Guerre

L’armée entend poursuivre sa tournée des cégeps même si elle est contrainte d’abandonner sa sollicitation dans 25 établissements postsecondaires québécois. Les associations étudiantes des cégeps et des universités sont en effet nombreuses à s’opposer à la présence de l’armée dans les écoles.

Le gouvernement israélien a déclenché une guerre contre Gaza en coupant l’électricité, en bloquant les approvisionnements en carburant et en interdisant la livraison de produits essentiels comme de la nourriture et des médicaments.

Avec De l’autre côté du pays, la cinéaste Catherine Hébert a braqué sa caméra sur l’un des conflits les plus sous-médiatisés du continent africain : la guerre au nord de l’Ouganda, qui perdure maintenant depuis plus de 20 ans.

L’Histoire regorge d’exemples d’occupation d’un territoire par une force étrangère qui tourne au vinaigre. Voici quelques leçons tirées du passé qui explique la déconvenue présente des Américains en Irak.

Dans le cadre de la Journée internationale d’action appelée par le Forum social mondial, le Collectif Échec à la guerre, duquel Alternatives est membre, organise une ligne de piquetage devant le Centre de recrutement des Forces Canadiennes à 14h pour protester contre l’enrégimentation des jeunes QuébécoisES pour la guerre en Afghanistan et au service d’un partenariat militaire de plus en plus étroit avec les États-Unis pour l’expansion de leur empire. Où ? 1420 rue Ste-Catherine ouest, à Montréal Quand ? 26 janvier 2008 à 14h Pour plus d’informations, contacter Raymond Legault, (...)

En Irak, un mouvement de veuves refuse la division du pays sur des bases religieuses. Contre toute attente, il arrive à bâtir d’étonnantes alliances. On lui doit déjà plusieurs initiatives de réconciliation locales, et même quelques cessez-le-feu. Tout cela en restant soigneusement à distance du gouvernement irakien et de ses bailleurs de fonds américains.

APPUYEZ LA CAMPAGNE DES VEUVES IRAKIENNES EN FAISANT UN DON

Les faucons de la Maison-Blanche se sont faits couper les ailes la semaine dernière. Un rapport du Renseignement national américain, qui regroupe les 16 principales agences d’espionnage des États-Unis, conclut que le programme nucléaire militaire iranien a été gelé depuis la fin de 2003 et qu’il n’a pas été réactivé depuis.

Une conférence pour la paix dans le monde à eu lieu à Londres le 1er décembre 2007. Lors de cet important événement une vaste sélection de conférenciers du monde entier ont pris la parole dont M. Ali Mallah, membre du Conseil d’administration d’Alternatives et vice-président de la Fédération Canado-Arabe.

A conference for peace was held in the Central Methodist Hall in London on Saturday December 1st. The Stop the War coalition invited a very wide range of speakers from around the world, including Mr. Ali Mallah member of the Board of Alternatives. Well over 1,000 attended. At the opening plenary, Andrew Murray, the chair of Stop the War (UK) introduced a number of speakers starting with the honorary president of Stop the War Tony Benn. Tony Benn said that the United Nations started off in the Central Hall 60 years ago and that the US/UK invasion of Iraq was the tearing up of (...)

Depuis la fin octobre, l’armée turque a obtenu le feu vert pour intervenir au besoin dans le nord de l’Irak. Officiellement, le pays veut prévenir les raids des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sur son territoire. Mais Ankara poursuit peut-être d’autres objectifs un peu moins avouables.

Il y a près d’un an, la Somalie, un coin perdu de l’Afrique de l’Est, était envahi une fois de plus et précipitée dans la guerre. Sous prétexte d’éradiquer des terroristes islamistes, les États-Unis et leur allié éthiopien ont bombardé, déployé des troupes, détruit des quartiers et des villes et installé un gouvernement présidé par un fantomatique personnage, Abdullahi Yusuf, qui, malheureusement, ne représente qu’une poignée de seigneurs de guerre. Son « ministre de la justice », par exemple, vient d’être « démissionné » après avoir été pris la main dans le sac en détournant plus de 800 000 dollars de (...)
Le Congressional Budget Office prévoit que les États-Unis vont dépenser un grand total de 2,4 billions de dollars pour la guerre en Irak et en Afghanistan jusqu’en 2017. Pour constater l’ampleur de ce nombre, vous n’avez qu’à rajouter 12 zéros à la fin du chiffre ! Les dépenses sont beaucoup plus grandes pour l’Irak qui accapare 80% de ces sommes.
Les éditions Fides viennent de publier, dans la collection Points chauds, un ouvrage fort intéressant qui fait réfléchir. L’intervention armée peut-elle être juste ? interroge le titre de l’ouvrage. Avis à ceux qui pourraient être tentés de répondre rapidement oui ou non : ces deux réponses sont à la fois vraies et fausses. Cette question et le problème qu’elle pose sont tout sauf simples. Neuf collaborateurs, experts canadiens et européens sur les questions relatives aux interventions armées y proposent huit articles sur les « aspects moraux et éthiques des petites guerres contre le (...)
L’auteure, Thérèse Delpech, se range résolument du côté des partisans de la ligne dure par rapport aux ambitions nucléaires de l’Iran. Même au risque de provoquer une catastrophe pire que celle qu’elle veut justement éviter. Chercheuse au Centre d’études et de recherches internationales (CERI), Mme Delpech a dénoncé sur toutes les tribunes la « mollesse » des pays européens face à un pays qu’elle baptise « le grand perturbateur ». Pour elle, l’Iran constitue une menace pour le monde et il ne faut surtout pas qu’elle en vienne à posséder l’arme nucléaire. Thérèse Delpech s’inquiète tout (...)

Au moment d’écrire ces lignes la conférence d’Annapolis sur le conflit palestino-israélien n’est pas encore terminée, mais malheureusement il ne fait aucun doute qu’elle s’inscrira, avec Madrid et Camp David, dans la lignée des rendez-vous manqués pour une solution durable à ce conflit qui dure maintenant depuis 60 ans.

Almost 60 years to the day after the United Nations adopted a resolution decreeing the partition of Palestine into two states, the Annapolis Conference is heralded as an attempt to resolve the conflict still raging between Zionist forces and the Palestinian populace.

The peace conference in a military base brings together Chiefs of State whose confrontations and wars with each other has escalated recent years. It is a context that breeds skepticism for good reason.

L’administration Bush menace de plus en plus ouvertement l’Iran d’une agression militaire. Fanfaronnade d’un président en fin de mandat ou menace réelle ? Si les États-Unis s’engagent sur cette voie, quelles conséquences pour la Perse des temps modernes ?

Un collectif composé de huit organisations, dont Alternatives, lance une campagne de mobilisation pour demander le retrait des troupes canadiennes d’Afghanistan.

In order to understand what a conference is about, one usually believes that the main question to be asked concerns who is attending. I think, however, that the real question should always been "who is not invited." A peace meeting dealing with the Israeli-Palestinian conflict in which Hamas is not invited is not a peace meeting, but a war conference against, among others, Hamas and a substantial part of the Palestinian population of the West Bank and Gaza which elected a Hamas majority in the Palestinian Legislative Council. The strategic context of the conference in Annapolis (...)

Alternatives est descendu dans la rue samedi le 27 octobre 2008 dernier pour revendiquer le retrait des troupes offensives canadiennes d’Afghanistan lors d’une journée d’action pancanadienne contre la guerre. La manifestation qui a regroupé plus de 500 personnes à Montréal malgré la pluie était organisée en collaboration avec le collectif Échec à la guerre (lien au site du collectif) et L’Alliance canadienne pour la paix.

A new movement of Iraqi widows is refusing the division of the country on sectarian lines, and rapidly building a broad alliance in favour of social and political reform, with local cease-fires and reconciliation initiatives - outside the control of the Iraqi government and their American backers.

Le mois dernier, à Kaboul, une assemblée traditionnelle de chefs tribaux de l’Afghanistan et du Pakistan a lancé un appel au dialogue avec les talibans. Cette « Jirga de paix » a même débouché sur la création d’un conseil chargé d’ouvrir les discussions.

Les 24 et 25 août, à Montréal, dans le cadre du premier Forum social québécois, les journées d’étude Alternatives recevront une vingtaine d’invités internationaux en provenance de 16 pays. Alternatives a interrogé l’un d’eux, l’économiste israélien Shir Hever, dont les travaux tentent d’évaluer le coût de l’occupation des territoires palestiniens par Israël.

L’excellent écrivain britannique William Boyd nous convie à un premier roman d’espionnage avec La vie aux aguets . L’ouvrage, à mi-chemin entre la fiction et la réalité, raconte l’histoire d’une octogénaire qui dévoile à sa fille sa véritable identité. Madame n’est pas celle qu’elle prétend être depuis toujours, mais bien une immigrée russe qui a travaillé pour les services secrets britanniques au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

En juin, à Gaza, les combats entre les deux principaux partis palestiniens, le Hamas et le Fatah, ont fait 146 victimes (dont 36 civils) et plus de 700 blessés. Ce désastre constitue malheureusement le dénouement logique de la politique catastrophique menée par la communauté internationale. Notre correspondante en Palestine fait le point.

Dans le cadre de la réunion internationale sur le droit des femmes et des filles, tenue à Nairobi, du 19 au 21 mars 2007, des défenseures et des militantes des droits des femmes provenant de tous les continents ont adopté la Déclaration de Nairobi. Le document vise notamment à aider les femmes ayant subi des violences sexuelles lors de conflits à rebâtir leur vie et à obtenir justice.

L’armée libanaise ressert l’étau sur le camp de réfugiés palestiniens de Nahr Al-Bared au nord du Liban, officiellement pour en éradiquer un groupuscule aux motivations obscures, Fatah-Al Islam. Mais dans les faits, il y a des mois que les protagonistes libanais de la guerre de l’été 2006 s’apprêtaient à en découdre.

Depuis des années, la question du Sahara occidental a pratiquement disparu des écrans radars politiques. L’Onu et le monde préfèrent regarder ailleurs.

This article traces the genesis and development of the “People’s War” in Nepal, focusing on elements of continuity in the salient features of the strategy of the PW.

KABOUL - Quand le président afghan Amid Karzaï accuse le gouvernement du Pakistan de soutenir les talibans, il dit tout haut ce qu’une majorité d’Afghans pensent tout bas. Et ses accusations ne peuvent malheureusement pas être rejetées du revers de la main.

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca