Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

TEACH-IN ANTICAPITALISTE (le 1er Mai et le Travail) || ANTI-CAPITALIST TEACH-IN (May Day & Labour)

7 avril 2013 à 10:00

Travail ?!$@#
Teach-in anticapitaliste sur le thème du travail et du 1er mai

Dimanche 7 avril, 10h-18h
CÉDA (2515, rue Delisle), métro Lionel-Groulx

Work ?!$@#
Anti-capitalist Teach-in about May Day and Labour

Sunday April 7, 2013, 10am to 6pm
CÉDA (2515 Delisle), Lionel-Groulx metro

[English below]

— -
HORAIRE EN BREF

10h : L’autogestion en milieu de travail (Guillaume ! et Marie-Eve Lamy)
10h : Le travail de reproduction et la construction de biens communs à l’ère de l’accumulation primitive (Silvia Federici)

13h : Travailleurs et travailleuses immigrantEs à Montréal : Précarité et lutte ? (Erik Argüello, Evelyn Calugay, Viviana Medina et Aadi Ndir )
13h : Assemblées populaires dans les lieux de travail : Des pistes pour reprendre le pouvoir de la base (Dave Bleakney)
13h : Art & politique : Le travail créatif comme outil d’émancipation politique – critique du productivisme militant (Marhi Aive)

15h : La division autoritaire du travail (Kevin Sutton)
15h : Survie et résistance : Un historique immigrant du 1er mai (Mostafa Henaway & Jaggi Singh)
15h : Les établissements d’enseignement : Tirer un maximum de productivité des étudiantEs (Jeanne Bilodeau, Amber Gross, Camille Robert et Camille Tremblay-Fournier)

17h : Plénière avec collations
— -

Entrée libre
Bouffe, service de garde et traduction chuchotée (FR/EN) offerts gratuitement
Accessible aux chaises roulantes
L’horaire complet des ateliers et de la plénière ci-dessous ou : http://www.qpirgconcordia.org/?p=4319&lang=fr
Toute la journée : foire d’informations et de ressources anticapitalistes

Une journée entière d’ateliers anticapitalistes sur le thème du travail et du 1er mai. Ce teach-in est organisé dans le cadre des activités de mobilisation pour le 1er mai anticapitaliste (info : http://www.clac-montreal.net/mayday_2013) et de la marche familiale Un statut pour tous et toutes ! le 18 mai (info : http://www.solidarityacrossborders.org/fr/may-18-status-for-all-march)

Ce teach-in est le deuxième d’une série, organisés dans le cadre des assemblées anticapitalistes mensuelles de la CLAC à Montréal. Il est ouvert à tout le monde et inclut des ateliers d’introduction et des ateliers plus approfondis. À la fois basée sur l’autoformation et portée vers l’action commune, cette série de teach-in est également l’occasion de garnir la banque d’ateliers anticapitalistes, un outil décentralisé d’éducation populaire et accessible en ligne :
http://ateliersanticapitalistes.wordpress.com/

Vous désirez donner un coup de main ? Vous désirez soumettre du matériel d’éducation populaire anticapitaliste pour le teach-in ou bien soumettre un atelier à notre base de données ? Écrivez-nous à : educationpopulaire@clac-montreal.net

Organisé par le Comité Éducation populaire de la CLAC (Convergences des luttes anticapitalistes) ; co-parrainé par QPIRG Concordia, avec le soutien du GRIP-UQÀM & QPIRG-McGill

INFO :
educationpopulaire@clac-montreal.net
www.clac-montreal.net

:: : HORAIRE :: :

— 10h-12h : Ateliers en parallèle (2) —

L’autogestion en milieu de travail
Présenté en français
Salle #125

Dans notre société capitaliste et patriarcale, le monde du travail est plus souvent qu’autrement synonyme d’exploitation, d’aliénation, de dépossession et, surtout, d’ennui ! Le travail salarié étant pour la vaste majorité d’entre nous une nécessité forcée plutôt qu’un choix délibéré, est-il possible d’organiser nos lieux de travail sur des principes autogestionnaires : égalité, entraide mutuelle, démocratie directe et participative, anti-autoritarisme ? Quels sont les obstacles à l’autogestion et comment peut-on les surmonter ? Quelles sont les limites de l’autogestion en milieu de travail dans un système fondé sur la propriété privée des moyens de production ? Nous vous convions à une discussion ouverte pour partager et apprendre de nos expériences respectives. Il ne s’agit pas ici de se lancer dans de grandes analyses systémiques, mais plutôt de jeter les bases d’une réflexion sur le travail salarié d’une perspective anticapitaliste et antiautoritaire et de voir comment, ici et maintenant, on peut mettre en pratique nos idéaux là où l’on passe souvent plus de 50% de notre temps !

Animé par : Guillaume ! et Marie-Eve Lamy. Guillaume ! est travailleur chez Koumbit et Marie-Eve Lamy est travailleuse chez Lux Éditeur.

— -

Le travail de reproduction et la construction de biens communs à l’ère de l’accumulation primitive
Présenté en anglais
Salle #119

Prenant la reproduction comme terrain principal du changement social, Silvia Federici discutera de la restructuration et de la crise mondiales du travail de reproduction — travail domestique, travail du sexe, soins aux personnes âgées — et de leurs effets sur les relations de genre, le développement du travail affectif et le besoin de construire des biens communs en matière de reproduction.

Présenté par : Silvia Federici, écrivaine, professeure et militante féministe. Au début des années 70, elle a été l’une des fondatrices du Collectif féministe international, l’organisation qui a mené la campagne internationale revendiquant le salaire pour les tâches ménagères (WFH). Plus récemment, Federici est membre du Midnight Notes Collective et cofondatrice du Comité pour la liberté académique en Afrique. Elle est l’auteure de nombreux livres et essais, y compris Revolution at Point Zero : Housework, Reproduction, and Feminist Struggle (PM Press, 2012) et Caliban and the Witch : Women, the Body and Primitive Accumulation (Autonomedia, 2004).

— 12h-13h : Dîner —

— 13h-15h : Ateliers en parallèle (3) —

Travailleurs et travailleuses immigrantEs à Montréal : Précarité et lutte ?
Présenté en anglais et en français
Salle #119

À partir de l’expérience du Collectif Dignidad Migrante, de Pinay, du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants et d’expériences personnelles, nous allons discuter des nuances entre le travail précaire des immigrantes et la division internationale du travail. Par exemple, la main-d’oeuvre migrante au Canada se développe au noir, ce qui crée des profits énormes pour les entreprises canadiennes, tandis que le gouvernement ferme les yeux pour favoriser les patrons. En même temps, les avantages sociaux des travailleurs et travailleuses canadienNEs sont basés sur la surexploitation des immigrantes et des pays pauvres comme le Mexique. Un des effets de cette dynamique économique est que nos pays d’origine sont parmi les premiers expulseurs d’immigrantes de la planète.

Présenté par : Viviana Medina et Erik Argüello (Dignidad Migrante, MUR) ; Aadi Ndir (CTI) ; Evelyn Calugay (Pinay). Viviana Medina et Erik Argüello sont militant-e-s et membres fondateur-trice-s du Collectif Dignidad Migrante et de MexicainEs uniEs pour la régularisation (MUR). Aadi Ndir a été sans papiers pendant six ans à Montréal et connaît bien les systèmes d’exploitation ; aujourd’hui il travaille comme organisateur communautaire au Centre de travailleurs et travailleuses immigrants (CTI). Evelyn Calugay est membre de Pinay Québec, une organisation de femmes philippines du Québec qui défend les droits des travailleuses domestiques depuis 1991. Dignidad Migrante, MUR et CTI font partie du réseau un Statut pour toutes et tous.

— -

Assemblées populaires dans les lieux de travail : Des pistes pour reprendre le pouvoir de la base
Présenté en anglais
Salle #123

L’ordre actuel est insoutenable tant aux niveaux social, économique, qu’environnemental. Le modèle de la croissance constante ne fait pas seulement banqueroute, il repose sur une forme de marchandisation paralysante. Les travailleurs et travailleuses sont aux prises avec un nivellement par le bas à l’intérieur d’un ordre insoutenable. Il y a un conflit fondamental entre ceux et celles qui travaillent et produisent des biens et ceux et celles qui profitent de ce travail. L’éducateur populaire Paulo Freire a dit “creusez là où vous êtes”. Les syndicats et tout groupe de travailleurs et travailleuses peuvent affirmer leur présence dans leurs lieux de travail en ayant recours aux assemblées populaires. Cet atelier traitera des manières de former des assemblées et leur potentiel de remettre en cause les dynamiques destructrices du capitalisme.

Animé par : Dave Bleakney, travailleur des postes et syndicaliste anticapitaliste qui, au cours des 16 dernières années, a été le représentant de l’éducation nationale (anglophone) pour le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes.

— -

Art & politique : Le travail créatif comme outil d’émancipation politique - critique du productivisme militant
Présenté en français
Salle #125

L’atelier aura comme objectif de créer un espace pour réfléchir sur la place offerte à la création artistique dans les espaces militants antiautoritaires. Pourquoi concevons-nous la création artistique comme une pratique individualiste ? Comment sortir de l’art du divertissement pour entrer dans une pratique politique artistique ? Comment sortir d’une logique productiviste calquée sur le capitalisme pour concevoir une logique émancipatrice artistique ? Comment est-il possible, à travers l’art, de reprendre contact avec nos corps ? Voici quelques questions qui seront posées. Vous êtes bienvenues à partager vos expériences et réflexions.

Animé par : Marhi Aive, étudiante en Études littéraires. Depuis quelques temps, elle réfléchit sur la littérature et le langage du corps comme outils d’émancipation politique, dans une perspective féministe. Elle fait partie du bloc des auteur.e.s anarchistes et a travaillé sur le zine créatif de réflexion féministe SpeCULum.

— 15h-17h : Ateliers en parallèle (3) —

La division autoritaire du travail
Présenté en anglais
Salle #123

La division du travail est une méthode centrale de l’organisation du pouvoir et des privilèges dans les sociétés patriarcales fondées sur la classe sociale, et ce, depuis le travail dans les champs des premiers empires jusqu’à la condition actuelle de précarité causée par le marché du travail flexible. À l’aide d’analyses anticapitalistes, antiautoritaires et féministes, nous examinerons la façon dont le régime actuel du travail perpétue une longue tradition de division violente selon des catégories de genre, de classe sociale, de race, de région, de légalité, pour n’en nommer que quelques-unes. L’objectif est de générer une discussion animée sur les manières dont les mouvements de contestation et les projets alternatifs d’organisation de la (non-)production peuvent surmonter et/ou reproduire ces divisions qui posent problème.

Présenté par : Kevin Sutton, un éducateur précaire qui gagne sa vie en aidant les étudiantEs à réussir leurs examens d’économie et en rendant sa vie plus vivable par la remise en question de leurs croyances à travers ce processus. Kevin cherche la complicité avec tous ceux et toutes celles qui voudraient contester le régime de l’ennui de l’économiste.

— -

Survie et résistance : Un historique immigrant du 1er mai
Présenté en anglais et en français
Salle #119

Cette présentation et discussion traite du 1er mai du point de vue des luttes des travailleurs et travailleuses immigrantEs et des luttes antiracistes. Depuis ses débuts, le 1er mai a été lié aux campagnes des travailleurs et travailleuses immigrantEs, non seulement pour de meilleures conditions de travail, mais contre le racisme systémique. Des ouvriers juifs et ouvrières juives de l’Europe de l’Est du 19e siècle, en passant par les migrantEs chinoisEs qui ont construit les chemins de fer, jusqu’aux travailleurs et travailleuses immigrantEs de l’Amérique latine d’aujourd’hui qui se sont “réapproprié” le 1er mai, aux États-Unis en 2005-06, la prise en compte de l’expérience des immigrantEs (avec ou sans papiers) est cruciale à la compréhension des bases radicales du 1er mai et de sa signification pour nous aujourd’hui. Outre la présentation d’une perspective historique des racines du 1er mai, cette discussion explorera quelques exemples locaux de luttes migrantes dans le cadre de campagnes populaires, ouvrières et antiracistes.

Présenté par : Mostafa Henaway & Jaggi Singh. Mostafa Henaway est un organisateur communautaire, actif au sein du Centre des travailleurs et travailleuses immigrant-e-s. Jaggi Singh est un organisateur communautaire, actif au sein de Solidarité sans frontières et de Personne n’est illégal. Tous deux sont nés et ont grandi à Toronto et sont impliqués dans la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) à Montréal.

— -

Les établissements d’enseignement : Tirer un maximum de productivité des étudiantEs
Présenté en français
Salle #125

Ce panel d’étudiant-e-s impliqué-e-s dans des divers aspects du mouvement étudiant a comme objectif d’explorer différents éléments du travail et de l’exploitation dans nos systèmes d’éducation. Les sujets discutés seront, entre autres : l’organisation politique autour du travail étudiant et les luttes au sein des universités qui tentent de faire des étudiantEs des travailleurs et travailleuses à rabais ; la division genrée du travail pendant la grève et l’organisation politique genrée du mouvement étudiant ; les écoles comme usines à fabriquer des “bons travailleurs et bonnes travailleuses” pour le système capitaliste.

Présentée par : Jeanne Bilodeau, étudiante en enseignement au secondaire qui milite au sein du Grévisse, un groupe autonome dans le département d’éducation, à l’UQAM ; Amber Gross- étudiante militante et membre d’AMUSE/SEOUM, le Syndicat des employé(e)s occassionels de l’Université McGill ; Camille Robert, étudiante en histoire à l’UQAM et impliquée dans le mouvement étudiant depuis quelques années ; et Camille Tremblay-Fournier, étudiante en sociologie et études féministe ; militante étudiante et ancienne membre du comité femmes de l’ASSÉ.

— 17h-18h : Plénière avec collations —

Joignez-vous à nous, à la fin du teach-in, pour une courte plénière pour faire le lien entre les sujets abordés lors du teach-in et pour en savoir plus sur les mobilisations et les actions qui s’en viennent.
Il y aura des rafraîchissements et une collation, ainsi que des présentations sur la journée d’ateliers. Il y aura des membres de la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) de Montréal nous pour nous parler de la manifestation du 1er mai prochain et de la Coalition Un statut pour tous et toutes pour nous parler de la manifestation pour les droits des immigrantEs.

INFO :
educationpopulaire@clac-montreal.net
www.clac-montreal.net

+=+=+=+=+=+=+
+=+=+=+=+=+=+
+=+=+=+=+=+=+

Work ?!$@#
Anti-capitalist Teach-in about May Day and Labour

Sunday April 7, 2013, 10am to 6pm
CÉDA (2515 Delisle), Lionel-Groulx metro

— -
SCHEDULE IN BRIEF :

10am : Self-management in the Workplace (Guillaume ! & Marie-Eve Lamy)
10am : Reproductive Work and the Construction of the Commons in an Era of Primitive Accumulation (Silvia Federici)

1pm : Immigrant Workers in Montreal : Precarity and Struggle ? (Erik Argüello, Evelyn Calugay, Viviana Medina & Aadi Ndir)
1pm : Workplace Popular Assemblies : Possibilities for reclaiming grassroots power (Dave Bleakney)
1pm : Art & Politics : Creative work as a tool for political emancipation – critique of activist productivism (Marhi Aive)

3pm : The Authoritarian Division of Labour (Kevin Sutton)
3pm : Survival and Resistance : An Immigrant History of May Day (Mostafa Henaway & Jaggi Singh)
3pm : Educational Institutions : Squeezing maximum productivity from students (Jeanne Bilodeau, Amber Gross, Camille Robert & Camille Tremblay-Fournier)

5pm : Plenary
— -

Free entrance
Free food, childcare, and whisper translation (EN/FR)
Fully accessible to wheelchairs
Full schedule of workshops and plenary listed below or : http://www.qpirgconcordia.org/?p=4319
All day : Info-fair with anti-capitalist resources

A full day of anti-capitalist workshops, this teach-in is organized in the lead up to anti-capitalist May Day on May 1st (info : http://www.clac-montreal.net/en/mayday_2013) and the family-friendly Status for All ! march on May 18th (info : http://www.solidarityacrossborders.org/en/may-18-status-for-all-march)

It is the second teach-in in a series organized in the context of CLAC’s monthly anti-capitalist assemblies in Montreal. It is open to everyone and includes both introductory and more in-depth workshops. In a spirit of self-education and aimed at collective action, the teach-in series also serves to build an online database of anti-capitalist workshops, a decentralized tool for popular education : http://ateliersanticapitalistes.wordpress.com/

If you would like to help out, submit material to the info-fair, or submit a workshop to the workshop database, get in touch with us at:educationpopulaire@clac-montreal.net

Organized by the Popular Education Committee of the CLAC (Convergences des luttes anticapitalistes), co-sponsored by QPIRG Concordia, with the support of : GRIP-UQAM & QPIRG-McGill

INFO
educationpopulaire@clac-montreal.net
www.clac-montreal.net
— -

:: : SCHEDULE :: :

— - 10am to 12pm : Simultaneous Workshops (2) ---

Self-management in the Workplace
Presented in French
Room #125

In our capitalist and patriarchal society, the working world is more often than not synonymous with exploitation, alienation, dispossession and, above all, boredom ! Salaried work is, for the vast majority of us, a necessity rather than a matter of choice. Is it possible to organize our workplaces on the principles of self-management : equality, mutual aid, direct and participatory democracy and anti-authoritarianism ? What are the barriers to self-management and how can they be overcome ? What are the limits of self-managed workplaces within a system based on private ownership of the means of production ? We invite you to join an open discussion to share and learn from our respective experiences. Our workshop will not attempt to present a grand systematic analysis. Rather we hope to set out some basic points for reflecting on salaried work from an anti-capitalist and anti-authoritarian perspective in order to figure out how to put our ideals into practice, here and now, in the spaces in which many of us spend more than half of our time !

Presented by : Guillaume ! and Marie-Eve Lamy. Guillaume ! is a worker at Koumbit and Marie-Eve Lamy is a worker at Lux Éditeur.

— -

Reproductive Work and the Construction of the Commons in an Era of Primitive Accumulation
Presented in English
Room #119

Looking at reproduction as the first terrain of social change, Silvia Federici will discuss the global restructuring and crisis of reproductive work — housework, sex work, elder care — its effects on gender relations, the development of affective labor and the need for the construction of reproductive commons.

Presented by : Silvia Federici, a writer, teacher and feminist activist. In the early seventies, she was one of the founders of the International Feminist Collective, the organization behind the international Wages for Housework (WFH) campaign. More recently, Federici is a member of the Midnight Notes Collective, and one of the co-founders of the Committee for Academic Freedom in Africa. She is the author of numerous books and essays, including Revolution at Point Zero : Housework, Reproduction, and Feminist Struggle (PM Press, 2012) and Caliban and the Witch : Women, the Body and Primitive Accumulation (Autonomedia, 2004).

— 12pm to 1pm : Lunch —

— 1pm to 3pm : Simultaneous Workshops (3) —

Immigrant Workers in Montreal : Precarity and Struggle ?
Presented in English and French
Room #119

Based on the experiences of Dignidad Migrante, Pinay and the Immigrant Workers Centre, as well as our own experiences, we will discuss the nuances between precarious labour of immigrants and the international division of labour. For example, under the table migrant work in Canada generates huge profits for Canadian businesses while the state ignores it to profit the bosses. At the same time, the social benefits of Canadian workers are based on the super-exploitation of immigrants and poor countries like Mexico. One of the effects of this economic dynamic is that our countries of origin are among the greatest immigrant producing countries in the world.

Presented by : Viviana Medina and Erik Argüello (Dignidad Migrante and Mexicains united for Regularization) ; Aadi Ndir (Immigrant Workers Centre) ; Evelyn Calugay (Pinay). Viviana Medina and Erik Argüello are activists and founding members of the Dignidad Migrante collective and the Mexicans United for Regularization. Aadi Ndir lived without papers for six years in Montreal and is well-acquainted with systems of exploitation ; today he works as a community organizer at the Immigrant Workers Centre. Evelyn Calugay is a member of Pinay Québec, an organization of Filipino women in Quebec which has fought for the rights of domestic workers since 1991. Dignidad Migrante, MUR and CTI are part of the Status for All ! network.

— -

Workplace Popular Assemblies : Possibilities for reclaiming grassroots power
Presented in English
Room #123

The present order is unsustainable socially, economically and ecologically. The constant growth model is not only bankrupt but based on a disempowering form of commodification. Workers are in a race to the bottom in an unsustainable order. There is a fundamental conflict between those who labour and produce things and those who profit from that labour. Popular educator Paulo Friere said “dig where you stand”. Unions and any group of workers can make their presence felt in the places they work by using grassroots assemblies. This workshop will discuss how can these assemblies be created and what possibilities exist for them to challenge the destructive dynamics of capitalism.

Presented by : Dave Bleakney, a postal worker and an anti-capitalist trade unionist who, for the past 16 years, has been the national education representative (anglophone) for the Canadian Union of Postal Workers.

— -

Art & Politics : Creative work as a tool for political emancipation - critique of activist productivism
Presented in French
Room #125

This workshop aims to create a space to reflect on the place of artistic creation in anti-authoritarian activist spaces. Why do we conceive of artistic creation as an individualist practice ? How can we leave behind the art of amusement and move into an artistic political practice ? How can we escape a productivist logic imitating capitalism and conceive an artistic emancipatory logic ? How, through art, can we regain contact with our bodies ? These are some of the questions which will be raised. You are welcome to come and share your experiences and reflections.

Presented by : Marhi Aive, a Literary Studies student. For some time, she has thought about literature and the language of bodies as tools of political emancipation, from a feminist perspective. She is part of the Anarchist Writers Bloc and works on the creative feminist zine SpeCULum.

— 3pm to 5pm : Simultaneous Workshops (3) —

The Authoritarian Division of Labour
Presented in English
Room #123

From a lifetime of toiling in the fields of the first empires to a lifetime of precarity in the flexible labour market, the division of labour has been a central method of organizing power and privilege in patriarchal class societies. Using anti-capitalist, anti-authoritarian and feminist analyses, we will examine how the contemporary work regime perpetuates a long legacy of violent division along the lines of gender, class, race, region, legality and more. The goal is to generate a lively discussion of how movements of contestation and alternative projects for organizing (non-)production can overcome and/or reproduce these problematic divisions.

Presented by : Kevin Sutton, a precarious educator who makes a living helping economics students pass their exams and makes life liveable by undermining their beliefs in the process. Kevin seeks complicity with all who would challenge the economist’s regime of boredom.

— -

Survival and Resistance : An Immigrant History of May Day
Presented in English and French
Room #119

This presentation and discussion will look at May Day from the perspective of migrant worker and anti-racist struggles. From its origins, May Day has been linked to the campaigns of immigrant workers, not just for better working conditions, but against systemic racism. From Jewish and Eastern European laborers in the 1800s, to Chinese migrants who built railways, to today’s Latin American migrants in the US who "reclaimed" May Day in 2005-06, the experiences of immigrants (with or without papers) is crucial to understanding the radical underpinnings of May Day and its meaning for us today. Aside from providing a historical perspective on the roots of May Day, this workshop will also explore some local examples of migrant justice struggles linked to popular, working class, anti-racist campaigns.

Presented by : Mostafa Henaway & Jaggi Singh. Mostafa Henaway is a community organizer active with the Immigrant Workers Center. Jaggi is a community organizer, active with Solidarity Across Borders and No One Is Illegal. Both Mostafa and Jaggi, who were born and raised in Toronto, are involved with the Status For All Coalition and the Anti-Capitalist Convergence (CLAC) in Montreal.

— -

Educational Institutions : Squeezing maximum productivity from students
Presented in French
Room #125

This panel discussion by students involved in diverse aspects of the student movement will explore different elements of labour and exploitation in our education systems. Panelists will discuss the following questions : student labour organizing in universities that try to use them as discount workers ; gendered divisions of labour during the 2012 student strike and in the student movement more generally ; and schools as factories producing ’good workers’ for the capitalist system.

Présentée par : Jeanne Bilodeau, étudiante en enseignement au secondaire qui milite au sein du Grévisse, un groupe autonome dans le département d’éducation, à l’UQAM ; Amber Gross- étudiante militante et membre d’AMUSE/SEOUM, le Syndicat des employé(e)s occassionels de l’Université McGill ; Camille Robert, étudiante en histoire à l’UQAM et impliquée dans le mouvement étudiant depuis quelques années ; et Camille Tremblay-Fournier, étudiante en sociologie et études féministe ; militante étudiante et ancienne membre du comité femmes de l’ASSÉ.

— 5pm to 6pm : Plenary with snacks ! —

Join us at the end of the teach-in for a short plenary bringing together the themes of the Teach-In and looking ahead towards upcoming mobilizations and actions. There will be drinks and snacks, as well as presentations about the day’s workshops. We’ll also hear from members of the Anti-Capitalist Convergence (CLAC) of Montreal about the upcoming May 1st demonstration, as well as from the Status For All Coalition about the May 18th city-wide demonstration for immigrant rights.

INFO :
educationpopulaire@clac-montreal.net
www.clac-montreal.net

Agenda

« avril 2013 »
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30