Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Lettre ouverte au maire Tremblay

Sophie Dumont, 17 août 2012

Monsieur le maire Tremblay,

Je suis étudiante en psychologie et sociologie à l’Université de Montréal. Originaire du Saguenay, j’ai dû quitter notre belle région pour aller étudier à l’extérieur. Avant d’entamer mon discours, j’aimerais vous communiquer à quel point je suis fière de venir d’un si magnifique coin de pays où la chaleur humaine prédomine.

Il y a quelques heures, j’ai lu dans le journal La Presse les propos que vous avez tenus à l’égard de Mme Djemila Benhabib et, pour la première fois de ma vie, j’ai eu honte de mes origines saguenéennes. J’ai été outrée de constater qu’en 2012, des gens jouissant d’une certaine visibilité, en l’occurrence vous mon cher Monsieur, se permettent encore d’émettre des opinions aussi lourdes de préjugés et d’incitations à la dévalorisation des cultures étrangères.

La religion est la chose la plus personnelle et intime qui soit. Elle n’a pas à être publique et encore moins à être imposée à tous. Je suis catholique, baptisée (à Jonquière) et très croyante (…). Ce n’est pas l’ajout ou le retrait d’un quelconque symbole religieux sur la place publique qui pourra ébranler mes croyances. Je fais toutefois partie de la génération arc-en-ciel qui perçoit la diversité culturelle comme une richesse et non comme une menace à ma culture d’origine (…)

Je pense qu’il est tout à fait inapproprié qu’en 2012 il y ait toujours un crucifix à l’Assemblée nationale et je suis convaincue qu’une bonne majorité de ma génération partage mon avis. Si pour vous, le fait d’enlever ce crucifix à l’Assemblée nationale vous rend si nerveux, vous devriez peut-être remettre en questions la solidité de vos propres croyances.

Outre cet aspect sur la laïcité des lieux publics, vous devez savoir qu’en tant que maire, vous êtes la voix des Saguenéens à l’échelle provinciale. Dire des choses comme ; « Ce qui me choque, ce matin, c’est de voir que nous, les mous, les Canadiens français, on va se faire dicter comment se comporter, comment respecter notre culture par une personne qui arrive d’Algérie, et on n’est même pas capable de prononcer son nom » est, à mon propre avis, extrêmement grave. De plus, d’ajouter sur les ondes de TVA que ça vous dérange plus que la demande soit faite par une immigrée que par une Québécoise de souche est d’autant plus grave.

Ces propos dénotent une importante fermeture d’esprit face à d’autres peuples et incitent à la dépréciation de tout ce qui est étranger à nous. Je vous ferai remarquer au passage que le nom Tremblay peut être aussi très difficile à prononcer pour une personne qui le lit pour la première fois ! En plus de donner un mauvais exemple aux citoyens de votre ville en ce qui à trait à l’ouverture au monde, vous projetez au reste du Québec une image arriérée de notre région.

Je comprends toutefois que le manque de culture générale, la méconnaissance des autres peuples et qu’une certaine limite intellectuelle puisse pousser certains individus à penser de la sorte, mais je ne croyais pas que le maire d’une ville prospère comme Saguenay pouvait se permettre une si grande erreur de jugement.

Au plaisir de vous rencontrer un jour pour parler de vive voix !

Sophie Dumont, Montréal

<a class="addthis_button_preferred_1"><a class="addthis_button_preferred_2"><a class="addthis_button_preferred_3"><a class="addthis_button_preferred_4"><a class="addthis_button_compact"><a class="addthis_counter addthis_bubble_style">