Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Coupures en alphabétisation ou le combat du gouvernement Harper contre la société civile !

Ronald Cameron, 3 juin 2014

Depuis ce dimanche 1er juin, de nombreux groupes qui soutiennent le développement de l’alphabétisation et des compétences des adultes au Canada et au Québec ne bénéficient plus du financement du gouvernement du Canada ! En effet, le Bureau de l’alphabétisation et des compétences essentielles (BACE) du Canada vient d’informer, tout récemment, plus d’une douzaine d’organisations nationales canadiennes et provinciales qu’ils ne pourront plus compter dorénavant sur le financement public fédéral.

Selon le ministre Jason Kenney, ministre fédéral de l’Emploi et du Développement social et ministre du Multiculturalisme, de qui relève le BACE, le gouvernement fédéral doit privilégier les projets versus les administrations des organisations : on déplore que le financement public serve à soutenir le fonctionnement des organisations, « pour couvrir les coûts d’administration et de recherche » au lieu de financer des projets locaux !

Le BACE avait indiqué aux organismes qu’il réviserait le financement du réseau que l’administration fédérale avait souhaité développer par les années passées, dans une approche partenariale. Il les invitait à formuler de nouvelles demandes, afin de procéder à une réorganisation plus administrative que politique. Des collaborations se sont mises en place. Par exemple, trois organismes connus au Québec, le Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF), le Centre for Literacy, qui dessert les organismes de la minorité anglophone du Québec, et le Réseau pour le développement de l’alphabétisme et des compétences (RESDAC), qui regroupe des organismes des minorités francophones au Canada, viennent de perdre la totalité de leur financement provenant du BACE.

Ces derniers jours, le chat est sorti du sac ! Le ministre Kenny a confirmé une approche idéologique du financement public de l’action en alphabétisation et en développement des compétences. On retrouve, dans sa politique, toute celle du gouvernement Harper concernant les organismes de réseautage, ceux de la deuxième et troisième ligne comme on dit, ceux qui structurent et nourrissent les organismes d’intervention au niveau local, ceux qui font du plaidoyer et de la représentation auprès des instances politiques, en vue d’exprimer les besoins des organismes de première ligne et de transmettre les demandes de soutien de ces organisations.

Depuis plusieurs années, le gouvernement fédéral s’acharne à casser la société civile. Ce n’est pas une question de compression budgétaire, bien qu’il faille continuellement créer une panique pour rembourser la dette et nourrir les banques. Tour à tour, les réseaux féministes, ceux de la solidarité internationale, de la défense des droits, même les réseaux scientifiques ou, « pire encore », les « terribles réseaux écologistes et environnementaux qui sont contre les sables bitumineux », ont vu leur financement aboli ! De plus, le gouvernement Harper n’oublie pas les syndicats qui bénéficient toutefois d’un financement autonome et indépendant. Tout est mis en œuvre pour réduire leur capacité d’agir.

Heureusement, il y a ce Forum social des peuples qui doit avoir lieu du 20 au 24 août à Ottawa. Il doit permettre la convergence de tous les espoirs de se débarrasser de ce gouvernement rétrograde.

Blogues

+