Politique

Voir également : "Gouvernement", "Démocratie" et "Élections"

Il ne s’arrête pas au feu rouge. Tel est le nom de la biographie qu’a écrite Uzi Benzimasn sur Sharon, il y a plus de 15 ans.

Bonjour, Il est très difficile, après avoir passé une dizaine de jours au milieu du présent conflit en Palestine, d’écrire sans trop d’émotion et de colère... Tant d’abus, de haines et d’images fixées dans la mémoire à tout jamais. Ce n’est pas que les souffrances de l’un soient plus importantes que celles de l’autre. Ce n’est pas une compétition. Je me méfie de tout discours qui ne parle que des peines de l’un ou des abus de l’autre. Reste qu’il y a un problème de taille : l’injustice de l’occupation et du sort des réfugiés. On nous répète sans cesse qu’Israël est une démocratie et que son (...)
Comment expliquer que le gouvernement Landry ait lancé, en juin dernier, au mépris de tous les rapports et débats publics tenus depuis 10 ans sur le sujet, un programme de construction de 36 barrages privés sur 24 rivières du Québec ? Comment expliquer qu’il ait profité de la journée internationale contre les barrages, le 14 mars dernier, pour annoncer à la centaine de groupes de citoyens et aux 32 artistes, dont Jean-Claude Germain, Paul Piché, Roy Dupuis, Richard Desjardins, Marie-Claire Séguin, et tant d’autres, mobilisés pour « Adoptez une rivière », qu’il allait encore sacrifier au (...)

À travers le monde, on célèbre la Fête des travailleurs et travailleuses le 1er mai. Ainsi, en Europe, en Amérique latine, en Afrique et en Asie, des millions d’hommes et de femmes marcheront dans les rues pour célébrer. En Amérique du Nord, nous serons beaucoup moins nombreux.

Au Québec, il faut une mobilisation citoyenne se plaçant au-dessus des aléas partisans pour mettre fin aux quatre décennies de piétinement et volte-face des formations politiques traditionnelles en matière de réforme du mode de scrutin.

Au Québec, il faut une mobilisation citoyenne se plaçant au-dessus des aléas partisans pour mettre fin aux quatre décennies de piétinement et volte-face des formations politiques traditionnelles en matière de réforme du mode de scrutin.

Au Brésil, la population hésite : il y a la joie des victoires remportées par l’équipe nationale dans le cadre de la Coupe du Monde ; il y a aussi l’angoisse quotidienne devant une crise économique et sociale qui ne cesse de s’amplifier. Le paradoxe est frappant, car dans ce pays qu’on dit « émergeant » (dans le langage de la Banque mondiale), plus de 40 millions de personnes ont faim : c’est de loin pire que la pauvreté « ordinaire », qui touche un autre 100 millions de Brésiliens

Plus d'articles :  1 | ... | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca