Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Racisme, meurtre et légitime défense : le cas de Colten Boushie

Arij Riahi, 11 février 2018

Le Canada anglais s’enflamme actuellement autour du cas de Colten Boushie.

Boushie est un Cri de la Première nation de Red Pheasant dans l’Ouest de la Saskatchewan tué en 2016 par une balle à la tête à l’âge de 22 ans sur une ferme près de la municipalité rurale de Biggar. Gerald Stanley, le fermier de 56 ans accusé de meurtre au deuxième degré du jeune Boushie, a été acquitté par jury ce vendredi dernier après une quinzaine d’heures de délibérations. L’affaire a fait écho jusque dans les salles de rédaction du New York Times et du Guardian. Le procès hautement médiatisé avait soulevé plusieurs questions, dont celle du racisme envers les autochtones, mais également celle de la légitime défense.

Le 9 août 2016, Stanley loge de sa ferme un appel aux policiers qui découvriront sur les lieux le corps de Colten Boushie. Le lendemain, la GRC publie un communiqué de presse indiquant que Boushie faisait partie d’un groupe de jeunes dans un véhicule ayant pénétré la propriété de Stanley et qu’une enquête concernant un possible vol étaient en cours. En réponse, les jeunes qui accompagnaient Boushie indiquent qu’ils visaient plutôt à regagner la réserve après un après-midi de nage, mais qu’une crevaison les a forcé à s’arrêter à la ferme de Stanley pour demander de l’aide.

Très vite, le débat s’est polarisé. Plusieurs se sont portés à la défense de Stanley sur les réseaux sociaux à coup de commentaires envers la criminalité des autochtones. La situation s’est envenimée à un point tel que Brad Wall, alors premier ministre de la Saskatchewan, a cru rappeler au peuple, sur son compte Facebook, que les commentaires racistes et haineux sont dangereux et inacceptables en société civile.

En mars 2017, l’Association des municipalités rurales de la Saskatchewan (SARM) a résolu à la quasi unanimité de demander au gouvernement fédéral d’élargir la portée de la législation sur la légitime défense pour permettre aux résidents de mieux protéger leur propriété. En d’autres terme, ceci revenait à demander une forme d’immunité contre les procédures judiciaires lorsqu’une personne en blesse une autre dans le but de défendre sa personne ou sa propriété. Devant les élans de vigilantisme, autant la GRC que le Ministère de la justice de la Saskatchewan ont dû intervenir pour rappeler qu’un citoyen ne peut pas se faire justice soi-même.

Les forces de l’ordre ont aussi été pointées du doigt pour plusieurs problèmes de rigueur tout au long des procédures. En octobre 2016, il est révélé que la GRC a égaré la voiture dans laquelle Colten Boushie est mort avant que les avocats de sa famille puisse l’examiner. En décembre 2016, la famille dépose un plainte alléguant que les policiers de la GRC avait demandé à la mère de Colten si elle était ivre quand ils sont venu lui annoncer le décès de son fils.

Le verdict de non culpabilité de Stanley choque, dérange et divise. Au procès, Stanley a témoigné que “Boom, le coup est juste parti”. Son avocat décrit l’événement comme un “bizarre accident”. En même temps, dans une autre province, un autre homme subit son procès pour le meurtre de Tina Fontaine, cette adolescente retrouvée dans la Rivière Rouge et dont l’affaire avait pavé la voie vers la commission d’enquête sur les femmes autochtones disparues et assassinées.

Parler d’un climat tendu serait de l’ordre de l’euphémisme. Depuis vendredi, de nombreuses voix autochtones se positionnent sur le verdict Boushie. La question du jury entièrement blanc revient maintes fois sur la table. Aurait-il fallu assurer présence autochtone parmi les jurés ? Plusieurs manifestations sont maintenant organisées dans différentes grandes villes du Canada. Celle de Montréal ce tiendra mardi le 13 février 2018.

Dans une rare tournure d’événement en matières criminelles, autant le premier ministre Justin Trudeau que la Ministre fédérale de la justice Jody Wilson Raybould ont commenté le verdict pour offrir leurs sympathies à la famille de Boushie. Ceux-ci sont maintenant attendus à Ottawa pour une rencontre avec le cabinet Libéral.

C’est toutefois Wab Kinew, chef du NDP du Manitoba, qui a su résumé l’affaire Boushie en termes aussi succincts que tragiques. "Ça pourrait être moi", a-t-il lancé. Une parole qui ne peut qu’évoquer le “If I had a son, he’d look like Trayvon” de Barack Obama.


Voir en ligne : Campagne de socio-financement pour la famille Boushie


Twitter @helloarij

Blogues

+