Femmes

Nawal El Saadawi, éminente féministe égyptienne, s’est éteinte le 21 mars 2021 (premier jour du printemps qui coïncide avec le jour de la fête des mères dans le monde arabe), laissant derrière elle un héritage intellectuel immense. Militante tenace, elle a longuement plaidé pour un féminisme socialiste et intersectionnel et qui se dresse avec force contre ce qu’elle a appelé le « patriarcat capitaliste ». Plus récemment, elle a participé aux soulèvements qui avaient eu lieu sur la place Tahrir en Égypte depuis 2011 et a été alors saluée comme étant « la mère de la révolution », réitérant une fois (...)
À l’ère du travail et des études en ligne, plusieurs femmes semblent accorder de moins en moins d’importance à leur apparence physique : talons hauts, pantalons serrés, bijoux, soutiens-gorge, maquillage et épilation ont été remplacés par des alternatives plus confortables ou ont carrément été abandonnés. Il est désormais fréquent de passer la journée en pyjama ou alors en tenue décontractée, en pantoufles, avec les cheveux attachés ou laissés au naturel, avec peu ou pas de maquillage, la poitrine affranchie de toute contrainte et les poils... libres de pousser. La pandémie aura (...)
« N’offrez pas de fleurs, le 08 Mars n’est pas la Saint-Valentin », gronde une bannière brandie par une manifestante qui paradait, hier, dans les rues d’Alger. Sur d’autres pancartes, on peut lire ce même message : « On n’est pas venues faire la fête, on est venues pour que vous partiez ». Comme en écho à ce slogan, la foule, composée essentiellement de femmes, des femmes de tout âge et de toute condition, scandait : « Ma djinache nahtaflou ya issaba, djina bach tarahlou ya îssaba ! » (On n’est pas venus faire la fête, on est venus pour vous obliger à partir). On l’aura compris : ce 8 mars 2020 a (...)

Une journée sans femmes. L’idée semble curieuse, elle est salvatrice. Le 9 mars [2020, NDLR], les citoyennes mexicaines vont organiser un grand mouvement de grève nationale pour protester contre les violences et les féminicides. Un « évanouissement » féministe.

12,5 milliards d’heures de travail par jour. Impayées ! Non assurées ! Invisibles ! Et dans des conditions dégradantes ! C’est autant d’heures que travaillent totalement gratuitement les femmes de notre planète dans ce que l’on peut, sans aucun doute, qualifier de plus grand hold-up de l’histoire !

Depuis le 17 octobre, le Liban est agité par un soulèvement populaire sans précédent contre le régime confessionnel, corrompu et inégalitaire. Face à cette crise, le premier ministre, Saad Hariri s’est vu obligé de donner sa démission.

Partout, on appelle les femmes à revendiquer leur corps, à l’habiter et à le montrer sans crainte et sans honte. Que ce soit à propos d’Occupation Double ou alors du dernier vidéoclip de Safia Nolin, la nécessité d’offrir une plus grande diversité corporelle sur nos écrans se fait de plus en plus pressante. Dans cette mouvance, le Journal des Alternatives a rencontré Marie-Claude Belzile, fondatrice de la page Tout aussi femme, afin de discuter de l’invisibilité des femmes à poitrine plate dans l’espace public. Journal des Alternatives (JDA) : Premièrement, merci de ce temps que tu nous (...)
Avec les femmes américaines qui se mobilisent pour dénoncer les dérives de Donald Trump, nous partageons les inquiétudes qui naissent au lendemain de l’investiture d’un président qui menace nos libertés. • Inquiétudes quant à la situation aux États-Unis • Conséquences pour les femmes aux États-Unis et dans le monde. Nous avons des raisons légitimes d’inquiétude parce que, dans l’histoire des États-Unis, l’élection de Donald Trump nous semble une régression sociale considérable. Même le Président Bush n’avait pas eu des déclarations aussi rétrogrades et réactionnaires que celles de Donald Trump ; (...)
Selon les médias, plus de 12 000 personnes étaient réunies à Trois-Rivières, le 17 octobre 2015, pour la clôture de la Marche mondiale des femmes (MMF 2015). Cette marche rassembleuse couronnait une campagne de sept mois marquée par le renforcement des relations entre la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et l’organisation Femmes autochtones du Québec (FAQ). La présidente de la FFQ, Mélanie Sarazin, souhaite s’appuyer sur ces avancées pour élargir et approfondir les solidarités qui existent entre les femmes blanches, autochtones et immigrantes. Nous l’avons rencontrée pour discuter du bilan (...)
Des-Terres-Minées ! Des territoires voués à la destruction en lien avec l’activité des auto-proclamés maîtres de cette planète, les nommés humains. Des territoires tâchés du sang de la colonisation, qui se poursuit encore 500 ans plus tard. Déterminer Classifier, catégoriser, hiérarchiser. Se dit des êtres que l’on enferme dans des boîtes hermétiques avec des étiquettes. Déterminé.es Se dit des personnes ou d’un état relié au fait d’être résolu.es, rempli.es de détermination. Déconstruire, protéger, lutter, rêver, avancer avec confiance suivant des convictions, des idéaux. La Terre Mère militarisée, (...)
L’idée qu’il n’existe plus d’inégalités de genre dans nos sociétés actuelles et que les luttes féministes ne sont, en conséquence, plus aussi pertinentes qu’autrefois refait périodiquement surface dans le discours public. Combien de fois l’une de nous s’est enlisée dans un faux débat sur la définition d’une féministe et à quoi elle peut bien servir dans un monde où la femme peut travailler, vivre seule, mettre des pantalons et se marier à d’autres femmes ? Pire, au moment même d’écrire ces lignes, deux ministres provinciales refusaient avec dédain, sinon dégoût, de se décrire en utilisant ce vilain mot (...)
Février 2016 marquera la justice guatémaltèque en plus de créer un précédent au niveau mondial. Pour la première fois, un cas de violences sexuelles commises à l’époque du conflit armé sera jugé devant une cour nationale. La Commission pour l’éclaircissement historique a reçu plus de 1 500 dénonciations de violences sexuelles subies durant le conflit armé, majoritairement par des femmes autochtones mayas. La magnitude des souffrances ne peut toutefois pas être comptabilisée, et peut facilement être estimé bien supérieure à se chiffre, d’autant plus que le caractère tabou du sujet contribue à (...)
Les femmes sont plus affectées par le manque de logements abordables. « D’abord, parce qu’elles sont plus nombreuses que les hommes à être locataires (…), mais plus globalement, en raison de leur plus grande pauvreté et des autres inégalités découlant du système patriarcal », peut-on lire dans Sortir du privé, en enjeu de société !, rédigé par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). Discrimination et manque d’aide, deux femmes en difficultés témoignent. Julie Bélanger, une sexagénaire de Lachine, a besoin de conseils. Ses accrochages avec son propriétaire l’angoissent, lui (...)
Geneviève Beaudet — Quelles ont été les grandes étapes qui ont jalonné la vie de l’association Femmes autochtones du Québec/Québec Native Women Association entre 1974 et aujourd’hui ? Quels ont été les succès, les moments plus difficiles ? Viviane Michel — En 1981, après de nombreuses représentations et à la suite d’une requête de Sandra Lovelace, une Indienne sans statut, la Commission des droits de l’Homme de l’ONU a déclaré que l’article 12(1)-b de la Loi sur les Indiens était discriminatoire envers les femmes. L’adoption de la loi canadienne C-31, en 1985, permettant aux femmes indiennes ayant (...)
Dans une vidéo du 28 avril, la directrice du Réseau d’action québécois pour la santé des femmes (RQASF), Lydia Assayag, dénonce le manque d’intérêt du gouvernement pour question de la santé des femmes. Malgré le rôle qu’ils ont joué, et jouent encore, dans la promotion et la protection des femmes, les centres de femmes sont menacés par des politiques budgétaires draconiennes, alors que les besoins de la population féminine en matière de santé ne tarissent pas. La mission des centres est de plus en plus difficile à remplir aujourd’hui, selon les travailleuses sociales. « Nous avons fait une (...)
À travers la lutte féministe au Québec, les femmes ont réussi à gravir plusieurs échelons de la société, ce qui leur ont permis de se doter d’un plus grand pouvoir et d’améliorer leur posture sociale. En s’autonomisant, elles se sont graduellement détachées de la pression domestique les gardant au foyer et ont accédé à des postes qui étaient auparavant réservés aux hommes. Toutefois, même si ces milieux s’ouvrent graduellement à elles, plusieurs obstacles subsistent. En politique, même si la porte a été ouverte aux femmes, le milieu demeure fortement masculin. Aux dernières élections provinciales (...)
C’est peu dire que les femmes au Québec ont accompli beaucoup dans le dernier siècle quant à l’égalité hommes-femmes en politique. En effet, depuis la première femme élue à l’Assemblée nationale en 1961, plus de 117 femmes sont devenues députées et ce, sans compter les réélections. Or, malgré ce net progrès, cette année encore, trop peu de femmes se portent candidates. En effet, celles-ci ne s’élèvent à pas plus de 30 % cette année. La moyenne est toutefois gonflée par Québec solidaire (QS), seul parti ayant atteint la parité avec 50% de candidates. Au deuxième rang, le Parti québécois rassemble 37 % (...)
Le regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) a adressé le 17 mars dernier un message aux quatre principaux partis en lice pour les élections générales du 7 avril prochain. Le groupe d’organismes communautaires réclame des engagements concrets de la part des partis politiques envers les victimes de violence sexuelle - une problématique actuellement occultée des débats. « La problématique des agressions sexuelles n’a pas sa place dans la campagne électorale », estime Nathalie Duhamel, coordonnatrice du RQCALACS. Pourtant, le sujet (...)
Advenant l’adoption du projet de loi 60, les employé-es des secteurs public et parapublic arborant des signes dits « ostentatoires » se verront dans l’obligation de choisir entre le port de ces signes et leur emploi. Une mesure qui semble viser beaucoup plus le hijab et le niqab que tout autre signe religieux. « Certes, les interdictions visent aussi les sikhs et les hommes juifs », affirme Yasmin Jiwani, professeure au département de communication de l’Université Concordia. Mais, poursuit-elle, « ce que je trouve intéressant en étudiant le débat et en portant attention à la question du (...)
Les appels répétés à une commission d’enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées restent sans réponse. Tremblante de froid, la main gauche active nerveusement la roulette du briquet du haut vers le bas. L’autre tient une mince chandelle blanche. Devant, des femmes se succèdent devant le micro. La foule est de plus en plus nombreuse, d’un février à l’autre. Pourtant, l’impression que nous prêchons aux converti-es demeure. D’année en année, nous sommes plusieurs à nous réunir le 14 février et le 4 octobre pour les marches annuelles en mémoire des femmes autochtones (...)
En avril 2014, les Afghans et les Afghanes retourneront aux urnes pour la deuxième fois depuis que le régime taliban a été chassé du pouvoir en 2001. Bien qu’on ait largement justifié l’invasion occidentale en Afghanistan par le devoir de sauver les femmes afghanes d’un régime oppressif, la situation des femmes se serait détériorée par rapport au moment où Hamid Karzaï est entré en fonction, selon l’ONU et le ministre des affaires féminines de l’Afghanistan. En effet, la loi « sur l’élimination des violences faites aux femmes » appuyée par Karzaï en 2009 est toujours débattue au Parlement, et (...)
Une édition mensuelle sous le thème « femmes et féminismes » afin de souligner la Journée internationale des femmes, trop facile ? Non, on n’en parlera jamais trop. Parce que se définir en tant que féministe est encore parfois perçu comme négatif. Parce qu’il y a encore trop d’antiféminisme qui circule, et que ces propos ont parfois même une tribune. Parce que statistiquement, les hommes ont encore un salaire plus élevé que les femmes. Parce que des travailleuses sont victimes d’abus et qu’il manque de volonté politique pour les dénoncer. Parce que les femmes sont victimes de violences (...)
Quand on parle de l’agriculture et de l’alimentation, on fait rarement référence au rôle clé que les femmes ont eu et tiennent encore dans la production, la distribution et la consommation des aliments. Comme tous les autres travaux de soins, la nourriture a été reléguée à l’arrière plan. Mais l’agriculture et l’alimentation sont des noms féminins et il est indispensable de rendre visible et de donner une valeur à ce que nous mangeons et à comment nous le faisons, en soulignant que cela concerne tout le monde. La culture des aliments, tout particulièrement les potagers à petite échelle, a (...)
Discrimination, pauvreté, racisme, sexisme, violence des autorités policières : les femmes autochtones canadiennes font face à diverses sphères de violence politique. Surreprésentées dans les réseaux de traite et de prostitution, elles y sont davantage victimes de violence et d’agressions. Outre les problématiques liées à la prostitution, elles font également face à plus de violence que les femmes non autochtones, comme en témoigne le cas des femmes autochtones disparues et assassinées. Malgré ces problématiques criantes, elles font face à l’apathie et au désengagement de l’État. Prostitution (...)

Femmes et Inde

26 octobre 2013
Le 26 octobre prochain aura lieu l’évènement thématique Femmes et Inde pour faire suite au séjour de recherche de maîtrise d’Isabelle Bourgeois à Mumbai. Ce sera une occasion de se plonger dans l’univers coloré et mystérieux de l’Inde, à la recherche d’un nouveau regard sur la condition des femmes indiennes. Vous êtes donc invités dès 16h à participer à cet évènement. L’évènement Femmes et Inde a des objectifs multiples : (1) la sensibilisation aux questions de droits des femmes en Inde et (2) la levée de fonds au profit de SNEHA Mumbai, organisation non-gouvernementale indienne luttant, entre (...)
Le 8 août dernier avait lieu dans le cadre du festival Pervers/Cité la seconde Marche montréalaise des lesbiennes, où plus de 1000 lesbiennes, dykes, gouines, butches, fems, studs, bis, genderqueers et trans ont pris la rue pour dénoncer la lesbophobie et affirmer la diversité de leur communauté. Pourquoi instiguer une Marche des lesbiennes alors qu’il existe déjà plusieurs festivals et évènements pour célébrer la fierté gaie ? Parce que la lesbophobie a la particularité de conjuguer homophobie et sexisme, et que les victimes de lesbophobie vivent par conséquent une double oppression, à (...)
Les participantes ont commencé leur IVe Assemblée des Femmes de La Via Campesina en proclamant “ Que vivent les femmes paysannes ! Nous sommes les mères de la souveraineté alimentaire !” Après avoir rendu hommage à la mémoire de María do Fetal, décédée l’année dernière victime de violence domestique. L’assemblée a réaffirmé l’importance d’en finir avec la violence faite aux femmes rurales et citadines. Environ 300 paysannes de tous les coins du monde se sont réunies dans un premier temps pour débattre et analyser le contexte de la crise et du capitalisme et ses conséquences sur les femmes. Après les (...)
Le mouvement Idle no more a été initié par des femmes, au Canada comme au Québec. Au Canada, Jessica Gordon, Sylvia McAdams, Sheelah McLean et Nina Wilson se sont élevées contre l’adoption du projet de loi C-45 qui modifie sans consultation les conditions d’attribution des terres autochtones tout comme la protection des eaux navigables. Au Québec, ce sont de jeunes autochtones urbaines, Mélissa Mollen-Dupuis et Widia Larivière, qui ont utilisé les réseaux sociaux avec une redoutable efficacité puisque la protestation s’est étendue comme traînée de poudre de Sept-Îles à Montréal, de Val-d’Or à (...)
Nous, femmes de tous les peuples, âges, classes et sexualités, résistons à la criminalisation croissante qui pèse sur nous, sur nos mobilisations et nos propositions. Les rues et les espaces publics sont à nous ! Nous sommes organisées en mouvements sociaux, malgré les pressions auxquelles nous devons faire face dans l’espace public. Nous persistons dans notre lutte pour des lois progressistes qui renforcent nos droits formels, malgré la répression et la violence des gouvernements et des institutions religieuses. Nous sommes toutes des femmes en résistance en célébrant les victoires que (...)
Depuis un certain temps, un nouveau vocable a envahi les médias et les espaces de discussions tant internationaux que nationaux : celui du changement climatique. Quelles sont les conséquences du changement climatique sur l’autonomisation des femmes rurales ? Comment peuvent-elles s’impliquer dans la lutte contre ce fléau ? Quelles alternatives peuvent-elles mettre en œuvre pour mettre fin à ce cataclysme écologique ? Les causes du changement climatique C’est le carbone soit le CO2 - gaz à effet de serre provenant des industries, des véhicules motorisés, des forêts, des savanes brûlées (...)

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca