Journal des Alternatives Alternatives - Alternatives est une organisation de solidarité qui œuvre pour la justice et l’équité au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde Page d'accueil du Journal des Alternatives

Partenaires

Dernières nouvelles du Bateau canadien pour Gaza : la Grèce arraisonne et bloque le Tahrir

6 juillet 2011

Agios Nikolaos, Grèce – Bénéficiant du soutien de la société civile grecque et du public partout au monde, le Tahrir était sensé prendre la mer pour de bon il y a deux jour.

« Le Tahrir quitte le port de Crète, et nous forçons le blocus israélien de Gaza qui s’étend maintenant aux ports grecs », a déclaré David Heap le 4 juillet dernier, à bord du Tahrir. « L’élargissement du blocus israélien de Gaza à la Grèce n’est que l’illustration la plus récente du fait que ce blocus constitue une attaque contre la liberté et non un moyen d’accroître la sécurité. »

L’article 13.2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme énonce que « [T]oute personne a le droit de quitter tout pays ». Il est clair que le fait d’empêcher les navires de la flottille de quitter la Grèce bafoue ce droit.

« La Grèce n’a aucunement le droit de retenir dans ses ports des bateaux battant pavillon étranger, sauf pour s’assurer, par des inspections effectuées au moment opportun, que ces navires sont en état de prendre la mer. Et le pays ne peut pas nuire au ‘passage inoffensif’ dans ses eaux territoriales, ce qui s’avère très clairement le cas ici », de dire Richard Falk, professeur américain de droit international, qui a été nommé à deux postes des Nations unies ayant trait aux territoires palestiniens.

« La position de la Grèce est inquiétante, mais elle ne doit pas nous faire perdre de vue l’attitude d’Israël et son blocus illégal et inhumain contre Gaza. C’est Israël qui est à la source du problème et tôt ou tard, ce pays devra en répondre devant la communauté internationale », a affirmé Sandra Ruch, du Comité de direction du Tahrir. 

Des actions de soutien ont eu lieu, et continueront d’avoir lieu, auprès des consulats grecs dans tout le Canada (et dans d’autres villes partout au monde) exigeant du gouvernement grec qu’il mette un terme à son appui au blocus de Gaza et qu’il lève immédiatement le blocus contre les bateaux de la flottille dans les ports de Grèce. 

Les responsables du bateau canadien pour Gaza ont envoyé une lettre à tous les députés grecs leur demandant de laisser partir les bateaux de la flottille : http://www.tahrir.ca/content/letter-members-greek-parliament 

Libérons le Tahrir, libérons la Flottille, libérons Gaza

24 heures après l’annonce officiel du départ de la Flottille, les membres du comité de direction à bord du Tahrir sont toujours en Crète après que le bateau eut été arraisonné puis remorqué contre notre gré vers le port crétois d’où nous partions. Aujourd’hui, deux victoirs importantes ont pu être remportées en raison de notre détermination inébranlable : nous avons obtenu la garantie que tous les délégués peuvent quitter le Tahrir sans risque d’arrestation ; et Soha Kneen, Michael Coleman et Sandra Rush ont été relâchés et doivent se présenter devant les tribunaux demain.

Nous sommes cependant préoccupés par le sort qui sera réservé à Sandra Rush et les accusations qui pourraient lui être faites. En ce qui cocerne Soha Kneen et Michael Coleman, nous nous attendons à ce que leur sentence soit dérisoire.

Fait intéressant : les accusations ont été levées contre le capitaine du bateau américain qui a tenté de prendre la mer il y a quelques jours.

Nous demeurons préoccupés et exigeons :

- que les autorités grecques mettent fin à leur interférence auprès de notre bateau et de la Flottille ;

- que les autorités grecques réparent les dommages encourus par le bateau. En effet, le bateau a été endommagé par les Forces grecques lorsque celles-ci l’ont retourné contre notre gré au port d’origine. Ceci est scandaleux et le navire devrait être réparé sans délai et aux frais des autorités grecques ;

- que la Grèce permette au Tahrir de se rende à un autre port, choisi par nous. Les autorités grecques veulent déplacer le bateau demain matin, mais nous affirmons notre droit de conduire nous-mêmes notre bateau, ce qui suppose que ce soit un capitaine de notre choix aux commandes et non un capitaine désigné par les autorités grecques, pour une 2e fois ;

- que les accusations contre les trois organisateurs du Bateau canadien pour Gaza soient retirées ;

- que la Grèce cesse d’imposer le blocus israélien de Gaza et lui permette de compléter sa mission.

  
Au Canada, nous devons maintenir la pression

1 - Nous demandons que nos concitoyens et concitoyennes écrivent à leur député et à l’ambassadeur canadien de la Grèce pour demander qu’ils se préoccupent, conformément à leurs obligations consulaires, des Canadiens à bord du Tahrir. Il faut leur rappeler que leurs obligations sont clairement établies en vertu du droit international et, plus spécifiquement, en vertu de la Convention de Vienne sur les relations consulaires, dont le Canada est signataire. Voir à ce sujet : http://untreaty.un.org/ilc/texts/instruments/english/conventions/9_2_1963.pdf

2 - Continuer d’organiser des actions locales, par exemple des vigiles ou des manifestations aux ambassades ou consulats, ou toute autre action originale visant à sensibiliser le public sur la situation.

3 – Continuer de « Tweeter » et d’utiliser les réseaux sociaux pour propager largement messages et images.

Une vague de solidarité avec les Palestinien-ne-s

Vendredi 8 juillet
De 17h00 à 19h00
Au Vieux-Port (Place Jacques-Cartier, coin de la Commune)

Venez montrer votre solidarité avec le peuple palestinien et votre appui pour le bateau canadien pour Gaza.

Info :

www.tahrir.ca

www.canadaboatgaza.org

info@canadaboatgaza.org