Politique

Voir également : "Gouvernement", "Démocratie" et "Élections"

Les dernières élections fédérales pourraient s’avérer être un sérieux recul pour la gauche, en dépit de l’augmentation du nombre de siège pour le Nouveau parti démocratique (NPD).

« Ce n’est pas très édifiant », jugeait Bernard Derome sur les ondes de Radio-Canada en discutant du taux d’abstention aux élections fédérales. Près de 40 % des personnes inscrites sur les listes électorales n’ont pas daigné voter lors de certains scrutins. Les abstentionnistes forment donc régulièrement la faction majoritaire.

Après une saga qui remonte aux années 1960, l’Assemblée nationale a enfin été saisie d’un avant-projet de loi réformant le mode de scrutin et a mis sur pied une commission parlementaire afin de consulter la population. Appelé Commission spéciale sur la Loi électorale (CSLE), cet organisme, qui est assisté d’un comité citoyen consultatif, effectue depuis le 24 janvier dernier une tournée de consultation régionale.

Depuis quelques années, les relations canado-américaines ont régulièrement fait la manchette : crise du bois d’œuvre, vache folle, refus canadien de s’engager en Irak... Nous voici devant un ouvrage qui tente de nous expliquer cette relation difficile, parsemée d’embûches. Avec les contributions de Nelson Michaud, Stéphane Roussel, Albert Legault et Philippe Lagasse, tous reconnus comme des experts dans le domaine des études stratégiques, cet ouvrage est principalement conçu autour des questions de sécurité et de défense continentale. Comme tout effort collectif, cet ouvrage demeure inégal (...)
Pendant longtemps, le Venezuela a été un des pays latino-américains où le mouvement syndical semblait capable de défendre les intérêts des travailleurs et des travailleuses, du moins ceux employés formellement sur le marché du travail. Fondée en 1936, la Confederación de Trabajadores de Venezuela (CTV) représentait plusieurs centaines de milliers de membres et participait à la vie sociale et politique du pays. Associée au parti de l’Action Démocratique (AD) , la CTV avait acquis une place importante dans la vie politique et sociale du pays. Mais par la suite et à travers les crises qui ont (...)
Selon le Président palestinien Mahmoud Abbas, la situation en Cisjordanie et à Gaza pourrait se détériorer gravement si les menaces de couper les vivres à la se concrétisent. Déjà le gouvernement israélien a confisqué des millions de dollars dus aux Palestiniens sous forme de remises de taxes. Les Etats-Unis réclament $50 millions de l’Autorité nationale palestinienne, soit le dernier versement avant les élections qui ont donné la majorité au Hamas en janvier dernier. Par contre, l’Europe a une attitude plus prudente. La Suède a annoncé sa volonté d’augmenter son aide en vue des mesures (...)
Les mouvements révolutionnaires européens du début du vingtième siècle disaient qu’une révolution survient quand ceux d’en bas ne veulent plus, et quand ceux d’en haut ne peuvent plus. Si cette formule reste appropriée, on peut affirmer que c’est ce qui se passe au Venezuela. Depuis 1999 en effet, les changements qui traversent le pays poursuivent un cours impétueux. Des mobilisations gigantesques, des confrontations, des tentatives de rétablir l’ordre antérieur par la force, des interventions étrangères, des polarisations sociales et idéologiques, tout se passe à un rythme effréné. De bien des (...)
La tendance de fond à l’oeuvre dans plusieurs pays d’Amérique latine est suffisamment originale - et fragile - pour que l’on s’y attarde. Originale, car le profil des mouvements populaires indigènes qui y défraient la chronique depuis quelques années - des Mapuches du Chili aux Mayas d’Amérique centrale, en passant par les Aymaras et les Quechuas des Andes, les Kunas de Panama, etc. - tranche résolument avec les organisations révolutionnaires d’hier et les crispations identitaires d’aujourd’hui. Mais la tendance est aussi fragile, car si la dynamique indienne, plus affirmative que destructrice, (...)

La victoire électorale écrasante du Hamas n’est qu’un des produits de l’utilisation intensive par les États-Unis dans le monde musulman, depuis les années 1950, de l’intégrisme islamique comme arme idéologique contre le nationalisme progressiste et le communisme - en collaboration étroite avec le royaume saoudien, protectorat de fait des États-Unis presque depuis sa fondation.

Mercredi dernier, la plupart des journalistes étrangers parlaient d’ambiance festive dans les villes et les villages palestiniens où la population était en train de voter, massivement d’ailleurs (le taux de participation a dépassé les 75%). « Fête de la démocratie » annonçait une chaîne européenne, en insistant sur l’absence d’incidents ou d’irrégularités. Mais il y avait en fait une irrégularité majeure : les menaces des puissances américaine et européenne de couper l’aide économique au cas où les Palestiniens éliraient au Conseil Législatif une majorité de membres du Hamas. Puis vinrent les (...)

Premier président élu directement par les suffrages, premier président autochtone de surcroît, l’élection d’Evo Morales, chef du Mouvement vers le socialisme (MAS) est inédite. L’appui des mouvements autochtones, paysans et ouvriers, qui ont chambardé la scène politique bolivienne au cours dès cinq dernières années, a certainement facilité la victoire de Morales dès le premier tour. Mais après avoir appuyé de façon critique ou circonstancielle la candidature de Morales, ces mouvements entendent bien surveiller de près le nouveau président.

En décembre dernier, les Irakiens allaient aux urnes pour la troisième fois en 2005. Contrairement à certaines attentes, cela n’a pas débouché sur un apaisement. En janvier, plus de quatre cent personnes ont été tuées, dont plusieurs soldats américains. À Washington, le président Bush est sur la brèche. Pour nous éclairer, nous avons joint le professeur Gilbert Achcar, auteur de l’essai politique, Le choc des barbaries.

Que réserve l’année 2006 pour l’administration de George W. Bush ? Très bas dans les sondages (39 %), le président américain aura beaucoup à faire en deuxième moitié de mandat afin de léguer à l’histoire l’image souhaitée. D’autant plus qu’au cours de la dernière année, l’arrogance et l’incompétence démontrées lors de la gestion de la crise provoquée par l’ouragan Katrina ont dévoilé les véritables pieds d’argile de son gouvernement. Plusieurs signaux ont fini par nous dresser le portrait d’une administration et d’un président qui se croient au-dessus de la Constitution. Aux mensonges sur la présence (...)

L’année 2005 fut des plus difficiles pour le président tchadien, Idriss Déby. Les défections au sein de son parti, de son gouvernement et de l’armée se multiplient. Certains d’entre eux ont formé plusieurs groupes rebelles bien armés, stationnés aux limites du Darfour. Et, dernier coup dur, Déby a perdu les derniers versements du projet pétrolier financé par la Banque mondiale, totalisant 124 millions (dollars US), après avoir modifié dans la controverse la loi sur l’utilisation des revenus pétroliers.

Cette semaine à Caracas s’ouvre le Forum social mondial polycentrique. Dans ce pays d’Amérique du Sud, un grand processus de transformation que d’aucuns qualifient de révolution est en cours. Les changements sont bel et bien perceptibles : dans les barrios, l’armée distribue des aliments ; des étudiants parcourent ces quartiers pauvres pour en finir avec l’analphabétisme. Dans ses discours, le président Hugo Chávez s’attaque sans réserve aux riches du pays et à l’impérialisme étasunien. Un nouveau champ de possibilités est ouvert : celui d’un autre monde, tout comme le suggère la maxime du FSM. (...)
Ouf ! Voilà ce qui pourrait résumer ma réaction aux résultats de l’élection. Il est deux heures du matin, Stephen Harper vient de terminer son discours et je crois que nous pouvons tous aller dormir sans faire de cauchemars. La catastrophe n’est pas imminente, mais elle se dessine. Premier constat : Stephen Harper est doté pour un an ou deux du meilleur outil dont on puisse disposer pour faire une campagne électorale. Il va gouverner et il gouvernera pour la prochaine élection, essayant tant bien que mal de museler ses hordes évangéliques et sécuritaires. Son objectif est clair : (...)
En parcourant la presse israélienne et internationale, on a l’impression que l’hémorragie cérébrale qui a affecté Ariel Sharon aurait eu le même effet, ou presque, que les deux balles tirées par un jeune juif extrémiste ayant coûté la vie à Yitshak Rabin il y a dix ans : la fin d’un processus de paix. L’assassinat de Rabin avait mis un terme au processus d’Oslo, tout comme l’accident cérébral de Sharon mettrait fin à l’engagement du premier ministre envers une paix israélo-palestinienne - un engagement entamé avec le retrait de l’armée israélienne de la bande de Gaza et le démantèlement de quelques (...)

Ce sont votre sœur, votre cousin, votre voisine. Elles et ils soignent votre mère au CLSC, nettoient les planchers dans les écoles, les hôpitaux, éduquent votre enfant, servent la population dans le réseau de la santé, de l’éducation, dans les ministères. Ils sont 450 000 à s’être fait planter un couteau dans le dos : un décret qui a tué la négociation du secteur public.

Fondée officiellement en juin 2002, l’Union des forces progressistes (UFP) fusionnera avec Option citoyenne (OC) − le mouvement politique lancé l’an dernier par Françoise David et François Saillant − lors d’un congrès qui se tiendra les 3, 4 et 5 février prochain. Si cette union de la gauche québécoise marque une transformation par rapport à la division qui lui était autrefois associée, bien des défis attendent cette nouvelle formation politique, qui pourrait changer le paysage politique au Québec.

La candidate socialiste Michelle Bachelet vient de gagner ses elections. Quinze ans après la fin du régime militaire de Pinochet et suite aux réformes structurelles de l’économie et de la politique sociale entreprises dans les années 1980 par les Chicago Boys, c’est-à-dire les économistes chiliens formés à l’école de Milton Friedman dans les années 1950-1960, où en est le Chili ?

Le décès tragique d’un diplomate canadien à Kandahar a rappelé à tout le monde la gravité de la situation qui sévit dans ce pays d’Asie centrale, près de cinq après sa « libération » par l’armée américaine. Depuis le renversement du régime taliban en effet et dans le sillon de la guerre en Irak, le Canada et l’Union européenne se sont empressés d’intervenir dans un pays affecté par un ensemble de crises complexes et profondes.

L’économie irakienne a été sévèrement affaiblie par des décennies de sanctions, de guerres et d’occupations. Les syndicats et les fédérations syndicales d’Irak croient cependant que le pays peut être reconstruit puisqu’il dispose d’immenses ressources pétrolières et minérales adéquates pour donner aux Irakiens un standard de vie décent. Certes, les guerres et l’occupation ont causé une détérioration dramatique des conditions de vie pour tous les Irakiens, notamment les travailleurs. Nos organisations insistent sur l’importance de préserver la souveraineté de l’Irak sur ses ressources naturelles et (...)

Le Canada pourrait prochainement élire un gouvernement conservateur et ainsi rejoindre les Etats-Unis, l’Allemagne, le Japon, l’Australie et d’autres pays qui ont voté à droite dans la période récente. S’agit-il d’une « tendance lourde » qui touche la planète (à part l’Amérique du Sud) ou plutôt d’un simple « retour du balancier » puisque les citoyens sont souvent attachés au concept d’alternance ?

Des sondages démontrent que beaucoup de Canadiens sont prêts à donner à Stephen Harper et au Parti conservateur le mandat de gouverner le Canada. Ce serait une terrible erreur.

Un rapport publié aujourd’hui par le Conseil des Canadiens révèle que les Canadiens sont généralement méfiants des liens de plus en plus étroits de leur pays avec les États-Unis. Le rapport, intitulé « Nouvelles Frontières : Commission d’enquête citoyenne sur les relations Canada-Etats-Unis », est le résultat de dix audiences publiques tenues à travers le Canada en 2004 et 2005.

Le maintien d’une politique autonome face aux pressions qui émanent de l’intégration continentale et l’établissement d’une stratégie réellement souveraine à l’intérieur et à l’extérieur du Canada préoccupent les citoyens et les gouvernants du pays depuis des générations. En d’autres mots, comment gérer la relation avec les Etats-Unis ? Depuis quelques années, le débat est encore plus controversé.

Depuis le début de la campagne électorale, les débats sont rarissimes sur les enjeux de la politique extérieure canadienne. C’est inquiétant, compte tenu de l’environnement « mondialisé » dans lequel on vit. Au moins, Paul Marin a défendu la souveraineté canadienne contre les déclarations plutôt agressives de l’ambassadeur américain au Canada et rappelé que les intérêts du Canada passaient au-dessus les volontés états-uniennes. C’est quand même mieux que Stephen Harper qui prétend que le Canada devrait au contraire se rapprocher de Washington. Il faut se souvenir que, depuis la fameuse invasion américaine de l’Irak, le contentieux canado-américain s’est aggravée. L’administration Bush n’a pas « digéré » l’opposition de l’ex-premier Ministre Jean Chrétien à ses plans de « réingénierie » du Moyen-Orient. Néanmoins en constatant le comportement du gouvernement canadien sur quelques questions importantes, on peut se demander si le Parti Libéral reste déterminé à tenir tête aux ambitions hégémoniques des Etats-Unis.

With the scheduled Palestinian parliamentary elections approaching very soon and the deadline for the end of the ceasefire agreed in Cairo last year having expired with the turn of the new year, the internal Palestinian political scene as well as Palestinian-Israeli relations are full of unknowns. Fateh — Palestine’s ruling movement, the dominant party in the Palestinian Authority and the leader of the peace camp — appears seriously divided over several issues, including whether or not to proceed with elections at the appointed time. There are three reasons for this hesitancy. (...)

Récemment, le ministre du commerce extérieur du Canada Jim Peterson a évoqué la possibilité pour le Canada d’augmenter ses exportations pétrolières vers l’Asie. La question a été soulevée dans le cadre des tensions commerciales croissantes entre le Canada et les Etats-Unis où sont présentement orientées 95% de nos exportations de pétrole.

L’élection du Président Lula a soulevé de grandes espérances et correspondait à un profond désir de transformation. Lula a promis un changement de cap pour le pays, un nouveau projet national de développement, basé sur huit idées-force, huit engagements majeurs de son programme. Le bilan de ce qui a été réalisé à ce jour, après trois ans au pouvoir, peut et doit être dressé à la lumière de ces engagements.

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 15

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca