Enfants

Si plusieurs se plaignent des irrégularités du système d’éducation québécois, des parents se tournent vers des écoles différentes. Trente et une écoles alternatives existent au Québec. Les parents y sont des co-éducateurs, les élèves, partie prenante des décisions, les examens, inexistants et le rythme, adaptée. Portrait de la vision des écoles alternatives au Québec. Nadia Bergeron est mère d’un garçon de six ans qui a débuté à l’école alternative à Pointe St-Charles en septembre dernier. Elle est globalement satisfaite de son expérience même si elle avoue qu’elle n’a pas été sans défi. « Les parents (...)
Adopté le 28 janvier dernier par l’Assemblée nationale, le projet de loi sur l’égalité femmes-hommes a suscité de nombreuses réactions au sein de la société française. Ce projet de loi vise entre autres à combattre les stéréotypes entre les hommes et les femmes, et ce dès l’école primaire. Manifestations, appels au boycottage, le pays a vécu un mois de débats houleux laissant parfois place à des discours réactionnaires exacerbés par une France qui fait de moins en moins confiance à son gouvernement. La place des femmes dans la société et dans la sphère privée est au centre de la nouvelle politique (...)

Amnistie internationale a révélé ce mardi 26 juillet que des milliers d’enfants au Népal étaient confrontés à des exactions et violences graves dans le conflit en cours au Népal, où rebelles maoïstes et forces de sécurité se livrent à une lutte interne brutale depuis neuf ans.

Le gouvernement d’Hugo Chavez a mis en place de nouveaux programmes pour venir en aide aux enfants de la rue qui abondent dans les grandes villes de ce pays, notamment dans la capitale, Caracas. Mille « marchés d’alimentation » (Mercados de Alimentos) assurent la distribution de nouriture aux démunis (chacun pouvant approvisionner 100 personnes). Et le gouvernement prévoit en construire 4000 autres. Les clientèles ciblées sont les enfants de la rue, les femmes enceintes et les personnes âgées. Le programme actuel vient en aide à huit millions de personnes dans les 24 États du Venezuela. (...)

Ils ont moins de 18 ans, sont exploités, maltraités et violés. Des milliers de jeunes marocains souffrent en silence. Leurs souhaits : grandir dans un milieu familial stable, avoir accès à l’éducation et être protégés par des lois effectives. Des revendications légitimes d’enfants marginalisés.

Background The inhabitants of the occupied Palestinian territories live since 1947 in bad economic and social conditions. It is also added a permanent climate of insecurity and violence. To the militarized conflict between Israel and the territories, which often lead to the repression and the violation of human rights from the state of Israel, it must be added a repression and a violation of human rights of Palestinians, committed by the Palestinian authorities. This climate of tension also results in provoking tense and violent social behaviours between members of the (...)

Tout le monde en a entendu parler : depuis le 1er janvier, les frais de garde dans les centres de la petite enfance (CPE) sont passés de 5 à 7 dollars par jour. Mais le débat provoqué autour de l’augmentation des coûts a eu pour effet de passer sous silence d’autres dispositions contenues dans la nouvelle loi 32, adoptée sous le bâillon en décembre. Selon plusieurs intervenants du milieu, c’est toute la vision du réseau des CPE qui est remise en question par le gouvernement Charest.

Contexte : Les habitants des territoires palestiniens occupés vivent depuis 1947 dans des conditions économiques et sociales déplorables. Mais à cela, s’ajoute aussi un climat d’insécurité et de violence permanent. Au conflit militarisé entre Israël et les territoires qui entraîne souvent répression et violation des droits humains de la part de l’État d’Israël, il faut additionner une répression et une violation des droits humains des Palestiniens commises par les autorités palestiniennes. Ce climat de tension a aussi pour conséquence de susciter des comportements sociaux tendus et violents (...)

À 19 ans, la cinéaste Anaïs Barbeau Lavalette s’est acheté un billet d’avion en direction du Honduras. Elle a travaillé là-bas pendant un an dans un bidonville où elle a monté une version du Petit Prince avec 12 enfants. « C’est à partir de ce moment que j’ai saisi l’importance de l’engagement social pour moi. »

Emprisonnement des mineurs de 13 ans dans des Centres éducatifs fermés, suspension des allocations familiales pour leurs familles, création du délit d’outrage à enseignant pouvant entraîner 6 mois de prison, renforcement des sanctions en cas d’absentéisme scolaire (qui devient un délit passible pour 4 demi-journées d’absence dans le même mois de 2000 euros d’amende). Autant de mesures des lois Perben (le ministre de la Justice) qui visent clairement la criminalisation des familles les plus pauvres et signifient le désengagement de l’état et de la société envers les plus démunis.

« Nous sommes tous égaux, tous / Contrairement à nous, ils deviennent soldats / Ils ne vivent pas en paix / Ils sont forcés à faire la guerre / Pensez-vous qu’ils n’ont pas peur ? »

Eight years ago Jean-Francois Boivin and Elise Roy, both medical doctors and public health specialists, took on a rather challenging and unconventional research project. In 1994, they joined forces to explore the possibility of studying the health concerns of Montreal street youth.

It is well known that Sub-Saharan Africa is dealing with an HIV/AIDS pandemic that is skyrocketing out of control. But behind the statistics, which show that in some areas one in four people are already infected with the deadly virus, is another problem - those who are left behind. The millions of children struggling to grow up without parents.

Thèmes

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca