Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Quel avenir pour Québec solidaire ? La voie de la rupture démocratique

Pierre Mouterde, 17 mai 2014

Les ré­sul­tats ob­tenus par Québec So­li­daire aux der­nières élec­tions comme le fait qu’il n’y aura pas de nou­velles élec­tions d’ici 4 ans in­vitent à s’interroger sur le type d’intervention que ce parti de­vrait pri­vi­lé­gier au cours des pro­chaines an­nées. Ce texte – en cher­chant à aller sur le fond[1] – vise à pro­poser quelques pre­miers ja­lons en la matière.

Au terme de cette cam­pagne élec­to­rale de mars et avril 2014, les ques­tions res­tent nom­breuses pour les par­ti­sans de Québec So­li­daire. Certes Q.S. a connu cer­tains ré­sul­tats en­cou­ra­geants (une crois­sance de 1,7 %, une dé­putée de plus, etc.!), mais lorsqu’on cherche à se pro­jeter dans l’avenir et à ré­flé­chir aux réelles chances d’une for­ma­tion po­li­tique de gauche comme Q.S., on reste hanté par bien des interrogations.

Par exemple, devrait-on se contenter de l’idée très simple qu’à chaque nou­velle cam­pagne on ac­cu­mule quelques nou­veaux dé­putés en at­ten­dant le jour (loin­tain ?) où – « vague orange/Québec so­li­daire » en prime – on en aura assez pour gou­verner et en­clen­cher la mise en route du pro­gramme de Q.S.?

Doit-on au contraire ima­giner qu’on res­tera un parti à la marge – certes sym­pa­thique (an­gé­lique, di­ront cer­tains) – mais juste bon à épicer les dé­bats et à avancer quelques idées gé­né­reuses, une sorte de sel de la terre inoffensif ?

Ou autre pos­si­bi­lité en­core : doit-on se dire qu’on n’arrivera ja­mais au pou­voir (au gou­ver­ne­ment) si on ne mâ­tine pas notre pro­gramme d’une bonne dose de réa­lisme – en col­lant plus aux idées qui sont do­mi­nantes – et no­tam­ment si on ne se ré­fère pas plus ex­pli­ci­te­ment aux idéaux de la social-démocratie ou plus exac­te­ment de ses ori­peaux contem­po­rains, le social-libéralisme[2], seule voie ap­pa­rente pour penser à des ré­formes réa­li­sables dans le contexte du ca­pi­ta­lisme de l’Amérique du Nord ?

Ce texte cherche à ex­plorer une autre voie ; une voie qui – loin tout à la fois de la ten­ta­tion social-libérale et de la chi­mère d’un grand soir (ima­giné pour de­main) – pour­rait servir de cadre de ré­fé­rence à une pos­sible stra­tégie de Q.S. pensée sur le long terme ; une stra­tégie qui tout en pre­nant en compte le réel des rap­ports de force so­ciaux et po­li­tiques (tels qu’ils se donnent aujourd’hui au Québec), n’abdiquerait pas de sa vo­lonté de vou­loir y faire naitre – ainsi que son pro­gramme le pro­pose – une so­ciété sou­cieuse de jus­tice so­ciale qui soit tout à la fois fé­mi­niste, in­dé­pen­dan­tiste, al­ter­mon­dia­liste et éco­lo­giste. Nous ap­pel­le­rons cette voie, la voie de la rup­ture démocratique.

Le contexte de fond qui dé­ter­mine tout

Il faut bien sûr partir du contexte qui est le nôtre pour en prendre acte loin de tout « mi­rage jo­via­liste » : celui d’une hé­gé­monie néo­li­bé­rale gran­dis­sante (ce qui est loin d’être une bonne af­faire pour un parti de gauche !) et au-delà d’une re­lance du ca­pi­ta­lisme glo­ba­lisé à l’échelle du monde dont la poussée des pays émer­gents – Chine en tête – en se­rait l’expression la plus ma­ni­feste. Avec ce­pen­dant quelques bé­mols non né­gli­geables : cette re­lance ne se fait pas sans crises ni se­cousses im­por­tantes (voir la crise fi­nan­cière de 2008) ou dé­gâts éco­lo­giques ré­cur­rents (Deepwater-Horizon [2010], Fu­ku­shima [2011], etc.), et sans non plus d’importantes ré­ac­tions col­lec­tives, certes conjonc­tu­relles ou éphé­mères, mais mas­sives comme par exemple le mou­ve­ment des in­di­gnés ou le mou­ve­ment du prin­temps Érable au Québec ou en­core le Prin­temps arabe. Des ré­ac­tions qui néan­moins ne par­viennent pas à trouver des dé­bou­chés po­li­tiques du­rables, ni non plus à ac­croître sur le moyen terme leur in­fluence, tant il y a tout à la fois dé­ficit dé­mo­cra­tique et crise de la re­pré­sen­ta­tion po­li­tique, et tant pèsent en­core dans l’inconscient col­lectif les mo­nu­men­taux échecs so­ciaux po­li­tiques du cycle his­to­rique pré­cé­dent, ceux du com­mu­nisme, de la social-démocratie et du nationalisme-populaire.

Cette ra­pide des­crip­tion des grands pa­ra­mètres de la pé­riode dans la­quelle nous nous trou­vons, nous rap­pelle donc que la si­tua­tion ob­jec­tive n’est a priori guère fa­vo­rable à des chan­ge­ments struc­tu­rels ra­pides, donc à des po­li­tiques de rup­tures, tant non seule­ment de larges sec­teurs de la po­pu­la­tion ne sont pas ac­quis à cette idée, mais tant aussi les élites do­mi­nantes éco­no­miques, po­li­tiques et cultu­relles y sont pro­fon­dé­ment op­po­sées (leur façon de ré­gler la crise fi­nan­cière de 2008 en étant l’indice le plus sûr !). En termes clairs cela veut dire que les idées phares de l’actuel pro­gramme de Q.S., tel par exemple qu’il a été pré­senté lors de la cam­pagne (la marche à l’indépendance, le refus du vi­rage pé­tro­lier, l’impératif de la jus­tice so­ciale, etc.), n’ont guère de chance de de­venir – en elles-mêmes et pour elles-mêmes – des idées fa­ci­le­ment adop­tées par tous et toutes.

À l’ère néo­li­bé­rale, la so­ciété n’est qu’un champ de forces

Il y a un autre élé­ment im­por­tant à prendre en compte, un élé­ment qu’à Q.S. on ne me­sure pas tou­jours à sa juste va­leur : ce n’est pas parce qu’une idée est bonne et co­hé­rente, et qui plus est « noble » (l’idéal de la jus­tice so­ciale) qu’elle sera pour au­tant fa­ci­le­ment ac­ceptée. En somme, ce n’est pas parce qu’une idée po­li­tique est bien ex­posée (avec clarté, etc.) et qu’elle est en elle-même convain­cante, qu’elle va à tout coup ral­lier de larges pans d’électeurs. Dans une col­lec­ti­vité comme celle du Québec de l’ère néo­li­bé­rale, les idées passent tou­jours par le tamis des in­té­rêts et donc des af­fects (pour re­prendre une ex­pres­sion de Spi­noza). Elles dé­pendent en der­nière ins­tance de lo­giques d’intérêts et de la po­si­tion de force qu’elles peuvent oc­cuper au sein d’une for­ma­tion so­ciale donnée.

Ainsi, s’il y a au Québec une très claire hé­gé­monie néo­li­bé­rale (le ca­té­chisme néo­li­béral est si pré­sent par­tout, en santé, en édu­ca­tion, en culture, etc.), c’est moins suite à la va­leur des idées qu’elle in­carne, qu’au fait que ces der­nières sont l’expression des in­té­rêts de groupes so­ciaux et éco­no­miques qui sont par­venus à s’imposer so­cia­le­ment et po­li­ti­que­ment. En somme ces groupes d’intérêts sont de­venus si do­mi­nants et hé­gé­mo­niques (éco­no­mi­que­ment, so­cia­le­ment, po­li­ti­que­ment) que leurs idées ont même fini par être adop­tées (et dé­si­rées) par de larges sec­teurs de la po­pu­la­tion qui pour­tant n’y trouvent pas d’intérêts di­rects, no­tam­ment en ne bé­né­fi­ciant d’aucun des pri­vi­lèges et avan­tages que les puis­sants (le 1 %) ont pu ces der­nières an­nées lar­ge­ment conforter.

La né­ces­saire ba­taille culturelle

On pour­rait ra­jouter qu’à l’ère néo­li­bé­rale, la ba­taille prend une di­men­sion émi­nem­ment cultu­relle et idéo­lo­gique. Déjà dans les an­nées 30 (au cycle his­to­rique pré­cé­dent), An­tonio Gramsci nous avait ap­pris à en tenir compte : une classe pour rester do­mi­nante aux sein d’une for­ma­tion so­ciale donnée doit non seule­ment dis­poser de la force (le pou­voir exé­cutif gou­ver­ne­mental, les ap­pa­reils ré­pres­sifs, etc.), mais aussi du consen­te­ment (dis­poser de la lé­gi­ti­mité et de l’appui ta­cite des ins­tances idéo­lo­giques, cultu­relles, re­li­gieuses exis­tantes). Elle doit donc dis­poser de la puis­sance de l’appareil d’État mi­li­taire ou po­li­cier, mais aussi et sur­tout ga­gner la ba­taille des idées et des ar­gu­ments pour faire par­tager sa vi­sion du monde et s’arranger qu’elle de­vienne celle de tous et toutes.

Le poids gran­dis­sant et « to­ni­truant » des mé­dias – dans la for­ma­tion de l’opinion pu­blique, dans le dé­rou­le­ment d’une cam­pagne, dans la consti­tu­tion des rap­ports de force, etc. – en est à sa ma­nière l’expression néo­li­bé­rale. Il nous oblige d’ailleurs à penser la lutte so­ciale comme une lutte se don­nant dans de mul­tiples sec­teurs de la so­ciété et dont il ne faut ou­blier aucun (à quand au Québec, un média de masse fa­vo­rable à la gauche ?).

Il s’agit donc de ne pas mener seule­ment la lutte au par­le­ment, ou dans la rue, ou en­core dans l’entreprise, mais par­tout : à l’école, dans les ins­ti­tu­tions éta­tiques et para-étatiques, dans les syn­di­cats, dans les mé­dias, etc. Par­tout, il y a des es­paces dé­mo­cra­tiques à élargir ou ap­pro­fondir, des contre-pouvoirs à consti­tuer, ce qu’on pour­rait ap­peler – en sui­vant Gramsci – un mou­ve­ment de contre-hégémonie à re­lancer puis à ren­forcer et faire croître.

Mais quel genre de parti est donc Q.S. ?

Dans ce contexte, com­ment se situe Q.S.? Parti de gauche plu­riel, à sa ma­nière aty­pique, parti « post-chute du mur de Berlin », Q.S. a connu au point de dé­part une ap­proche plus prag­ma­tique qu’idéologique. Ce parti s’est donc constitué d’abord en vou­lant ré­pondre à une puis­sante as­pi­ra­tion uni­taire pro­ve­nant de di­vers groupes et sen­si­bi­lités de gauche, tout en se fai­sant l’écho des mou­ve­ments so­ciaux dont étaient issus ses membres fon­da­teurs ainsi qu’en cher­chant à ré­pondre en pre­mier lieu aux ques­tions im­mé­diates que pou­vaient se poser ses mi­li­tants dans le contexte du Québec. D’où ses vo­lontés fé­mi­nistes, al­ter­mon­dia­listes, éco­lo­gistes, in­dé­pen­dan­tistes, ses as­pi­ra­tions à la jus­tice so­ciale et à la dé­mo­cratie par­ti­ci­pa­tive. Vo­lontés dont on voit bien ce­pen­dant com­ment elles ap­pellent des trans­for­ma­tions struc­tu­relles qui heurtent de plein fouet le fonc­tion­ne­ment de la so­ciété ca­pi­ta­liste néo­li­bé­rale du Québec.

Il est vrai que l’orientation gé­né­rale de Q.S. doit aussi être nuancée par la re­la­tive in­dé­ter­mi­na­tion de son pro­gramme éco­no­mique (éco­nomie so­ciale, éta­tique, privée : la­quelle prime ?), par le fait que, même si une de ses bro­chures évoque l’idée d’un dé­pas­se­ment du ca­pi­ta­lisme, il n’est fait nulle part ré­fé­rence à l’idéal so­cia­liste (fut-il du 21e siècle[3] !). Elle doit aussi être re­la­ti­visée en fonc­tion de la façon dont Q.S. s’est « dans les faits » construit et fonc­tionne (l’utilisation du code Morin, la ré­fé­rence aux tra­di­tions syn­di­cales ou com­mu­nau­taires, sa pra­tique d’abord élec­to­ra­liste, etc.) ainsi que de la façon dont ce parti tend sou­vent à pri­vi­lé­gier au point de dé­part une lo­gique com­mu­ni­ca­tio­nelle qui in­siste sur la forme plus que sur le fond et en vient à ré­pondre aux ques­tions sur un mode tou­jours conjoncturel.

Il est re­mar­quable aussi que l’idéal social-démocrate (ou ce qu’il en reste sous la forme de social-libéralisme) n’ait ja­mais été – ou pas en­core – re­ven­diqué comme tel, même s’il existe cer­tains de ses re­pré­sen­tants qui en dé­fendent la per­ti­nence. Et même si plus ré­cem­ment Fran­çoise David et Andres Fon­te­cilla ont uti­lisé ex­pli­ci­te­ment le terme lors d’un pre­mier bilan de la cam­pagne[4]. On le voit donc bien : Q.S. reste un parti ou­vert et plu­riel, un parti/processus dont les grandes orien­ta­tions sont loin d’être en­core to­ta­le­ment dé­fi­nies et qui pour­rait donc dé­river fa­ci­le­ment dans un sens ou dans un autre.

Pour­quoi penser la transition

Il faut rap­peler que nous sommes sortis – lors la dé­cennie des an­nées 80 – d’un long cycle de luttes socio-politiques qui, selon des pen­seurs comme Wal­ler­stein ou Ar­righi[5], s’est initié en 1848 et après avoir été ca­pable de faire naître jusqu’à des États aux pré­ten­tions so­cia­listes, s’est bru­ta­le­ment ef­fondré en 1989 avec la chute du mur de Berlin, la dis­lo­ca­tion de l’URSS puis la dis­pa­ri­tion des pays dits so­cia­listes, en­trai­nant dans son sillage une for­mi­dable crise des al­ter­na­tives so­cio­po­li­tiques au­tour des­quelles s’étaient cris­tal­li­sées les op­po­si­tions au capitalisme.

Les mêmes causes pro­dui­sant les mêmes ef­fets et puisque le ca­pi­ta­lisme de­puis la fin des an­nées 80, loin de dis­pa­raître, s’est re­dé­ployé en­core plus lar­ge­ment, on peut donc ima­giner que les mou­ve­ments de ré­bel­lions et de ré­sis­tances de masse que ce mode de pro­duc­tion avait fait naître et croître peu à peu aux 19e et 20e siècles, risquent bien de se re­cons­ti­tuer. Mais évi­dem­ment ils le fe­ront sur la base d’un nou­veau cycle his­to­rique qui a sa propre dy­na­mique et qui tout en don­nant l’impression de tout re­com­mencer à neuf, se trouve néan­moins pro­fon­dé­ment en­ra­ciné dans le passé, in­fluencé par les bons coups comme les échecs qui se sont donnés au cycle pré­cé­dent. Aussi si l’on veut par­ti­ciper ac­ti­ve­ment à ce re­dé­ploie­ment des ré­sis­tances et dans leur sillage à l’approfondissment d’espaces dé­mo­cra­tiques et à la re­cons­ti­tu­tion de pou­voirs contre-hégémoniques chaque fois plus im­por­tants, il faut comme l’indique Al­berto Tos­cano[6] être ca­pable de penser son ac­tion sur le mode de la tran­si­tion, et même de la tran­si­tion longue et tra­gique. Seule ma­nière de penser la trans­for­ma­tion du réel tel qu’il se donne pra­ti­que­ment à nous, en n’en res­tant pas au do­maine de l’utopie chi­mé­rique, ni en se ra­bat­tant sur le seul et hy­po­thé­tique sur­gis­se­ment d’un évé­ne­ment ré­vo­lu­tion­naire (dans la li­gnée de Ran­cière, Ba­diou, et de bien des re­pré­sen­tants du mou­ve­ment li­ber­taire, etc.).

Que veut dire penser la transition

  • C’est cher­cher à avoir le re­gard qui porte au loin, en ne se conten­tant pas de voir les choses seule­ment, une ou deux élec­tions en avant.
  • C’est pointer du doigt le for­mi­dable dé­ficit dé­mo­cra­tique qui ta­raude nos so­ciétés contem­po­raines et qui fait que d’immenses ma­jo­rités ont fini par ne plus avoir au­cune prise sur leur destin, pri­vées de voix et de moyens pour se faire en­tendre et reconnaître.
  • C’est se poser la ques­tion du dé­pas­se­ment du ca­pi­ta­lisme : com­ment peut-on vé­ri­ta­ble­ment y ar­river, sur­tout si l’on pense que ce mode de pro­duc­tion est res­pon­sable non seule­ment de crises et d’injustices no­toires, mais aussi de dé­gats en­vi­ron­ne­men­taux de plus en plus pré­oc­cu­pants pour l’avenir de la pla­nète elle-même.
  • C’est cher­cher à dé­passer la si­tua­tion so­ciale et po­li­tique telle qu’elle s’offre à nous aujourd’hui, en nous don­nant les moyens de faire évo­luer les rap­ports de force so­cio­po­li­tiques en notre fa­veur, de ma­nière à être par la suite en meilleure po­si­tion et condi­tion pour aller plus loin.
  • C’est par­ti­ciper à la créa­tion de tou­jours plus de mo­bi­li­sa­tions so­ciales, de ca­pa­cité de luttes, de pou­voir d’affirmation des gens d’en bas, des sec­teurs po­pu­laires, des classes dites moyennes, de ces 99 % de la po­pu­la­tion dont les in­té­rêts ne sont pas pris en compte par les dy­na­miques néo­li­bé­rales contemporaines.

En somme c’est par­ti­ciper à la re­lance d’un vaste mou­ve­ment so­cial de re­prise de contrôle col­lectif sur la so­ciété et de re­cons­ti­tu­tions de contre-pouvoirs col­lec­tifs (un double pou­voir en germe), mais orien­tées au­tour de la réa­li­sa­tion de trans­for­ma­tions struc­tu­relles pen­sées sur le long terme.

C’est donc par­ti­ciper à la re­cons­truc­tion d’une com­mu­nauté d’intérêts, d’un vaste camp (celui de la ma­jo­rité, des gens d’en bas), en fa­vo­ri­sant par­tout où c’est pos­sible l’unité la plus large contre le néo­li­bé­ra­lisme et les liens « po­pu­listes » et in­ces­tueux qui ont fini par unir cer­tains sec­teurs po­pu­laires aux élites au pou­voir. C’est ainsi tra­vailler à rompre avec le sys­tème en place, mais sur le mode dé­mo­cra­tique, c’est-à-dire en s’appuyant sur la mo­bi­li­sa­tion so­ciale et po­pu­laire et la consti­tu­tion de contre-pouvoirs en marche. Telle est la voie de la rup­ture démocratique.

Penser la tran­si­tion, c’est ainsi ne plus op­poser ce que l’on a ten­dance à penser de ma­nière contra­dic­toire : l’exercice du pou­voir au quo­ti­dien d’un côté, et de l’autre la prise de pou­voir ; ou alors d’un côté la pé­riode avant l’arrivée au gou­ver­ne­ment, et de l’autre celle qui lui suc­cè­dera ; ou en­core ce qui d’un côté se passe au Québec, et ce qui de l’autre se passe à l’étranger[7], etc. Penser la tran­si­tion, c’est unir tous ces élé­ments dans une stra­tégie d’ensemble, en tra­vaillant à la rup­ture dé­mo­cra­tique, mais sur le long terme, en sa­chant qu’il y a des seuils, des sauts qua­li­ta­tifs, des « bonds de tigre » où les choses brus­que­ment s’accélèrent (no­tam­ment lors de l’arrivée au gou­ver­ne­ment, mais pas seule­ment, lors de crises so­ciales aussi), et aux­quelles il faut se pré­parer pour se trouver par la suite en meilleure po­si­tion pour réa­liser les ob­jec­tifs qu’on s’est donnés sur le long terme.


Voir en ligne : Version originale sur Nouveaux cahiers du socialisme


Pierre Mou­terde est so­cio­logue et essayiste.