Mouvement de libération

Voir également : "Mouvements sociaux"

2011 fut l’année de l’indignation et de la révolte. Tout à commencé en Tunisie avec l’immolation de Mohamed Bouazizi. Le jeune homme est devenu le symbole d’une génération sacrifiée, bafouée, condamnée à l’exclusion sociale, peu importe ses compétences ou ses diplômes, pour la seule raison de ne pas faire partie du sérail. Le printemps arabe était né et un vent de révolte ébranla les autocraties de la région, emportant quelques dictateurs (Ben Ali, Moubarak, Kadhafi), déstabilisant des régimes (Yémen, Jordanie, Bahreïn, Koweït) et poussant de nombreux autres à concéder des réformes (Maroc, Algérie, (...)

En juin, à Gaza, les combats entre les deux principaux partis palestiniens, le Hamas et le Fatah, ont fait 146 victimes (dont 36 civils) et plus de 700 blessés. Ce désastre constitue malheureusement le dénouement logique de la politique catastrophique menée par la communauté internationale. Notre correspondante en Palestine fait le point.

Au cours des prochaines semaines, les Nations unies approuveront vraisemblablement l’indépendance du Kosovo. Il n’y a pas si longtemps, la nouvelle aurait été accueillie comme une catastrophe. Aujourd’hui, il n’est plus rare d’entendre dire que l’indépendance de la province serbe à majorité albanaise pourrait contribuer à pacifier la région.

Médecin, militant des droits humains et fondateur de plusieurs organisations humanitaires, Mustafa Barghouti vient d’être nommé ministre de l’Information dans le nouveau gouvernement palestinien d’unité nationale. Entrevue avec celui qui représente la « troisième voie » entre le Fatah et le Hamas.

Il y a 50 ans, le 2 mars 1956, le Maroc parvenait à son indépendance. Cette libération du protectorat colonial fut rendue possible par les luttes indépendantistes des décennies précédentes. En 1912, la signature des traités de protectorat découpe le Maroc en régions sous domination française et espagnole. Prétextant l’incapacité du pouvoir central à rembourser les emprunts contractés auprès des grandes banques, la France et l’Espagne officialisent la colonisation par ce traité. Le protectorat, jugé moins coûteux et plus facile à mettre en place qu’une annexion directe, s’appuie sur les autorités (...)

L’attaque menée par l’armée israélienne contre la prison de Jéricho plus tôt cette semaine s’inscrit dans la stratégie mise en place par Ariel Sharon et poursuivie par son successeur Ehud Olmert. L’idée est d’affaiblir encore davantage l’infrastructure palestinienne, de miner la crédibilité du Président Mahmoud Abbas et d’éliminer ceux qui refusent la perpétuation de l’occupation.

« Je pourrais vous parler de l’Afrique du Sud pendant des heures ! » Dan O’Meara est en amour avec son pays dont il est si fier, et il « plaide » en sa faveur depuis près de trente ans : « Je ne peux pas rester neutre lorsque je parle de mon pays », prévient-il. C’est pourtant une analyse lucide et sans complaisance qu’il nous a livré à la suite d’un exposé sur la transition post-apartheid, soutenu en octobre à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). L’ancien militant de l’ANC est aujourd’hui professeur de relations internationales à la Sussex University en Grande-Bretagne et à l’Université du (...)

Il y a 50 ans, en 1955, les principaux chefs d’États des pays d’Asie et d’Afrique ayant reconquis leur indépendance politique se réunissaient pour la première fois, à Bandung. Samin Amin revient sur cet événement de l’histoire des indépendances, sur l’objectif des politiques de développement issue de Bandung et sur ce qui, aujourd’hui, pourrait constinuer une nouvelle alliance des peuples du Sud.

Si les années 1960 ont été celles des mouvements de libération des pays du Sud alors sous domination coloniale, les années à venir seront peut-être aussi celles de la définition d’un nouveau « Sud », marqué du sceau du Brésil et de son président Lula.

Quel sera le prochain pays d’ex-URSS à renverser son despote ? Après les événements survenus au Kirghizistan il y a quelques semaines, certains spécialistes se tournent vers son voisin, le Kazakhstan, immense république pétrolière de l’Asie centrale. Le caractère moins répressif de son régime encouragerait, dit-on, un mouvement d’opposition susceptible de mettre fin au règne de Noursultan Nazarbaïev, au pouvoir depuis 1990. Mais dans cette région du monde, quand on parle de liberté, tout est relatif.

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca