Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Le gouvernement du mépris

Frédérick Bruneault, 1er juin 2012

L’invisibilité sociale du mouvement étudiant québécois.

Le Québec est secoué par une crise sociale importante. Depuis l’adoption de la loi 78, la contestation s’est étendue à une large part de la population, notamment par le phénomène des « manifestations de casseroles ». Comment comprendre ce qui se passe. Devant les nombreux écueils qui parsèment le chemin vers une réponse satisfaisante à cette question, il est utile de se tourner vers un philosophe social important, Axel Honneth.

Ce dernier fait du concept de la « lutte pour la reconnaissance » le pivot central de sa réactualisation de la Théorie critique. Cette recherche de reconnaissance, idée qu’il emprunte à Hegel moyennant d’importants remaniements, fait contrepoids au mépris qui n’est rien d’autre que le refus de la reconnaissance sociale. Plus précisément, dans son livre phare La lutte pour la reconnaissance (Paris, Cerf, 2010), Honneth avance que le mépris prend la forme de trois atteintes spécifiques à l’identité personnelle et l’estime de soi : les atteintes physique, juridique et morale. Il dit dans ce texte : « l’intégrité de l’homme tient de toute évidence à des schémas d’approbation ou de reconnaissance […] depuis toujours, en effet, les victimes de mauvais traitements ont décrit leur expérience essentiellement à l’aide de catégories morales comme l’ « offense » et l’« humiliation » qui renvoient à des formes de mépris, c’est-à-dire de déni de reconnaissance. Des concepts négatifs de ce genre caractérisent un comportement qui est injuste en ce que, avant même d’atteindre les sujets dans leur liberté d’action ou de leur porter un préjudice matériel, il les blesse dans l’idée positive qu’ils ont pu acquérir d’eux-mêmes dans l’échange intersubjectif ». Les trois formes du mépris correspondent à autant de négations de cette demande d’approbation sociale.

Selon Honneth, tous les grands mouvements de revendication sociale, par-delà leurs revendications spécifiques, sont portés par une même motivation plus profonde et essentielle qui n’est rien d’autre que cette « lutte pour la reconnaissance ». Mis à part leurs exigences propres qui peuvent porter sur des considérations économiques, sur l’accessibilité à certains services ou certaines positions sociales ou encore sur l’attitude des autorités politiques à l’égard d’enjeux qui sont réputés faire partie du « bien commun », les mouvements de revendication sociale cherchent tous, d’abord et avant tout, à défendre ou exiger une reconnaissance sociale, l’inclusion dans le débat politique d’un groupe d’individus (aussi petit ou large soit-il), reconnaissance qui est refusée à ce groupe par les autorités et les institutions politiques et sociales de manière systémique. Pour illustrer sa pensée, Honneth ouvre un de ses textes (« Invisibilité : sur l’épistémologie de la reconnaissance » dans La société du mépris, Paris, La Découverte, 2006) en se référant au roman L’Homme invisible de Ralph Ellison. Dans ce roman, le narrateur qui est le protagoniste de l’histoire affirme dès le départ qu’il est invisible. Son invisibilité, comprend-on rapidement, n’est toutefois pas « physique », mais « sociale ». En fait, ce personnage a la peau noire et il est « invisible » aux Blancs qui l’entourent, Blancs qui le voient physiquement, mais ne le voient pas socialement parce qu’ils lui font subir l’humiliation raciste fondée sur leurs préjugés. Voilà ce que Honneth appelle le mépris. « L’histoire culturelle, affirme-t-il dans ce texte, offre de nombreux exemples de situations dans lesquelles les dominants expriment leur supériorité sociale en ne percevant pas ceux qu’ils dominent ». Quand des individus sont invisibles socialement, lorsque ces personnes se voient humiliées par une structure politique et sociale qui contribue systématiquement à leur refuser la dignité qui est pourtant réputée être l’apanage de tous, il s’ensuit une révolte devant une telle injustice, révolte qui constitue la lutte pour la reconnaissance. Les grands mouvements de contestation sociale cherchent précisément à contrecarrer ce mépris social.

Il est impossible d’espérer comprendre la crise qui emporte le Québec actuellement, sans adopter un cadre conceptuel semblable à celui proposé par Honneth et donc sans regarder la situation par les lunettes de ce refus du mépris et de cette lutte pour la reconnaissance. En refusant au cours des 10 premières semaines de la grève étudiante de s’asseoir et de négocier avec les représentant(e)s du mouvement étudiant, en jouant sur les mots et en s’obstinant à appeler cette grève un « boycott », en déléguant son pouvoir exécutif au judiciaire par le biais des injonctions, en faisant des annonces publiques pour court-circuiter et miner toute discussion avec les représentant(e)s des étudiant(e)s, en refusant toute discussion avec le premier ministre avant le 29 mai et en muselant fortement le droit d’association des étudiant(e)s par la loi 78, le gouvernement Charest traite ces individus comme s’ils étaient invisibles. Le mépris dont fait preuve le gouvernement Charest à l’égard de cette partie importante de la population, importante en nombre et pour l’avenir, n’a d’égal que la détermination du mouvement étudiant.

Avec la loi 78, dans une moindre mesure dès le 20 avril avec l’allocution fort méprisante de Jean Charest au « Salon du Plan nord » et avec l’attitude hautaine de certains membres du PLQ à l’égard des « manifestations de casseroles », le premier ministre, ses ministres, les députés libéraux et tous les députés qui ont voté en faveur de la loi 78 ont réussi à étendre ce mépris et l’invisibilité sociale à de larges pans de la population québécoise. La réponse à ce mépris prend la forme d’une lutte élargie pour la reconnaissance, notamment d’une part par les « manifestation de casseroles » qui témoignent d’une demande claire de respect, d’une affirmation de fierté et d’estime de soi ; d’autre part par la contestation judiciaire de la loi qui rassemble des dizaines d’organismes aux horizons forts diversifiés. Voilà pourquoi on voit maintenant dans la rue, défiant la loi 78, des milliers de personnes de toutes les tranches de la population du Québec.

Les événements de cette grève étudiante, désormais devenue une crise sociale, ne trouvent un sens et une explication satisfaisante qu’en faisant appel à cette dimension symbolique du conflit. Ceux et celles qui s’entêtent à ne voir dans ce conflit qu’un ensemble de revendications intéressées liées exclusivement aux questions monétaires soulevées par la hausse des droits de scolarité se condamnent eux-mêmes à n’y rien comprendre et à ne pas saisir la portée de la contestation de cette invisibilité sociale, que ces personnes œuvrent notamment dans les médias ou au gouvernement.


Frédérick Bruneault, Ph.D. st Professeur de philosophie au Collège André-Laurendeau