22 mars - 22 avril : créer un trait d’union

mardi 20 mars 2012, par Ronald Cameron

Deux appels se sont faits entendre, celui pour la manifestation contre la hausse des droits de scolarité pour le 22 mars, et celui pour le plus grand rassemblement pour l’environnement au Québec, le 22 avril, le jour de la terre. Ces deux appels ont ceci en commun : ils exigent un débat de société qui doit permettre un mouvement de transformation sociale en profondeur ! Entre la répartition de la richesse et la justice climatique, un trait d’union est possible.

La plus grande mobilisation de la jeunesse scolarisée au Québec

D’abord, il y a l’appel du mouvement étudiant qui invite largement la population étudiante, mais aussi « les mouvements sociaux, les syndicats, les groupes communautaires et ceux et celles qui appuient la mobilisation étudiante », à faire du jeudi 22 mars « une grande journée de protestation nationale ». Ce rendez-vous contre la hausse des frais de scolarité est aussi appelé en perspective de soutenir la valorisation de l’éducation comme levier démoratique. Rappelons au passage que cette journée du 22 mars est fort symbolique pour le mouvement étudiant puisqu’il s’agit de la date de naissance du mouvement unitaire des étudiantes et étudiants français qui a permis mai 68.

Avec le succès de la manifestation des familles du dimanche 18 mars, le mouvement étudiant a réussi à étendre l’enjeu au delà de la seule question de hausse des droits de scolarité et de le présenter comme un enjeu de société. L’appel est maintenant relayé par les principales organisations syndicales et par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, qui regroupe 140 organisations sociales et communautaires. Elle « invite de même la population à prendre part à la grande manifestation » qui partira de la Place du Canada à 13h.

La plus grande manifestation pour l’environnement au Québec

Il y a aussi un autre appel, fait par plus de 200 personnalités et citoyens, de différents horizons et appartenance politique et sociale, pour faire du 22 avril un moment fort de rassemblement citoyen. Rappelons que le 22 avril est aussi célébré comme le jour de la terre depuis près de 40 ans. Cette manifestation a pour but de transmettre « un signal clair de notre attachement à la Terre et à la manière de disposer de nos richesses naturelles » selon un des organisateurs et signataires, Dominique Champagne.

La manifestation du 22 avril vise à regrouper plus de 100 000 personnes à 14 h dans les rues de Montréal. Le projet est de rassembler la foule la plus importante pour défendre le bien commun, le partage de la richesse, le respect des droits de tous les citoyens et de l’environnement : un véritable programme politique !

Créer le trait d’union autour du projet de société

Décidément, le dégel hâtif du printemps favorise l’élargissement des combats. Dans un tel contexte, il importe d’agir en « trait d’union ». En effet, les étudiantes et les étudiants ont un intérêt évident à se préoccuper des enjeux environnementaux, car il en va de leur avenir et celui de la planète. D’un autre côté, il importe à celles et ceux qui mobilisent pour le 22 avril de se soucier des injustices sociales et des luttes qui occupent l’espace politique, car cette mobilisation du jour de la terre est aussi un combat social et politique. Avec le sommet des peuples qui se tiendra au Brésil à la fin du mois de juin, en parallèle à la rencontre Rio + 20 de l’ONU, les enjeux de l’éducation pour toutes et tous se conjuguent aux combats pour la justice climatique.

Les deux événements s’annoncent comme massifs. Pourront-ils faire jonction ? C’est possible. Il reste un mois pour permettre aux uns et aux autres de créer des liens qui semblent être un peu faibles. Des dispositions devraient être mises en œuvre dès maintenant pour assurer le relais par le mouvement étudiant de l’appel du 22 avril et l’intégration parmi les 200 personnalités citoyennes de signataires jeunes des associations étudiantes. Et la conjoncture devant laquelle le mouvement étudiant se retrouvera dans un mois présentera certainement des opportunités de saisir l’occasion du rassemblement du 22 avril de faire converger les intérêts de la jeunesse scolarisée avec les enjeux de la planète.

<a class="addthis_button_preferred_1"><a class="addthis_button_preferred_2"><a class="addthis_button_preferred_3"><a class="addthis_button_preferred_4"><a class="addthis_button_compact"><a class="addthis_counter addthis_bubble_style">


Voir en ligne : Appel pour le rassemblement du jour de la terre

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Ronald Cameron

Le FSM 2016 à Montréal : un relais dans une longue marche de reconstruction des FSM

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Ronald Cameron

Le FSM 2016 de Montréal saura-t-il démontrer la pertinence des FSM ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

National (Québec, Canada)

Qu’attend le Canada pour faire face au féminicide ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca