Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Participer au FSM, et après ?

Maude Tapin, 3 juin 2013

Depuis plusieurs années déjà, je m’implique dans des actions spontanées pour aider divers groupes. C’est tout récemment que je me suis mise à m’impliquer plus officiellement au sein du CQF. Partir en Tunisie a été ma première expérience de voyage dans le cadre d’un Forum social mondial. N’ayant jamais quitté le continent avant, j’étais surexcitée à l’idée de partir. L’occasion s’est présentée à moi un peu par hasard, mais c’est sans hésitation que je me suis lancée dans le projet.

Le français étant parlé par la majorité des Tunisiens et Tunisiennes, je n’ai pas été trop déstabilisée par la barrière de la langue. J’ai pris conscience de l’importance de cet aspect lors de rares moments où je ne saisissais rien d’une conversation et que j’en étais frustrée.

J’ai appris énormément aux travers des conférences, mais c’est aussi durant les échanges informels qui suivaient et les rencontres avec des gens de tous les continents, que j’ai pu réellement m’ouvrir sur le monde. Il ne s’agissait plus de théories, de nouvelles ou d’idées floues, mais bien de rencontres réelles avec des gens qui portent le vécu et l’expérience de leur pays.

Être une femme, dans un pays où certains tentent d’imposer un recul par rapport à leurs droits, durement acquis après avoir été largement bafoués, ouvre également sur une dimension particulière et renforce le lien de solidarité. Et pas seulement entre femmes. J’ai été agréablement surprise par le nombre d’hommes militants pour la cause féministe.

J’ai de la difficulté à mettre en mots ce flot d’émotions, qui en quelques jours, m’ont donné l’impression que plusieurs semaines s’étaient écoulées. En peu de temps, j’ai l’impression d’avoir été élève, amie, touriste, vedette (dû à mes cheveux mauves), enseignante, invitée… Entourée de gens de partout dans le monde, portant le même but que moi dans un pays aussi accueillant, je me suis sentie à ma place très rapidement malgré les différences culturelles et idéologiques. J’ai d’ailleurs particulièrement apprécié le fait d’être sortie de mon champ d’influences habituelles pour cogiter.

Le retour s’est fait beaucoup plus difficilement que prévu. Trop d’informations à digérer, et d’amitiés créées en si peu de temps, pour ensuite avoir l’impression de tout laisser derrière… J’ai réalisé plus tard que je ne laissais rien derrière et qu’au contraire, je revenais motivée et prête à m’impliquer davantage en ayant un but plus concret et des visages à mettre sur ces causes que je veux défendre.


Crédit photo : Marjolaine Tapin