Occupation

Voir également : "Conflits", "Militarisation" et "Réfugiés"

The eight undersigned Special Procedures mandate holders of the United Nations Commission on Human Rights issued this appeal shortly after the one-year anniversary of the International Court of Justice (ICJ) Advisory Opinion ("Wall opinion"), concerning the Legal Consequences of the Construction of a Wall in the Occupied Palestinian Territory:

CHICAGO, IL (7/26/05) - On the second day of its
convention in Chicago, the AFL-CIO took an historic
step, calling for the rapid withdrawal of US troops
from Iraq, and an end to the country’s occupation

When United Nations troops kill residents of the Haitian slum Cité Soleil, friends and family often place photographs of exiled President Jean-Bertrand Aristide on their bodies. The photographs silently insist that there is a method to the madness raging in Port-au-Prince. Poor Haitians are being slaughtered not for being "violent," as we so often hear, but for being militant; for daring to demand the return of their elected president. It was only ten years ago that President Clinton celebrated Aristide’s return to power as "the triumph of freedom over fear." So what changed? (...)
Semaine de présence mondiale dans les Territoires Collectifs des communautés afro-colombiennes du Jiguamiando et du Curvarado 1er au 10 août 2005 Afin de freiner l’expansion illégale des plantations de palme sur les territoires collectifs afro-colombiens, une semaine de présence internationale dans les plantations est organisée à la demande des communautés. Le but est de dénoncer et de médiatiser les plantations illégales ainsi que la violation systématique des droits humains qu’elles impliquent. Tout individu, organisation environnementale ou ONG de droits humains est invité à se joindre (...)

L’Organisation internationale du travail, agence des Nations unies indique dans son dernier rapport qu’environ la moitié de la population palestinienne vit toujours sous le seuil de pauvreté et que la situation empire

Israël n’a d’avenir que dans l’acceptation de sa réalité moyen-orientale et de son intégration dans le monde arabe, dit Michel Warschawski

Two weeks after the occupying forces entered Basra on the 9th of April, 2003, Iraqi activists in the oil industry met to reestablish the union. We organized the workers for two reasons.

Le Président de l’Autorité nationale palestinienne Mahmoud Abbas vient de repartir d’Ottawa après une visite éclair, après avoir séjourné à Washington où il a rencontré le Président Bush. La situation d’Abbas est certes précaire.

Il y a 50 ans, en 1955, les principaux chefs d’États des pays d’Asie et d’Afrique ayant reconquis leur indépendance politique se réunissaient pour la première fois, à Bandung. Samin Amin revient sur cet événement de l’histoire des indépendances, sur l’objectif des politiques de développement issue de Bandung et sur ce qui, aujourd’hui, pourrait constinuer une nouvelle alliance des peuples du Sud.

Six Irakiennes à Montréal et Ottawa. L’affaire a de quoi d’inusité. En tout cas, ce n’est pas habituel. Ce n’est pas souvent qu’on a la chance de rencontrer de ces personnes qui tous les jours vivent le quotidien de la guerre et de l’occupation, de celles qui espèrent encore et toujours un peu de démocratie, un peu de paix, plus de justice et d’équité aussi. Voilà qu’elles étaient six, que des femmes, venues de Bagdad comme du Kurdistan et du Sud de l’Irak. Chiites et sunnites confondues.

The central question we need to answer is this: What were the real reasons for the Bush administration’s invasion and occupation of Iraq?

Quelque temps après l’invasion de l’Irak, le président Bush déclarait que les Etats-Unis allaient ouvrir une nouvelle ère au Moyen-Orient. Cette région du monde affirmait-il, allait enfin connaître la paix, la prospérité, la démocratie. Deux ans plus tard, la situation reste très ambiguë.

At midnight on April 13, ringing church bells and the call to prayer echoed across Beirut. These haunting sounds intermingled over Martyrs’ Square, the unfinished main plaza of old Beirut where thousands of Lebanese have been mixing, day and night, since the assassination of former Prime Minister Rafiq al-Hariri in mid-February.

The Ramallah doctor and activist, general secretary of the Al Mubadara coalition, on struggles against the Israeli Occupation, from the popular movement of the first Intifada to the tactical errors of the second, via the disaster of Oslo. As Abu Mazen is levered into place, what alternatives can combat both IDF stranglehold and the flyblown Palestinian Authority?

Le 24 mars les enquêteurs ont remis leurs conclusions sur l’attentat qui a coûté la vie à l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri. Mais ils ne sont toujours pas prêts de démêler l’écheveau des responsabilités.

At the beginning of April 2002, the Israeli army reoccupied a number of cities in the West Bank as part of a wide-scale military operation dubbed "Defensive Shield". The goal of the operation, as stated by the Israeli government, was to, "eliminate the infrastructure of Palestinian terrorism and to prevent suicide bombers from executing their operations in the heart of Israeli cities inside the Green Line."

Bagdad, en février 1955 : l’Irak, Etat alors client des Britanniques, et la Turquie, alliée des Américains, ont signé un Pacte bientôt élargi à l’Iran (où la CIA avait fait tomber le progressiste Mossadegh), au Pakistan, et à ses architectes, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

Des milliers d’Irakiens sont sortis dans la rue pour brûler l’effigie de Saddam Hussein lors d’une gigantesque manifestation à Bagdad le 6 avril dernier. Mais la même symbolique était fort différente que celle qui fut filmée lors de l’arrivée des troupes américaines dans la capitale irakienne il y a deux ans.

Montréal, le 15 mars 2005 – Deux ans après ce que le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, qualifie toujours d’invasion illégale de l’Irak, une journée mondiale d’action contre la guerre d’occupation qui sévit toujours en Irak aura lieu samedi prochain, le 19 mars 2005. À Montréal, c’est à l’appel du Collectif Échec à la guerre que débutera la manifestation, à 13h, au Carré Dorchester. Au Canada et aux États-Unis, c’est respectivement dans 30 villes et dans 365 villes que se dérouleront des actions. Autour du monde, des mobilisations se préparent à Londres, New York, Rome, Séoul, Madrid, (...)

Le gouvernement russe vient de commettre un pas de plus dans l’horreur tchétchène. Aslan Maskadov, le président indépendantiste élu en 1997 vient d’être assassiné par les forces spéciales russes dans des conditions encore obscures.

Les États-Unis sont présentement installés militairement en Irak, en Afghanistan, en Arabie saoudite et dans d’autres pays du Proche-Orient et de l’Asie centrale. Selon les stratèges néoconservateurs qui dominent l’administration Bush, une véritable « réingénierie » de la région est envisagée pour mettre au pas des pays et des mouvements « récalcitrants ».

It started off as a joke and has now become vaguely serious: the idea that Bono might be named president of the World Bank. US Treasury Secretary John Snow recently described Bono as “a rock star of the development world,” adding, “He’s somebody I admire.”

Quiconque a regardé à la télévision la partie sur l’Irak du Discours sur l’état de l’Union prononcé par George W. Bush devant le Congrès des Etats-Unis, le 3 février, aura été persuadé que les membres des deux chambres, à commencer par Dick Cheney lui-même, se livrent résolument aux exercices physiques requis pour maintenir leur santé cardiaque.

Avec la fin de la Guerre Froide et la chute de l’Union soviétique au début des années 90, les stratèges américains en politique étrangère (les néoconservateurs), ont avancé deux stratégies pour maintenir l’hégémonie des États-Unis à l’approche et durant le 21e siècle.

L’assassinat de l’ex-premier ministre libanais, Rafik Hariri, à Beyrouth, a relancé la tension au Proche-Orient. L’administration américaine, qui avait clairement indiqué son intention d’en découdre avec la Syrie - un pays de l’« axe du mal », selon George W. Bush -, entre à nouveau dans de grandes manœuvres visant à faire basculer le régime syrien. Ce qui pourrait avoir des répercussions majeures au Liban, en Palestine et ailleurs dans la région.

« Le peuple irakien a exprimé aux États-Unis le plus grand « merci » possible de la meilleure façon que nous pouvions espérer. » En lisant cette analyse de l’élection signée par Betsy Hart, chroniqueuse du Scripps Howard News Service, je me suis mise à penser à ma grand-mère, aujourd’hui décédée. À moitié aveugle, véritable menace au volant de sa Chevrolet, elle refusait catégoriquement de nous remettre les clés de la voiture. Elle était convaincue que partout où elle allait, les gens lui souriaient et lui faisaient des signes de la main. Nous avons dû lui annoncer une mauvaise nouvelle : « (...)

Forget the UN. The US Occupation Regime Helped Itself to $8.8b of Mostly Iraqi Money in Just 14 Months

The hypocrisy of the Bush administration is limitless: when George W. Bush and his buddies boast about the forthcoming election in Iraq as an achievement of the civilizing mission that they supposedly took upon themselves in bringing democracy to backward Muslims, they sound like a boss boasting about having raised the wages of the workers in his factory as an illustration of his eagerness to improve their living standard, when, in reality, the raise was imposed on him by the workers going on strike.

Those who advocate “staying the course” or “internationalizing the war” are too busy digging deeper. A real solution to the Iraq War must start with ending the U.S. occupation. Then, and only then, we can talk about internationalizing the peace.

La récente élection présidentielle en Palestine inaugure une nouvelle période de l’histoire de la lutte pour l’autodétermination des Palestiniens. Le nouveau président, Mahmoud Abbas, a été élu avec la majorité des voix et est déjà à l’œuvre pour trouver des solutions à la terrible crise palestinienne. Cela ne sera pas facile.

Plus d'articles :  1 | 2 | 3

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca