Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

A Saint-Gobain, l’anarchique assemblée réunit les villageois « pour vivre bien »

Lorène Lavocat, 21 juin 2014

Depuis un an à Saint-Gobain (Aisne), un groupe de citoyens se réunit chaque mois pour proposer, débattre et mettre en place des « idées pour vivre bien ». Ce bel exercice de démocratie directe peine pourtant à s’étendre. L’assemblée villageoise doit composer avec les réticences de la mairie, mal à l’aise devant ce mouvement spontané.

- Saint-Gobain (Aisne), reportage

Un faible soleil de fin de journée filtre à travers les nuages. Les participants arrivent peu à peu sur la petite place, leur chaise pliable à la main. Entre deux arbres, une banderole colorée indique « Assemblée villageoise ». Les riverains sortent sur le perron, observent l’étrange affluence, mais ils n’osent pas avancer. Pourtant le rendez-vous est ouvert à tous, et des tracts ont été déposés dans les boîtes aux lettres des 2500 habitants du village.

Les habitués sont tous présents. Denis, avec sa queue de cheval grisonnante, Sandrine, enroulée dans un poncho, Jean-Marie, assis confortablement dans un siège de camping, Béatrix et sa longue jupe à fleurs, Fabien, allongé dans l’herbe...

Ils sont une vingtaine à s’installer en cercle autour du tableau paperboard. Regards alentour pour guetter de nouveaux arrivants. Mais personne ne s’approche. Denis est chargé ce soir de distribuer la parole. « De quoi on parle ? », demande-t-il.

Un conseil municipal alternatif ?

« Samedi, on a voulu aller défricher la place Saint-Laurent comme prévu, commence Arnaud. Mais la mairie nous a interdit de le faire et nous a demandé d’arrêter. » Murmures dans l’assistance. Depuis quelques mois, le sujet revient régulièrement sur la table. Les relations avec les élus (majoritairement de gauche) se tendent. Et cet accrochage n’est que le dernier d’une série d’incompréhensions et de malentendus.

« C’est vrai qu’on n’avait pas demandé l’autorisation », tempère Camille. « Ils ne veulent pas que d’autres se mêlent et participent à la vie politique », grogne Denis. « Ils aimeraient qu’on soit une association, pour avoir un cadre, analyse Charlotte, la vingtaine. Mais on n’entre pas dans les cases. » La mairie, contactée par Reporterre, répond « n’avoir aucun commentaire à faire sur cette assemblée. »

Comme les Indignés d’Espagne ou les mouvements citoyens d’occupation, l’Assemblée villageoise refuse en effet de s’organiser selon un cadre juridique, pour ne pas « s’enfermer ». Mais cette volonté anarchique déconcerte les élus, qui ne savent pas comment considérer le mouvement : comité de quartier, groupe d’opposition, réunion informelle d’habitants ou conseil municipal alternatif ?

« Vous avez une image négative de cette municipalité, tempère Jean-Marie. Elle n’est pas contre nous, elle souhaite surtout avoir des interlocuteurs. » Car l’Assemblée ne dispose ni de bureau, ni de porte-parole.

Parfois, Assemblée villageoise et conseil municipal avancent main dans la main, comme lors de la journée des Gobageosies de printemps, ou de la fête de la musique. Alors que faire ? « On pourrait organiser une rencontre avec eux, ou désigner des interlocuteurs », propose un participant.

Et surtout, « on ne doit pas perdre de vue notre objectif principal, rappelle Juliette, emmitouflée dans un pull en laine trop grand pour elle. Nous ne sommes pas là pour concurrencer la mairie dans son rôle de gestion, nous sommes là pour réaliser des idées concrètes pour améliorer la vie des villageois. »

« Comment vivre bien à Saint-Gobain »

Tout commence début 2013. Gaël et Charline participent à des débats citoyens. Ils se retrouvent avec d’autres pour échanger autour de thèmes de société. Emballés par l’expérience, ils ont l’idée d’appliquer ce modèle à l’échelle du village.

2 500 habitants, une épicerie bio, un bar PMU, et une quarantaine d’associations. Malgré les 36 % de votes en faveur de Marine Le Pen lors des élections européennes de 2014, la commune vote traditionnellement plutôt à gauche.

Surtout, depuis une dizaine d’années, Saint-Gobain bruisse d’initiatives sociales ou écologiques : festival de solidarité avec l’Afrique, Amap, Système d’échange local... Le terrain paraît donc propice. Avec un groupe d’amis, ils décident donc de lancer un rendez-vous régulier entre habitants.

La première réunion a lieu en avril 2013, au PMU du coin. « Nous étions une trentaine, tous très enthousiastes », se rappelle Béatrix. L’Assemblée villageoise prend forme, avec un leitmotiv : « Comment vivre bien à Saint-Gobain ».

Depuis, le groupe se rassemble une fois par mois, sur les places ou à l’abri du stade. Défrichement des sentiers, organisation de fêtes, verger pédagogique... Au fil des projets qui éclosent, la magie de la démocratie directe semble opérer. Des retraités et des familles rejoignent le premier cercle. Et ce qui aurait pu paraître comme la lubie anarchiste d’un groupe d’amis alternatifs se transforme peu à peu en rassemblement régulier et organisé.

Certains viennent parce qu’ils voient dans cette Assemblée le système politique de demain. « On sent bien qu’on arrive au bout d’un truc, estime Charlotte. Ici, on essaye de trouver autre chose. » D’autres apprécient surtout la rencontre et l’échange avec d’autres habitants. « Ca crée du lien social, explique Béatrix. Il y a des jeunes, des vieux, avec des opinions différentes, c’est riche. »

Des jeux pour enfants et des ateliers sur le tri

Retour sur la pelouse humide de la place de la Terrière. Sur le paperboard, Gaël tente de résumer en quelques mots les idées qui fusent. « J’aimerais bien qu’on fasse des jeux pour enfants », lance un participant. « Et pourquoi pas un jardin partagé ? », renchérit un autre. « Il faudrait planter des arbres fruitiers et des fleurs », propose-t-on aussi.

Aucune proposition n’est a priori rejetée. L’Assemblée fonctionne suivant le principe du consensus. « S’il n’y a pas d’opposition forte et argumentée, c’est adopté, explique Gaël. Car qui ne dit mot consent. » Pas de vote, sauf en cas de clivage évident.

« Nous n’avons pas vraiment réfléchi à la théorie sur la manière de faire, on expérimente, précise Fabien. On n’a pas lu de bouquins sur la démocratie directe, on s’est plutôt inspiré de nos expériences à chacun dans les associations ou dans les mouvement citoyens. »

Une fois les idées émises, place à la pratique. « Il faut partir de ce qu’on veut faire, puis seulement après, on voit comment on peut faire pour y parvenir », observe Charlotte. Ainsi, la construction de jeux d’enfants peut paraître a priori infaisable. Mais la créativité citoyenne semble avoir réponse à tout. Les normes ? « Je propose d’aller en discuter avec le bureau local de l’ONF (Office national des forêts) pour voir si on pourrait faire des jeux en bois. Un cercle de rondins, ça doit pas être compliqué », propose Fabien. Le financement ? « On n’a qu’à vendre des confitures, j’ai plein de pots chez moi ! », lance Bernard.

Pour mener à bien ces projets, des commissions se constituent. Leurs membres impriment les centaines de tracts à leur bureau, puis se retrouvent le soir en petit groupe dans un salon.

Un risque d’enfermement ?

La nuit est tombée, mettant fin à plus de deux heures de discussion. Chacun rentre chez soi. Un petit groupe, celui des « fondateurs », se réunit chez Denis et Béatrix, autour d’un verre de cidre maison. « Nous n’étions quand même pas très nombreux », soupire Gaël.

Ils ont beau se dire qu’ils continueront « tant qu’on est plus de dix-neuf, le nombre d’élus au conseil municipal », la déception pointe. « Il y a un noyau de membres engagés, mais on peine à élargir aux autres habitants », constate Fabien. Certaines Assemblées ont réuni jusqu’à quatre-vingt personnes, mais depuis le printemps, l’affluence diminue régulièrement.

« Est-ce qu’on va continuer comme ça longtemps ? », s’interroge Gaël. Pour Béatrix, « l’important n’est pas le nombre de personnes qui viennent, mais le nombre de personnes qui nous soutiennent. » Et les villageois semblent apprécier.

Denis raconte le sourire et les encouragements reçus lors des tractages. « Tout le monde apprécie les projets qu’on met en place ». Le succès des Gobageoises de printemps semble conforter cette thèse. Mais le risque d’enfermement existe. « Il ne faut pas qu’on ne soit qu’une bande d’amis », estime Fabien.

Pour relancer la participation, l’Assemblée se « délocalise » : chaque mois, elle se tient dans un nouveau quartier. Et surtout, elle veut multiplier les chantiers participatifs. Pour défricher, construire, réhabiliter. « Il faut montrer qu’on peut changer les choses concrètement », assure Charlotte. Monter que dans l’Aisne, il n’y a pas que le déclassement social et le Front national.


Voir en ligne : http://www.reporterre.net/spip.php?article6037
Crédit photo Lorène Lavocat