Reconstruction

Voir également : "Conflits", "Occupation" et "Processus de paix"

La situation des droits de la personne est alarmante plus de 6 mois après le séisme du 12 janvier 2010. Alors que la terre a tremblé le 12 janvier dernier entrainant un impressionnant et douloureux cortège de dévastations, de destructions, de larmes et de pertes irréparables les comportements politiques et les structures de domination ne semblent pas avoir subi la moindre secousse. Bien au contraire les structures de notre société caractérisées par une brutale exclusion des couches majoritaires et une violence structurelle contre les masses populaires semblent se renforcer. Ce qui se (...)
L’entreprise américaine Monsanto a donné des graines transgéniques à Haïti. Ce fait a été dénoncé le 10 mai dernier dans un article écrit par le curé français Jean-Yves Urfié, ex-professeur de chimie du Collége Saint Martial, à Port-au-Prince. Urfiè écrit dans son article : “La société transnationale Monsanto offre aux agriculteurs du pays un cadeau mortel de 475 tonnes de maïs transgénique, avec les engrais et les pesticides associés, qui seront remis gratuitement par le Projet Winner, avec l’appui de l’ambassade des États-Unis en Haïti”. Selon lui, la multinationale Monsanto a déjà commencé à (...)
Dans le cadre de l’Assemblée des Mouvements sociaux qui s’est réunie à Madrid le 16 mai 2010 au cours du du Sommet des Peuples, Enlazando Alternativas 4 (EA4), la déclaration suivante a été adoptée par acclamation sur la situation d’Haïti. Depuis plusieurs années à l’occasion de la rencontre des Chefs de l’État des pays de l’Union Européenne et de l’Amérique Latine, les mouvements sociaux et les représentants des organisateurs de multiples secteurs de la société civile des 2 continents organisent un sommet alternatif. Les dernières éditons ont eu lieu à Lima (2006), Vienne (2008). Lors de ces sommets (...)
Dans sa chronique du Devoir des 24-25 avril 2010, Gilles Courtemanche pose la question : Faut-il reconstruire Haïti ? Sa réponse, c’est qu’il ne faudrait pas reconstruire le pays dysfonctionnel d’avant le séisme mais d’abord investir dans l’éducation, en en faisant si nécessaire une condition imposée par les bailleurs de fonds. Pour une rare fois, je ne suis pas du tout d’accord avec lui. D’abord, de qui est-il question dans cette question ? De Nous : faut-il que Nous reconstruisions Haïti ? Il n’en peut être autrement lorsque les choix à faire sont ceux des « bailleurs de fonds ». Sur ce (...)
Lors de la récente Conférence internationale des donateurs pour Haïti, Cuba a annoncé un programme pour reconstruire complètement le service de santé national du pays. Bien que cet ‘engagement’ ait été, sans nul doute, le plus ambitieux et le plus impressionnant des 59 efforts consentis par les institutions financières, blocs régionaux et gouvernements présents, il a été largement ignoré par les principaux médias des États-Unis, et de ce fait est passé inaperçu aux yeux de l’ensemble du monde. Le programme proposé par Cuba et basé sur le système hautement efficace en vigueur dans ce pays comprend (...)
Position des Mouvements sociaux haïtiens sur le processus de “reconstruction” d’Haïti Les organisations et mouvements sociaux haïtiens dénoncent le processus adopté pour la formulation du *Plan de Reconstruction d’Haïti*, document de base ayant servi aux discussions de la Conférence des bailleurs qui s’est achevée le 17 mars à Santo Domingo, vu que ce processus s’est caractérisé par une exclusion quasi-totale des acteurs sociaux haïtiens et une participation faible et non-coordonnée des représentants de l’Etat haïtien. La voie tracée pour la reconstruction d’Haïti à travers le PDNA (Evaluation (...)
Un peu plus d’un mois après le séisme du 12 janvier, le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, sort de son silence. Il évoque les besoins du pays et les pistes pour le reconstruire. Près d’un mois après la catastrophe qui a frappé Port-au-Prince, quelle évaluation peut-on faire ? JEAN-MAX BELLERIVE Nous avons à peu près 1 million de personnes dans les rues, plus de 500 000 personnes déplacées, plus de 400 000 blessés, près de 500 centres spontanés où les gens se sont regroupés, même, si au fur et à mesure, il y a une prise en charge de ces centres par la communauté internationale en (...)
Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation et auteur de la Haine 
de l’Occident, évoque les enjeux de la reconstruction. L’intervention massive des États-Unis en Haïti a-t-elle une signification simplement humanitaire ou plutôt politique et géostratégique ? Jean Ziegler. L’aide humanitaire massive des États-Unis est évidemment la bienvenue dans une situation aussi apocalyptique. Mais, en même temps, les impératifs géostratégiques américains jouent leur rôle : Haïti est à 160 km des côtes orientales de Cuba. S’implanter durablement en Haïti permet aux (...)
Collectif d’auteurs haïtiens-québécois 30 janvier 2010 Amérique Latine Haïti, à la suite du séisme du 12 janvier dernier, les destructions matérielles et immatérielles sont à peine mesurables. [...] Pis encore, le fonctionnement constitutionnel du gouvernement est en partie enrayé : les élections de février 2010 pour le renouvellement au complet de la Chambre des députés et du tiers du Sénat ne sont plus possibles, le mandat du président prend fin en 2010. Désormais, le gouvernement ne pourra opérer qu’à l’intérieur d’un cadre extraordinaire d’arrangement politique, en dehors de l’ordre (...)
À l’attention des gouvernements et organisations réunies à Montréal pour faire face à la situation en Haïti La récente tragédie en Haïti a ému les peuples du monde entier de par son impact destructeur, ses conséquences environnementales et sociales, et surtout la perte de vies humaines qu’elle a provoquée. Lamentablement, les désastres naturels ne sont pas une nouveauté dans ce pays des Caraïbes, comme en font foi les ouragans Hanna et Ike au cours de l’année 2008. Il n’est pas non plus nouveau de voir la communauté internationale lancer des promesses de coopération et d’aide à Haïti. En tant (...)
Quand on voit une personne dans la rue visiblement malade ou accidentée, cela n’est pas le temps de discourir sur le mauvais état de l’entretien des routes ou du retard des ambulanciers. On prend soin de la personne d’abord. C’est cette métaphore à laquelle il faut penser en constatant la catastrophe actuelle. En gros, les ONG qui sont au premier plan de la chose font un travail formidable, notamment le CECI, Oxfam, la Croix-Rouge et tant d’autres. En attendant, bravo pour la générosité des dizaines de milliers de personnes qui envoient des dons. En même temps, il est légitime de (...)
Le premier scrutin libre et transparent en République démocratique du Congo s’avère être un casse-tête logistique incroyable. Alors que le pays se relève très mal d’une guerre qui a provoqué près de 5 millions de mort depuis 1998, plus de 25 millions d’électeurs sont appelés aux urnes, dans un pays vaste comme le Québec, mais dépourvu de toute infrastructure. Pourtant, en décembre 2005, la Commission électorale indépendante (CEI) avait réussi à tenir, dans une désorganisation téméraire, un premier référendum pour entériner la nouvelle Constitution. Malgré un recensement de dernière minute et une (...)
Haïti aura bientôt un gouvernement responsable devant un parlement régulièrement élu. Le processus de reconstruction sera long et demeura sans doute encore fragiles. Nous devrons continuer d’assumer la responsabilité de protéger dans le respect de la souveraineté d’Haïti et une perspective de sécurité humaine globale, basée sur la justice sociale et les droits humains dans leur totalité. Pour appuyer correctement les organisations du mouvement social haïtien et les institutions publiques, nous devrons accentuer le dialogue et la concertation sur les priorités et les stratégies de développement (...)
More than twenty years of war, repeated drought and chronic poverty have exhausted Afghanistan. Decades of fighting and suffering have exacerbated ethnic strife. The humanitarian repercussions are disastrous. The Taliban regime that seized control of Kabul in 1996 aggravated the destruction of Afghanistan’s social fabric and forcefully dissolved most political, social and economic institutions. Today, the country’s infrastructure is completely devastated. The communication network is one of the least developed on the planet. But most important is the social devastation left (...)
En Février 2002, Alternatives ouvrait à Kinshasa une antenne avec l’objectif de se rapprocher de ses partenaires. Le bureau compte aujourd’hui sur une équipe de 8 membres. En 1997, Alternatives a organisé différents programmes d’information mettant en vedette des partenaires locaux. À Kinshasa, nous avons depuis appuyé le Collectif de diffusion, d’information et d’appui aux femmes (CODIAF) de même que le Comité national femmes et développement (CONAFED) via différentes contributions ponctuelles axées sur le renforcement institutionnel. En 1998, ce travail s’est accentué et Alternatives a mis (...)

Trincomalee, Sri Lanka - Début janvier, dans le café branché Barefoot de la capitale Colombo, des travailleurs humanitaires espagnols, italiens et suisses attendent chaque jour les rapports de sécurité de leur bureau chef. Ils travaillent à la reconstruction post-tsunami, à Trincomalee, sur la côte est du Sri Lanka. Mais depuis l’assassinat par l’armée de cinq étudiants tamouls sur la plage de cette ville, puis l’explosion d’un bateau de la marine nationale et les grèves politiques (hartals) lancées par les différentes communautés, on les a retirés du terrain.

Acehnese seperatists stepped up their demands for a political role in the tsunami-ravaged region as part of any peace deal, as negotiations with the Indonesian government entered a crucial stage Wednesday.

Aux États-Unis et ailleurs dans le monde anglo-saxon, Les cerfs-volants de Kaboul (The Kite Runner, en anglais), a provoqué un véritable tremblement de terre dans le monde de l’édition. La critique, subjuguée, a été unanime, ne tarissant pas d’éloges, et le livre continue de se vendre comme des petits pains chauds en librairie. Isabel Allende elle-même a écrit : « Inoubliable... tout simplement extraordinaire. Un livre si intense qu’il vous poursuit longtemps et rend les autres lectures bien fades. » Que dire de plus, sinon que de fait, voici sans doute l’un des cinq livres les plus importants (...)
Serge Michel est un jeune reporter suisse de 35 ans, qui a déjà parcouru bien des guerres, bien des révolutions. Toujours un peu en décalage, après que les bombes soient tombées, après que les talibans aient pris la fuite, une fois le dictateur déchu, une fois le mur tombé. C’est ainsi qu’il a parcouru l’ex-URSS, l’Europe de l’Est, les Balkans, le Proche-Orient, pour la radio suisse et quelques journaux aussi. Il passe quatre ans en Iran dans les années 1990, puis inévitablement se rend en Afghanistan et en Irak, parcourant l’un et l’autre de ces deux pays meurtris entre 2002 et 2004, en (...)

Pris en tenaille entre l’armée indonésienne et les séparatistes du GAM, les survivants du tsunami ne rêvent que d’une chose : la sécurité.

Washington announced on February 26 that Indonesian participation in the US International Military Education and Training (IMET) program would restart immediately.

En parcourant la route de Medan vers Banda Aceh, dans la province indonésienne dévastée par le tsunami en décembre, la beauté du paysage nous coupe le souffle.

Dans la région des Gonaïves, en Haïti, des organisations non gouvernementales (ONG) de développement apportent des secours aux victimes de la tempête Jeanne, en tentant de renforcer la démocratie et la société civile.

C’était une belle matinée. La plage était déjà pleine de monde à 8h00. Des pêcheurs préparaient leurs bateaux. Des enfants jouaient dans l’eau. De jeunes couples profitaient du soleil et du grand air main dans la main.

It was a quiet day, Sunday 26 December. Mornings betwen 8 and 10 am fisherfolks are on the beaches doing business, getting the fish and preparing the boats, spreading the nets on the sand. It being a sunday, they were joined by other folks who had come to the beach for a walk or jogging, young couples for the morning sea breeze.

Le décompte des victimes en Indonésie n’est pas terminé, mais déjà il dépasse les 100 000 personnes, majoritairement sur le côté ouest de l’archipel. On est encore à recenser les victimes et à aider les survivants, dans des conditions presque surréalistes. Mais de plus, tout le monde le prédit, il faudra des mois pour reconstruire la province de Aceh où sévit depuis plusieurs années un violent conflit.

The year is ending tragically for hundreds of thousands of our Southeast Asian neighbours. The only hope to be drawn from the sad situation is the thought that the international community is geared to respond with urgent aid.

The havoc wrought by the killer tsunami waves of 26 December has once again demonstrated the utter vulnerability of human life in the face of nature’s fury. A week after the tragedy, the world is yet to assess the full scale of devastation in terms of human lives and material losses. In Indonesia alone, the death toll is now estimated to be around 100,000.

C’était une belle matinée. La plage était déjà pleine de monde dès 8 h 00 du matin. Des pêcheurs préparaient leurs bateaux. Des enfants jouaient dans l’eau. De jeunes couples profitaient du soleil et du grand air, main dans la main. Puis soudainement, sans avertissement, sans bruit, sans rien du tout, la mer s’est retirée de la plage, du jamais vu de mémoire tamoule. Puis comme un monstrueux reptile, l’eau est revenue sous la forme d’une vague gigantesque. Maisons, huttes, bateaux, tout a été emporté. Les pêcheurs se sont noyés, pris dans leurs filets. Les gens sur la plage ont été (...)

Les 15 pays membres de la Communauté des Caraïbes (la CARICOM) ne s’entendent pas sur la question de la réintégration d’Haïti au sein de la communauté régionale. Une impasse de plus pour Haïti, au moment où des mécanismes fragiles de redressement de la paix, de la démocratie et de la sécurité sont mis en place par diverses organisations multilatérales. La sortie de la crise haïtienne s’en voit davantage compromise.

Plus d'articles :  1 | 2

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca