Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Les sans-abri, faut que ça cesse !

Guy G. Loubier, 7 mai 2012

Donnons-nous une chance de leur donner une chance !

Depuis plusieurs années, Montréal est le théâtre de nombreuses marches et manifestations populaires, et ce pour un vaste éventail de causes. Pour leur part, quasi toutes les maladies répertoriées sont représentées par des porte-parole. En outre, des milliers d’ONG à travers le pays sillonnent le Web pour nous faire connaître leur mission et leurs réalisations. Il ne faudrait pas oublier non plus les manifestations contre la brutalité policière et le Festival de la Fierté gaie.

Pourtant, le groupe de personnes le plus défavorisées tant à Montréal que partout au pays, n’a pas encore trouvé un parrain ou une marraine. Pourquoi pas La Marche des sans-abri pour faire connaissance avec ces quelque 20 000 être humains laissés pour compte ?

La tenue d’un tel événement nécessiterait l’étroite collaboration de tous les organismes communautaires oeuvrant auprès des démunis. Cette manifestation spectaculaire aurait pour effet de sensibiliser davantage l’opinion publique à ce douloureux problème et de secouer la léthargie de nos politiciens provinciaux et municipaux pour qu’ils cessent de se gargariser de mots et qu’ils passent résolument à l’action. Elle pourrait également donner lieu à des initiatives du milieu permettant de revaloriser ces personnes, de leur redonner une dignité et de les insérer dans un environnement social où l’espoir de s’en sortir serait encore possible.

Il faudrait que cette marche se traduise par des résultats concrets : un répertoire détaillé de tous les sans-abri à Montréal par tranche d’âge, un bilan de santé de tous ces sans-nom, un site Web ou l’on trouverait toutes les ressources possibles pour les démunis.

Le but ultime de cette manifestation serait d’alléger la souffrance intolérable de ces gens et de ne ménager aucun effort pour redonner une place dans la société au plus grand nombre possible de ces malheureux. Que certaines de ces personnes soient des malades mentaux, consomment de la drogue ou ont même commis des délits ne change rien au fait que ce sont des êtres humains comme nous tous, et ce, malgré qu’elles sont souvent considérées comme des rebuts de la société, et vivent plus misérablement que les détenus dans nos prisons.

Le nombre de personnes, modeste ou considérable, que l’on arriverait à tirer de cet abîme serait une victoire sur l’individualisme outré dont nous sommes prisonniers.

Dans un pays reconnu comme l’un des cinq plus heureux au monde et où le gouvernement fédéral n’a que le mot « économie » à la bouche, il n’y a pas de quoi pavoiser avec un taux de pauvreté avoisinant 10% et un pays où 650 000 enfants croupissent encore dans la pauvreté.

La dignité humaine ne s’achète pas ni chez Visa, ni chez Master Card !

Un vieil indigné de 81 ans
Guy G. Loubier
139, boul. du Mont-Bleu
Gatineau (Québec) J8Z 1K2
yloubier@videotron.ca