Néolibéralisme

Voir également : "Commerce", "Libre-échange", "Économie", "ALÉNA" et "ZLÉA" et "OMC"

Voilà, c’est fini. La ville de Québec n’a pas été mise à feu et à sang pendant les manifestations anti-G7 des derniers jours. La police se félicite de son « bon travail ». Plusieurs manifestants se félicitent quant à eux d’avoir tourné en dérision des mesures répressives exagérées face à une majorité de personnes mobilisées voulant simplement exercer leur droit de manifester et d’exprimer une critique sévère et justifiée à l’endroit du G7. On peut dire qu’ils ont réussi à passer leur message et à sensibiliser davantage la population quant au peu de légitimité et de crédibilité qu’a ce club sélect de pays pour traiter des grands enjeux de l’heure, qu’il néglige par ailleurs, notamment la montée des inégalités sociales et l’urgence de la transition écologique pour lutter contre les changements climatiques. Malheureusement, cependant, il risque de se trouver trop de gens pour penser que, finalement, tous ces escadrons de policiers anti-émeutes lourdement armés dans les rues de la capitale étaient justifiés. Après tout, si c’est ce que ça prend pour « que tout se passe bien », pourquoi pas ?, se disent-ils.

Il ne semble pas que la culture ait été autant touchée par les mesures d’austérité budgétaire que l’éducation, la santé, les services sociaux. Les gouvernements qui se sont succédés se sont plutôt vantés d’avoir maintenu les budgets alors que les hôpitaux et les écoles, entre autres, écopaient durement. De quoi les artistes auraient-ils à se plaindre alors ? Il ne faut cependant pas oublier que ces derniers ont les revenus parmi les plus bas au pays, qu’ils vivent dans une situation de grande précarité et que beaucoup parmi eux doivent exercer un second métier. Il aurait alors été particulièrement (...)
Comme à tous les ans, au Forum économique mondial, les grands de ce monde se réunissent dans la jolie ville de Davos pour discuter du sort de l’humanité. Pour la première fois depuis les années Clinton, le président des États-Unis Donald Trump a choisi de s’y déplacer. Aussi impopulaire soit-il, cela donne de la solennité à l’évènement, alors que de gros nuages noirs se pointent à l’horizon. Ceux qui suivent le Forum économique depuis plusieurs années ont observé un changement radical dans le ton. Auparavant, l’optimisme régnait. La pauvreté et la misère étaient des mots absents des conversations. (...)
Il n’est plus une journée sans que les médias ne rapportent une nouvelle imbécilité du président Trump. Trump ne comprend ni les enjeux nationaux américains ni la politique internationale. Il est misogyne, raciste, islamophobe. Il est contre les droits des travailleurs, contre l’immigration, contre tout ce qui est progressiste ou même rationnel. En fait, en plus d’être dangereux pour les États-unis et pour la planète, Trump est probablement malade, profondément malade, et plus personne ne se gène pour l’exprimer haut et fort. Si à peu près tout le monde s’entend sur ces précédentes (...)
Les déboires financiers de l’acteur Johnny Depp sont tellement considérables que cette nouvelle a atteint les grands médias. Celui qui était le 5e acteur le mieux payé au monde, selon le magazine Forbes, avec un revenu de 48 millions $ pour l’année 2016, se retrouverait proche la faillite. À dépenser 2 millions $ par mois pendant vingt ans comme il l’a fait, on arrive malgré tout à toucher le fond du baril. Le plus intéressant dans cette affaire, c’est que la firme qui poursuit la star, The Management Group (TMG), a permis de mettre la lumière sur les dépenses ordinaires d’un homme très riche (...)
La gauche s’est toujours opposée avec force aux accords de libre-échange. Autant le mouvement altermondialiste que des politiciens comme Bernie Sanders, Paul Magnette et Benoît Hamon ont dénoncé les méfaits de ces ententes conçues en secret dans l’intérêt des entreprises transnationales. Pourtant la charge la plus puissante contre le libre-échange est venue de là où on ne l’attendait pas. Donald Trump, président républicain des États-Unis, voudrait aujourd’hui tout remettre en cause. Faut-il s’en réjouir ou s’en désoler ? Ce revirement arrive après que les élites politiques aient refusé pendant (...)
Le parlement wallon a agi avec un grand courage politique dans sa lutte contre l’accord commercial entre le Canada et l’Union européenne. Pendant ce temps, à Ottawa, les libéraux et les conservateurs ont fait exactement le contraire. Ils ont voté contre l’intérêt de leurs citoyens et leurs citoyennes en refusant de se battre contre l’évitement fiscal. Le 27 octobre, le député du Bloc québécois Gabriel Ste-Marie a soumis aux membres de la Chambre des communes une motion visant à limiter l’évitement fiscal par biais de la Barbade. Ce paradis fiscal est le plus utilisé par les canadiens. Dans cette (...)

« Restructurer » sa dette, c’est déclarer à ses créanciers : « Mille pardons ! je vous dois autant mais il ne me reste que beaucoup moins, je peux vous offrir ce que j’ai en caisse mais je ne peux guère faire mieux ! » ; s’ils acceptent, la dette est dite « restructurée ».

J’ai la désagréable impression que les dernières élections ont été une grosse arnaque. Bien sûr, tout s’est déroulé proprement et honnêtement. Le processus démocratique a été respecté et personne ne semble avoir triché. Le financement des partis politiques a même été amélioré, de façon à réduire les possibilités de corruption. L’arnaque est ailleurs. Je dirais plutôt dans l’inadéquation entre les discours pendant la campagne électorale et ceux qui l’ont suivie. Si on s’en tient aux propos dans les médias, la dernière élection a été beaucoup moins une victoire du parti libéral qu’une défaite cinglante du (...)
Les grandes compétitions sportives planétaires coûtent de plus en plus cher. Surtout, le Comité international olympique et la FIFA, qui commercialisent ces produits phares du divertissement mondial, sont devenus de véritables holdings sans aucun contrôle. Résultat : présomptions de corruption, optimisation fiscale, violations du droit du travail, expulsions des populations pauvres pour laisser place à des infrastructures souvent inutiles et remise en cause de la démocratie accompagnent ces évènements. Pour le plus grand profit de ces holdings et de leurs sponsors, et sous les acclamations (...)
La gestion du néolibéralisme par des régimes de centre gauche est un exerce incommode. La rhétorique gouvernementale s’obstine à peindre en rose le cadre d’un progrès social dans un contexte de développement économique. Mais la logique du modèle néolibéral finit par annuler les succès qui peuvent être engrangés. Le néolibéralisme n’est pas fait pour promouvoir le développement social. Le mythe du « miracle économique » du Brésil a fait fureur ces dernières années. Son taux de croissance du PIB a dépassé la moyenne de l’Amérique latine et le développement des exportations lui a permis de maintenir une (...)
Le 28 septembre dernier avait lieu à Montréal la manifestation contre la hausse des tarifs d’Hydro-Québec prévue par le Parti québécois (PQ), une marche organisée par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics. Le PQ avait entre autres promis lors de sa campagne électorale l’abolition de la taxe santé, l’annulation de la hausse des tarifs d’électricité, le gel des frais de scolarité et davantage de redevances minières. Or, un peu plus d’un an après son arrivée au pouvoir, le gouvernement Marois a plutôt adopté des mesures décriées par de nombreux groupes (...)
Selon un nouveau document confidentiel daté du 5 juin 2013 dont le Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC) a obtenu copie, le Canada semble prêt à tout pour conclure les négociations de l’accord économique et commercial global (AÉCG) et s’apprête à céder aux demandes de l’Union européenne dans plusieurs domaines encore en litige. Et le Québec le laisse faire, voire se fait le complice de concessions de dernière minute. Le document révèle que contrairement à ce que le négociateur du Québec, Pierre-Marc Johnson, a toujours dit, les marchés publics d’Hydro-Québec ne seront pas exclus des (...)
Près de deux ans après le début des contestations liées au Printemps arabe, des luttes continuent de se dérouler sur fond de fortes contradictions. Les premières élections libres ont porté au pouvoir des partis dont les revendications s’opposent à celles des manifestants qui s’étaient mobilisés pour réclamer un changement social. Pour plusieurs spécialistes, les aspirations des forces progressistes qui ont initié les révolutions se heurtent aujourd’hui aux mouvements islamistes et à l’ingérence des puissances étrangères qui tentent de maintenir leur contrôle sur la région. De la contestation du (...)
Tant aux États-Unis, au Canada qu’au Québec, l’État a toujours utilisé un certain nombre d’institutions afin que la majorité des citoyens acceptent naturellement l’ordre social établi. La pérennité du système de discipline trouvait sa source principalement dans la peur instillée par la famille et les institutions dans la société civile. À l’occasion, l’État délaissait la carotte et donnait du bâton par le recours direct aux forces répressives (police, armée, agence privée de sécurité), pour renforcer la peur et maintenir ainsi ce consensus. Se croyant à l’opposé des régimes politiques répressifs, les (...)
Le Forum économique mondial de Davos vient de se terminer. Et comme à chaque année, on s’est interrogé sur la pertinence de ce rendez-vous ultra élitiste. Il faut reconnaître que l’accumulation des crises, depuis 2001 surtout, a fait la très large démonstration que les principes économiques prônés avec arrogance par le forum ont mené à des catastrophe à la chaîne. On dit que le forum de Davos est une sorte de baromètre de l’économie. Mais c’est un baromètre bien grossier. Quand ça va mal, comme l’an passé en 2012, on dénonce quelques tares du capitalisme et on ne change rien. Quand ça va bien, (...)
Le gouvernement Harper vient de sortir une nouvelle entente internationale d’une boîte à surprise. Il s’agit d’un accord sur les investissements avec la Chine. Son nom officiel est l’Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) entre le Canada et la Chine. On commence à mieux connaître ces drôles de dédales juridiques que sont les accords sur la protection des investissements. Ces traités permettent à des compagnies de poursuivre les gouvernements si ces dernières s’estiment lésées dans leur liberté de commercer. Les litiges sont traités par des tribunaux (...)
« L’important dans la vie, ce n’est point le triomphe, mais le combat, l’essentiel, ce n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être bien battu. » Baron Pierre de Coubertin Ces paroles admirables seraient universelles et revendiquées en tant que telles si leur auteur – le « réinventeur » des jeux olympiques modernes- n’a pas une face sombre qui permet sérieusement de douter de son respect de la nature humaine. Nous y reviendrons. Vendredi soir en effet, à 22 heures s’ouvraient dans un faste coûteux avec peu d’imagination les 30es Olympiades. Le cinéaste Danny Boyle mit en scène les deux siècles de (...)
Rassemblement de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics devant la Conférence de Montréal Du 6 au 9 juin prochain aura lieu le Forum économique international des Amériques : Conférence de Montréal. Ce forum rassemblera de nombreuses personnalités influentes issues des milieux politiques, du monde des affaires et de la finance du monde entier. Seront donc réunis ceux qui tiennent les cordons de la bourse, le tout, bien sûr, en l’absence de celles et ceux qui subissent les conséquences dévastatrices de leurs décisions, soit la majorité de la (...)
Samedi 6 mars, les Islandais se sont rendus aux urnes pour se prononcer pour ou contre la loi « Icesave ». Cette loi prévoyait la nationalisation de dettes privées et l’imposition de mesures économiques antisociales afin de trouver les fonds pour rembourser ces dettes. Avec une participation qui dépasse les 60%, le Non a remporté sans surprise une écrasante victoire : environ 93% des suffrages exprimés. Cela constitue surtout une victoire importante contre le néolibéralisme. Ce sera aussi une victoire pour la démocratie si, contrairement à ce qui s’est passé en France et en Irlande (...)
Tandis qu’à Ottawa débutera la 7è ronde de négociations de l’Accord économique et commercial global (AÉCG) et y seront réunis en secret les négociateurs du Canada, du Québec et de l’Europe, le Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC) vous invite à lever le voile sur les enjeux de cette nouvelle offensive néo-libérale, lors de la Soirée publique « Accord commercial Canada-Europe : Au nom de qui ? ». QUAND : le lundi, 11 avril 2011, à 19h00 OÙ : Centre St-Pierre, salle 200 1212, rue Panet, Montréal (métro Beaudry) AVEC : Geneviève Azam, Université de Toulouse (via skype, à confirmer) (...)

Le Tchad est sous l’État d’urgence. Des rebelles ont failli renverser le président autoritaire d’Idriss Itno Déby au début février.

Une nouvelle organisation régionale africaine affiliée à la Confédération syndicale internationale (CSI) a vu le jour en novembre au Ghana.

L’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République et la probabilité que son gouvernement obtienne une majorité conséquente aux élections parlementaires du 17 juin prochain ouvrent une nouvelle phase politique en France. On aurait tort de voir dans la dynamique du nouveau gouvernement, comme le font trop rapidement les opposants socialistes, le simple prolongement des politiques antérieures.

C’est une magistrale « biographie à deux voix » que nous propose le directeur du monde Diplomatique, Ignacio Ramonet, sur la vie et l’œuvre de Fidel Castro. À partir de plusieurs semaines de conversations, l’entretien raconte la révolution sous toutes ses coutures.

Si l’on veut être écologiste, il faut arrêter d’être benêt. » Ainsi s’exprimait le journaliste du Monde Hervé Kempf, lors d’un récent passage au Québec pour faire la promotion de son livre Comment les riches détruisent la planète. Alternatives l’a rencontré.

In pension provision, like in taxation, several New EU member states have become guinea-pigs for ultra-liberal experiments that replace the insurance and solidarity-based retirement system with individual savings accounts, managed by commercial banks and stock brokers.

Ce livre constitue un avertissement. Le cri d’alarme d’une figure emblématique de la gauche canadienne-anglaise : le Canada tel que nous le connaissons est menacé. Au rythme où vont les choses, explique Maude Barlow, sa souveraineté ne sera bientôt plus qu’un vain mot. En fait, le pays échappe tout doucement à ses citoyens, laminé par la montée inexorable de la droite religieuse, grignoté par les pressions exercées d’un monde des affaires qui veut gommer les différences avec l’Amérique néoconservatrice de George W. Bush et Cie.

Claude Serfati est maître de conférences des Universités en économie et responsable de l’axe de recherche : Mondialisation, Gouvernance et Déve¬loppement durable à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est également membre du conseil scientifique d’ATTAC-France.

PORT-AU-PRINCE - Quand la responsable du Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU a convoqué Chavannes Jean-Baptiste pour une rencontre, celui-ci s’est demandé si le déplacement en valait le coup. « Elle m’a dit que j’aurais une bonne nouvelle, alors que c’est plutôt rare avec eux ! », se plait à blaguer le dirigeant du Mouvement paysan de Papaye, l’une des plus grandes organisations paysannes en Haïti. Le rendez-vous est fixé dans le département du Nord-Ouest, l’un des plus pauvres du pays. La déforestation accrue de cette région ne facilite en rien la vie des paysans de cette zone. Chaque (...)

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca