Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Mandela vit

Pierre Beaudet, 12 décembre 2013

Ste­phen Harper de même qu’une pa­lette de gou­ver­nants mon­diaux sont en Afrique du Sud à l’occasion du décès de Nelson Man­dela. C’est à la fois tou­chant et un peu amer d’entendre ce concert d’éloges, comme si tout le monde avait tou­jours lutté contre l’apartheid. Ce n’est pas hon­nête et donc, sans vou­loir res­sus­citer de vieux conflits, il faut ra­mener les faits.

Du co­lo­nia­lisme à l’apartheid

Sui­vant l’invasion des hol­lan­dais en 1652, l’Empire bri­tan­nique s’empare de l’Afrique du Sud au début du dix-neuvième siècle. Elle sub­jugue les Afri­cains par de vastes en­tre­prises pré­da­trices. Elle confronte les des­cen­dants hol­lan­dais, les Afri­ka­ners, et les soumet à une dure oc­cu­pa­tion qui sus­cite l’émotion dans le monde, y com­pris à Mont­réal où des ma­ni­fes­tants dé­noncent une « guerre im­pé­ria­liste ». Fi­dèle allié-subalterne, le Ca­nada en­voie des mi­li­taires com­battre avec les Anglais.

Une fois son pou­voir ré­tabli, l’Empire im­pose (1910) un sys­tème de « ré­serves » pour confiner la ma­jo­rité noire sur 13 % du ter­ri­toire (87 % étant ré­servé aux Blancs). Des pro­tes­ta­tions pa­ci­fiques ne font pas bouger le ré­gime ra­ciste qui a l’assentiment de ses al­liés bri­tan­niques et ca­na­diens. En 1948, les Afri­ka­ners re­viennent au pou­voir. Leur dis­cours est ou­ver­te­ment ra­ciste, mais en réa­lité, peu de choses changent. La ma­jo­rité noire reste sans droit, confinée aux ter­ri­toires afri­cains (les « ban­tous­tans »), sauf pour ceux qui ob­tiennent le « droit » de tra­vailler, à très bas sa­laires, dans les in­dus­tries et les mines des Blancs, lo­caux ou étrangers.

En 1961, la Ré­pu­blique d’Afrique du Sud se re­tire du Com­mon­wealth où sous l’influence des nou­veaux pays in­dé­pen­dants afri­cains on dé­nonce l’apartheid, ce à quoi se joint (à son hon­neur) le Pre­mier mi­nistre progressiste-conservateur de l’époque, John Die­fen­baker. Entre-temps, les in­ves­tis­se­ments étran­gers af­fluent en Afrique du Sud où les pro­fits sont élevés et où la contes­ta­tion so­ciale est sous contrôle.

Confron­ta­tions

Dans les an­nées sui­vant le mas­sacre de Shar­pe­ville (1960), l’ANC et d’autres mou­ve­ments de ré­sis­tance sont in­ter­dits. Nelson Man­dela est ar­rêté. Malgré les re­ven­di­ca­tions des États afri­cains, les pays oc­ci­den­taux re­fusent de consi­dérer des sanc­tions contre le ré­gime de l’apartheid. À So­weto en 1976, des mil­liers de jeunes sont vio­lem­ment ré­primés. En­core là, Ot­tawa, Wa­shington et les autres ne bougent pas. Quand l’Afrique du Sud en­vahit le nouvel État in­dé­pen­dant de l’Angola, on la laisse faire, même si des ONG et des syn­di­cats au Québec lancent une cam­pagne de so­li­da­rité avec ce pays. Pierre Tru­deau re­fuse de parler aux mou­ve­ments qu’il consi­dère comme des « terroristes ».

Des té­nors du mi­lieu des af­faires dont Conrad Black dé­noncent les mou­ve­ments anti-apartheid. Plus tard en 1976, le gou­ver­ne­ment de René Lé­vesque au moins agit sym­bo­li­que­ment en re­ti­rant les vins sud-africains des ma­ga­sins de la SAQ. Mais fi­na­le­ment, au tour­nant des an­nées 1980, des sec­teurs im­por­tants de la po­pu­la­tion, y com­pris au Ca­nada et au Québec, or­ga­nisent un grand mou­ve­ment mon­dial contre l’apartheid. L’idée est de faire pres­sion contre le ré­gime sud-africain en met­tant fin aux in­ves­tis­se­ments de grandes mul­ti­na­tio­nales comme Alcan, Québec Fer et Ti­tane, Coca-Cola, Shell, Ge­neral Mo­tors. Mais le lobby animé par Conrad Black est très ef­fi­cace. Le Par­le­ment vote des ré­so­lu­tions contre le ra­cisme, mais fon­da­men­ta­le­ment, on ne fait rien.

Le tour­nant

Le Parti progressiste-conservateur re­vient au pou­voir en 1984. Sous l’influence de Joe Clark et de Brian Mul­roney, une pers­pec­tive « réa­liste » s’impose. Le ré­gime de l’apartheid entre dans une crise ter­mi­nale. Des sec­teurs du monde des af­faires en­gagent un dia­logue avec l’ANC. Dans plu­sieurs pays, le mou­ve­ment de boy­cot­tage et de dés­in­ves­tis­se­ment or­ga­nisé par les uni­ver­sités, les mu­ni­ci­pa­lités et les syn­di­cats in­quiète les mi­lieux fi­nan­ciers. Des sanc­tions sont enfin im­po­sées par Ot­tawa, mais elles sont « vo­lon­taires », car elles n’obligent pas, for­mel­le­ment, les en­tre­prises à désinvestir.

Néan­moins, des mul­ti­na­tio­nales ra­len­tissent leurs opé­ra­tions, car elles de­viennent la cible des mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion. En 1986, une grande coa­li­tion qué­bé­coise or­ga­nise la venue de l’archevêque sud-africain Des­mond Tutu, qui vient de ga­gner le Prix Nobel de la paix. Des mil­liers de per­sonnes l’acclament à Mont­réal. En 1987, les mêmes or­ga­ni­sa­tions qué­bé­coises or­ga­nisent un grand ras­sem­ble­ment au Pa­lais des Congrès de Mont­réal pour ac­cueillir des chefs de la ré­sis­tance sud-africaine. L’opinion pu­blique bas­cule du côté de l’ANC.

Une tran­si­tion tronquée

À la fin de la dé­cennie, l’armée sud-africaine subit de dures dé­faites en An­gola. La Na­mibie ac­cède enfin à l’indépendance. Et en 1990, Man­dela est li­béré. Les États-Unis et leurs al­liés font alors pres­sion pour qu’il re­nonce à res­ti­tuer les terres et les res­sources vo­lées à la po­pu­la­tion afri­caine. Après l’élection de 1994 qui porte l’ANC au pou­voir, les grands mo­no­poles mi­niers et les méga fermes des Blancs sont pro­tégés, à la sa­tis­fac­tion du mi­lieu des af­faires et des gou­ver­ne­ments occidentaux.

Après le dé­part de Man­dela (1999), cette of­fen­sive néo­li­bé­rale se conso­lide. Les pro­blèmes de pau­vreté et de vio­lence sont exa­cerbés dans un pays qui reste au sommet de l’inégalité des re­venus dans le monde. La ré­pres­sion continue contre les pro­tes­ta­tions po­pu­laires. Dans les pays avoi­si­nants et sur le conti­nent un peu par­tout, l’Afrique du Sud post-apartheid se pré­sente comme le nou­veau « gen­darme » agis­sant de concert avec les États-Unis.

D’hier à aujourd’hui

Entre-temps, de nou­velles gé­né­ra­tions re­prennent le dra­peau de la ré­sis­tance. Des mou­ve­ments so­ciaux ré­sistent dans les usines et les « town­ships » (bi­don­villes). Le gou­ver­ne­ment est bous­culé, ce qui crée un ma­laise so­cial et po­li­tique pro­fond. Avant sa mort, Man­dela lui-même dé­non­çait la ter­rible mal­ges­tion de son pays, son in­ca­pa­cité de faire face à l’épidémie du SIDA. Il s’élevait contre les agres­sions des États-Unis contre les Pa­les­ti­niens et les Ira­kiens. Il cri­ti­quait la cor­rup­tion d’une pe­tite couche de pro­fi­teurs afri­cains. Dans ce pays meurtri par des dé­cen­nies d’oppression, de nou­velles crises sont en ges­ta­tion. Aujourd’hui comme hier, les camps de­meurent re­tran­chés. Une ré­sis­tance po­pu­laire in­domp­table d’un côté. Et le pou­voir bien im­planté des élites lo­cales et in­ter­na­tio­nales de l’autre. Dans le cœur des gens, Ma­diba vit.

Article tiré des Nouveaux Cahiers du socialisme