Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Forum Social Mondial 2015 : quatre questions à Abderrahman Hedhili

Abderrahman Hedhili, 16 janvier 2015

À trois mois de la prochaine édition du Forum Social Mondial (FSM) qui aura lieu à Tunis, Tunisie. Abderrahman Hedhili, coordinateur du comité d’organisation du FSM 2015 et président du Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux (FTDES) fait le point sur la situation politique, les mouvements sociaux et la question climatique en Tunisie.


Dans cette période post-électorale [1], que signifie pour la Tunisie accueillir à nouveau le Forum Social Mondial ?

Deux grandes questions se posent en Tunisie aujourd’hui. La dernière décennie, avant la révolution, fut marquée par les mouvements sociaux. D’abord avec des mouvements qui se sont déclenchés en 2002-2003 dans le secteur textile. Puis, le grand tournant est arrivé avec le mouvement du bassin minier. La révolution, elle-même, portait des revendications d’ordre social. Le profil des martyrs, des blessé, est celui de personnes venant des régions les plus pauvres du pays. Ce sont des gens pauvres qui se sont révoltés pour des revendications sociales. Et la question sociale reste un axe majeur pour les mouvements sociaux aujourd’hui.

La deuxième question qui se pose aujourd’hui, est liée à la question économique et sociale, c’est celle de la situation dans le monde arabe, du terrorisme, de la paix, de la guerre… Donc je crois que l’on a deux grands axes qui seront au centre des débats pour les tunisiens, partagés avec d’autres mouvements sociaux. Celui des droits sociaux, et celui de la paix et des conflits armés.

Depuis la révolution, les gouvernements différents gouvernement furent libéraux. Ainsi, la question économique et sociale, était absente du débat national. C’est-à-dire dans la sphère politique, pour le gouvernement et pour Nidaa Tounes qui a été élu aux dernières législatives... Si on regarde la composition du parlement actuel, la majorité est constituée de libéraux. De plus, les hommes d’affaires sont arrivés dans ce parlement. C’est la même politique menée depuis Ben Ali qui continuera. Les classes moyennes et les classes populaires vont payer seules les factures des crises.

Donc c’est un débat profond qui est ouvert pour les mouvements et les acteurs sociaux Tunisiens. Il leur faut se préparer pour une nouvelle phase avec le nouveau gouvernement à venir.

D’autre part, d’autres questions se posent. L’émigration qui, aujourd’hui, touche surtout les jeunes, est largement due à la question économique et sociale. Les difficultés poussent les jeunes vers l’émigration clandestine. Le salafisme, le djihadisme, le terrorisme sont également reliés à la question économique et sociale.

Toutes ces questions brûlantes intéressent directement les mouvements sociaux tunisiens.

Quel fut l’apport du Forum Social de 2013 à ces mouvements ?

Lors de la dernière décennie, Ben Ali était au pouvoir. Le mouvement altermondialiste, la dynamique maghrébine et la dynamique mondiale, ont soutenu les mouvements sociaux d’avant la révolution. La solidarité avec les militants du bassin minier au cours de leurs procès, avec les mouvements du secteur textile…

La dynamique tunisienne a la spécificité d’avoir toujours été en lien avec des mouvements de terrain, des protestations, des mouvements sociaux... C’est dans cette optique que l’on poursuit la préparation du FSM de 2015.

Nous essayons au maximum dans le cadre des mobilisations d’aujourd’hui, de faire en sorte que les acteurs sociaux du terrain soient présents pour le prochain Forum. Pour débattre de leurs causes, de leurs revendications, pour développer leurs réseaux et discuter de ce qu’ils pourront faire ensemble après le FSM.

Cette fois-ci, le débat est plus profond qu’en 2013 concernant l’impact de ce Forum. C’est vrai qu’il y avait des acteurs sociaux qui étaient présents en 2013, avec plusieurs dynamiques fortes, notamment la dynamique Femmes. Mais nous avons réalisé une évaluation interne et il est apparu qu’en 2013 nous étions particulièrement préoccupés par la question organisationnelle. Mais cette fois-ci, nous avons l’expérience de l’organisation d’un FSM, donc nous mettons le focus sur l’implication dans le prochain forum des acteurs sociaux de terrain, avec leurs causes, leurs mouvements… La dernière fois, la question de l’organisation nous a pris beaucoup de temps. Il y a eu une importante mobilisation de la société civile tunisienne et des acteurs sociaux. Mais il nous semble prioritaire de travailler davantage avec les acteurs et les mouvements de terrain pour cette fois-ci.

Quelles sont les attentes des mouvements tunisiens vis-à-vis des mouvements internationaux qui seront présents pour le FSM ?

Aujourd’hui on n’est pas seuls à Tunis. On est reliés les uns aux autres.

Les politiques néolibérales ont des conséquences aujourd’hui en Tunisie. La question de la Banque Mondiale, du FMI et leurs politiques en Tunisie, la politique européenne vis-à-vis des pays du Sud… Beaucoup de questions se posent qui doivent être discutées et approfondies par le débat avec les autres mouvements internationaux. Car toutes ces questions qui nous touchent directement touchent aussi les autres acteurs en Europe, en Amérique Latine, en Asie ou en Afrique. Donc on va essayer d’approfondir le débat sur toutes ces questions et faire en sorte de s’organiser ensemble pour la suite. Cela permettra d’y voir plus clair. Peut-être de développer des campagnes et des plans d’action, des agendas en commun pour ce qui vient après le FSM…

Un des rendez-vous suivant sera la COP21 [2] à Paris en décembre 2015. Comment la question climatique se pose en Tunisie ? Quelle réponses sont portées par les mouvements sociaux ?

Par notre observatoire social [3], nous avons constaté que la question principale dans les mouvements jusqu’à présent était celle de l’emploi et du développement. Le chômage, la pauvreté… Mais ces derniers temps, des mouvements sont nés autour des questions de pollution, d’environnement… C’est surtout le cas à Djerba, à Gabès, à Sfax et dans la baie de Monastir. C’est une question qui n’est pas posée par des intellectuels dans des séminaires. Elle est posée par des mouvements spontanés nés ces six derniers mois. Ce sont des mouvements de masse concernant la question de l’environnement.

Nous allons organiser un forum thématique concernant l’environnement car c’est une question qui est présente dans la dynamique des mouvements sociaux tunisiens. Elle doit donc être posée.

Ce forum thématique sera l’occasion de faire se rencontrer tous ces acteurs de Gabès, de Djerba, du bassin minier, pour une ou deux journées, afin de développer notre vision commune de cette question. Ce forum aura lieu avant le FSM pour mobiliser les différents acteurs, et faire en sorte qu’ils soient actifs ensuite au cœur du Forum Social Mondial.

Propos recueillis par Nils Loret


Voir en ligne : Publié sur ATTAC France


Notes

[1] Les tunisien-ne-s ont élu leur parlement en octobre 2014 et leur président de la République deux mois plus tard, en décembre.

[2] Conférence des Nations-Unies sur le Changement Climatique

[3] Le FTDES est porteur d’un projet appelé Observatoire Social Tunisien visant à produire et mettre à disposition des mouvements sociaux des connaissances, renforcer les capacités de plaidoyer, améliorer la responsabilité sociale et environnementale, mettre en place des projets solidaires d’alternatives au développement.