Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

<p>Partenaires</p>

Mener une campagne électorale… à cheval

Anne Gabrielle Ducharme, 9 août 2015

La course électorale a commencé. Une course. C’est bien le terme utilisé par les médias pour parler de cette campagne. « Un marathon électoral qui durera 78 jours » (1)a titré le Journal de Montréal le 3 août dernier. « Un marathon électoral de 79 jours » (2) titrait le Devoir. C’est un « marathon » qui vient de débuter et comme pour tout marathon, une stratégie doit être déployée. Il ne s’agit pas d’être celui qui a le plus long souffle, mais bien d’être celui qui sait le gérer.

Or depuis le début de la campagne, c’est cette gestion du souffle qui attire les journalistes. L’attention médiatique tourne plus autour du surnom des candidats, de résultats de sondages et de prémonitions sur le dénouement de la campagne qu’autour d’idées et de propositions.

Cette question du traitement de la forme plutôt que du fond en temps de campagne électorale par les médias et a été théorisée sous le nom de « horse racing » (course de chevaux). Ce concept consiste à ce que les journalistes se réduisent au statut de commentateur d’une course menée par les politiciens. Sans adopter une attitude réductrice à l’égard des courses de chevaux (qui peuvent certes être divertissantes), leur contenu est somme toute assez sommaire.

Les journalistes adoptent ainsi un cadrage non pas axé sur les politiques publiques et les problématiques de fond, mais sur les stratégies employées par les politiciens et leurs stratèges. Cet angle prisé par les médias a entre autres comme conséquence de traiter les citoyens comme des spectateurs. Pourtant en démocratie le citoyen est un électeur, ce qui fait de lui un acteur actif (théoriquement) dans le déroulement de la politique. Il ne se contente pas d’applaudir ou de huer.

Par exemple

Pour ceux qui se demande en quoi consiste un traitement médiatique axé sur le jeu politique plutôt que les idées, on peut penser au sondage sorti cette semaine de la firme torontoise Forum Research dont les résultats annoncent que le NPD bénéficie d’une avance de onze points sur les conservateurs dans les intentions de vote. Le quotidien La Presse a même fait dudit sondage une nouvelle à part entière (3). Pourtant, en creusant un peu, on voit bien que les résultats de ce sondage ne peuvent être que très approximatifs : il a été réalisé un dimanche après-midi par téléphone (il est important de préciser qu’il s’agit de ligne de téléphone fixe, concept qui on le sait, est de moins en moins populaire.) Qui donc a bien pu répondre à ce sondage ?

On peut aussi penser aux nombreux débats sur la meilleure façon « d’expulser » les conservateurs d’Ottawa. Pourtant, cette question de vote stratégique ne fait que mettre en lumière l’inefficacité de notre mode de scrutin uninominal à un tour, et les lacunes démocratiques qu’il présente. Pourquoi alors, plutôt que de multiplier les lettres d’opinion sur la façon d’orienter son vote, ne pas s’attaquer au problème de fond. Pourquoi ne pas questionner que l’on contraigne les citoyens élections après élections à voter de façon « stratégique » et non en fonction de leur opinion sur les plateformes électorales ?

Être vigilant

Plutôt que de se gargariser durant les 70 et quelques prochains jours de nouvelles constituées de commentaires, de résultats de sondages à la méthodologie douteuse et de combats de boxe (au sens littéral et figuré), essayons de s’informer sur l’avenir de notre environnement, de nos institutions politiques et de la gestion de notre pays. Consultons les plateformes des partis politiques. Lisons des articles de fond. Laissons courir les chevaux : cessons d’être spectateurs.


Notes :

1 Charles-Antoine Gagnon, « Un marathon électoral qui durera 78 jours », 3 août 2015, http://www.journaldemontreal.com/2015/08/02/un-marathon-electoral-qui-durera-78-jours
2- Philippe Orfali, Guillaume Bourgault-Côté, Hélène Buzzetti, « Un marathon électoral de 79 jours », 30 juillet 2015, En ligne : http://www.ledevoir.com/politique/canada/446344/un-marathon-electoral-de-79-jours
3- Louis-Samuel Perron, « Le NPD détient une forte avance, selon un sondage », 3 août 2015, En ligne : http://www.lapresse.ca/actualites/elections-federales/201508/03/01-4890117-le-npd-detient-une-forte-avance-selon-un-sondage.php