Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Desmarais abandonne Charest !

Michel LAMBERT, 23 juillet 2012

Rêve ou cauchemar, je ne sais pas. Mais je me suis tout de même réveillé ce matin avec le souvenir d’un étrange songe nocturne. Était-ce prémonitoire ?? Réel ? Ou n’est-ce finalement que la salade de choux d’hier qui n’est pas passée ??

Toujours est-il, qu’inspiré par la grande manifestation citoyenne d’hier (22 juillet), je me suis endormi encore plus convaincu, si cela était possible, que le cynique pari des libéraux de Jean Charest de tenir une élections sur le dos des mobilisations du printemps allait leur coûter le gouvernement.

Et c’est Paul Desmarais, comme le fantôme de Noël, qui m’est apparu en personne pour le confirmer. Et il n’était pas seul…

Après le brouillard traditionnel dans ce genre de situation, la scène s’ouvre sur une table autour de la laquelle plusieurs hommes – et très peu de femmes ! – sont assis. Je reconnais certains d’entre eux : Pierre Karl Péladeau (Québécor), Lucien Bouchard (père de la Nation reconverti en exploiteur de gaz), Michael Sabia (Président de la Caisse de dépôt) mais plusieurs autres me sont inconnus. Alors que les uns parlent avec les autres, Paul Desmarais se lève et impose le silence.

  • « 50000 personnes dans la rue un 22 juillet !!!! C’est fou !!! Ça ne peut pas continuer comme ça, il nous faut la paix sociale !! »

C’est Péladeau qui enchaîne aussitôt :

  • « Et si Charest gagne ses élections, ça risque de durer pour 5 ans. On pourra pas toujours faire semblant que ça existe pas…
  • Michael Sabia : « Et avec la Commission Charbonneau qui va déterrer des squelettes un après l’autres…
  • Lucien Bouchard : Pis Anticosti,… méchant vol,… ça fait juste commencer à nous éclabousser…

Levant la main, Desmarais arrête la conversation. Son regard lourd et accusateur se pose un instant sur chacun d’eux et aucun n’a la force de le soutenir. Les secondes sont autant d’éternités…

Puis Desmarais conclu : « Bon, c’est décidé. Charest est out !! Pierre Karl, tu nous sort 3-4 sondages pro-PQ 5 minutes après le déclenchement des élections pis tu les mets partout ! Lucien, tu parles à Pauline. Je veux qu’elle nous gagne 1 an sur les frais de scolarité pis on revient à la charge. Même chose sur le Plan Nord, qu’elle nous peinture ça en bleu pour qu’on avance ! Michael… faut que tu grouilles un peu. J’ai perdu plein d’argent par ta faute dernièrement…. Tu sais que des élections, ça se gagne pas avec du porte-à-porte !!!

Paul Desmarais se lève. Juste avant de quitter la salle, il lance au groupe : Ah oui, appelez Charest quelqu’un… dites-lui de relaxer, de préparer ses mémoires ou quelque chose… Tiens, dites-lui qu’on va l’héberger dans un chalet avec Sarkozy, ça devrait le calmer.

Et paf ! C’est là que je me suis réveillé.

Blogues

+