparut que le dernier jour, à 17 heures, et n’a pas été (...)
Cela fait presque un an que les résultats des négociations sur le climat à Cancún ont été imposés malgré les objections de la Bolivie. Il est temps de faire le point et de voir où nous en sommes. A Cancún, les pays développés ont fait la liste de leurs engagements de réduction d’émissions de gaz à effets de serre pour la période 2012-2020. Les États-Unis et Canada ont annoncé qu’ils réduiraient leurs émissions de 3 % par rapport à 1990. L’Union européenne entre 20 % et 30 %. Le Japon 25 %. La Russie entre 15 % et 25 %1. En ajoutant toutes les promesses de réduction des pays développés à l’horizon 2020, (...)
Du 28 novembre au 9 décembre 2011 se tiendra à Durban la 17è conférence internationale des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 17). Déjà les mouvements sociaux et environnementaux de l’Afrique du Sud, ont annoncé qu’ils en profiteront pour organiser de larges mobilisations afin de dénoncer cette « conférence de pollueurs » et mettre de l’avant l’absolue nécessité d’arriver à un accord réellement contraignant sur l’émission de gaz à effet de serre (GES). Ils invitent les mouvements sociaux de l’Afrique et du monde entier à se joindre à eux dans ce qui pourrait s’avérer « un moment (...)
Situé dans le plus grand delta au monde où deux fleuves himalayens, le Brahmapoutre et le Gange s’unissent pour se jeter dans le golfe du Bengale, le Bangladesh est coutumier des catastrophes climatiques. La moitié des terres du Bangladesh est à moins de 10 mètres au dessus du niveau de la mer. Elles sont en grande partie constituées de limons drainés par les fleuves qui s’écoulent des glaciers himalayens. La fonte des neiges occasionne régulièrement des inondations importantes. Le littoral est, quant à lui, à la merci de cyclones et de vagues géantes qui submergent les zones côtières. Soumis (...)
Les 15, 16 et 17 avril 2011 Une conférence axée vers l’ACTION qui portera notamment sur des thèmes comme les crises écologiques et les alternatives citoyennes , les stratégies de transition vers une économie sans carbone et les conversions industrielles, la lutte aux énergies fossiles, la science et la justice climatique, l’écosocialisme, Les mobilisation citoyenne contre les gaz de schiste et les sables bitumineux, la dette écologique et solidarité, la multiplicité et la convergence des réseaux. En somme, un moment pour bâtir un mouvement ! AVEC : Pablo Solon, ambassadeur de la Bolivie (...)

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca