Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Les Premières Nations de Colombie-Britannique réussiront-elles à faire annuler le Northern Gateway dans l’Ouest canadien ?

24 juillet 2014

Peut-être bien. Le 17 juin der­nier, le gou­ver­ne­ment Harper ap­prou­vait le projet de pi­pe­line et de ter­minal pé­tro­lier du Nor­thern Ga­teway en se ca­mou­flant der­rière les 209 « condi­tions » im­po­sées par la Com­mis­sion na­tio­nale de l’énergie dont celle de « consulter » les Au­toch­tones, et ce, malgré l’opposition de la ma­jo­rité des ci­toyens de Colombie-Britannique. Quelques se­maines plus tard, le projet bat sé­rieu­se­ment de l’aile, une ex­cel­lente nou­velle pour les mil­lions de per­sonnes qui sou­haitent que l’État ca­na­dien se sorte de la pé­troé­co­nomie. Or, il est bien pos­sible que l’approche stra­té­gique concertée des Pre­mières Na­tions (PN) soit un fac­teur clé dans cette lutte. C’est du moins ce que nous laissent es­pérer les ré­cents évé­ne­ments de Colombie-Britannique. Peut-on s’en ins­pirer dans l’Est ? Dans la pers­pec­tive où nous se­rons ap­pelés à nous ren­con­trer toutes et tous, Au­toch­tones, Qué­bé­coisES et Ca­na­dienNEs, lors du Forum so­cial des peuples à Ot­tawa du 21 au 24 août, il se­rait peut-être utile d’étudier un peu mieux ce qui s’est passé en Colombie-Britannique.

De­puis quelques dé­cen­nies, les PN du Ca­nada semblent uti­liser une stra­tégie plutôt ju­di­cieuse de re­ven­di­ca­tion à trois vo­lets pour pro­téger leurs ter­ri­toires an­ces­traux, leur culture et leur langue. En pre­mier lieu, plu­sieurs com­mu­nautés, ap­puyées ou non par leur conseil de bande, mènent des ac­tions di­rectes et par­ti­ci­pa­tives (blo­cages de routes, ma­ni­fes­ta­tions et danses, longues marches de so­li­da­rité) qui sont sou­vent spon­ta­nées. Elles sont ef­fi­caces à court terme pour sou­lever l’attention du pu­blic et mo­bi­liser les com­mu­nautés, et sont sou­vent me­nées par des femmes et des jeunes. Il ar­rive ce­pen­dant que ces ac­tions « dé­rapent » vers la vio­lence, ce qui cause en­suite beau­coup de souf­frances dans les com­mu­nautés. Ex. : la crise d’Oka. Les ins­tances of­fi­cielles des PN (conseils de bande, conseils de chaque na­tion ou conseils tri­baux, As­sem­blée des Pre­mières Na­tions du Québec et du La­brador, etc.) mènent des ac­tions po­li­tiques qui visent à faire avancer le dia­logue po­li­tique avec les élus et à in­fluencer les po­li­tiques pu­bliques en uti­li­sant les ca­naux de la concer­ta­tion et de la re­pré­sen­ta­tion ainsi que les mé­dias pour ac­cé­lérer les revendications.

Mais sur le plan po­li­tique, la concer­ta­tion inter-na­tions n’est pas simple dans le monde au­toch­tone, car les PN ont des réa­lités très va­riées sur le plan culturel, lin­guis­tique, géo­gra­phique et éco­no­mique. Elles n’ont pas toutes les mêmes prio­rités ni les mêmes forces or­ga­ni­sa­tion­nelles. Cette non-solidarité fra­gi­lise l’action po­li­tique au­toch­tone. Les ac­tions juridico-constitutionnelles sont des ac­tions à long terme qui visent à faire re­con­naître les droits fon­da­men­taux des PN tel qu’exprimés dans la Dé­cla­ra­tion des Na­tions Unies sur les droits des peuples au­toch­tones (DNUDPA) ou la Pro­cla­ma­tion royale, par exemple, et se règlent à la Cour su­prême du Ca­nada, la­quelle re­dé­finit alors le droit ter­ri­to­rial au­toch­tone na­tional, voire in­ter­na­tional. Même s’il y a eu plu­sieurs avan­cées ces der­nières an­nées – comme la DNUDPA — la ju­di­cia­ri­sa­tion des re­la­tions entre les Au­toch­tones et l’État ca­na­dien n’a pas que des avan­tages, les cher­cheurs rap­pe­lant avec raison son ex­trême len­teur, son coût très élevé en frais ju­ri­diques, sans ou­blier la dis­tance que les ju­ge­ments creusent entre les PN et la so­ciété ca­na­dienne. Suite au ré­cent ju­ge­ment William (27 juin), par exemple, un ju­ge­ment qui a fait ju­ris­pru­dence en re­con­nais­sant pour la pre­mière fois le titre ter­ri­to­rial an­ces­tral (pas seule­ment le ter­ri­toire de la ré­serve) de la na­tion Tsilhqot’in de BC, un com­men­ta­teur de notre radio d’état fran­co­phone men­tion­nait de façon dé­sin­volte « J’espère qu’ils (les PN) se gardent une “p’tite gêne” pour ne pas cé­lé­brer trop fort LEUR vic­toire ». Enfin, plus ré­cem­ment, on as­siste à l’émergence d’une nou­velle gé­né­ra­tion de mou­ve­ments d’action col­la­bo­ra­tive entre les PN et les Qué­bé­cois et les Ca­na­diens, comme Idle no more/Fini l’inertie, une mixité qui en­cou­rage l’amitié et la re­con­nais­sance mu­tuelle de l’Autre.

Com­ment cela s’est-il passé en Colombie-Britannique ? Toutes les ac­tions semblent avoir convergé ef­fi­ca­ce­ment vers le même but dans l’espace et dans le temps : ar­rêter les pi­pe­lines. En pre­mier lieu, les ins­tances po­li­tiques au­toch­tones ont réussi à faire un front commun et ont an­noncé clai­re­ment leur op­po­si­tion au pi­pe­line. Quelques jours plus tard, les femmes de la na­tion Gitga’at, ap­puyées par de nom­breuses autres femmes is­sues des PN ou du Ca­nada, me­naient à terme une mer­veilleuse « Chain of Hope » tri­cotée de plus de 20,000 pieds (6212 m), blo­quant sym­bo­li­que­ment le canal Dou­glas en canot avec une longue bande de laine mul­ti­co­lore sertie de photos d’enfants et de mes­sages. Au même mo­ment ou presque, la Ville de Van­couver « avouait » pu­bli­que­ment se si­tuer sur un ter­ri­toire au­toch­tone non cédé. Et force est d’admettre que la ré­cente dé­ci­sion de la Cour su­prême est tombée juste au bon mo­ment pour être uti­lisée contre l’invasion des pipelines.

Alors oui ! Il y a lieu d’espérer que nous pour­rons ga­gner la lutte contre les pi­pe­lines et le dé­ve­lop­pe­ment de la pé­troé­co­nomie au Ca­nada… mais seule­ment si ce « nous » in­clue les PN, les Qué­bé­cois et les Canadiens.